Archives par mot-clé : lycée

Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard.

« La jeune fille se livre par à-coups timides. « Ah, vous faites du tourisme. » Elle n’est pas étonnée. « Il y a de jolies choses à voir par ici. » Les dames s’en mêlent : le Vieux Pays. Le Village. Le Canal. La jeune fille habite à la Haie Bertrand, des pavillons neufs dont la moitié ont été construits par les Castors : c’est le prochain arrêt. Ses parents viennent de Paris, du onzième, ils sont passés par une HLM à Aulnay mais, pour sa part, elle a toujours vécu ici. Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard. Et certainement pas à Paris. Elle étoufferait. Paris, elle connaît bien : elle va au lycée Racine. Elle étudie pour être secrétaire de direction. Non, ce n’est pas que cela lui plaise particulièrement, mais il faut bien. Elle fait le trajet en bus plus RER plus métro. Ça va encore, c’est surtout quand on doit aller de banlieue à banlieue que c’est dur : elle a une copine qui habite Villepinte et travaille à Bondy, ce n’est pourtant pas bien loin, et cela fait une heure et demie dans chaque sens. Ses loisirs ? Oh, elle est simple, alors elle aime bien rester chez elle. Le dimanche elle sort avec ses chiens. Non, elle n’a jamais peur, mais bien sûr elle ne prend pas le RER tard le soir. »

Extrait de Les passagers du Roissy-Express. F. Maspéro, 1990 (2004), pp. 67-68

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Dictionnaire des lycées publics de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine.

Dictionnaire des lycées publics de Bretagne. Histoire, culture, patrimoine. J.P Branchereau, A. Croix, D. Guyvarc’h et D. Panfili. PUR, 2012. 655 pages. 45€.

 9782753521087-81d2c

Quelle chance ont les Bretons ! Voici que paraît chez PUR un dictionnaire magnifiquement illustré recensant tous lycées de Bretagne (généraux, professionnels, agricoles, maritimes, et hôteliers avec leur restaurant d’application !) et traitant de thématiques générales touchant à la fois les acteurs de ces lycées comme leur mode de fonctionnement. Le maillage du territoire par les établissements d’enseignement secondaire témoigne des efforts réalisés depuis le XIXème siècle (le Finistère : avant-dernier département pour l’alphabétisation) qui ont permis à la Bretagne d’être en 2011 « la première région qui atteigne l’objectif de 80% de bacheliers par classe d’âge, avec 82,4%. »

 

Ce « Geriadur liseou publick Breizh » est le résultat d’un travail collectif autour de l’historien Alain Croix. « Son processus d’élaboration a associé chercheurs, enseignants ou techniciens, chacun apportant ses connaissances, sa sensibilité et une partie de son histoire à cette somme collective ». Si ce dictionnaire reprend le modèle inauguré par Le dictionnaire des lycées publics de Pays de La Loire, paru en 2009 et dirigé par les mêmes auteurs, il vient combler les immenses vides bibliographiques du sujet. Car, alors que le lycée est une institution où on passe un temps non négligeable de son existence, il n’existe pas d’histoire des lycées et encore moins une histoire régionale. « Nous sommes donc très conscients que le présent ouvrage ne peut que proposer qu’une « histoire en construction », que les recherches futures – monographiques ou non – permettront, nous l’espérons en tout cas, d’enrichir fortement et rapidement. »

 

Cette vaste entreprise de mutualisation a permis de réserver une entrée du dictionnaire à chaque établissement. Sont ainsi présentés les éléments qui ont le plus marqué l’histoire de ces lieux (exemple : le Lycée Zola de Rennes où s’est tenu le procès en révision d’Alfred Dreyfus). L’architecture des lycées tient une place centrale dans ces notices. Le feuilletage du dictionnaire permet de voir la variété architecturale de ce patrimoine : entre reconversion de bâtiments religieux (Lycée Chaptal de Quimper installé dans un ancien séminaire) et architecture fonctionnaliste à la Le Corbusier (Lycée Le Dantec de Lannion) sans compter les aménagements contemporains laissant place à la lumière (Lycée du Thépot à Quimper et sa monumentale tour de verre) ou qui répondent aux exigences du développement durable (Lycée Saint-Aubin portant le label « Eco-Ecole »). Le patrimoine artistique est un élément constitutif des lycées comme en témoignent les nombreuses photographies du dictionnaire présentant des fresques lycéennes. Le Un pour cent se voit réserver un article. Mis en place dans le cadre de la crise des années 1930, cette aide de l’Etat aux artistes a permis de faire entrer les œuvres d’art dans les établissements d’enseignement : sculptures monumentales, fresques. Toutefois, ces œuvres n’ont pas toujours la place qu’elles devraient avoir. Face aux besoins logistiques des lycées, elles sont souvent oubliées (voir l’exemple des panneaux de céramique réalisés à partir des cartons du graphiste Maurès sont aujourd’hui cachés par une muraille de casiers pour élèves, lycée non identifié). Nombreuses aussi sont les sculptures transformées par les élèves en lieux de rassemblement ou en bancs.

 

Le lycée René Cassin, dit aussi « Chez René », est un petit nouveau dans la longue liste des lycées bretons. Ouvert en 1988, c’est un lycée périurbain de Rennes qui permet « aux élèves ruraux, (d’éviter) l’internat ou de longs trajets, parfois même l’abandon des études. » Normal, me direz-vous, pour un établissement portant le nom de l’auteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, qui promeut, entre autres, l’égalité des chances ! Car la question des mobilités et plus particulièrement des transports scolaires n’est pas à négliger dans une région de faibles densités de population. C’est à partir des années 1960 que se met en place un ramassage scolaire, pris en charge à 35% par les familles et pour le reste par l’Etat, avant que le conseil général ne prenne le relais. 23,7 km (en moyenne d’après une étude du Groupement d’Intérêt Public Emploi Formation en 2006) séparent le domicile des élèves des lycées technologiques et professionnels : ce chiffre s’explique par la rareté de telle ou telle formation dans la région. La géographie des lycées bretons ne peut se comprendre aussi sans la prise en compte d’une vive concurrence entre lycées publics et privés. En 2010, le pourcentage d’élèves scolarisés dans l’enseignement privé en Bretagne est le plus élevé de France : 42,2% contre 22% en France. Aussi, l’engagement laïque de certains enseignants ou personnels de direction n’est pas feint. L’histoire témoigne, surtout à la fin du XIXème-début du XXème mais aussi tout au long du XXème du souci de faire valoir le respect de la laïcité, sans pour autant que la Bretagne apparaisse comme un bastion religieux à part.

 

Ce dictionnaire n’est pas seulement une aventure d’historiens même si les auteurs ont fouillé les archives des lycées pour retracer leur histoire. Il témoigne aussi de ce qui fait les lycées d’aujourd’hui. La culture lycéenne a une bonne place avec des entrées telles que amours, café-bar, chahut, dortoir, discipline, portable, FSE, fêtes, photos de classe, manifestations… A noter la reproduction dans l’article Lycéens de la couverture de Paris Match de mai 1973 arborant la photographie d’un groupe mixte de jeunes avec le sous-titre suivant : « Nous sommes les filles du lycée de Brest. Nous sommes vierges et fières de l’être. Nous sommes d’accord avec nos profs. Nous sortons avec des types aux cheveux courts. Nous voulons passer nos examens. » A en croire Paris Match et ces demoiselles de classe de première (qui ont pris l’initiative d’écrire aux journaux nationaux dans le contexte de l’après-68), la révolution de Mai 68 n’a pas eu lieu en Bretagne ! Une place est laissée dans le dictionnaire à l’enseignement des différentes matières : géographie, latin, histoire des arts… Ces articles sont agrémentés de rappels épistémologiques, très synthétiques. Les aspects les plus sombres ne sont pas occultés avec des articles tels que : violence, addictions, …

 

Toutefois, ce qui l’emporte à la lecture de ce très beau livre, c’est une nostalgie à la manière de « Copains d’avant ». Quand on voit le succès de ce site (13 millions de membres, 2.5 millions de photos de classe), on se dit qu’il y a un lectorat tout trouvé à ce bel ouvrage !

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

Parcours précaires. Enquête sur la jeunesse déqualifiée.

Parcours précaires. Enquête sur la jeunesse déqualifiée. Philippe Brégeon. Le Sens social, PUR, 2013. 188 pages. 15€

31cGON91aVL._SL500_

C’est aux jeunes non diplômés qu’est consacrée cette étude qualitative et longitudinale (sur 3 ans) menée en sociologie par une équipe de recherches du GRESCO de l’université de Poitiers. Philippe Brégeon, sociologue, spécialiste des phénomènes de précarité et d’exclusion, a coordonné ces travaux. Il semble bien que cette étude ait été menée à Poitiers, si l’on en croît les témoignages de l’ouvrage, même si le texte scientifique ne le dit pas explicitement. La ville présente un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale. Elle constitue le cadre de vie de 23 jeunes enquêtés (12 filles, 11 garçons) âgés entre 20 et 30 ans présentant une mosaïque de parcours.

La longue durée de l’enquête vise à rendre compte de la notion de parcours dans le sens d’ « une succession d’état, mais plus encore au passage de l’un à l’autre, en relation ou non avec des évènements » (p. 8) Les entretiens répétés au fil du temps avec ces jeunes permettent de retracer la vie que ces jeunes ont eu jusque là. Les annexes de l’ouvrage témoignent de la difficulté pour les chercheurs de prendre de la distance avec le discours énoncé par les jeunes. Philippe Brégeon ne cache pas la difficulté de « fidéliser » ces jeunes et avoue avoir eu recours, dans le cas de deux jeunes, à la rémunération de l’entretien afin de convaincre ces jeunes de lui parler. Il porte un regard distancié sur cette démarche et sur les difficultés rencontrées.

Le tableau dressé par cette enquête ne laisse pas indifférent et encore moins les enseignants que nous sommes. Il s’agit ici de ces jeunes qui sont sortis du système scolaire sans qualification. Envoyés dans des établissements spécialisés dans le handicap, en SEGPA, en lycée professionnel, en maison familiale rurale ou déscolarisés à l’issue de leur passage en collège, ces jeunes devenus adultes n’ont pas de qualification. Ils ont souvent accumulés les impasses en terme d’orientation. Malgré tout, ils ne sont pas prêts à faire n’importe quoi, surtout à long terme.  L’expression « Je vais pas faire ça toute ma vie. » revient très fréquemment dans les entretiens. Ils revendiquent de l’ambition sans s’en donner ou d’en avoir toujours les moyens.

Pourtant, tous les jeunes du panel n’ont pas des profils similaires. Les trajectoires suivies divergent. La trajectoire ascendante que connaît un petit groupe des jeunes prouve que les stages d’insertion, comme les changements d’orientation peuvent porter leurs fruits. Ces jeunes réussissent à décrocher un emploi stable qui leur plaît : maçon, factrice, auxiliaire de vie, animation. Ils retirent de leur réussite beaucoup de fierté : « Pour avancer, c’est la volonté… Il faut avoir envie d’apprendre… Oui, il n’y a pas de raison, il ne faut pas baisser les bras… On peut réussir quand on le veut vraiment ! » Le ton du discours du groupe aux trajectoires stagnantes est nettement moins optimiste. Ils connaissent ce que Robert Castel appelait le mythe de Sisyphe à propos du parcours suivi par ces jeunes en échec constant malgré quelques efforts déployés. Ils accumulent les expériences courtes dans les entreprises. Mais, très vite, le travail est trop dur. Ils n’aiment pas l’ambiance de travail. « Je tombe toujours sur des cons. » Le problème vient des autres. Ils ne remettent pas en cause leur engagement par rapport à leur insertion sur le marché du travail. Les stages d’insertion et les emplois aidés ont souvent préservé ces jeunes des duretés du monde du travail. Lorsqu’ils sont confrontés à un emploi non préservé, ils n’arrivent pas à supporter la pénibilité du travail et la difficulté de leur relation avec les autres. Enfin, il y a tous ceux qui ont baissé les bras et ne cherchent même plus et se contentent du RSA.

Les missions locales jouent pourtant un rôle central pour relancer ces jeunes et les pousser à être actifs (voir la « métaphore du balancier » utilisée par le conseiller Béranger à propos de son rôle auprès de ces jeunes : si personne ne les pousse, rien se passe). C’est un constat assez pessimiste que cet ouvrage dresse. L’auteur constate que les stages d’insertion, les emplois aidés ne permettent pas à la plupart de leurs bénéficiaires de trouver durablement du travail. La confrontation avec le « vrai » monde du travail, une fois l’emploi aidé terminé, se passe souvent mal : le rythme du travail et les exigences des employeurs sont trop souvent élevés pour ces populations en décalage. Le cas de certains jeunes (très bien exposé) montre vraiment les limites du système. Anaïs est une professionnelle de l’assistanat : voilà sept ans qu’elle navigue d’organismes en organismes pour être prise en charge entre Dunkerque et la Vienne. Tout cela, sans aucun sentiment de culpabilité.

Ces récits ne laissent pas indifférents. Le ton de Philippe Brégeon peut énerver aussi. « (…) C’est d’abord le système qui génère des comportements d’instrumentalisation » (p. 107) Le parcours de ces jeunes s’explique par le système plutôt que par leur comportement personnel. Philippe Brégeon décrypte le cercle vicieux du classement de ces jeunes en tant que travailleur handicapé, classement qui vient souvent d’une initiative des conseillers de la mission locale. Cela reviendrait à stigmatiser ces jeunes et à les gêner pour leur insertion professionnelle. Une fois la lecture achevée, la réflexion continue car ce bilan ne laisse pas insensible. On en vient à se demander si ces dispositifs mis en œuvre ont une utilité. Le fait que Brégeon ait remarqué que ces jeunes en situation de précarité soient issus de familles populaires au parcours heurté laisse à penser qu’il existerait une sorte de déterminisme social. Effrayant !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes