Archives par mot-clé : mobilité

Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100, Juillet-Aout 2014. 63 p. 11,50€

Habiter-le-Monde_small

La Documentation photographique a confié à Olivier Lazzarotti, le géographe du tourisme et de l’  « habiter » la responsabilité de ce numéro. Il revient dans « Le point sur » sur la genèse de ce concept. Si l’ « habiter » vise à « accéder, par la géographie, aux processus identitaires et sociaux de l’humanité habitante. » (p.3), il faut voir derrière ce concept englobant et particulièrement riche le tronc commun aux différentes branches de la géographie apparues depuis les années 1980. Inspiré de la philosophie pragmatique et de la sociologie, l’ « Habiter » dépasse le strict cadre de l’individu, en intégrant les groupes. « Habiter, c’est cohabiter » (p. 8)« comment être soi parmi les autres » (p. 15). Sont interrogées ainsi « les modalités des rapports au Monde, mobilités et immobilités combinées. » (p. 8). L’habitat, au sens strict, étudié par les géographes de l’école classique, n’est qu’un objet de l’ « habiter ». Désormais, les géographes s’accordent à reconnaître que peuvent être habiter des lieux occupés temporairement (dans le cadre de séjours de vacances) ou mobiles (habiter le Paris-Rouen). Mais, « habiter n’est pas seulement pratiquer. C’est aussi trouver les mots, les images, les sons tout autant que les représentations et les inconscients de toutes sortes, qui accompagnent les pratiques. » (p. 11). « Cartes d’identités », « signatures géographiques » (Lazzarotti, 2006) sont les témoins d’un habitat polytopique (Stock, 2006) réel comme imaginaire.

Cette entrée en matière très épistémologique peut sembler assez abrupte pour qui a inscrit cette lecture à son programme d’été. Toutefois, il n’est pas à douter qu’une relecture de cette première partie sera très fructueuse, à la lumière des thématiques exploitées dans la seconde partie de l’ouvrage. De nombreux documents ont retenu notre attention, tel le parcours illustré de cinq migrants entre Kaboul et Paris, la carte « Les Hallyday, des multirésidents » réalisés à partir du compte instagram de Laetitia Hallyday, la combinaison documentaire sur les « SDF, des habitants sans adresse ? », sur les lieux commerciaux tels que La Vallée Village à Marne-La-Vallée, pour n’en citer que quelques-uns. Les analyses des doubles-pages portant sur des lieux touristiques sont particulièrement riches. L’analyse qu’Olivier Lazzarotti fait de la place Jemaa El-Fna à Marrakech est délicieuse. Partant de la définition d’un lieu de Roger Brunet  (« point de l’étendue »), il montre à quel point un lieu ne se réduit pas au local. « (…) Pour saisir sa richesse, son intensité et sa diversité, pour comprendre même ce qui s’y passe, il faut la considérer à la manière d’un espace géographique habité et l’interpréter à partir des horizons, des qualités et des pratiques des habitants qui s’y trouvent. (…) Non, décidément non, l’espace habité géographique n’est pas une surface. » (p. 32).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Ecole Thématique Mob’Huma’Nip

bandeau_01

Du 01 au 05 septembre 2014 se tiendra l’Ecole Thématique Mob’Huma’Nip, « arts et sciences sociales en mouvement : narrations, iconographies et parcours pour revisiter l’in-situ » à Rezé (44) dans le sud de Nantes.

Vous pouvez dès à présent consulter toutes les informations concernant la formation et l’inscription (dépôt de candidature avant le 15 juin 2014)  sur le site dédié en cliquant sur le lien suivant :

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Cette formation est organisée sous forme d’un séjour résidentiel (en pension complète) de 5 jours d’immersion sur le terrain et en ateliers, ponctué de séances de conférences  et table-ronde en soirée.

  •     Objectif de la formation : Elle s’apparente à une résidence scientifique et artistique dans un objectif de sensibilisation et formation aux méthodologies de l’in-situ (narrations, iconographies et parcours) revisitées par les chercheurs en sciences sociales et artistes autour d’un objet commun : les territoires en (du) mouvement,autrement dit, et de manière plus centrale, la thématique des mobilités. L’appréhension des réalités complexes, dans une logique de l’in-situ, incluant la captation des sensations, des émotions, des perceptions et des représentations à travers les pratiques constituent le terreau commun de la créativité expérimentale et méthodologique en matière de coopération art-recherche. La sensibilité et la créativité de l’artiste peuvent inspirer les scientifiques tout comme certains questionnements et les contraintes scientifiques peuvent être un nouveau terrain de jeu pour l’artiste. C’est dans cette double perspective que le programme de l’école thématique a été conçu.
  •              Programme :

Trois modalités d’apprentissage collectif et d’échanges sont proposées :

1.       Approches épistémologiques, historiques et théoriques dans ou à l’interface des sciences sociales et des champs artistiques : Conférences

2.       Appréhension et partage des méthodes : Ateliers

3.       Approche critique : Tables Rondes

La majorité des travaux se déroulera donc sous la forme d’ateliers méthodologiques, organisés et pilotés par le collectif d’organisation ; chaque atelier sera animé par un petit collectif alliant un artiste et quelques chercheurs. Trois temps spécifiques de la mise en œuvre de la démarche méthodologique sont privilégiés : Conceptualiser ; Impliquer / s’impliquer ; Restituer.

Qui peut candidater ? :

– des chercheur-e-s 
– des doctorant-e-s 
– des étudiant-e-s en arts ou architecture (M2 ou équivalent doctorat) 
– des professionnels des collectivités territoriales ou d’établissements privés intéressé-e-s par les questions de mobilité/déplacements et d’aménagement.

Dans le cadre de cette résidence, ils devront pouvoir justifier du fort intérêt pour les méthodologies présentées ici, en lien avec leurs problématiques, leurs pratiques professionnelles ou de recherche/création.

Des connaissances minimales en méthodologies qualitatives et un intérêt thématique pour les mobilités et les territoires urbains sont attendus.

  •              Comment candidater ?  :

Les personnes intéressées pour participer à cette école thématique devront faire acte de candidature à partir du 11 mai jusqu’au 15 juin 2014.

Il est demandé aux candidats de préparer leur dossier en amont, en présentant clairement leur parcours (CV), leurs attentes et les liens thématiques de leurs travaux ou projets avec ceux de cette école thématique (lettre de motivation d’une 1 page).
La candidature sera donc constituée de 1/ les expériences (CV d’une page) et 2/ les intérêts (lettre de motivation) que le candidat identifie dans l’école, au regard de ses propres travaux de recherche ou de création, de ses pratiques professionnelles.
Toutes les informations sur:

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Vers un nouveau monde

Vers un nouveau monde. Les grands dossiers des Sciences Humaines. N°33. Janvier-février 2014.

2d7a3d3424b3e8ea087ed4068189c5a4

 « Ce nouveau Monde appelle un effort de synthèse pour être compris. Le grand défi des sciences humaines du XXIème siècle sera de penser globalement ses mutations. L’enjeu n’est rien de moins que d’infléchir sa trajectoire vers le meilleur, de léguer à nos enfants un futur qui devra prolonger et améliorer les acquis sans précédents dont nous jouissons aujourd’hui. » Ainsi s’achève l’éditorial de Laurent Testot, journaliste au magazine Sciences Humaines, qui a coordonné ce dossier fort intéressant sur la mondialisation et notre société en général.

Les contributions ou interviews de géographes (Sylvie Brunel, Michel Lussault), de géopoliticiens (René-Eric Dagorn), d’économistes (Jeremy Rifkin), de sociologues (Julien Damon), de philosophes (Marcel Gauchet) sont rassemblées ici pour nous aider à penser le monde qui nous entoure. Un Monde avec une majuscule comme nous invite à le considérer Michel Lussault qui veut rompre avec une « vision continuiste de la mondialité » et insiste sur « la radicale nouveauté du Monde comme espace social à l’échelle globale », innovation qui justifie selon lui l’emploi de la majuscule. La clé de lecture de notre Monde n’est pas la mondialisation mais l’urbanisation qui a modifié profondément nos sociétés. La mobilité a, elle aussi, changé en profondeur les sociétés. L’hyperspatialité (la capacité à se connecter en tout lieu à tout lieu) n’a pas encore révélé tous ses ressorts. « Songez qu’il y a encore dix ans, les Smartphones, les tablettes et tous les autres outils numériques dont nous ne pouvons plus nous passer n’existaient pas encore ! »  Michel Lussault estime qu’il faut cesser de penser le Monde d’aujourd’hui avec des outils conceptuels d’hier (ceux du XIXème siècle). Le Monde d’aujourd’hui doit être lu à travers trois paradigmes : l’urbanité, la mobilité et la vulnérabilité. Pour lui, l’échelle étatique a vécu et il faut inventer autre chose : « « un parlement urbain » qui donnerait une voix à des représentants de ces aires urbaines qui comptent tant aujourd’hui, et un parlement de la Terre » qui pourrait être le lieu où les questions de nature mondiale seraient traitées. » Cette analyse décoiffante, accompagnée de propositions, montre, s’il en était besoin, que les géographes ont beaucoup à apporter à la lecture de notre Monde.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter.

Capture d’écran 2013-07-18 à 12.23.17

Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter. Philippe Gerber et Samuel Carpentier (dir.). Géographie sociale, PUR, 2013. 217 p.

La mobilité ? Encore les mobilités ?? Et oui ! La mobilité est un « analyseur de la vie en société » (Vincent Kaufman). Elle rend compte des interactions entre les acteurs de la société, de leur appropriation du temps et de l’espace. Elle mobilise un imaginaire riche et ambivalent. Elle est depuis plusieurs années érigée en valeur sociale, à la fois comme un droit et une nécessité. Elle participe à l’émancipation de l’individu. « Ces mobilités sont en effet au cœur de nombreux enjeux sociétaux contemporains : individuation, ségrégation socio-spatiale, consommation énergétique et émission de gaz à effet de serre, pour n’en citer que quelques-uns des plus emblématiques. » (p. 18). Elles concernent de nombreux disciplines car croisées avec celle de la durabilité, elles sont « une forme de transaction entre position sociale et spatiale » (p. 18). Elles sont donc incontournables pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

Les contributions présentées dans ce volume sont issues du 9ème colloque au Luxembourg du centre de recherche en sciences sociales (CEPS/INSTEAD) de mars 2009. Ce colloque avait été réuni dans la lignée du programme de recherche MOBILLUX (comprendre les interactions entre mobilités quotidiennes et résidentielles au Luxembourg et dans son aire métropolitaine transfrontalière). Huit études de cas (essentiellement qualitatives à défaut de l’existence de vastes enquêtes quantitatives) sont présentées ici. Elles permettent de comprendre comment les mobilités sont essentielles « pour construire des spatialités à géométrie variable, des modes d’habiter porteurs de résilience. » (p. 24). Il faut entendre par mode de vie « l’ensemble des activités et expériences qui donnent sens à la vie d’une personne ». Cela comprend l’expérience sensible, le développement de relations sociales et la pratique d’activités.

Le cas des jeunes est particulièrement intéressant quand il est croisé avec la problématique des mobilités. Plusieurs articles traitent de manière plus ou moins directe de ce thème. Dans ce cadre de l’étude des mobilités résidentielles, il apparaît que « la question de l’autonomie de l’enfant est constamment mise en avant et valorisée » (p. 35). Ainsi, Raymonde Séchet et Frédéric Leray montrent que les Bretonnes qui se retrouvent à la tête d’une famille monoparentale choisissent leur domicile en fonction du bien-être de leur enfant (choix d’un domicile à proximité du précédent afin ne pas changer l’enfant d’école et de pouvoir mettre sur pied une garde alternée). Une étude suisse sur l’organisation quotidienne des familles fait apparaître que la desserte en transports publics joue un rôle central dans le choix de la résidence. Ainsi, 80% des familles interrogées ont souligné l’importance de la desserte en transports publics, surtout lorsque ces familles comptaient des adolescents, « les parents acceptant de moins en moins de jouer les « parents taxis ». (p. 35). Les transports ne sont pas le seul facteur de localisation. L’analyse en composantes principales (les enquêteurs demandent aux gens de noter 19 variables sur une échelle de 1 à 4) menée a fait ressortir aussi : la sécurité routière, la proximité du logement avec la famille, le calme et la tranquillité du lieu. Une étude menée par Joël Meissonnier à Istanbul fait ressortir l’importance de l’image du quartier habité par les jeunes. Quand le quartier a une mauvaise image et que les jeunes y vivent depuis peu de temps, ils cherchent à le quitter au quotidien et dans le futur. Toutefois, ceux qui y ont toujours vécu ont un autre rapport à l’espace, ils se sentent bien dans leur quartier et ne voient pas quel bénéfice ils auraient à tirer à aller ailleurs. On retrouve ces mêmes problématiques dans les travaux de Nicolas Oppenchaim, qui a travaillé sur les jeunes habitant des ZUS (zones urbaines sensibles) en Ile-de-France. Ce dernier montre qu’il existe jusqu’à cinq figures de jeunes dans leur rapport à la mobilité (les adolescents du quartier, les passionnés, les flâneurs, les flâneurs exclusifs et les encadrés à faible mobilité). Leur rapport différencié à la mobilité et à l’espace est à comprendre par le biais de leur apprentissage de la mobilité. L’initiation aux transports en commun passe par la famille, les pairs. Plus les parents ont vécu, eux mêmes, une mobilité au long court, moins ils sont hostiles à ce que leurs enfants bougent.

Les jeunes ne sont pas la seule clé de lecture des mobilités. Le cas des retraités double-résidents ou des hyper-mobiles ayant un logement sur leur lieu de travail éloigné de leur domicile familial est particulièrement intéressant (travail mené par Magali Pierre). Pour les uns (les vieux), c’est un choix. Pour les autres, c’est un compromis. Pas question d’ancrage comme en témoigne Eric : « S’il n’y a personne à la maison quand j’appelle le soir, je leur laisse un message : « Je suis au placard, vous me rappelez ! » (rires) (…). C’est un placard à balais où je peux mettre le balai à l’horizontal. Voilà comment je le définis. »

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes