Archives par mot-clé : ville

Désastres urbains. Les villes meurent aussi.

9782707179098

En librairie le 5 février 2015.

Quelle drôle de coïncidence !  Entamer la lecture du dernier ouvrage de Thierry Paquot lors du jeudi noir des transports[1] ! Le philosophe de l’urbain dénonce ici les dysfonctionnements des villes et même si son propos ne se centre pas spécifiquement sur les mobilités, elles ne sont pas tout à fait absentes de sa réflexion.

Il s’en prend aux « mégapoles déraisonnables » (p. 12), à ces « désastres urbains » (p. 25), et revendique une approche philosophique de l’urbain qui ne s’inscrive pas dans « l’habituelle histoire évolutionniste, itérative, linéaire » (p. 29). Son discours s’organise autour de cinq grands types urbains, révélateurs des maux des villes. La plume alerte et acerbe, il qualifie le grand ensemble de « bâtard d’une pensée technocratique du logement dit  « social » » (p. 33), le centre commercial du lieu de la « démocratie du caddie » (p. 135), le gratte-ciel de « roi du gaspillage » (p. 116) énergétique, la gated community de « non ville » (p. 140), le Grand Paris de « vieille idée, totalement dépassée » (p. 156).

Chaque chapitre se clôt sur une digression plus ou moins facile d’accès et qui amène parfois l’auteur à se demander : « Où me conduisent ces tours et détours ? » (p. 57). Il y ouvre des pistes qui mériteraient, pour certaines d’entre elles, d’être davantage creusées. Ainsi, en est-il de « l’adolescent et son insatisfaction » (p. 65) et de la réflexion trop succincte engagée à partir des propos d’Henri Maldiney : « L’adolescent ne veut pas être aimé, il veut être compris ». Il profite de ces digressions pour promouvoir des mobilités davantage durables, allant à l’encontre des grandes tendances développées à l’ « ère paléotechnique [2] (…) de la cité carbonifère » (p. 80) : points relais pour les livraisons de colis, développement des transports ferrés locaux et non des lignes à grande vitesse qui ne profitent qu’aux plus riches… mais aussi « création de villages urbains compacts, avec commerces, services et zones agricoles » (p. 117) et le développement du télétravail. L’exercice de prospective auquel se livre Thierry Paquot dans le chapitre consacré au gratte-ciel est délicieux : avec Jean Ancien construisant sa tour Phare à Brest en 2025, la nouvelle loi sur l’égalité des territoires de 2017 résumée dans le slogan « Tous les territoires sont égaux, certains plus que d’autres ! » (p. 123), mais aussi les horaires de travail organisés depuis 2018 en 3 x 8, 7 jours sur 7, « au nom de la liberté du commerce et du fun shopping » (p. 123).

La conclusion de l’ouvrage revient sur le parcours de Thierry Paquot et sur ce que représente ce livre dans son cheminement intellectuel : « une sorte de « tournant » » (p. 170). Il s’explique sur l’étrange fin de chacun des chapitres, s’achevant sur une phrase unique faisant le lien entre les lieux étudiés et « enfermement et assujettissement ». Enfermement ou comment « une petite société qui se replie sur elle s’apparente au contenu d’une Cocotte-Minute dûment fermée par un solide couvercle. (…) Pour le dire autrement, le confinement empêche le mélange ; or c’est celui-ci qui assure à une société sa richesse, son urbanité, sa diversité culturelle. » (p. 174). Assujettissement pour désigner une soumission ne résultant pas toujours d’une contrainte et permettant de « faire avaler la pilule ». Après avoir dénoncé les méfaits du gigantisme urbain, il veut croire que des issues sont possibles : la « cité-jardin » à d’Ebenezer Howard, le « village urbain » d’Émile Vandervelde, la « ville-territoire » de Piotr Kropotkine ou la « bio-région » de Patrick Geddes, Lewis Mumford et Alberto Magnaghi et réussit à nous convaincre que « small is beautiful » !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] suite à un arrêt de travail des conducteurs du RER A, le 29/01/2015.

[2] expression empruntée à Patrick Geddes.

Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse ».

Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse ». Bénédicte Grosjean. Mardaga, 2010. 349 p. 35€

26456773_8062528

« Ville diffuse », voilà par excellence un oxymore. Comment une ville, qui représente la concentration de populations, peut-elle être qualifiée de dispersée ? C’est la question que s’est posée Bénédicte Grosjean, ingénieur architecte, quand elle a entamé une thèse de doctorat en urbanisme (récompensée par le Prix de la Thèse sur la Ville en 2007). Citoyenne belge, elle a voulu étudier son pays sous l’angle du concept italien de Citta diffusa, né en 1990 dans une recherche produite par Francesco Indovina portant sur la délimitation de la commune métropolitaine de Venise.

Bénédicte Grosjean est partie de l’idée que le territoire belge présente des aspects similaires à la situation vénitienne : « territoire vaste au développement extensif (…) et à fonctionnalité urbaine », un espace de faibles densités, bien connecté et parcouru par des relations horizontales entre des services et des activités productives. Au contraire des métropoles alimentées par l’exode rural puis, dans le cadre de l’étalement urbain, par un exode urbain, la cité diffuse s’est formée suite au passage des activités agricoles à des activités industrielles. Ce changement productif a eu comme impact d’enrichir les salariés qui ont fait construire ou ont construit eux-mêmes une maison. C’est un phénomène de « campagne construite » (p. 24) sans schéma directeur, le long des axes. C’est dans ces espaces que des entreprises vont s’installer pour accéder à une main d’œuvre abondante et à un foncier bon marché. Les services et équipements publics vont suivre. Ce qui caractérise la ville diffuse est l’absence de centralités. Les polarités secondaires qui émergent ne sont pas structurantes dans le cas italien. La métaphore de l’éponge est proposée pour comprendre ce qui se joue en Vénétie : « Les déplacements dans de nombreux territoires contemporains ne peuvent plus selon lui être conceptualisés uniquement selon le modèle hydraulique des tubes rigides, avec un diamètre, un débit, une entrée et une sortie donnés, mais plutôt à la manière dont les fluides percolent dans une éponge, où les flux s’autorégulent, sans se perdre ni l’obstruer ; les territoires se caractérisant alors par une surface de pénétration, une porosité et une capacité d’absorption données. » (p. 29)

L’auteure met à l’épreuve l’hypothèse que la ville diffuse soit un concept valable en Belgique comme en Vénétie. Pour cela, elle adopte une démarche d’historienne (dépouillement de nombreuses archives) afin de dater l’apparition de cette ville diffuse (urbanisation en ruban le long des voies de communications) et pour en expliquer son existence. Cet état de fait est le résultat des lois sociales de la fin du XIXème siècle qui ont favorisé l’accès à la propriété aux ouvriers (1889) sans qu’aucun schéma directeur d’urbanisation n’ait été adopté. Aussi, en 2001, ¾ des ménages belges vivaient dans une maison unifamiliale contre 58% en France. Bénédicte Grosjean fait remonter la ville diffuse à la mise en place (fin XIX-début XXème siècle) d’un réseau vicinal ferré au détriment du réseau routier. Ce réseau ferré vicinal s’appuie sur les fortes densités de population des communes. Contrairement à la France, les campagnes belges ne connaissent pas un exode rural massif mais le développement des mobilités pendulaires. Ces dernières permettent le maintien d’une diversité économique dans les bourgs (double activité agricole – industrielle et commerces). La ville diffuse belge existait donc avant la diffusion de l’automobile.

La Belgique d’aujourd’hui est le résultat de cette histoire. Toutefois, de nombreux éléments ont impacté la situation précédemment décrite. Après la seconde guerre mondiale, la Belgique connaît un essor du réseau routier et autoroutier. Le réseau ferré vicinal est démantelé à partir de 1947. Le rail subsiste avec les lignes à grande vitesse qui relie les métropoles européennes. La mixité des fonctions très présente dans les villages belges l’est beaucoup moins. La fonction résidentielle l’emporte même si la fonction commerciale est présente avec les grands centres commerciaux qui s’installent en périphérie des grandes villes belges. Bruxelles joue son rôle de métropole et attire les actifs (les navettes quotidiennes sont responsables d’une augmentation d’un tiers de la population de Bruxelles pendant la journée). Cette métropolisation distingue la situation belge de celle de la Vénétie. Ce qui caractérise la Belgique et son réseau urbain est l’absence d’échelles intermédiaires. « On vit essentiellement à deux échelles, passant directement de sa maison et de son jardin à l’autoroute, du local au global. On habite directement le territoire et pas la ville, même diffuse. » (p. 298)

Ce texte, très historique, a le mérite de dire que l’hypothèse de départ n’était pas la bonne. Le lecteur suit, pas à pas, les étapes de la recherche et voit apparaître au fil du texte les limites à l’application du concept de ville diffuse à l’exemple belge. La démarche de l’auteure est très didactique sans être simpliste. Elle ne cherche pas à épargner ses lecteurs du raisonnement qu’elle a mené. Un ouvrage à classer dans le rayon ville-campagne mais aussi méthodologie au côté du best-seller L’art de la thèse de Michel Beaud !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique.

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique. Francesco Careri. Editions Jacqueline Chambon, 2013. 224p. 21,8€.

1377207-gf

Voir la ville par l’envers du décor est une façon de prendre le pouls de celle-ci. Cette pratique fait des émules. Après le Livre blanc de Philippe Vasset, la présentation à la BNF de l’exposition sur Guy Debord, s’est tenu début juin 2013 le colloque Psychogéographies, poétiques de l’exploration urbaine : sources, figures, actualités à Lyon. La psychogéographie a le vent en poupe ! Aussi, la parution de la traduction du livre de Francesco Careri tombe à pic.

Francesco Careri, architecte, explore les espaces abandonnés de la ville pour trouver des solutions urbanistiques. Il s’inscrit dans la lignée des avant-gardes du XXème siècle. Il a crée un collectif informel, en 1996 intitulé Stalker, qui rassemble urbanistes, architectes autour d’un manifeste (Stalker. A travers les territoires actuels, 2000) qui fait de la déambulation le passage obligé pour découvrir la ville. La marche est le moyen trouvé par eux pour constater les transformations urbaines de la ville comme de la campagne : « un espace devenu  « peau de léopard » avec des tâches vides dans la ville construite et des tâches pleines au beau milieu de la campagne » (p.187). Cette pratique s’inscrit dans la lignée des travaux de John Bunckerhoff Jackson, théoricien du paysage (mort en 1996) pour qui « les routes ne conduisent pas seulement à des lieux, elles sont des lieux » (p.11). L’hodologie (terme grec signifiant route, chemin, voyage) a été utilisée dès les années 1930 par Kurt Lewin pour caractériser l’espace vécu. Dans la transurbance (proposition de traduction du titre de l’ouvrage), le « sentiment géographique » (p. 11) l’emporte sur une analyse cartésienne du paysage. Cette approche légitime la publication de la traduction de Walkscapes dans une collection d’Esthétique. « L’acte de traverser l’espace naît du besoin naturel de se déplacer pour trouver sa nourriture et les informations nécessaires à sa survie. Mais, après que les besoins primaires eurent été satisfaits, la marche s’est transformée en une forme symbolique qui a permis à l’homme d’habiter le monde. » (p. 22). De cet état est né la marche comme forme d’intervention urbaine, une action des hommes sur le paysage à entendre comme « l’action de transformer symboliquement, autrement que physiquement, l’espace anthropique » (p. 23)

Careri fait la genèse de la pratique de la marche. Il la fait remonter à la Préhistoire. Il montre que les menhirs qui ponctuaient les chemins du Paléolithique sont les premières architectures de l’humanité. La présence de motifs sculptés (le ka) sur des menhirs situés dans des territoires très différents et éloignés atteste que les espaces de la transhumance humaine étaient vastes. Le ka fait référence, avec ses deux bras levés vers le ciel avec un tronc ancré dans le sol, à l’acte de transmission de l’énergie divine et d’adoration du soleil. Les menhirs, comme ce motif, ont ensuite été récupérés par les peuples sédentaires et notamment les Egyptiens (voir le cheminement entre des colonnes dans le temple de Karnak). La déambulation a été remise au goût du jour par les Dadaïstes (14/04/1921 à Saint-Julien-Le-Pauvre) en ville puis en rase campagne (1924). Cette posture a été très critiquée par l’Internationale Lettriste (devenue Internationale Situationniste en 1957) organisée autour de la personne de Guy Debord. Son groupe rejette la déambulation (au hasard) au profit de la dérive (« mode de comportement expérimental lié aux conditions de la société urbaine : techniques de passage hâtif à travers des ambiances variées. Se dit aussi, plus particulièrement, pour désigner la durée d’un exercice continu de cette expérience. » p. 102). S’ouvre ainsi une psychogéographie (« étude des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant sur le comportement affectif des individus. » p. 102). Contrairement à la déambulation surréaliste, qui est construite sur le hasard, la dérive se base sur des cartes psychogéographiques qui repèrent les lieux où se fait la ville. La dérive peut prendre la forme d’une « dérive – statique d’une journée  sans sortir de la gare Saint-Lazare », d’un « rendez-vous possible » et de « quelques plaisanteries d’un goût dit douteux, que j’ai toujours vivement appréciées dans mon entourage, comme par exemple, s’introduire nuitamment dans les étages des maisons en démolition, parcourir sans arrêt Paris en auto-stop pendant une grève des transports sous le prétexte d’aggraver la confusion en se faisant conduire n’importe où, errer dans ceux des souterrains des catacombes qui sont interdits au public. » (p. 107). L’ensemble aboutit à la publication d’un guide psychogéographique de Paris à l’usage des touristes afin de les aider à se perdre car comme le dit Debord « habiter, c’est être partout chez soi ». (p. 114). Enfin, les artistes du Land Art sont ceux qui pratiquent la marche afin de créer leurs œuvres et de réaliser ainsi du Land Walk. Richard Long (A line made by walking, 1967) est l’exemple emblématique de l’artiste contemporain qui utilise la marche. Son œuvre ne se résume pas à cela mais la marche constitue un moyen d’action de l’artiste sur le paysage sans le transformer définitivement.

Parallèlement à ces expérimentations artistiques, les urbanistes et les architectes (les géographes aussi, même si le texte ne le dit pas) ont commencé, dès les années 1970, à s’interroger sur l’étalement urbain. Un petit nombre d’entre eux a compris que pour « coudre » cette ville diffuse, il fallait jouer sur les vides. « C’est là que les diffus vont cultiver leurs jardins clandestins, promènent leurs chiens, piqueniquent, font l’amour, cherchent des raccourcis pour passer d’une structure urbaine à l’autre. C’est là que les enfants vont chercher des espaces de liberté et de socialisation. (…) Ces vides sont des parties fondamentales du système urbain. » (p. 179) Ces espaces ne cessent de changer. En italien, il est une expression « andare a Zonzo » qui signifie « perdre son temps à errer sans but ». Carera propose d’appeler la ville nomade : Zonzo mais le Zonzo d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui. C’est dans ces zones d’ « entre-deux » que se fait la ville de demain.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes