Archives par mot-clé : maison

Viens à la maison

11194438_919645398097838_2223089212537109610_o

Paroles / Lyrics: Claude François, 1972
VIENS À LA MAISON

Dis, ça fait combien de temps
Que tu n’as pas vu un peuplier, une fleur des champs?
Si tu as quelques chagrins,
Pour les oublier, il y a toujours une gare, un train.
Change de ciel, viens voir la terre,
Voir le soleil et les rivières.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Le premier vent du matin sera ton ami
Quand tu iras t’asseoir au jardin.
Et puis le temps passera et tu me diras
« Tout mon passé, il est loin déjà ».
Tu ouvriras une fenêtre,
Un beau matin, tu vas renaître.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile…

Chronique pavillonnaire

2015-04-09-3c28722f6126722a857745438263826a

Chronique périurbaine : récit de Caroline Sordia, enfant et adolescente à Fontenay-sous-Bois, dont les parents locataires ont été les victimes de la gentrification.

Un texte magnifiquement écrit, dit et mis en sons ! Bravo !

À diffuser sans modération.

http://www.prun.net/actu/chronique-pavillonnaire

 

Tous propriétaires ! L’envers du décor pavillonnaire.

Tous propriétaires ! L’envers du décor pavillonnaire. Anne Lambert. Paris, Seuil, 278 p. 20€.

41Qemy7cENL._SY344_BO1,204,203,200_

Publier sa thèse de doctorat constitue non seulement l’aboutissement d’une recherche mais aussi un tremplin pour engager d’autres chantiers. Très attendue, la thèse d’Anne Lambert est désormais disponible au Seuil. Sociologue, chercheuse à l’INED et associée au Centre Maurice-Halbwachs, elle décortique les tenants et les aboutissants du rêve de propriétaires partagé par de nombreux Français.

Leitmotiv des campagnes présidentielles, faire accéder les Français à la propriété immobilière apparaît la solution à bien des problèmes et est porteuse de promesses : garantie en cas de « coup dur », héritage économique à transmettre à ses enfants, assurance de voir grandir ses enfants dans un environnement sain… Un lotissement périurbain de l’agglomération lyonnaise est passé au crible de l’analyse universitaire : 32 ménages engagés dans l’aventure de leur vie se sont prêtés au jeu des questions-réponses de la chercheuse. Tous les sujets ont été abordés : crédit immobilier, ressources, place des enfants, bricolage et autres occupations diverses du week-end … mais aussi opinions politiques. La lecture est d’autant plus passionnante qu’on découvre, au fil des pages, que ce lotissement, mine de rien, reproduit bien les fractures sociales : les propriétaires de la première tranche, issus de catégories intermédiaires, ne tenant pas à être assimilés à ceux de la seconde tranche, bénéficiaires de pass foncier et à la peau basanée. Ce clivage « petits blancs » / « immigrés », résultat de la diversification des origines géographiques des propriétaires, amène l’auteure à se demander si les lotissements périurbains ne sont pas des « HLM à plat » : « En accueillant des ouvriers stables, des couches intermédiaires touchées par la crise du logement dans les grandes agglomérations et des familles modestes venues des cités HLM, les lotissements périurbains jouent le même rôle ambivalent, entre espace de promotion et zone de relégation. » (p. 268). Il n’est donc pas question d’assimiler lotissements périurbains et recherche de l’entre-soi même si les propriétaires les mieux dotés financièrement et socialement cherchent à s’imposer comme véritables « entrepreneurs de morale » en faisant peser sur les populations immigrées issues des cités HLM un véritable stigmate. Oui, il a bien un envers au décor pavillonnaire !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

Béatrice Collignon et Jean-François Staszak.

La cabane au Darou, 4/10/14, 18h-19h15

img_1714

 Quelle bonne idée que d’avoir programmé ce Café Géo à la Cabane au Darou ! Ce bar au décor de grange, sorte de grenier de l’enfance, se prêtait parfaitement à l’exercice que les deux organisateurs ont proposé à leur public : faire un vrai Café Géo en s’interdisant de parler plus de 10 minutes chacun et de donner au maximum la parole au public.

 Et ce dernier en a eu des choses à dire ! Car l’habitat est un lieu de conflits, où il est nécessaire de déployer beaucoup de savoir-faire pour trouver sa place dans ce lieu construit par d’autres. Se développent ainsi des tactiques, dans les coins et les recoins de la maison, qui donnent un peu de souplesse à la vie collective. La gestion du linge décrite par Béatrice Collignon a résonné dans le quotidien de tous et le public est intervenu largement pour nous expliquer les combines mises en œuvre par leur belle-mère, leur femme (décidément le linge est une affaire de femmes, semble-t-il !) pour planquer ce linge ni-propre ni-sale qu’on hésite à replier et à mettre dans l’armoire. Gérer le linge, c’est faire de la géopolitique car il est question ici d’intervention dans la sphère de l’autre, d’autorité et d’appropriation.

 D’autres n’ont pas de problème avec la gestion du linge mais avec la place que prend le chat, car c’est bien connu : « Je n’habite pas chez moi, j’habite chez mon chat. » Le territoire du chat a été comparé à celui envahissant que prend cet acteur faible qu’est le bébé. L’évocation de la cave a suscité bien des désaccords. Certains messieurs affirmant que c’était leur domaine exclusif où l’on invite les bons copains alors que pour Jean-François Staszak, c’est une pré-poubelle, où il y entasse des objets qu’il ne se résout pas à jeter, jusqu’au prochain déménagement. Les dames de l’assistance n’étaient pas d’accord sur le fait que la cave soit le domaine des hommes. Certaines se sont réappropriées cet espace par la transmission (héritage d’un père). Pour Béatrice Collignon, la cave comme la cabane de jardin installée sur sa terrasse, tout cela est trop loin. Elle fait l’expérience de la distance quand elle doit aller chercher les chaussures d’hiver. Aussi, ne vous étonnez pas si elle est encore en sandales à l’automne, c’est qu’elle aura eu la flemme de descendre à la cave ! Cette distance n’existe pas dans les espaces ruraux, la cave et les espaces de réserve sont des lieux du quotidien.

 Après ces détails très pratiques est venu le temps d’évoquer l’enfance et l’adolescence : les parties de cache-cache, la réappropriation par des ados fumeurs du garage lors de fêtes de Noël et au fil du temps le renversement de l’ordre des pièces, le garage devenant le lieu de la fête. L’adolescence est le moment privilégié de la lutte de l’espace que ce soit celui de la salle de bains ou pour l’occupation du fauteuil situé en face de la télé. D’ailleurs, a fait remarqué un membre de l’assemblée, nous passons notre vie à conquérir l’espace. On rêve de ne plus partager sa chambre avec son frère, puis d’avoir une chambre ou un appartement à soi, bref d’acquérir de l’espace mais finalement avec la maison de retraite, la boucle est bouclée puisqu’on retourne à un espace collectif !

 Les lofts séduisants par les perspectives qu’ils offrent font rapidement déchanter leurs occupants quand la famille s’agrandit. Il y a alors des enjeux à relever au niveau du son mais aussi des odeurs. Et, que dire des conflits d’usage à propos du petit coin ! A l’évocation de cet espace, une rumeur est montée dans la cabane : chacun racontant à son voisin les us et coutumes de cet espace familial !

 Après avoir évoqué les mutations des espaces domestiques liés aux nouvelles technologies (place maintenant obsolète de la télévision que chacun peut regarder sur sa tablette), une dame de l’assistance a fait remarquer que les témoignages des uns et des autres étaient le reflet de l’appartenance sociale de l’auditoire. Quid des coins et des recoins dans les HLM ? et du bruit des voisins ?

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Mon poster au concours de posters scientifiques du FIG

Voilà ! C’est parti !

vitrine_geo

Le FIG est commencé. J’y présente un poster intitulé : « C’est chez moi ! Le rapport des jeunes à leur maison périurbaine »

Capture d’écran 2014-09-12 à 13.31.23Je participe au concours Mappemonde – FIG au nom du LAVUE

Que le meilleur gagne !

J’y ai décroché une Mention spéciale  !

 

 

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Petit sondage sur le rapport des jeunes à leur maison

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPhotographie de Léa Boscher

Mener une enquête empirique amène à se poser de nombreuses questions sur la véracité des témoignages recueillis. Bien que mes enquêtes de terrain soient nombreuses (près de 100 entretiens réalisés auprès de lycéens et d’étudiants de première année), j’ai eu envie de tester un nouvel outil pour voir les divergences par rapport à mon échantillon.

Je viens donc de mettre en place un petit sondage en ligne sur le site surveymonkey sur le rapport des jeunes à leur maison : http://www.surveymonkey.com/s/HHHWLVB

Idéalement, je cible les jeunes qui habitent dans le périurbain. Pour faire mon tri parmi les réponses, je demande la commune habitée, le département et surtout l’âge de la personne. Tout cela ne peut fonctionner que si les gens qui participent sont francs mais j’ai eu envie d’essayer. Au pire, cela ne donnera rien. Dans le meilleur des cas, j’aurais, peut être, des éléments de comparaison.

A suivre, donc