Être jeune et « happy » aux marges de l’Île-de-France

18èmeRDV BE&Nature

17 mai 2018

14h-16h30

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williamsrenvoie aubonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifsdans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien « The place to be ! ».

Les espaces ruraux et périurbains en France

Géoconfluences vient de publier un nouveau dossier. Préparé de longue date, un heureux hasard le fait correspondre en partie à la nouvelle question au programme (à partir de 2019) des concours de recrutement des enseignants en France, qui porte sur les espaces ruraux.

Il s’intitule « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités »

Voici les huit articles qui composent ce dossier, que complèteront bientôt d’autres publications :

– Claire Aragau « Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques »

– Pierre Cornu, « La géographie rurale française en perspective historique »

– Catherine Didier-Fèvre, « La nuit : une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? »

– Lou Herrmann, « Le lotissement en France : histoire réglementaire de la construction d’un outil de production de la ville »

– Christophe Imbert, Julie Chapon et Madeleine Mialocq, « L’habitat informel dans l’ouest de l’Ariège : marginalité ou alternative à la norme ? »

– Céline Massal, « La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ? »

– Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines »

– Greta Tommasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises »

Chacun de ces articles est richement illustré. Je vous invite à découvrir également le cadrage pédagogique, l’atlas du dossier et une bibliographie sur les espaces périurbains qui vient compléter celle sur les espaces ruraux parue à l’occasion de la future question de concours.

Très bonne lecture

Le nom de Lyon

Le nom de Lyon.Gilbert Vaudey. Paris, Christian Bourgeois Éditeur, 2013. 371 p. 17€

Il est des moments rares et précieux dans la vie d’une lectrice : la découverte d’un ouvrage délectable que l’on consomme par petites bouchées en gourmet. La promenade littéraire que Gilbert Vaudey propose ici en fait partie. Il offre, au fil d’un texte superbe, sa géographie sentimentale de Lyon élaborée au fil de ses marches et promenades dans la ville.

Ce flâneur infatigable est né lyonnais et, à l’exception de ses années d’études à l’ENS Saint-Cloud, y a toujours vécu. Professeur d’histoire en CPGE au Lycée du Parc, il a successivement habité les Pentes de la Croix-Rousse, le Plateau, le quartier d’Ainay, la Part-Dieu avant de s’établir dans le 6èmearrondissement à proximité du Parc de la Tête d’Or. Ces quartiers ont marqué l’homme ; si bien, qu’au fil du texte de cette psycho-géographie, le portrait de la ville qu’il en fait devient le miroir de sa vie. L’ensemble est conçu comme une promenade. On chemine tel le passant dont les pas seraient guidés par cet érudit sachant dire juste ce qu’il faut pour comprendre la mémoire des lieux au regard de notre époque. Ce magnifique exercice littéraire rend compte essentiellement des espaces vécus par lui-même. Aussi, les habitants de Gerland, de Montchat, de Montplaisir, des États-Unis n’auront pas le plaisir de suivre notre promeneur passionné dans leur quartier. Gilbert Vaudey joue franc-jeu et même s’il évoque, à un moment ou à un autre du texte, tous les arrondissements lyonnais, il estime qu’il n’est pas légitime d’en parler, ne les ayant pas assez pratiqués.

Car, si ce texte sensible touche, c’est par sa pratique de l’espace, perpétuellement renouvelée dans le cadre d’un éloge de la lenteur. Ses descriptions des traboules empruntées à une époque où les digicodes n’en fermaient pas les accès comme la recherche d’un petit coin propice à la lecture au sommet d’une tour du quartier Renaissance du Vieux Lyon encouragent le lecteur à une découverte urbaine, loin des itinéraires balisés des guides touristiques. L’évocation des mutations des espaces engagées depuis l’après seconde guerre mondiale par Zizi béton (entendez par là Louis Pradel) n’est en rien nostalgique. Les rénovations et les réhabilitations ont beaucoup œuvré à changer l’image de la ville décrite ainsi par Baudelaire et ayant perduré jusqu’au début des années 1980 : « Ville singulière, bigote et marchande, catholique et protestante, pleine de brumes et de charbon ». Le classement UNESCO en 1998 récompense les efforts engagés depuis les années 1960 (de la sauvegarde du Vieux Lyon en passant par le plan Couleur de 1989 ayant coloré les façades des immeubles) en reconnaissant Patrimoine mondial de l’Humanité non pas un quartier mais l’évolution et la mouvance du centre-ville passé du haut de la colline de Fourvière à l’époque des Romains, à la rive droite de la Saône (centre médiéval), à la Presqu’île aux XVIIème- XVIIIème siècles, aux Brotteaux au XIXème siècle puis à la Part-Dieu au XXème. Toutes ces mutations engagées à l’échelle d’une vie, celle de Gilbert Vaudey, font la matière de ce superbe autoportrait .

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

La ville prise aux mots.

« La forme d’une ville change plus / hélas que le cœur d’un mortel », voici parfaitement résumé par Baudelaire les mutations et métamorphoses de la ville sur lesquelles Francis Beaucire et Xavier Desjardins, tous deux enseignants de géographie à Paris I, se proposent de revenir via ce petit livre. Pour s’y retrouver dans toutes les nouvelles appellations accolées au terme de ville, nos deux compères proposent des extraits de textes emblématiques « pour informer les débats qui président à toute réflexion sur la ville et à tout projet pour sa transformation. » (p. 13).

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une anthologie, certains extraits étant très courts mais d’un outil de réflexion pour comprendre comment on est passé de « la ville à la ville sans qualités jusqu’à la ville assiégée de qualificatifs » (p. 11). Ils reviennent sur les textes ayant précédé la qualification de « mort de la ville et du règne de l’urbain » par Françoise Choay dans les années 1990. L’émergence du périurbain (sous ses différentes appellations [1]) brouille les limites autrefois claires entre la ville et la campagne. La mondialisation et les formes urbaines qu’elle produit achève de complexifier la forme des villes et alimente l’imaginaire de certains auteurs partagés entre rêve et cauchemars.

Ce recueil de textes de « causeurs de ville » (p. 85) rend compte à la fois des visions optimistes sur les opportunités offertes par la ville d’aujourd’hui et celles pessimistes. Des données essentielles pour se forger son opinion et maîtriser les tenants et les aboutissants du débat.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Lyon, ville brésilienne ?

Lyon serait-elle une ville brésilienne ? Tout invite à le penser puisque c’est le Brésil qui a été choisi comme thématique pour le concours 2018 de l’École Normale Supérieure de Lyon1 et que, conjointement, la crypte de la basilique de Fourvière a accueilli cet automne une nouvelle vierge dans sa collection : une copie de Nossa Senhora Aparecida, la patronne du Brésil2, bénie lors de la venue à Lyon du Cardinal brésilien Raymundo Damascéno de Assis.3. Cette concordance fortuite des temps a été l’occasion de démontrer aux étudiants de Khâgne d’un établissement de l’enseignement catholique sous contrat avec l’Éducation nationale la vitalité de la diaspora brésilienne lyonnaise engagée dans cet événement.

La France dispose d’une particularité franco-française dans le domaine de l’enseignement : les classes préparatoires. De bons élèves titulaires du baccalauréat peuvent choisir d’intégrer pour deux ou trois années, le temps de leur Licence, une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Écoles) littéraire, scientifique ou économique afin de préparer des concours d’entrée très sélectifs4. Ceux présentant le concours de l’ENS Lyon se sont engagés dans des études littéraires combinant un éventail de disciplines telles que la philosophie, les lettres, l’histoire, la géographie, des langues vivantes et/ou anciennes (latin et grec), autant de matières pour lesquelles ils passeront une épreuve écrite au début du mois d’avril 2018. L’épreuve de dissertation de géographie portera sur le Brésil, question inscrite au programme de l’école cette année. Une lettre de cadrage5 produite à l’ENS Lyon indique les grandes lignes directrices pour traiter de la question sans imposer aucun dispositif pédagogique. Le professeur de géographie a un volant d’une quarantaine heures de cours devant une classe de 33 étudiants pour faire le tour de la question brésilienne. Un vaste travail de lectures universitaires et littéraires, accompagné du visionnage de films brésiliens emblématiques, est indispensable, en amont de la présentation du cours devant les étudiants, afin de brosser un tableau le plus pertinent possible du Brésil.

Le cours annuel a été organisé en trois grandes parties6 dont une première consacrée au Brésil et aux Brésiliens se terminant par une étude des villes brésiliennes afin de montrer que la ville est au cœur des enjeux sociétaux brésiliens et plus spécifiquement en quoi elle cristallise les tensions traversant la société. En introduction à cette thématique, les élèves, par groupe de 5 ou 6, ont travaillé lors d’une séance de deux heures sur un corpus de trois articles issus de revues universitaires francophones portant spécifiquement sur une ville, Brasília, Curitiba, Londrina, Oliveira, Rio de Janeiro, São Paulo. L’analyse des articles visait à être capable de présenter sous forme d’une synthèse orale et écrite les caractéristiques de la ville prise en charge puis de montrer les tensions qui s’y jouent et comment elles reflètent celles traversant la société brésilienne : l’ensemble devant être accompagné d’un croquis de synthèse. Ce travail de groupe, ébauché en classe, a ensuite dû être mis au point par les différents membres du groupe en dehors du temps scolaire avant de pouvoir prendre la parole, la semaine suivante, devant la classe pour présenter la ville étudiée.

Les interventions orales ont permis à tous de « faire connaissance » avec des villes brésiliennes et plus particulièrement avec celle prise en charge lors du travail commun. Au-delà d’une meilleure connaissance de la question urbaine brésilienne et de la maîtrise d’un cas particulier, l’objectif de ce travail était de confronter les étudiants à des articles issus de revues universitaires et non seulement à des articles de synthèse publiés par les médias, de réaliser une synthèse à l’issue d’un travail de groupe et de traduire graphiquement les caractéristiques et enjeux propres à la ville étudiée. La constitution des corpus d’articles a toutefois été limitée par l’accès à des articles en français. Cette contrainte a fait qu’aucune ville amazonienne ou du Nordeste ne figure dans les cas étudiés par les groupes. Le temps imparti à ce travail a été limité en classe à 4 heures (deux heures de travail de groupe et deux heures de synthèse orale suivie de questions posées par les étudiants à leurs camarades). Ce travail ne s’est en aucune façon substitué à un cours plus traditionnel (cours magistral) puisque les études de cas urbaines ont été suivies d’une mise en contexte consacrée à l’urbanisation du territoire et à la croissance urbaine, à l’étude de l’armature urbaine brésilienne, et à la place tenue par la planification et l’informalité dans les villes brésiliennes.

Au final, après avoir réussi à élaborer une synthèse orale de qualité (pour la quasi-totalité des groupes), le plus long a consisté pour les étudiants à rédiger une synthèse écrite et un croquis de synthèse sur leur temps libre : l’échéance printanière du concours et le nombre d’heures réduites consacrées à la géographie ne permettant pas d’accorder davantage de temps à la mise au point d’une production écrite et graphique en classe. Ce sont ces productions que la revue Confins s’est proposée de publier afin de montrer que les villes brésiliennes, y compris vues à l’étranger, n’ont pas si mauvaise presse et que l’accès aux résultats de la recherche permet de nuancer les images véhiculées par les médias et des manuels scolaires7 (Moreira Ulhôa, 2017, Moreira Ulhôa et Farias Vlach, 2012).

« Lyon, ville brésilienne ? »

Catherine Didier-Fèvre et la Khâgne Sainte-Marie Lyon 2017-2018

Confins, Revue franco-brésilienne de géographie / Revista franco-brasilera de geografia, N° 34 | 2018

La suite sur Confins : https://journals.openedition.org/confins/12831

Lauréate de l’édition 2017 du prix Mobilithèse

Créé en 2017 par le Forum Vies Mobiles, le prix « Mobilithèse » vise à récompenser et à mettre en lumière les meilleurs thèses et mémoires qui traitent de questions relatives à la mobilité

Lauréate de l’édition 2017

du prix Mobilithèse

-Catherine Didier-Fèvre : Vivre et bouger dans les entre-deux. Jeunesse et mobilités dans les espaces périurbains . Thèse de géographie dirigée par Monique Poulot et Lionel Rougé, et soutenue en 2015 à l’université Paris-Ouest (France).
Publication sur le site : 23 janvier 2018

http://fr.forumviesmobiles.org/mobilithese/2017/07/20/prix-mobilithese-laureats-ledition-2017-3727

La « jeunesse invisible » des espaces périurbains sous les projecteurs : entre satisfaction et malaise

Voici ENFIN la publication numérique de l’ouvrage collectif en libre accès issu du colloque de 2015 à Bruxelles du

Centre d’études sur les jeunes et les médias

.

http://docs.wixstatic.com/ugd/d232ed_9fe7d9a5e72747a7a36e36102cc27262.pdf

Mon article « La « jeunesse invisible » des espaces périurbains sous les projecteurs : entre satisfaction et malaise » figure dans le chapitre « Diversité, entre visibilité et invisibilité »

La France des marges.

La France des marges. Olivier Milhaud. La Documentation française, N°8116, mars-avril 2017. 64 p.

Inscrire aux concours de l’enseignement la question des marges peut sembler paradoxal au regard des programmes scolaires puisque l’expression n’y est pas employée. « Plus fondamentalement, se demander avec des élèves jusqu’où la République est intégratrice pour son territoire et ses populations n’est pas simple » (p. 16).

Allant à l’encontre des représentations d’une géographie qui « légitiment, naturalisent, dépolitisent l’ordre social/spatial établi » (Y. Lacoste, 1976), la thématique des marges ne se résume pas à un rapport binaire entre ce qui est intégré et ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi Olivier Milhaud, MCF à Paris-Sorbonne, propose d’aborder cette question par le biais d’une typologie et de poser en permanence la question des marges. C’est le grand mérite de ce nouvel opus édité par la Documentation française et ce questionnement permanent sur ce qui fait ou non la marge rend stimulante la lecture d’un ouvrage, qui, au premier abord, peut sembler manquer d’unité.

« Parler de la France des marges, n’est-ce pas nécessairement mêler des réalités qui n’ont rien à voir les unes avec les autres ? » (p. 3). Si la marginalité renvoie à ce / à ceux qui ne fait/font pas partie du système, elle implique également des espaces et des populations pouvant se trouver au centre (la présence des SDF dans les hyper-centres des villes), dans des espaces stratégiques et attractifs (la Guyane, mais également les espaces périurbains). La marginalité peut également être un atout à protéger (telle la zone cœur des parcs nationaux). Elle peut être aussi un choix revendiqué (Le Hameau des Buis, village colibris dans l’Ardèche). Pour cela, les exemples foisonnent dans cet ouvrage pour rendre compte du paradoxe des marges. Ces espaces délaissés peuvent être l’objet de multiples efforts publics pour les désenclaver, rénover, réinsérer. Et dans ce cas, « peut-on toujours parler de marge et de marginalité ? » (p. 60). À travers le cas de Lyon-Confluence, est analysée la manière dont une marge peut devenir un centre. Ainsi aucune marge ne l’est de façon durable comme la centralité d’un lieu n’est pas acquise de façon définitive. « Penser la géographie de la France depuis ses angles morts, c’est, en somme, faire une géographie plus humaine et plus complète. » (p. 16).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard.

« La jeune fille se livre par à-coups timides. « Ah, vous faites du tourisme. » Elle n’est pas étonnée. « Il y a de jolies choses à voir par ici. » Les dames s’en mêlent : le Vieux Pays. Le Village. Le Canal. La jeune fille habite à la Haie Bertrand, des pavillons neufs dont la moitié ont été construits par les Castors : c’est le prochain arrêt. Ses parents viennent de Paris, du onzième, ils sont passés par une HLM à Aulnay mais, pour sa part, elle a toujours vécu ici. Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard. Et certainement pas à Paris. Elle étoufferait. Paris, elle connaît bien : elle va au lycée Racine. Elle étudie pour être secrétaire de direction. Non, ce n’est pas que cela lui plaise particulièrement, mais il faut bien. Elle fait le trajet en bus plus RER plus métro. Ça va encore, c’est surtout quand on doit aller de banlieue à banlieue que c’est dur : elle a une copine qui habite Villepinte et travaille à Bondy, ce n’est pourtant pas bien loin, et cela fait une heure et demie dans chaque sens. Ses loisirs ? Oh, elle est simple, alors elle aime bien rester chez elle. Le dimanche elle sort avec ses chiens. Non, elle n’a jamais peur, mais bien sûr elle ne prend pas le RER tard le soir. »

Extrait de Les passagers du Roissy-Express. F. Maspéro, 1990 (2004), pp. 67-68

« Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres »

Un reportage tout à fait conforme à la réalité dans le Nord de l’Yonne. Le périurbain, un espace où faire grandir ses enfants, a un coût social important pour les familles.

« Près de 2,5 tonnes de marchandises ont été dérobées à l’antenne des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne début février. Un reportage de la série Françaises Français.

En ressortant du local des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne, vendredi 10 février après-midi, les bras chargés de gros sacs remplis à ras bord, Sandra* précise tout de suite : « Faut pas croire, ça fait pas tant que ça. Pour huit, il faudra quand même aller faire les courses. » La distribution, cette semaine, aurait bien pu ne pas avoir lieu, car le week-end précédent, entre les 4 et 5 février, cette antenne des Restos du cœur de l’Yonne accueillant plus de 200 bénéficiaires a été cambriolée. Près de 2 tonnes et demie de marchandise ont disparu. « On est tous dans la galère, dit Sandra, offusquée. Et eux, ils viennent piquer la bouffe ici ! Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres. »

« S’il n’y avait pas eu de distribution aujourd’hui, expose-t-elle en haussant les sourcils, ça aurait été la galère. » Agée de 34 ans et arrivée de région parisienne avec son mari il y a trois ans, elle ne voulait pas que ses six enfants grandissent dans de mauvaises conditions. Mais une fois installée dans un HLM de Pont-sur-Yonne, loin, bien loin des bassins d’emploi, sans véhicule ni permis de conduire, elle s’est retrouvée « coincée » et vit des allocations : RSA-couple, allocations familiales, allocations logement.

« Avant, du travail y en avait un peu », note cependant Aurélie*, qui, ce jour-là, est juste avant Sandra dans la queue. Elle aussi vient de région parisienne. A 39 ans, et avec une fille de 14 ans, elle arrive encore à faire quelques ménages « au black » pour s’en sortir. Elle a multiplié les petits boulots, d’auxiliaire de vie à serveuse, mais ça ne durait jamais longtemps. « Des fois, je pense à partir, que ça serait plus facile de trouver du boulot en région parisienne, admet-elle. Mais ma petite est scolarisée ici, elle a ses copines. »

« A la campagne, tu crois que ça va être plus facile »

Parmi les bénéficiaires beaucoup comme elle ont quitté la région parisienne dans l’espoir de meilleures conditions de vie, à l’écart des grandes agglomérations. « A la campagne, tu crois que ça va être plus facile, mais en fait ici le marché est hypercher. Dans les Yvelines, j’allais au marché du Val-Fourré pour ses prix. Alors qu’ici les cinq fruits et légumes par jour, comme ils disent, c’est même pas la peine. C’est mort. Et pourtant, je sais gérer », assure Sandra, en faisant remarquer qu’elle connaît les prix dans tous les magasins du coin. »

La suite sur http://lemonde.fr/francaises-francais/article/2017/02/17/meme-si-t-es-dans-la-merde-tu-voles-pas-aux-pauvres_5081096_4999913.html

Vivre et bouger dans l'entre-deux : jeunesses et mobilités dans l'espace périurbain