Archives par mot-clé : Olivier Galland

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans.

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Olivier Galland et Bernard Roudet (dir.). Paris, Doc’ en poche. Paroles d’experts. La Documentation française, 2014, 276 p. 9,90€

Capture d’écran 2014-11-16 à 11.53.39

Afin de mieux adapter ses politiques en faveur des jeunes, l’Etat a confié à l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) la mission de réaliser des études, des enquêtes et des synthèses sur la jeunesse. Cet ouvrage rend compte de ce travail longitudinal mené, auprès des jeunes de 18 à 29 ans, avec les enquêtes Valeurs menées en collaboration avec l’Arval (Association pour la recherche sur le système des valeurs).

La cheville ouvrière de ce travail est Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’Injep, décédé en 2013. Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse, a dirigé cet ouvrage publié dans une première édition en 2012, paraissant aujourd’hui en édition de poche.

Travailler sur l’évolution des valeurs exige de savoir ce que l’on entend par valeurs. « Pour les sociologues comme Emile Durkheim ou Max Weber, l’unité d’une société se fonde sur les valeurs partagées, sur des « idéaux collectifs » transmis aux individus. (…) Afin d’évaluer ce qui fait la stabilité d’une société, mais aussi ce qui peut la faire bouger, il est important (…) d’analyser ce processus de changement des systèmes de valeurs, de repérer comment les individus recomposent leurs systèmes de valeurs et de comprendre ainsi les tendances d’évolution d’une société. » (p. 11).

Ainsi, cette étude montre que les jeunes d’aujourd’hui se sont détachés des mouvements contestataires de l’organisation de la société, cette dernière étant moins clivée par classes d’âges qu’en 1981, même si le niveau d’études entre énormément en ligne de compte. Parallèlement, la montée de l’individualisation s’accompagne d’une mise en avant des valeurs de tolérance allant de pair avec un désir de cadres et d’autorité, à rapprocher du quart des jeunes les moins diplômés montrant un attrait pour un régime autoritaire. La famille tient toujours une place centrale chez les filles comme les garçons sans que les formes diversifiées d’organisation de la famille ne soient un obstacle à l’égalité entre les sexes. A rebours des discours publics, la valeur travail n’est pas remise en cause par les jeunes (70% des jeunes, contre 68% des plus de 30 ans, estiment le travail comme un domaine très important de la vie en 2008).

Publié dans la collection Paroles d’experts, cet ouvrage comporte des graphiques à la lecture complexe (voir les figures du chapitre 1) malgré les commentaires qui les accompagnent. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les dernières enquêtes ont été réalisées avant la crise économique et la confirmation de la montée du FN (2007 et 2008), et ainsi relativiser les constats optimistes qui en ont été tirés : « Globalement, l’intolérance est limitée, chez les jeunes comme chez les adultes, et elle apparaît en baisse depuis l’enquête de 1999. Le rejet en fonction des critères ethniques ou religieux et le rejet des immigrés, notamment, sont fortement minoritaires chez les jeunes. Ils diminuent entre 1999 et 2008, tout particulièrement en ce qui concerne les musulmans (- 7 points) et les gitans (- 15 points). » (p. 62).

La continuité générationnelle («  allant de 18 ans à 50 ans, voire 60 ans » p. 259) mise en avant dans cet ouvrage fait qu’il n’y a plus vraiment de rupture sur le plan des valeurs. « Les parents sont devenus des accompagnateurs dont la tâche est d’aider les jeunes adultes en devenir à faire leur place, progressivement, dans la société. » (p. 260) En revanche, au sein des jeunes eux-mêmes, un clivage intragénérationnel existe en fonction des atouts scolaires. L’école a donc un rôle central à jouer.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie.

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie. Alexandro Cavalli, Vincenzo Cicchelli, Olivier Galland (dir.). Le sens social. PUR, 2008. 273 pages.

16843428_1396808-77686

Tracer le portrait de la condition juvénile en France n’est déjà pas une mince affaire, mais en faire une analyse comparative avec la situation italienne l’est encore moins. Cécile Van de Velde s’y est déjà essayée, avec succès, à l’échelle européenne dans sa thèse publiée en 2008 aux PUF : Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en EuropeAfin de mener cette entreprise, les directeurs de cet ouvrage ont réuni lors du colloque de Paris des 11 et 12 mai 2006 trente chercheurs contributeurs au volume.  Trois thématiques sont déclinées tout au long de l’ouvrage. Les chapitres sont tous construits de la même manière : deux éclairages par des spécialistes de la question et une dernière partie constituée par une synthèse opérée par un troisième auteur.

 

Comment devient-on indépendant ?

 

Sont examinés successivement le moment où le jeune quitte ses parents, la manière dont il gagne sa vie et comment il se met en couple. Ainsi, il apparaît qu’en Italie, l’âge de départ du domicile familial est plus tardif (27-28 ans) qu’en France (23 ans). Cela tient au fait que la famille joue un rôle plus fort en Italie. Le rôle matériel joué par celle-ci n’est pas la seule raison qui pousse les jeunes à rester chez leurs parents. Nombreux sont les jeunes Italiens qui travaillent mais qui demeurent chez leurs parents. Les aides à l’installation n’existent pas en Italie. L’entraide intergénérationnelle est centrale. La culture de l’autonomie n’existe pas en Italie. Il n’y a pas de modèle intermédiaire entre le statut de jeune célibataire et de jeune marié. Globalement, la cohabitation intergénérationnelle se passe bien (les jeunes disposent, à l’intérieur de la famille, de libertés de plus en plus larges, obtenues par le biais d’une négociation entre jeunes et adultes) et les raisons de la briser sont donc limitées. Les jeunes Français quittent leurs parents pour poursuivre des études (le maillage universitaire en France est moins dense qu’en Italie) mais cette indépendance est un leurre car financièrement, malgré les aides publiques, ils restent à la charge de leur famille. Finalement, la différence n’est pas si importante entre les deux nations. L’entrée dans la vie est précédée d’une phase de préparation plus ou moins longue. Ces points communs se retrouvent dans le domaine de l’indépendance financière. Alors que par le passé, « le passage de la condition de jeune à la condition d’adulte : la fin des études, les débuts d’un emploi stable, le mariage et le départ du domicile familial (…) ces processus se succédaient très rapidement car ils reposaient sur une simultanéité des choix, aujourd’hui, la condition d’adulte peut être atteinte au travers de parcours diversifiés et dépendant de plusieurs facteurs. » La mise en couple fait partie des évènements qui marquent l’entrée dans la vie adulte. C’est là que les différences entre la France et l’Italie sont les plus marquées. En France, la mise en couple est de plus en plus informelle alors qu’en Italie, comme en Espagne, elle se fait de plus en plus tard et le mariage y occupe un rôle central (85% des mises en couple en Italie dans les années 1990 contre 20% en France). Les politiques publiques d’aide publique présentes en France (APL) expliquent le différentiel avec l’Italie, mais pas seulement ! « C’est parce que de profonds changements dans les rapports de genre et de génération se sont produits en France à partir des années 1970, et beaucoup moins en Italie, que l’écart est apparu ».

 

 

Rapport à l’espace public, école et engagement

 

Les différences entre les jeunes Italiens et Français sont importantes dans le domaine de l’engagement. La politisation des familles est plus forte en Italie qu’en France et cela se traduit par un engagement politique affirmé chez les jeunes dans le cadre d’associations de type syndicats, organisation de jeunesse d’un mouvement politique… Danilo Martucelli se demande si le lycée en France est encore un lieu de socialisation. Au début du XXème siècle, les jeunes étaient, en moyenne, scolarisés 4 ans contre 16 à 18 ans aujourd’hui. Dans le contexte de cette massification de l’enseignement, la sélection ne se fait plus en amont du système mais au sein de lui-même. Barrère (1997) a mis en évidence la figure du « forçat » qui s’oppose à celle de l’ « héritier » de Bourdieu : « Le forçat travaille bien davantage qu’il ne réussit ; il ne maîtrise pas les règles du jeu du travail scolaire et vit un conflit constant autant qu’inexprimé entre l’évaluation institutionnelle qui le dit médiocre et l’évaluation positive qu’il fait lui même en s’appuyant sur la réalité vécue de la somme de travail qu’il fournit pour réussir. » Par le biais du projet qu’élabore le lycéen dès sa classe de seconde, il se trouve confronté aux prémices de la domination sociale. Le bilan dressé est assez terrible puisque le lycée ne remplirait pas les conditions pour une bonne socialisation de tous les élèves. La synthèse réalisée par François Dubet (Les lycéens, 1991) montre que si les valeurs d’excellence entre les deux pays sont totalement opposées (la culture des humanités en Italie contre la rigueur scientifique des maths et des sciences en France), nombreux sont les points de convergence entre les deux jeunesses. La pression scolaire est forte dans les deux cas puisqu’une grande place est donnée aux performances scolaires. La France insiste, par exemple, sur la corrélation entre diplômes et emploi même si les sources de culture générale sont loin de se limiter à la fréquentation des bancs de l’école.

 

Cultures adolescentes et rapports intergénérationnels

 

François de Singly analyse la manière dont se déroule l’individualisation des comportements des jeunes au sein de la famille. Père du terme adonaissants, il montre que l’entrée dans l’adolescence est un moment clé pour l’individu. Il doit réussir à trouver sa place dans la famille et se détacher de son rôle d’enfant. Cela passe par la reconnaissance par les parents de l’existence d’un monde propre au jeune. La manière dont sont négociées les sorties montre une différence entre les garçons et les filles en âge de fréquenter le collège. Les filles demandent l’autorisation de sortir alors que les jeunes hommes se contentent de dire qu’ils sortent sans attendre que les parents en leur en donnent l’autorisation. L’origine sociale ne change rien dans cette partition. Les filles rendent davantage compte du déroulement de leurs sorties à leurs parents. Elles cherchent ainsi que leurs faits et gestes soient validés par leurs parents (au sens de Peter Berger et Thomas Luckmann http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article4233 ). Il existe une dualité entre une « identité statutaire de « fils ou fille de » et l’identité propre, le « soi adonaissant ». On ne peut pas, pour autant, parler de démission des parents ou de déficit de contrôle parental. Les parents sont bien là et veillent au grain que ce soit en Italie comme en France. « La construction de l’autonomie juvénile passe ainsi de manière essentielle par le registre sexuel et amoureux dans un contexte inédit de dissociation du mariage et de la sexualité légitime ». Les articles portant sur la culture jeune dressent un constat assez alarmant des rapports intergénérationnels. Le fait que le jeune possède une chambre à soi, équipée des nouvelles technologies, est rendu responsable d’après Dominique Pasquier de « l’isolement des générations, si bien qu’on peut se demander s’il y a encore un espace de communication et d’affectivité au sein de la famille » ! En revanche, le constat serait moins dramatique en Italie puisque un glissement de la « famille des règles » à une « famille des sentiments ». Il semble donc qu’un décalage temporel persiste entre les deux pays. La France ayant connu une dénatalité précoce a mis en place, très tôt, une politique de protection sociale en direction de la jeunesse alors que l’Italie, qui est restée pendant longtemps un pays rural et d’émigration, a connu de manière décalée les mutations sociales françaises. Cet écart explique que les rapports intergénérationnels soient plus forts en Italie qu’en France.

 

Ainsi, si les différences entre les deux jeunesses existent, force est de constater que les points communs sont nombreux. La jeunesse est une période de plus en plus longue de l’existence. C’est une période d’expérimentation, de tâtonnements pendant laquelle l’identité se construit progressivement. Le groupe de pairs joue un rôle fondamental pendant cette période. La famille aussi, surtout pendant une période où l’insertion sur le marché du travail est rendue difficile dans le cadre de la mondialisation. La vision des jeunes Italiens et Français sur leur avenir est pessimiste. L’émancipation « à l’intérieur de la famille » des jeunes Italiens s’accompagne d’un plus fort engagement politique au service de causes collectives alors que les jeunes Français, engagés dans une émancipation « à côté de la famille », plébiscitent davantage l’individualisation et cela se traduit au niveau de leur faible engagement politique.  Pour autant, les points communs l’emportent sur les divergences. France et Italie présentent un modèle méditerranéen de la jeunesse qui se distingue des pratiques juvéniles de la jeunesse nord-européenne.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

 

 

 

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde.

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde. Madeleine Gauthier et Jean-François Guillaume. L’harmattan, 1999. 270 pages.

001093397

C’est à l’association internationale des sociologues de langue française que l’on doit l’organisation du colloque « Stratégies d’insertion sociale des jeunes dans un contexte d’incertitudes » à Evora au Portugal. Un drôle de colloque puisque ce n’est pas tant ce thème qui a été traité à cette occasion qu’une réflexion sur la définition de la jeunesse et sa pertinence à l’étudier qui a été mené. Il faut dire que le sujet, par sa définition complexe, a de quoi faire couler beaucoup d’encre. La tournure des débats de ce colloque a légitimé le titre du volume rassemblant les contributions des participants à cet événement.

 

La critique des divers regards portés sur la jeunesse

 

« Depuis le milieu des années 1960, en France, un étrange débat traverse épisodiquement le petit monde des sociologues : il s’agit de savoir si la jeunesse existe comme un groupe social relativement homogène ou s’il n’est « qu’un mot », selon la formule de Pierre Bourdieu (1980). » On en vient même à se demander si l’âge peut être retenu comme un angle de catégorisation pertinent pour comprendre les mécanismes qui structurent notre société. Les autres courants de la sociologie (sociologie de l’éducation initiée par Durkheim, celle des générations de Mannheim, celle de la déviance, celle de la reproduction – des classes sociales –) ont eu tendance à récupérer la jeunesse et à nier le fait qu’elle soit un domaine particulier de la sociologie. Si le texte de Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot) a souvent été interprété par les médias comme ne pouvant être assimilé à un concept, il apparaît pourtant que Bourdieu fait de la jeunesse un élément essentiel de sa théorie de l’habitus : « ensemble de relations historiques « déposées » au sein des corps individuels sous la forme de schémas mentaux et corporels de perception, d’appréciation et d’action » (Bourdieu et Wacquant, 1992).

 

La jeunesse se forme en fonction du capital scolaire, culturel, relationnel. Elle est donc diverse. Le terme n’a pas du tout la même signification selon les époques. C’est ce que montrent bien les travaux de Giovanni Lévi et de Jean-Claude Schmitt (Histoire des jeunes en Occident, 1996). L’approche historique permet de constater que certaines périodes sont plus sensibles que d’autres à la question des jeunes. Au Moyen Age, la jeunesse s’éternisait tant que les détenteurs du patrimoine n’étaient pas décédés. « La division des âges est donc une affaire de pouvoir, de partage des pouvoirs et produit un ordre auquel chacun doit se tenir à sa place. » (p. 31) Le projet moral élaboré par les adultes pour les jeunes se heurte aux revendications juvéniles. Les rituels de la vie marque l’emprise des adultes sur cet âge intermédiaire. Les thématiques déployées autour de la jeunesse touche le plus souvent : l’emploi, les risques courus par les jeunes.

 

Il est à craindre que les sociologues qui étudient la jeunesse y calquent des schémas propres à leur âge. Ainsi, pour Jacques Hamel, Olivier Galland voit la jeunesse comme l’entrée dans l’âge adulte par le biais du parcours scolaire – professionnel et par celui de l’axe familial et matrimonial. Ces seuils tendent de plus en plus à être repoussés (plus de deux ans entre la génération née en 1963 et celle née en 1971) sans compter les difficultés d’insertion sur le marché du travail. Il y a le plus souvent « déconnexion des seuils » si bien qu’il y a redéfinition de l’identité de la jeunesse. Le modèle décrit par Galland est celui de la jeunesse de l’après guerre des sociétés occidentales. Est-il valable pour étudier la jeunesse d’aujourd’hui ? Ainsi les adultes voient dans la fin des études un seuil alors que pour beaucoup de jeunes, ce n’est qu’un tremplin. Il faut donc considérer ces éléments de manière relative.

 

Si il faut évacuer à la fois le capital social (Bourdieu) et un effet de génération (Galland) pour étudier la jeunesse, la chose se complique. La théorie de la structuration d’Antony Giddens (La constitution de la société, 1978) peut offrir une solution. Il s’agit de l’étude « des modes par lesquels les systèmes sociaux, qui s’ancrent dans les actions des acteurs compétents, situés dans le temps et dans l’espace et faisant usage de règles et ressources dans une diversité de contexte d’action, sont produits et reproduits dans l’interaction des acteurs par elle même. »

 

Prendre en compte la jeunesse témoigne de l’évolution sociale qu’ont connu les parcours de vie et le fait que plusieurs jeunesses existent. Cette phase de la vie est vue aujourd’hui comme une phase d’apprentissage de la société et d’intégration sociale. La jeunesse est une période qui se trouve au croisement de la sphère privée (famille) et publique (collectivités et sociétés). Le groupe des pairs joue un rôle majeur dans la découverte de soi par la rencontre de l’autre. La jeunesse est une expérience sociale qui se construit autour d’éléments objectifs alliés à des significations subjectives.

 

L’analyse et la critique des concepts qui servent à parler de la jeunesse

 

Les notions de transmission, de socialisation, d’intégration et d’insertion sont au centre des préoccupations sur les jeunes. Les deux premières idées sont développées dans les travaux de Parsons. Les écrits de Talcott Parsons (The social system. London, 1951) font apparaître une théorie déterministe des trajectoires du passage des jeunes à la vie adulte. La socialisation primaire des enfants revient à la famille. Lors de la jeunesse, la famille doit soutenir l’émancipation des jeunes. Elle est aidée en cela par l’école ou le groupe de pairs. La culture jeune tient une place centrale dans ce processus. Il est important de replacer les écrits de Parsons dans leur contexte : l’essor des EU après la seconde guerre mondiale, croissance économique et plein emploi.

 

Le texte de Marc Molgat montre que l’insertion part du principe que c’est aux jeunes d’agir afin de s’insérer alors que dans le cas de l’intégration, leur action ne suffit pas. Il faut que les autres acceptent de les intégrer. La problématique de l’insertion a été développée dans les années 1970 par les néo-marxistes et par la sociologie objective « bourdieusienne » (voir les travaux de Jean Jousselin et de Bertrand Schwartz). Elle a été abandonnée dans les années 1980 pour être remplacée par celle « d’entrée dans la vie » (Galland, 1991) en France alors qu’au Québec elle a perduré (surtout pour s’opposer à l’idée d’intégration). L’insertion est caractéristique des travaux de la sociologie de la jeunesse de Madeleine Gauthier. Depuis 1990, en France et au Québec, la sociologie de la jeunesse insiste sur le rapport à l’espace des jeunes et sur la manière dont ces derniers se construisent une place dans la structure sociale. Elle est basée sur l’idée d’appartenance, qui peut être multiple.

 

Christine Jaminon revient, avec l’exemple belge, sur les concepts d’intégration et d’insertion. « S’insérer consisterait alors à rattraper la distance qui sépare la situation de l’individu et celle de son intégration telle qu’elle est définie par un certain nombre de repères normatifs : disposer d’un cadre de vie décent, suivre une scolarité « normale », obtenir un emploi stable, etc. » (p. 98) En Belgique, le système économique ne permet pas aux jeunes de s’insérer même si le système éducatif (article de Marc Lavallée) fait tout pour leur en donner les clés en étant un lieu de socialisation à la vie en groupe. L’école est un lieu où se gère la transition entre l’individu et le citoyen. Dans le cas des enfants d’immigrés (seconde génération, au Québec), Myriam Simard estime qu’il faut appliquer une approche multifactorielle afin d’étudier leur insertion. Elle donne toute sa place aux influences et incidences de l’environnement géographique et ethnique sur la rapidité d’insertion de ces jeunes.

 

Où mettre l’accent dans les études sur la jeunesse ?

 

Pour Erikson (1951), la jeunesse constitue une sorte de moratoire, « une phase de liberté faite d’une diversité d’expériences avant de s’installer dans la vie adulte » (p. 147) Strauss (1989) montre qu’on parvient à l’âge adulte par des changements successifs d’identité. Il en vient à se demander si le concept de jeunes a encore une raison d’être en sociologie. Pour Galland (1991), il y a passage d’un mode instantané (modèle de l’identification) à un mode progressif (modèle d’expérimentation) d’accès à l’âge adulte. La progression n’est pas linéaire et cela complique l’analyse.

 

Laurence Roulleau-Berger propose d’analyser les jeunes à partir du concept d’espaces intermédiaires, c’est à dire « qui existent dans une relation d’accumulation d’écarts aux marchés du travail, aux pouvoirs publics où les jeunes en situation précaire se retrouvent, échangent des savoirs, des expériences » (p. 151). Elle distingue deux types d’espaces intermédiaires :

–       les espaces de création : « espaces physiques, sociaux et symboliques où se forment des cultures propres à des groupes de jeunes » dans des lieux interstitiels, loin du regard des acteurs publics et des acteurs du marché du travail.

–       les espaces de recomposition : espaces construits à partir d’une coopération négociée entre les jeunes et les professionnels de l’insertion.

Ces espaces intermédiaires se font se superposer et se juxtaposer différents statuts de travail et d’activités. Ils apparaissent comme des lieux de protection identitaire et comme des lieux de mise à l’épreuve de soi. « Dans nos recherches, si les jeunes apparaissent comme déterminés par leurs trajectoires familiales, scolaires, sociales antérieures, ils ne sont pas seulement captifs de situations mais aussi coauteurs de leur socialisation, coproducteurs des mondes qu’ils traversent, disposant d’une capacité d’interprétation, d’invention des rôles sociaux. » (p. 154) Les jeunes, en tant que classe d’âge à part, doivent être examinés par les « compétences de l’expérience » qu’ils développent.

 

José Rose estime que le concept de stratégie n’est pas approprié pour étudier les jeunes et leur attitude face à l’emploi. Il tend à voir davantage les jeunes comme des sujets, comme des produits des structures, que comme des acteurs. La notion de « médiation » (expression d’un rapport entre agents sociaux) lui semble plus appropriée pour rendre compte des arbitrages qu’ils font entre école, famille, amis. Pour qu’il y ait stratégie, il est nécessaire de combiner : « un sujet (qui n’est pas forcément un individu), une action (qui n’est pas totalement indéterminée), une rationalité (qui n’est pas nécessairement celle de l’homo oeconomicus) et une vision de long terme dans un espace marqué par l’incertitude et la complexité. » Bourdieu analyse les stratégies de reproduction des catégories sociales et va au-delà de l’individu. Le sens fort du mot stratégie n’a rien à voir avec son usage commun même si la notion de projet (mise en avant par François Dubet) fait du jeune un acteur construisant sa propre trajectoire. Pour Rose, les parcours des jeunes sont loin d’être rationnels car ils manquent d’une vision globale de leur avenir. Leurs informations des mécanismes d’insertion est souvent très sommaire et partielle.

 

Pour Jean-François Guillaume, l’attention portée sur la notion d’identité et sa construction pour étudier les jeunes tend à gommer le contexte social qui influe sur une trajectoire personnelle. Il rejette les interprétations proposées par Roulleau-Berger et Galland. « Ces options sont insuffisantes car, d’une part, on tend à suggérer l’existence de bornes ou de critères permettant de distinguer jeunesse et âge adulte ; d’autre part, parce qu’on accepte d’emblée que les repères traditionnellement proposés (professionnels, familiaux et résidentiels) ont gardé leur validité et qu’ils continuent d’orienter les pratiques et les choix de l’ensemble des acteurs sociaux encore « jeunes ». (p. 189). Il pense que l’entrée par l’individu n’est pas la bonne idée. Il privilégie le point de vue de Godard (1992) qui met en avant le contexte social. Il faut pour cela redonner à la notion de classe tout son poids.

 

La place des cultures jeunes dans les changements sociaux de certains pays

 

Cette partie porte sur les nouveaux espaces inventés par les jeunes. En Afrique, la baisse du taux de mortalité, en accroissant le nombre de jeunes, modifie les rites traditionnels qui faisaient passer l’adolescent à l’âge adulte. L’école face à l’affluence n’arrive pas à remplir son rôle. Plusieurs textes affirment l’existence d’une culture jeune qui se manifeste par la prise de possession d’espaces intermédiaires qui ne relèvent ni de la vie privée ni des institutions publiques. Que ce soit en Afrique, au Brésil ou en Europe de l’Est, les jeunes investissent des espaces afin de s’exprimer : la rue est le théâtre d’une culture jeune sur tous les continents.

 

« La jeunesse est comme la famille, l’enfance, la vieillesse, la santé, la maladie…, un état ou une condition que chacun aura connu, expérimenté ou traversé. » Ce n’est pas pour autant que la définir soit une évidence. « La jeunesse n’est pas qu’un mot. (…) Les jeunes existent : on peut les rencontrer ! » Avec la crise de l’emploi salarié et ses conséquences sur l’entrée des jeunes sur le marché du travail se joue une « lutte des places » intense qui touche plus particulièrement les jeunes. Malgré tout, la transmission d’un capital culturel, économique et social par la famille demeure centrale. Les Héritiers (au sens de Bourdieu) ont plus de chance de se caser que les autres ! Jeunes, peut être mais dans un contexte social à ne pas négliger même s’il n’est pas toujours décisif. Faire de la sociologie de la jeunesse demande de prendre en compte non seulement le fonctionnement des sociétés et leurs modalités de reproduction et de « dénouer l’entrelacs des pratiques et des représentations qui en constituent les dimensions structurelles ». La jeunesse n’est pas seulement une production de la société, elle influe sur elle.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe.

Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe. Van De Velde Cécile. PUF, 2008. 278 pages.

livre_vandeveldePrix Le Monde de la recherche universitaire, la thèse de Cécile Van de Velde soutenue en 2004 a été publiée en 2008 aux PUF. Cette reconnaissance tient autant à la qualité du travail réalisé qu’à la pertinence du sujet. Ce texte amène le lecteur à se demander si « La jeunesse peut-elle encore être pensée comme une transition, quand on sait que cette transition peut désormais se prolonger tout au long de la vie ? »

L’adulte, dans nos sociétés actuelles, ne se conçoit plus comme un être fini mais en perpétuelle formation. « L’âge adulte devient une ligne d’horizon, mouvante et subjective, associée à l’idée de responsabilité et de maturité. » Olivier Galland avait le premier repéré cet allongement de la dépendance dans ses travaux. « Dans une société valorisant la mobilité et le devenir, l’entrée dans la vie adulte tend à relever davantage d’une représentation de soi que d’acquis statutaires. »

Pour rendre compte de cette jeunesse, l’auteure s’est appuyée sur des données statistiques et qualitatives issues du panel européen des ménages (1994 -1999) et sur 135 entretiens semi-directifs conduits auprès de jeunes adultes du Danemark, du Royaume Uni, de France et d’Espagne. Les entretiens n’ont pas été conduits par l’auteur seule mais aussi par d’autres personnes appartenant à un réseau qu’elle a noué au fil de ses allers et retours en Europe. Ils répondent toutefois à une même règle. Ils ont été menés, partout, à la fois dans la capitale du pays et dans une ville moyenne.

Elle est partie de l’hypothèse que les sociétés ont un effet structurant « sur les trajectoires de jeunesse et sur les conceptions de l’adulte qui leur sont associées. » Elle a choisi les quatre pays d’entretiens en reprenant la typologie de Gosta Esping-Andersen qui articule solidarités familiales, aides publiques et recours au marché du travail pendant la jeunesse. Après « de maints allers-retours entre expériences vécues et analyses statistiques », cela a donné quatre formes d’expériences du « devenir adulte » : « Se trouver », « S’assumer », « Se placer », « S’installer ».

« Se trouver », c’est ce qui caractérise les jeunes Danois. Pour cela, l’Etat danois pourvoie à l’indépendance financière des jeunes, qui suivent des études supérieures, en leur octroyant une allocation de près de 600 euros par mois. Aussi, les jeunes Danois quittent très tôt le domicile familial (âge médian de départ de chez les parents : 20 ans) pour s’installer en colocation, en couple ou vivre seul. Il y a émergence d’une « famille intermédiaire entre la famille d’ « orientation » et la famille de « procréation » (cf Talcoot Parsons, 1955). Ce départ s’inscrit en continuité avec l’adolescence où l’autonomie est acquise très tôt : les adolescents recherchant très vite des moyens de gagner de l’argent. Il n’est pas rare que les jeunes Danois remboursent leurs parents pour les frais qu’ils ont engagés pour eux à partir de l’âge de 15 ans. Si jamais, le jeune ne quitte pas le domicile parental autour de 20 ans, il est normal qu’il paie un loyer à ses parents. Emmanuel Todd voit dans ce modèle celui de la famille « nucléaire absolue ». Ce qui compte le plus dans la formation de la jeunesse, c’est de « faire son ego-trip » avant de penser à fonder une famille. « Entrer de façon linéaire à l’Université juste après le lycée est, au contraire, relativement dévalorisé. » Aussi, travailler pendant un an, faire des études à un autre moment ou en même temps que l’on travaille, cela n’a rien de scandaleux. « Toutefois, « 30 ans, c’est la fin » : la frontière des 30 ans marque la frontière symbolique de cette période d’expérimentation institutionnalisée. »

« S’assumer » correspond au mode de vie des jeunes britanniques. Si ce modèle s’apparente au modèle danois, il est beaucoup plus précaire. A défaut d’allocations, le jeune n’hésite pas à s’endetter pour faire ses études ou à travailler pour les financer. Aussi, les études des jeunes britanniques sont souvent courtes, surtout que les frais d’entrée à l’université sont élevés. L’université (la « culture de l’internat ») est un lieu de socialisation central dans le parcours du jeune. Ce n’est pas tant la spécialité de formation qui importe que le rite de passage qu’il représente. Au Royaume-Uni, « le diplôme n’est pas le seul « passeport » vers l’intégration professionnelle. » Il n’existe pas cette idée d’un définitif irréversible (comme en France), lié au diplôme. C’est l’individu qui est l’acteur de sa propre carrière au fil des occasions qui se présentent à lui. Le poids financier que représentent les études au Royaume Uni est responsable d’un fort taux d’endettement des étudiants. De nombreux jeunes, dès qu’ils le peuvent, retournent au foyer familial pour réduire les coûts d’étude en attendant d’avoir un emploi. Cette tendance va donc à l’encontre de l’idée « d’une société valorisant les notions d’indépendance et de responsabilités individuelles ».

« Se placer », est le propre de la jeunesse française. « La France demeure la patrie de l’honneur, des rangs, de l’opposition du noble et du vil, des ordres, des corps, des états, qui se distinguent autant par l’étendue de leurs devoirs que par celle de leurs privilèges. » La jeunesse est un moment déterminant car par les études menées elle va conditionner le destin social de l’individu. C’est donc un moment terrifiant, surtout pour ceux qui n’ont pas les clés pour « se placer ». Cécile Van de Velde réfute le modèle « Tanguy », ce grand enfant qui ne veut pas quitter le domicile familial même en ayant acquis son indépendance financière. Ce genre de situation est plus qu’anecdotique. Pour l’auteur, il faut distinguer deux comportements suivis par les jeunes en fonction de leur origine sociale. Les jeunes issus de milieux populaires ont un comportement radicalement différent de ceux issus de classes moyennes et aisées. Ils restent plus longtemps au domicile familial mais participent financièrement à son fonctionnement (paiement d’un loyer, remplissage du réfrigérateur, tâches ménagères). Toutefois, l’âge de 25 ans semble un seuil à ne pas franchir en restant chez ses parents, sinon « c’est la honte. » Les jeunes issus des classes plus aisées accèdent à une indépendance très tôt mais c’est une indépendance sans finances. Ils ne vivent plus sous le toit familial mais vivent dans un appartement payé par leurs parents. C’est de la fausse indépendance comme en témoigne « la sociologie du linge sale ». Tant que le jeune revient au domicile familial pour apporter son linge sale et récupérer l’équivalent lavé et repassé, le cordon n’est pas coupé ! Cette manière de « gérer sa carrière » dès l’adolescence est très discriminante et plus particulièrement pour les jeunes issus des classes populaires. Pour les autres, l’idée d’urgence et de l’angoisse du retard l’emportent tout au long des études et provoquent du stress. Le parcours linéaire est valorisé car il est un gage d’une plus rapide insertion sur le marché du travail.

« S’installer », c’est ainsi que se caractérise la jeunesse espagnole qui décohabite autour de l’âge de 27 ans (quand elle ne revient pas habiter chez Papa et Maman avec la crise actuelle !). Elle attend de partir pour s’installer en couple, dans le cadre du mariage, une fois son avenir professionnel assuré et par un accès à la propriété immobilière. On quitte le foyer quand on en crée un. Partir plus tôt est vécu comme « une trahison affective » ! Des jeunes partent pour faire leurs études et reviennent habiter à la maison ensuite. La cohabitation des jeunes espagnols dans la famille est souvent qualifiée d’ « hôtel de luxe » : pas de participation aux tâches ménagères, pas de paiement d’un loyer le plus souvent mais en revanche, pas question d’y amener sa petite amie ! On est à des milliers de kilomètres (et c’est le cas) de ce qui se pratique au Danemark ! Quand la petite amie rencontre la famille espagnole, c’est dans le cadre d’un engagement à long terme. Cette manière de faire ne va pas sans conflits, toutefois. Mais, le jeune espagnol n’a pas le choix. L’Etat espagnol est l’un de ceux (comme le Portugal, l’Italie, la Grèce) en Europe qui aide le moins les jeunes.

Ce tour d’horizon européen rend compte d’une pluralité des jeunesses. Si tous les jeunes se retrouvent derrière l’idée que cette période est celle d’ « une quête de soi », les chemins pour y arriver sont très variés. Pourtant, à l’heure de la mastérisation engagée dans le cadre européen, cette diversité pose bien des questions quand on constate à quel point l’investissement des Etats dans la jeunesse est différent. Egalité des diplômes ne signifie pas équité à leur accès.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

Parlons jeunesse en 30 questions.

Parlons jeunesse en 30 questions. Olivier Galland. Doc’ en poche, Paris, La documentation française, 2013. 92 pages. 5,90€

41zYn-nitEL._SL500_

Vous connaissez le site vie-publique.fr ? Le portail de vulgarisation de l’Etat pour tout ce qui touche aux questions de droit et à l’éducation civique en général ? Et bien, le voici sous forme de livre ! Parlons jeunesse est le 14ème volume de cette série qui traite de sujets aussi divers que le nucléaire, les impôts, la justice, l’école, les classes moyennes…

La jeunesse est affichée comme l’une des priorités de l’actuel gouvernement. Emplois d’avenir, contrats de génération, réforme des rythmes scolaires… font partie des mesures phares mises en œuvre depuis l’automne 2012 pour lutter contre le chômage des jeunes, redonner à ceux-ci une place centrale dans la société. Pour accompagner ces mises en œuvre, la Documentation française a demandé à Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse en France (directeur de recherche au CNRS), de fournir les clés de lecture de cet âge de transition qui inquiète souvent la société comme nos gouvernants.

L’ensemble est très didactique et facile de lecture. Il s’organise en trois temps. Une vingtaine de pages est consacrée à la présentation générale de la question puis le cœur de l’ouvrage se compose de questions – réponses posées par Galland ou par les internautes de vie-publique.fr Enfin, une petite bibliographie-sitographie clôt l’ouvrage. On y retrouve des titres incontournables sur le sujet, précédemment chroniqués par nos soins :

–       Atlas des jeunes en France

–       Devenir adulte

79% des 18-30 ans (IPSOS, 2012) sont pessimistes sur l’avenir de la société française mais 70% d’entre eux sont optimistes sur leur avenir personnel. Ils croient en la force des réseaux pour s’en sortir. L’organisation d’un colloque comme celui qui s’est tenu à Nanterre les 14 et 15 mars 2013 Web 2.0 visait d’ailleurs à donner les clés de l’insertion professionnelle aux doctorants et jeunes chercheurs. Une insertion qui passe par le réseautage ou networking : une culture étrangère à l’école de la République !

L’alternance ou la superposition de périodes d’études et d’emplois est très fréquente chez les jeunes (50% d’entre eux exercent une activité rémunérée tout au long de l’année scolaire d’après une enquête de l’OVE). Elle témoigne du fait que « la jeunesse moderne est devenue une phase d’expérimentation durant laquelle on tâtonne pour trouver une bonne définition de soi et lui faire correspondre un statut professionnel existant dans la société. » (p. 17). Il leur semble difficile de trouver sa place dans une société statutaire (CDI versus CDD), où les positions sociales tiennent beaucoup au fait d’avoir des diplômes ou pas. Dans ces conditions, les jeunes ont l’impression que tout se joue à l’école et qu’elle détermine l’ensemble de leur vie. Avec 8000€/an en moyenne dépensés par élève au cours de sa scolarité, il peut paraître évident que la pression exercée sur les jeunes scolarisés (y compris dans le Supérieur) soit importante. Pour autant, il apparaît que les jeunes comptent beaucoup sur leurs parents pour s’en sortir (70,5% des jeunes de 18 à 24 ans contre 34,2% des jeunes de 25 à 30 ans, enquête IPSOS, 2012). Ils entendent par là que leurs parents les accompagnent dans leurs démarches. Ce rôle est facilité par le rapprochement des valeurs entre parents et enfants (droit de chacun à être autonome dans l’orientation de sa vie). L’aide familiale creuse donc les écarts entre les jeunes. Ce ne sont pas les structures d’aide à l’orientation et à l’insertion qui comble cet écart. En revanche, les « Tanguy » ne sont pas plus nombreux qu’avant à vivre chez leurs parents, contrairement à ce que laissait à penser le film éponyme d’Etienne Chatiliez. Le modèle français intermédiaire (par rapport aux pays méditerranéens et à ceux du Nord de l’Europe) amène les jeunes à quitter le domicile familial sans être indépendant financièrement.

Ces éléments ici présentés sont la reprise de l’ouvrage co-dirigé par Olivier Galland chez PUR en 2008 : Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie. Le format compact, la simplicité d’écriture de l’ouvrage font que cet opus comme la collection Doc’ en poche méritent de figurer sur les rayons des CDI de France et de Navarre.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes