Archives par mot-clé : recherche

Le quotidien du chercheur. Une chasse aux fantômes ?

72fa1b0a644251e96c5207638afd945d

Le quotidien du chercheur. Une chasse aux fantômes ? Cédric Gaucherel. Quae, 2014. 96 p. 9,90€

Ne dit-on pas que « la vérité sort de la bouche des enfants » ?

La preuve en est quand on considère le bon mot d’esprit qu’ont tenu les enfants de Cédric Gauchevel, écologue à l’INRA, pour présenter le métier de leur père. Etre chercheur revient à chasser des fantômes ! Dans un sens, ce n’est pas totalement faux tant l’activité de recherche est composée d’incertitudes et de quêtes impossibles.

Ce petit livre se veut un vade-mecum qui doit aider tous ceux qui cherchent ou qui ont envie de chercher.  Car le paradoxe du métier de chercheur est de ne pas être enseigné. Les cours d’épistémologie (plus particulièrement dans les sciences dures) sont rares alors que connaître dans quel contexte a émergé tel ou tel concept est central pour comprendre comment se fait la science.

L’ouvrage se compose de trois parties. La première, consacrée à l’idée de nature, est particulièrement « complexe ou compliqué ? » pour reprendre le titre d’une sous-partie, demeurée obscure. De nombreux prérequis sont nécessaires, malgré la présence d’illustrations et d’encadrés, tirés des textes écrits par l’auteur pour le réseau de vulgarisation scientifique Plume !  par le passé.

Fort heureusement, ce sentiment de mal être disparaît à partir de la page 25 (consacrée à la biologie de l’amour) et plus particulièrement à partir de la deuxième partie traitant de la société. Une vaste réflexion sur le système d’évaluation de la recherche scientifique est menée. Le classement AERES et sa mise en œuvre sont largement écornés. Gaucherel propose que, plutôt que de faire évaluer un article par deux pairs (qui sont forcément juges et partis), mieux vaudrait faire réagir un spécialiste et un non spécialiste de la question sur un travail scientifique. Pas de risque ainsi qu’un travail soit saqué parce qu’il y manque la référence bibliographique mentionnant un des évaluateurs anonymes !

Une réflexion sur les conditions nécessaires à une bonne recherche occupe aussi l’ouvrage. « Pour faire une découverte en science, il faut donc avoir un bon bagage, maîtriser les thèmes où l’on choisit de s’engouffrer » (p. 48). « Puis, à la première découverte, l’écrire, la relire, et la critiquer, sans cesse. Le langage incarne ce que nous imaginons, l’écrit stocke ce que nous oublions. Il franchit les frontières, les frontières de l’ailleurs et de l’autrefois, il guérit de l’amnésie et de la myopie. » (p. 50) Le chercheur est le fruit de son époque et il n’est pas étonnant qu’une même découverte ait été faite en même temps simultanément (cf. Newton et Liebniz pour les équations différentielles). Cela signifie aussi la communauté scientifique est assez mature pour accueillir une telle découverte. L’interdisciplinarité a beaucoup à apporter à la science mais les résistances sont nombreuses. La discipline de l’auteur (l’écologie) est au croisement du naturalisme, de la géographie, de la systémique et des sciences humaines. Pour autant, chaque discipline garde sa manière de voir les choses ! La vulgarisation des découvertes se doit d’être réalisée par les scientifiques eux mêmes et non par des magazines de vulgarisation, dont la valeur est largement écornée par Cédric Gaucherel. De même, l’auteur dénonce le capitalisme scientifique défendu par Bruno Latour (1987). Il milite pour la slow science, qui va à l’encontre de la course à la publication. Gauchevel prédit d’ailleurs un krach du marché scientifique mondial pour bientôt quand les chercheurs se seront rendus compte que les revues classées AERES n’ont pas le facteur d’impact moyen qu’on leur attribue.

La fameuse formule du général De Gaulle (« Les chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent on en cherche ») est reprise dans la lignée des déclarations de Nicolas Sarkozy en 2009 :  les chercheurs français publient « à budget comparable, de 30 à 50% en moins qu’un chercheur britannique. » Des propos à l’encontre de la slow science prônée par Cédric Gauchevel.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Aux franges de l’Europe en quête d’inspiration

photo

LX Factory, Lisbonne, avril 2013

© Catherine Didier-Fèvre

Il y a un mois, Anne Piponnier nous offrait un  billet-cadeau sur la poétique du déplacement. Elle analysait le rôle que jouent les mobilités dans l’élaboration de la recherche. « Participer à des colloques, des séminaires, se rendre à des journées d’étude, rejoindre des rencontres plus ou moins formelles, relativement distants ou éloignés de nos bureaux et domiciles, sont, en effet, l’occasion de faire le déplacement, un mouvement à la fois familier et dérangeant, mais qui, chaque fois, nous engage à plus d’un titre, professionnel et personnel. » 

Me voici en route pour Mor en Hongrie où se tient le premier EURUFU  (European Rural Futures) dont la thématique porte sur “Transport and mobility in rural areas in the context of demographic change ». J’y exposerai les problématiques propres aux navettes réalisées par les jeunes habitant un espace périurbain aux franges de l’Ile-de-France. A la lisière de l’âge adulte, ces élèves périurbains qui fréquentent le lycée de Sens doivent faire avec l’espace. Non autonomes, ils dépendent des transports scolaires à la fois pour suivre leurs études mais aussi pour voir leurs amis, pour sortir, pour exister en dehors du cadre familial. Si, pour les adultes que nous sommes, leurs mobilités contraintes nous semblent bien difficiles à supporter, l’analyse de leurs déplacements et ce qu’ils en disent nous apprend beaucoup sur la capacité d’adaptation de nos élèves. Contraints par des transports longs et rares, ils sont mobiles dans le cadre de leur journée de lycée. Le moindre temps libre est exploité pour explorer la petite ville, pour se forger une personnalité en se confrontant aux uns et aux autres. La fréquentation du lycée leur offre un champ des possibles qu’ils ne soupçonnaient pas quand ils étaient encore élèves au collège.

Tout cela, je le sais plus ou moins depuis que j’ai soutenu mon mémoire de M2 recherche. A quoi bon me direz-vous aller à l’autre bout de l’Europe pour y raconter cette histoire ? De surcroît, en anglais, devant un public d’institutionnels hongrois ou européens de l’est ? Sans compter tout le travail de rédaction qui m’attend !

Et bien, j’escompte beaucoup de cette rencontre, tant au plan professionnel que personnel.

Une immersion totale en langue étrangère, dans un anglais, davantage outil de communication internationale que langue de Shakespeare, me fera le plus grand bien. Par ailleurs, quoi de mieux que d’être en contact avec celles et ceux qui ont des préoccupations proches de son terrain de recherche ? Car, même si nos espaces d’étude semblent bien éloignés, les franges orientales sont en proie à des mutations qui ressemblent bien à celles qui sont en cours ici.

Faire ce voyage à l’Est, c’est aussi, pour la chercheuse que je suis, aller physiquement aux frontières de son monde. C’est une manière d’explorer ses limites (au sens propre comme figuré) et de les mettre à l’épreuve, de se confronter à l’Ailleurs. Rien de mieux qu’une mise en contexte de ce type quand on a la prétention de travailler sur la perception de l’Ailleurs par les jeunes à l’heure de leurs choix post-bac !

Catherine Didier Fèvre