Être hypokhâgneux et confiné : un confinement dans le confinement ?

Le 12 Mars 2020, le Président de la République annonce la fermeture des écoles, des établissements de l’enseignement secondaire et des Universités jusqu’à nouvel ordre afin de limiter la propagation du coronavirus. Une continuité pédagogique se met alors en place dans l’improvisation la plus totale : les outils numériques ne pouvant en aucune manière substituer des cours en présentiel. Des aménagements se sont révélés nécessaires, des innovations indispensables : les Hussards noirs de la République devant fait preuve d’ingéniosité avec peu de moyens et en un temps record pour rassurer élèves comme parents dans cette période d’incertitude.

Professeure de géographie en CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles) littéraires, j’avais initialement prévu de consacrer mon cours général sur la thématique Risques et Sociétés, tout en faisant étudier, en travaux dirigés, des extraits de cartes topographiques centrées sur ce thème. Force a été de constater que ce format ne pouvait être reproduit in-extenso à distance et qu’il fallait proposer des travaux pratiques d’une autre nature. Comme mes étudiants avaient le privilège de connaître une crise sanitaire en direct et d’en être les témoins, j’ai initié un travail d’écriture – carnet de terrain de confinement – mutualisé chaque semaine sur l’interface mise à notre disposition dans le contexte de la continuité pédagogique. Le cadre d’écriture est assez libre puisque ce carnet peut prendre la forme d’un journal tenu au quotidien ou d’une réflexion globale sur la semaine passée. L’accent est mis sur les dispositifs spatiaux déployés pour assurer la continuité pédagogique, les aménagements opérés par les uns et les autres pour trouver une place dans un logis familial, mais également sur l’état d’esprit des protagonistes au fil des jours de confinement. Une approche microgéographique est privilégiée.

À l’issue de deux semaines de confinement, se dégagent – suite à une première analyse des écrits des uns et des autres – des thèmes récurrents permettant de questionner la nature de ce confinement pour des élèves déjà « confinés » : les exigences du travail en prépa les amenant à passer beaucoup de temps à leur table de travail et à réduire leurs interactions sociales en dehors du cadre de la prépa.

Comment vivre un enfermement forcé, propice à une désynchronisation des rythmes, alors que les injonctions de travail se font plus que jamais présentes ? Comment négocier le passage d’une organisation du travail en groupe à un travail solitaire ?

Quelles interactions conserver avec le groupe classe et les amis de la Prépa dans le cadre de la distanciation sociale imposée ? Quelles relations développer dans le cadre d’un huis-clos familial ? Quels moyens mobiliser pour rester en contact avec les amis et la famille extérieure à l’espace de confinement et entretenir une sociabilité ? Comment s’organisent les différentes temporalités quotidiennes ? et hebdomadaires ?

Quels aménagements spatiaux ont été mis en œuvre par les intéressés pour combiner distance et proximité dans le cadre d’un logement ? Quelles tactiques et stratégies sont déployées pour pouvoir aux besoins du quotidien ? Quelle place tient l’extérieur dans cette géographie du confinement ?

Voici les premières pistes que je me propose d’explorer au fil de cette période particulière dans une perspective longitudinale, en faisant l’hypothèse d’une adaptation à la situation. Une situation inédite pour un public inédit : des étudiants d’une prépa littéraire privée. Une occasion, pour eux, d’écrire de belles pages géographiques comme littéraires.

Carnet de terrain confinement

Message adressé à mes étudiants et à toutes les personnes désirant participer !

A titre personnel, je vous invite à rédiger un carnet de terrain de confinement. La situation exceptionnelle que nous allons vivre exige de garder des traces afin de pouvoir en tirer les conséquences pour le futur. Un groupe de recherche Code-virus constitué de géographes, d’économistes, de sociologues, d’anthropologues, d’urbanistes, d’historiens, de psychologues est en train de se mettre en place. Ce carnet de terrain constitue des matériaux d’étude précieux, si vous le tenez et acceptez de le partager (dans ce cas, il sera anonymé). Je me charge de sa collecte hebdomadaire et de son anonymat. 

Je vous transmets les consignes de tenue du carnet : 

Sous format word, vous allez décrire, de façon très narrative, l’organisation que vous avez mise en oeuvre depuis l’annonce jeudi par le président de la République de la fermeture des écoles, des établissements d’enseignement secondaire et des universités. Au-delà des modalités pratiques de votre organisation, il faudra également évoquer votre état d’esprit mais également celui des personnes avec qui vous avez échangé sur ce sujet. Un aspect microgéographique de votre organisation est attendu : organisation de votre lieu et temps de travail, mise à distance / proximité avec les autres membres de la famille, horaires de travail (en tant qu’étudiant mais aussi de salarié si vous avez un job à côté de vos études), sorties extérieures (fréquence, lieux fréquentés, motif de mobilités…), occupations quotidiennes, coups de fil échangés, importance ou pas des SMS, whatsap.., interactions avec des personnes extérieures à la famille, sans oublier votre état de santé. Ce carnet peut être agrémenté de photos, de vidéo, que sais-je ? 

L’écriture sur le moment permet de retenir des détails qui s’effaceront de votre mémoire, surtout si les évènements plus importants nous attendent. 

La microgéographie entre jeux de place et mise à distance

 

Invitée du séminaire de microgéographie du laboratoire Passages

Un centre commercial périurbain francilien, situé en face d’un lycée d’enseignement général, est l’objet d’une véritable lutte des places entre les lycéens squattant les trottoirs situés devant les devantures de magasins et les commerçants.  Ce conflit d’usage questionne, à l’échelle microgéographique, la différence de perception de l’espace public et de l’espace privé. Entre stratégie d’évitement et mise en place de dispositifs répulsifs, seuls les commerces s’adressant spécifiquement à une clientèle juvénile tirent leur épingle du jeu. 

https://microgeo.hypotheses.org

Le programme complet Microgeographie-3-journee-etude-u-bordeaux-montaigne

Aux frontières de la métropole lyonnaise : des espaces périurbains à géométrie variable

 
Article publié dans le dossier

Lyon, espaces et échelles d’une métropole européenne

par Géoconfluences

La métropole de Lyon, deuxième agglomération française avec 2 millions d’habitants, est un périmètre administratif qui ne couvre qu’une partie de l’aire urbaine définie par les mobilités pendulaires. Les espaces périurbains, en forte croissance démographique, ont des liens fonctionnels avec la métropole mais également entre eux, car des polarités secondaires émergent. Ils ont en commun un usage dominant de l’automobile malgré des initiatives visant à promouvoir d’autres modes de déplacement.
SOMMAIRE
  1. 1. L’agglomération lyonnaise et ses couronnes : une aire urbaine en plein essor
  2. 2. Les facettes du périurbain lyonnais
  3. 3. Des territoires définis par des mobilités plurielles

« C’est notre café à nous ! »

La Queue-Lez-Yvelines, c’est mon terrain de thèse ! Avant de squatter le Mac Do, les lycéens occupaient les trottoirs devant les vitrines des commerçants non sans en énerver plus d’un ! De la bonne idée de construire un centre commercial en face d’un lycée ! OCCUPER LES ENTRE-DEUX Les pratiques spatiales de lycéens, Carnets de géographes, 2014

LE MONDE | 02.11.2018 à 14h53 

« C’est une cabane en contreplaqué rouge et bois qui toise le parking, en bordure de la RN12, direction Dreux. « Ronald Gym Club » y est inscrit en lettres capitales. Ce mardi après-midi d’automne, les jeux ne sont pas occupés par l’égérie de McDonald’s en train de faire des étirements. Plutôt par des enfants un peu trop âgés aux yeux de la serveuse, charlotte noire sur la tête et surchaussures qui offrent un bruit de plastique à sa démarche décidée.

« Ça suffit de fumer des pétards dans les toboggans ! Ça sent jusqu’au restaurant », admoneste-t- elle en montrant du doigt les effluves de cannabis devant les adolescents hilares. Trois jeunes encapuchés se lèvent. « C’est comme ça tous les jours, je vais encore appeler la gendarmerie si ça continue », menace-t-elle, pendant que ses interlocuteurs sourient et se mettent à chanter : « On est des délinquants, on fume des joints dans les toboggans », sur un air approximatif de rap, en quittant la terrasse du McDonald’s de La Queue-lez-Yvelines (Yvelines)

Ce joli bourg francilien situé à la frontière de l’Eure-et-Loir et de la vallée de Chevreuse fait partie des plus petits villages français à accueillir l’enseigne américaine. Depuis l’ouverture du premier McDo sur la place des Halles, à Strasbourg, en 1979, la France n’a cessé de déclarer son amour au roi du fast-food : on dénombre aujourd’hui plus de 1 285 McDonald’s pour, à titre de comparaison sur l’échelle de la gastronomie, 1 500 restaurants de sushis et 11 000 kebabs. La France est la deuxième filiale la plus rentable au monde, derrière les Etats-Unis, et celle qui enregistre le plus de croissance. Le M jaune brille partout sur le territoire, avec un immense maillage qui englobe désormais des villes aussi petites que « La Queue », comme on l’appelle dans le coin, avec ses 2000 habitants.

Et si des jeunes y fument leurs joints en terrasse, c’est que le McDo est devenu un espace de vie, parfois le seul qui reste. Haut moulant, créoles et eye-liner marqué sur les paupières, Chloé commente l’expulsion des squatteurs de toboggan : « Ils sont dans mon lycée, et c’est vrai qu’on vient tout le temps là pour le déjeuner, c’est juste en face », dit-elle en montrant le vaste établissement de l’autre côté du parking, le lycée Jean-Monnet, qui accueille près de 2 000 élèves venus de toute la région. « On n’a nulle part où aller quand on n’a pas cours. Quand on en a marre de faire des tours dans le Auchan d’à côté, ou de s’asseoir sur les pneus derrière le Norauto, le McDo c’est bien, c’est notre café à nous. » De ces cafés de lycéens où l’on peut commander un café et cinq pailles, profiter du Wi-Fi gratuit, et perdre son après-midi pelotonné sur une banquette qui sent la frite en attendant que le car de 16 heures 30 arrive pour rentrer à la maison.

Deux mille lycéens sont ainsi captifs d’une petite zone commerciale des Yvelines. On comprend mieux pourquoi McDonald’s a atterri à La Queue, et pourquoi les serveuses ne sont pas si fâchées que cela avec eux : ils représentent près de 50 % de la clientèle selon le maire, qui reçoit dans sa jolie mairie blanche, flanqué de ses deux adjoints. « McDo, quand ils sont venus nous voir pour s’implanter, ils ont fait semblant de ne pas avoir vu qu’il y avait le lycée juste en face. Comme s’ils n’avaient pas fait exprès de se mettre là, mais bien sûr que si, ils l’ont fait en connaissance de cause, et c’est assez malin »,raconte Michel Verenneman (LDIV).

En 2013, quand la rumeur de l’installation de McDonald’s est arrivée à La Queue, un collectif s’est bien monté pour dénoncer la malbouffe (http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/un-collectif-s-oppose-a-l-installation- du-mcdo-11-03-2013-2631109.php) et tenter de bloquer le projet. « Ceux qui étaient en tête de la bagarre sont aujourd’hui les premiers clients, une trentaine d’emplois ont été créés et c’est devenu la cafétéria des lycéens, qui y vont même le week-end pour se retrouver », poursuit l’édile. »



Être jeune et « happy » aux marges de l’Île-de-France

19èmeRDV BE&Nature

16 octobre 2018

14h-16h30

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williamsrenvoie aubonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifsdans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien « The place to be ! ».

La France périurbaine

Cet opus Que sais-je ? consacré à la France périurbaine est une véritable mine pour ceux qui s’intéressent à cet étrange objet géographique « ni-ville, ni-campagne, mi-ville, mi-campagne ». La rédaction de ce mémo a été étonnamment confiée à deux sociologues alors que les tenants de cette science humaine se sont emparés tardivement de cet objet d’étude. Toutefois, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, professeurs de sociologie à l’Université de Dijon et à celle de Nancy, ne sont pas novices dans cette collection puisqu’ils ont publié à deux ou quatre mains des numéros consacrés au Logement social en France, à la Crise des banlieueset à la Sociologie urbaine.

Après une introduction remarquable dans sa capacité à synthétiser les enjeux sur ce territoire, l’ouvrage se compose davantage d’une mise au point épistémologique sur l’objet périurbain que d’un bilan des caractéristiques actuelles de cet espace en France. Le but de cet texte est « de nuancer les visions caricaturales, stigmatisantes et outrancières qui ont été diffusées sur le périurbain » (p. 5) à partir des travaux réalisés ces 40 dernières années en géographie, aménagement, démographie, science politique, urbaine, histoire et sociologie. Par conséquent, une approche historique est adoptée dans un premier temps pour poser le contexte de la prise en compte par des géographes ruralistes de cet objet d’étude émergent dès les années 1950-1960. Puis, entre les tenants d’une urbanisation des campagnes (Roux et Bauer, 1976) et les tenants d’une renaissance rurale (Kayser, 1990), le périurbain devient un objet d’étude à part entière dès les années 1980. Marie-Christine Jaillet et Martine Berger sont les figures emblématiques de l’étude de ce front périurbain, rejointes ensuite par Monique Poulot, Claire Aragau et Lionel Rougé développant « la thèse d’une « maturité » des territoires périurbains dotés d’une certaine autonomie, sur le plan tant des emplois que des services. » (p. 23). Les sociologues, à l’exception de l’équipe réunie autour d’Henri Raymond en 1966, ne s’emparent pas du sujet avant les années 1980 (M. Ségaud, P. Lévy, C. Bidou, P. H. Chombart de Lauwe, 1982, D. Pinson et S. Thomann).

Le zonage en aires urbaines de l’INSEE (1996, puis 2010), abandonnant les ZPIU (zone de peuplement industriel et urbain), rend compte de la place tenue par les mobilités des travailleurs pour désigner ce « rurbain », ce « péri-urbain », ce « tiers-espace », « pré-urbain », autant d’expressions utilisées pour nommer cet espace émergent. Les caractéristiques de la ville étalée (pavillons, zones commerciales, axes de transport, place tenue par la nature dans le cadre de l’artificialisation des campagnes, « clubbissation » du périurbain) sont analysées sans oublier d’insister sur la diversité des couronnes périurbaines ne pouvant être considérées comme un tout homogène. Pour cela, l’analyse critique des travaux de Christophe Guilly est mise en écho avec les textes d’Olivier Galland, de Violaine Girard présentant une approche plus nuancée de cette « périphérie ». L’ensemble est replacé dans une difficile comparaison internationale tant les espaces périurbains ne se ressemblent pas d’un État à l’autre, d’un continent à l’autre. Toutefois, penser le périurbain comme une composante à part entière de la métropolisation évite de le dissocier « des dynamiques économiques mondialisées et de le considérer exclusivement comme une zone résidentielle composée de nappes pavillonnaires. » (p. 80). C’est ce qui fait l’enjeu de son étude à différentes échelles.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Merci aux cafés géo

Merci aux Cafés géo de Lyon de m’avoir donné l’occasion d’évoquer la question culturelle dans les espaces périurbains en compagnie de Fabrice Beauvois, maire de Bressolles et président du festival ZAC en scène à La Boisse. Echanges acteur – chercheure très fructueux lors de cette rencontre organisée par Martin Charlet et Jean-Benoît Bouron

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Se cultiver dans les espaces périurbains : une mission impossible ? »

En cette rentrée scolaire, universitaire ou cinématographique, certaines missions peuvent paraître impossibles…

C’est ce qu’infirmeront ou confirmeront Catherine Didier-Fèvre, professeure de géographie en classe préparatoires littéraires (Lycée Sainte-Marie, Lyon) et Fabrice Beauvois, maire de Bressolles (Ain) et président du festival ZAC-en-scène (La Boisse) pour le premier café géo lyonnais de la saison 2018-2019.

 Rendez-vous donc mercredi 19 septembre à 18h au Café de la Cloche, 4 rue de la Charité, métro Bellecour.

Géographiquement,

Martin Charlet

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Houdan ou le paradis sur terre ?

Au pays du plein emploi

Dans les Yvelines, à la campagne, un bassin d’emploi affiche un taux de chômage remarquable : 4,6%. Mode d’emploi.
31 août 2018par Raphaël Badache / Photos: Thibault Biju-duval
Il était une fois un tout petit pays. Un tout petit pays couvert de champs et de terres agricoles dans lequel des zones industrielles tourneraient à plein régime. Là-bas, McDonald’s et IKEA n’auraient pas droit de cité. Le chômage serait si faible que les entreprises peineraient à recruter. Les patrons, d’ailleurs, travailleraient main dans la main pour gagner des marchés dans les contrées alentours.
Dans ce tout petit pays, on trouverait des dizaines de commerces florissants, un grand hôpital, une piscine à toboggan, une gare, une église vieille de six siècles, un club de tennis, des maisons à colombages… Quelques célébrités venues profiter du calme ambiant, aussi. À chaque début d’automne, comme depuis un millénaire, une foire attirerait des voyageurs de tous horizons. L’architecte de ce tout petit pays développerait les logements sociaux pour accueillir des personnes en difficulté. Toujours réélu dans un fauteuil, il règnerait sans discontinuer depuis une vingtaine d’années.

Lire la suite : https://www.explicite.info/articles/1356-au-pays-du-plein-emploi 

Vivre et bouger dans l'entre-deux : jeunesses et mobilités dans l'espace périurbain