Archives par mot-clé : périurbains

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Les choses qui brillent

Quel bonheur de découvrir une artiste qui travaille sur des thèmes proches des siens !

Pour qui s’intéresse, comme moi, à l’action culturelle, ce travail réalisé dans le cadre d’une résidence artistique à Bourges entre doublement en écho avec mes préoccupations de chercheuse. Photographe, elle fait parler les jeunes d’un quartier sensible sur leur quotidien et leurs rêves, comment ils voient leur avenir. Des champs de questionnements équivalents aux miens mais rendus par le biais du médium photographique.

Je suis avide de découvrir son travail en vrai à l’occasion de ma visite dans cette bonne ville de Bourges à l’occasion du Printemps !

Les choses qui brillent

Exposition du 29 Mars au 30 Avril – 19 avenue de la Libération à Bourges.
Dans le cadre d’une résidence artistique à l’Agence d’Exploration Urbaine/Emmetrop.

 

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne.

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun. Yemmafouo Aristide. L’Harmattan, 2013. 264 p. 28€

41YaD0PdoLL

La croissance urbaine que connaît l’Afrique s’accompagne du passage de la ville compacte à la ville étalée. Aux marges des agglomérations, apparaissent des espaces périurbains. Peu étudiés, ils sont pourtant au cœur de l’urbanisation en cours. C’est là que se joue l’avenir de la ville africaine. C’est du moins l’hypothèse que fait Aristide Yemmafouo, enseignant-chercheur en géographe à l’Université de Dschang (une ville de l’ouest du Cameroun), qui publie ici le premier ouvrage sur les espaces périurbains africains. Ce texte est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenu en 2009.

Lire les espaces périurbains africains n’est pas aisé car l’armature conceptuelle a disposition est occidentale et plus particulièrement française. Les espaces périurbains camerounais ne peuvent se comprendre qu’en les replaçant dans le contexte urbain africain (ville coloniale / ville nouvelle / ville spontanée et anarchique). L’urbanisation des villes africaines est le résultat de l’exode rural massif qui a eu lieu au lendemain des indépendances. La périurbanisation (apparue dans les années 1980) s’explique par un double processus :

–  la gentrification des centres urbains petit à petit réservés à la nouvelle bourgeoisie.

–  le désir d’avoir un chez-soi partagé par les classes moyennes, qui trouvent en périphérie un accès au terrain plus aisé.

L’installation dans le périurbain ne se fait pas directement : le rural s’installe d’abord en ville puis quitte celle-ci au profit des espaces périurbains. Ces ménages pratiquent une double activité (commerce et agriculture – le « vivrier marchand »). Ils se rendent à la ville grâce à des petites motos chinoises.

La question foncière est centrale pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. Elle fait la spécificité du périurbain africain. Dans les pays occidentaux, la périurbanisation s’explique surtout par le développement des transports et plus généralement l’accessibilité des espaces périphériques même si la question foncière n’est pas négligeable. En Afrique, prendre en compte le statut de la terre est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. La propriété foncière, comme on la connaît dans notre pays, n’existe pas. La terre appartient à un groupe qui la reçoit du représentant de l’ancêtre fondateur de la chefferie (droit coutumier). La terre ne se vend pas. Elle est un outil de production et de reproduction sociale. Cette conception foncière traditionnelle se heurte au droit moderne (droit écrit) et c’est pourquoi de nombreux propriétaires périurbains ont fait immatriculer leurs terres afin de faire valoir leurs droits sur celle-ci (obligation de prouver que le terrain est occupé avant 1974 et qu’il est mis en valeur). Ces propriétaires périurbains sont accusés d’alimenter la spéculation en refusant de céder leurs terres actuellement. Ces mesures entrent en opposition avec la loi foncière camerounaise qui autorise tout Camerounais à s’installer où il veut !

Cet imbroglio juridique est particulièrement exploité dans cet espace d’entre-deux qu’est le périurbain. « (…) Les acteurs exploitent plutôt les faiblesses de la législation foncière et urbanistique en vigueur pour établir leurs propres lois. » (p. 99) La mise en place progressive de l’immatriculation des terrains permet leur cession. Ce sont les jeunes autochtones qui vendent des parcelles à des jeunes allochtones afin de récupérer des fonds (financement d’études, achat d’un fonds de commerce…). Cela doit tout de même se faire avec l’accord du chef de la chefferie (qui à l’occasion reçoit des cadeaux). Des promoteurs privés peuvent aussi acquérir des parcelles afin de répondre à la demande en logements des urbains. Ils se substituent à des structures parapubliques chargées de ces prérogatives au nom de l’Etat mais dont l’action est inefficace. Le rôle de ces promoteurs est à relativiser en raison de l’importance de l’auto-construction. En dehors de ces transferts de propriétés, il existe un grand nombre de situations intermédiaires : location et prêt de terrain à des fins agricoles (en attendant que le propriétaire ait réuni assez d’argent pour construire sa maison), location et logement gratuit (dans le cadre de solidarités familiales) en échange de son entretien.

Ces mutations foncières ont des répercussions paysagères. Les maisons sont de plus en plus réalisées en dur et celles en brique de terre disparaissent. Elles témoignent de la richesse de leurs habitants et sont identifiées comme telles par le voisinage. Les espaces périurbains présentent un urbanisme très divers (lotissement planifié, habitat informel) où l’agriculture tient une grande place  (jardin de case, maraîchage, élevage, agroforesterie : avocatier, safoutier, goyavier…). Une façon de garder « un pied dedans, un pied dehors » (Chaléard et Dubresson, 1989).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ?

410nY-KUp5L

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ? Lionel Rougé (dir.). Loco Editions, 2013. 22€.

Voilà une injonction qui va nous plaire ! Le périurbain a bien besoin qu’on lui redore son image car les médias (Télérama, Le Monde ou Libération) ne l’ont pas épargné ces derniers temps. A les lire, ce périurbain « cauchemardesque » est rendu responsable de tous les maux de la société (réchauffement climatique, déficit démocratique, déliquescence sociale, individualisme, …) alors qu’il n’en est rien ou du moins les choses ne sont pas si graves que cela.

Sort donc cet automne le second volume du Forum Vies Mobiles qui fait suite au colloque organisé à Paris en janvier 2013 autour de la thématique : Des mobilités durables dans le périurbain est-ce possible ? Placé sous la direction scientifique de Lionel Rougé, maître de conférences en géographie à Caen, ce colloque avait réuni à la Maison Rouge pendant deux jours les VIP du périurbain. Les débats menés par Sylvain Kahn se déroulaient dans un espace digne d’un plateau de télévision (ils ont d’ailleurs été intégralement filmés et sont disponibles sur le site du Forum). Aussi, ce volume est l’album souvenir du colloque. C’est un bel objet, richement illustré par les travaux des artistes qui tenaient une place majeure dans l’événement. Le plan du livre reprend le déroulé du colloque. Les différentes parties sont enrichies de nombreux documents iconographiques : documents projetés lors du colloque mais aussi des gros plans sur des travaux de chercheurs, des interviews d’acteurs.

Toutefois, les textes des intervenants ne sont pas reproduits, comme cela est l’usage pour des actes de colloques. Ce sont les comptes rendus des interventions qui sont publiés. Les textes sont à la troisième personne (cela donne « Machin dit que »). On a l’impression de lire les notes de quelqu’un qui aurait assisté au colloque. D’ailleurs, pour qui y a assisté, une étrangeté est à soulever ! A aucun moment de ce grand colloque, il n’a été question de changer l’appellation périurbain. Et pourtant ! La seconde moitié du livre adopte l’appellation de rurbain. C’est la revanche de Jean-Michel Roux et de Gérard Bauer (La rurbanisation, la ville éparpillée. 1976) ! C’est la réponse du Forum à la multiplicité des espaces périurbains et des appellations : « de l’entre-deux-villes (ou « zwischenstadt »), ville diffuse (ou cita diffusa), en passant par l’hypo-urbain, l’infra-urbain, le suburbain, la ville émergente, les franges urbaines ou métropolitaines, les fronts pionniers, le périurbain, le périrural, voire les villages périurbains… » (p. 40), au nom de l’inversion de regards. Etonnant ! J’y étais et je n’ai pas perçu cette inversion !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes