Archives par mot-clé : Sciences Humaines

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai.

13922796632_GDSH34_258

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai. Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, N°34. Mars-Avril 2014. 78 p. 7,50€

15 philosophes au banc d’essai ou La philo pour les Nuls, ou presque ! Voilà le pari qu’a relevé l’équipe de Sciences Humaines en proposant à ses lecteurs une analyse, la plupart du temps, lumineuse des idées des plus grands philosophes d’hier et d’aujourd’hui.

Malgré tout, il n’est pas question ici de véhiculer les idées reçues sur ces penseurs mais de montrer la complexité des individus et de leurs idées. Ainsi, l’idée que « Socrate le sage, Socrate le libre-penseur, Socrate le père de la philosophie… (a été) envoyé au trépas par une foule ignorante » (p. 6) est mise en contexte : celui du rétablissement de la démocratie après une période de tyrannie où notre Socrate ou du moins « plusieurs de ses disciples ont été associés à ce régime qui fit régner la terreur sur la ville. » (p. 7). Socrate représentait donc une menace politique.

Au-delà d’une approche biographique, très présente dans la plupart des articles, les idées sont examinées très simplement. Les raisonnements philosophiques sont décortiqués morceau par morceau. Quand c’est nécessaire des schémas viennent agrémenter le texte pour permettre au lecteur de ne pas perdre le fil quand les choses se corsent : Le système des 4 causes d’Aristote (p. 19), le problème de Hume (p. 33), la dialectique : une valse à 3 ou 4 temps (p. 43). Les articles les plus accessibles demeurent toutefois ceux qui sont consacrés aux philosophes les plus anciens : Socrate, Platon, Aristote, Descartes, Montaigne, Hume, Kant. C’est moins évident pour les articles présentant Derrida, Popper, Deleuze.

Au-delà des services que rendra ce Grand Dossier aux élèves de terminale ou aux étudiants en philosophie, deux limites non négligeables apparaissent. Les articles sont anonymes, à l’exception de quelques-uns signés par Louisa Yousfi. L’introduction s’en explique : « L’auteur de cette enquête se nomme Philomène. Qui est-ce ? Un « personnage conceptuel » : un terme inventé par Deleuze pour désigner les personnages fictifs et universels qui font vivre la philosophie. (…) (qui) veut simplement savoir où la philo mène… » ! Bon… Mais le nombre de coquilles et de fautes d’orthographe présentes dans le dossier laisse à penser que l’ensemble a été bouclé en vitesse. C’est dommage car le magazine Sciences Humaines n’est pas coutumier du fait.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

L’individu, secrets de fabrication.

L’individu, secrets de fabrication. Sciences Humaines, N° 256, février 2014

13890079092_SH256_258

Etre abonnée à Sciences Humaines, c’est avoir la surprise chaque mois de découvrir dans sa boîte aux lettres un dossier consacré à une thématique différente. Quand celle-ci a un rapport direct avec nos thèmes de recherche, l’enthousiasme est à son apogée ! C’est le cas avec ce numéro consacré à l’individu.

Ce dossier revient sur les idées reçues qui font émerger l’apparition de l’individu à la Renaissance (Elias, 1939). Les travaux de Durkheim (1893) sont aussi remis en question. La position qu’il tenait dans De la division du travail social : « Plus les sociétés sont primitives, plus il y a de ressemblances entre les individus dont elles sont formées. » témoigne d’une autre époque. Jean-Pierre Vernant (1989) comme Paul Veyne (1991) ont montré dans leurs travaux que l’expression des singularités est repérable dès l’Antiquité. Aristote et Platon se sont d’ailleurs affrontés sur le sujet. Le terme individuation apparaît au Moyen Age (Iogna-Prat et Bedos-Rezak. L’individu au Moyen-Age. Individuation et individualisation avant la modernité, 2005.) sous la plume de Dun Scot dans le cadre de la querelle des universaux portant sur la nature des notions générales. On doit à G. Simondon (1924-1989) l’idée que « l’individuation n’est jamais un produit « fini ». Les êtres s’adaptent et changent en fonction du milieu. L’individuation est un processus permanent et l’individu est un être en perpétuel devenir. » (p. 35) Les biologistes (Prochiantz ou Kupiec) confirment l’idée que l’individu n’est pas programmé mais qu’il se construit progressivement. Carl Jung (1875-1961) considère que l’individuation est un phénomène tardif propre à l’âge adulte alors que pour les psychanalystes de l’enfance, elle est propre à l’enfance. Le philosophe Vincent Descombes rend compte de ses divergences avec les sociologues et les psychanalystes en rappelant qu’individuation (existence en tant qu’individu) et qu’individualisation (distinction d’un individu par rapport aux autres) ne sont pas synonymes. « Pour pouvoir s’individualiser, il faut préalablement exister en tant qu’individu. » (p. 50)

La rédaction de SH a joué le jeu de l’individualisation jusqu’au bout en plongeant le lecteur dans les coulisses de fabrication du journal (dans la lignée du N° consacré à son 20ème anniversaire) et en donnant la parole dans l’éditorial à Martine Fournier. Cette dernière annonce son départ du magazine et transmet le relais à Héloïse Lhérété, jusque là responsable de la rubrique courrier des lecteurs. Les individus passent mais le journal reste. Ouf !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Le dictionnaire des sciences sociales.

C_Le-Dictionnaire-des-sciences-sociales_5181

Le dictionnaire des sciences sociales. Jean-François Dortier (dir.) Sciences Humaines Editions, Auxerre, 2013. 459 p. 17€.

En 2004 paraissaient aux éditions Sciences Humaines le gros volume : Dictionnaire des Sciences Humaines (875 pages, 49€) sous la direction de Jean-François Dortier, rédacteur en chef de la fameuse revue. Dès 2008, le gros dictionnaire a fait des petits et a été décliné en poche sous différentes thématiques.  Une formule plus pratique, moins encombrante pour qui aime lire dans les transports.

Les articles reprennent ceux qui sont présents dans le gros volume. Isabelle Mouton, la graphiste de Sciences Humaines, a pris le parti de mettre à part les notices biographiques dans un cahier grisé. L’essentiel de l’ouvrage est composé des articles portant sur les notions et les concepts. Le texte est très accessible. Les journalistes de SH sont les chevilles ouvrières de ce dictionnaire ou du moins celui de la première édition (Sylvain Allemand, Martine Fournier, Evelyne Jardin, Xavier Molénat, Jean-Claude Ruano-Borbalan…). On cherchera en vain leurs noms dans la formule de 2013.

Les notices publiées dans le volume de 2013 ont été actualisées. Ainsi, l’article Banlieue propose en pistes bibliographiques l’ouvrage de Christophe Guilly : Fractures françaises. 2010. Idem pour la longue notice consacrée à la ville : Michel Lussault. L’avènement du monde. Essai sur l’habitation de la planète paru en 2013. L’article Péri-urbain demeure toutefois daté. S’il prend bien en compte le zonage en aires urbaines, la présence du tiret dans le mot témoigne d’une acception davantage anglo-saxonne que française, basée sur le modèle centre-périphérie. Aujourd’hui, les géographes ont montré l’émergence de polarités secondaires qui relativisent la dépendance de ces espaces au pôle urbain central. Le périurbain n’est plus un espace sous dépendance mais un espace où s’opère une hybridation entre la ville et la campagne. Les créations d’emplois dans ces zones témoignent du dynamisme de celles-ci. La vision de villages-dortoirs, si elle existe encore, doit être diversifiée.

Au-delà de ces réserves, ce volume est très utile et constitue une bonne mise en bouche pour aborder des notions et des concepts en sociologie. A conseiller pour les étudiants comme pour les lycéens.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent

13862301602_SH255_258

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent. Sciences Humaines, Numéro spécial, janvier 2014.

Les fins d’année sont propices à faire des bilans. Sciences Humaines n’y déroge pas. Le parti pris ici est de proposer à ses abonnés et à ses lecteurs en général une sorte de reader digest des 200 livres qui ont compté au cours des treize dernières années. La lecture de ce numéro spécial doit permettre de faire le point sur les idées qui ont marqué ce début de XXIème siècle. « Ce numéro vise à lutter contre l’usure du temps et prendre la mesure des évolutions en cours. Il s’inscrit dans une optique du « développement intellectuel durable » – ni course incessante à la nouveauté, ni retour aux éternels classiques -, mais un travail permanent pour approfondir et accroître notre savoir sur le monde. »

Parmi les 200 titres retenus, beaucoup ont d’ors et déjà joué un rôle central dans l’histoire des idées et plus modestement dans nos disciplines : Le cygne noir de Nassim N. Taleb, Effondrement de Jared Diamond, Géohistoire de la mondialisation de Christian Grataloup, The box de Marc Levinson, Les classes moyennes à la dérive de Louis Chauvel, Du village à la ville de Doug Saunders, pour n’en citer que quelques-uns. Parcourir ce numéro, c’est aussi prendre la mesure de toutes les lectures indispensables que l’on n’a pas faites ! C’est se mettre à rêver de disposer de davantage de temps pour lire et se former. Vision utopique en ces temps de révision des missions du métier d’enseignant !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Vers un nouveau monde

Vers un nouveau monde. Les grands dossiers des Sciences Humaines. N°33. Janvier-février 2014.

2d7a3d3424b3e8ea087ed4068189c5a4

 « Ce nouveau Monde appelle un effort de synthèse pour être compris. Le grand défi des sciences humaines du XXIème siècle sera de penser globalement ses mutations. L’enjeu n’est rien de moins que d’infléchir sa trajectoire vers le meilleur, de léguer à nos enfants un futur qui devra prolonger et améliorer les acquis sans précédents dont nous jouissons aujourd’hui. » Ainsi s’achève l’éditorial de Laurent Testot, journaliste au magazine Sciences Humaines, qui a coordonné ce dossier fort intéressant sur la mondialisation et notre société en général.

Les contributions ou interviews de géographes (Sylvie Brunel, Michel Lussault), de géopoliticiens (René-Eric Dagorn), d’économistes (Jeremy Rifkin), de sociologues (Julien Damon), de philosophes (Marcel Gauchet) sont rassemblées ici pour nous aider à penser le monde qui nous entoure. Un Monde avec une majuscule comme nous invite à le considérer Michel Lussault qui veut rompre avec une « vision continuiste de la mondialité » et insiste sur « la radicale nouveauté du Monde comme espace social à l’échelle globale », innovation qui justifie selon lui l’emploi de la majuscule. La clé de lecture de notre Monde n’est pas la mondialisation mais l’urbanisation qui a modifié profondément nos sociétés. La mobilité a, elle aussi, changé en profondeur les sociétés. L’hyperspatialité (la capacité à se connecter en tout lieu à tout lieu) n’a pas encore révélé tous ses ressorts. « Songez qu’il y a encore dix ans, les Smartphones, les tablettes et tous les autres outils numériques dont nous ne pouvons plus nous passer n’existaient pas encore ! »  Michel Lussault estime qu’il faut cesser de penser le Monde d’aujourd’hui avec des outils conceptuels d’hier (ceux du XIXème siècle). Le Monde d’aujourd’hui doit être lu à travers trois paradigmes : l’urbanité, la mobilité et la vulnérabilité. Pour lui, l’échelle étatique a vécu et il faut inventer autre chose : « « un parlement urbain » qui donnerait une voix à des représentants de ces aires urbaines qui comptent tant aujourd’hui, et un parlement de la Terre » qui pourrait être le lieu où les questions de nature mondiale seraient traitées. » Cette analyse décoiffante, accompagnée de propositions, montre, s’il en était besoin, que les géographes ont beaucoup à apporter à la lecture de notre Monde.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes