Archives par mot-clé : L’Habiter

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

Jean-Marc Besse

IUT, 4/10/14, 15h-15h45

567x425ximg_1712.jpg.pagespeed.ic.U1w5dcVzLj

Vous connaissiez le géographe devenu philosophe en la personne d’Augustin Berque ? Voici le philosophe devenu géographe !

 Jean-Marc Besse, philosophe et directeur de recherche au CNRS, a choisi d’intituler sa conférence Géographie psychique, une appellation contestable pour les géographes alors que les psychologues de l’environnement applaudiront des deux mains à la lecture de ce titre. C’est Georges Hardy qui, le premier, a utilisé cette expression dans son ouvrage de 1939 Géographie psychologique pour désigner la science qui cherchait à déterminer la localisation des phénomènes de psychologie collective. Cette approche était condamnée aux gémonies par Albert Demangeon qui n’a pas hésité à dire que c’était une discipline inutile car déjà prise en charge par la géographie humaine et l’ethnologie. Il rejetait aussi la vision déterministe de cette voie et considérait qu’elle était politiquement dangereuse (car elle mettait en œuvre une typologie dans le cadre de la géographie coloniale). Dans les années 1950-1960, les géographes voyaient alors le sujet humain comme un acteur industriel, économique, industriel ou politique. La part affective, personnelle n’était pas considérée en tant que telle. Il faut attendre les années 1980-1990 avec l’essor de la géographie culturelle pour qu’apparaissent les spatialités subjectives, résolument non déterministes. Toutefois, l’entrelacement de l’homme et du monde comme l’expérience géographique (affect, émotion, sentiments) sont oubliés jusqu’à ce que la phénoménologie trouve sa place en géographie avec la redécouverte de Dardel.

Cette partie épistémologie de la géographie, la plus limpide, a ensuite été suivie des considérations de Jean-Marc Besse sur l’expérience spatiale déterminante dans l’Habiter, le paysage et l’ambiance, prenant en compte l’épaisseur de l’espace et du paysage que l’on habite, la temporalité spécifique des temps et des espaces. L’analytique de la géographicité, rapidement exposée, basée sur les concepts de séparation, de force, de position ou situation et de dimension, nous est demeurée obscure. Difficile en effet de rester attentive près d’une heure à la lecture littérale d’un texte écrit. Jean-Marc Besse est plus facile à lire qu’à écouter !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy, Michel Lussault

Espace Sadoul, 5/10/14, 11h-12h45

886x177xmosaique_tr.jpg.pagespeed.ic.H5cnKqLZnM

S’il est des colloques qui font date dans l’histoire de la géographie, il est des tables rondes qui ont le même statut. Celle à laquelle nous avons eu la chance d’assister en fait partie. Pour la première fois, à l’initiative d’Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy et Michel Lussault étaient réunis pour échanger leur point de vue sur l’Habiter.

Et quoi de mieux que de partir de photographies quand il s’agit de regards croisés ! C’est ainsi que ces cinq grands noms de la géographie et de la philosophie se sont livrés à l’exercice de choisir une photographie représentant le mieux pour eux leur vision de l’Habiter.

Olivier Lazzarotti a ainsi présenté une photographie prise le 12/06/2014, pendant la Coupe du monde au Brésil, dans un quartier réhabilité de Foshan (Chine). Une manière pour lui de montrer l’incursion de la mondalité par le biais du tourisme. Jacques Lévy a choisi une photo assez proche puisqu’elle représente la rivière Cheonggyecheon à Séoul, aujourd’hui haut lieu du quartier d’affaires après avoir été longtemps un égout à ciel. L’image même de l’Urbain, dont le promeneur éprouve une familiarité émouvante en le parcourant. Augustin Berque, quant à lui, a choisi une photo d’un chemin (le chemin de la loyauté) au milieu d’une forêt de bambous à Kyoto, vestige de la résidence d’été d’un mandarin. Une occasion pour lui pour revenir sur le mythe de l’ermitage paysager, idéalisation de la petite maison individuelle, base de l’urbain diffus, responsable d’une forte empreinte écologique à l’origine du dérèglement climatique. Jean-Marc Besse a commenté une image d’archive représentant Amsterdam au début du XXème siècle, parue dans un ouvrage pédagogique d’architecture. Son objectif : montrer qu’habiter, c’est une affaire qui dépasse les compétences de l’architecte. Ici, tout est une question de seuils, de limites entre l’intérieur et l’extérieur. Etre citoyen, c’est être capable de tenir une conversation dans le désordre. Enfin, Michel Lussault dévoile sa photographie tout en refusant de dire où elle a été prise car là n’est pas la question. Comme Habiter est une épreuve, il a choisi cette photo d’une funambule. Le fil étant l’équilibre entre les choses, la tension entre l’acteur et l’environnement. L’environnement n’est pas seulement ce qui  nous entoure mais ce qui est à l’intérieur de nous. « L’Habiter est un art forain, une épreuve d’espace-temps. » Cette photographie illustre aussi l’idée qu’Habiter, c’est composé, un arrangement entre l’humain et le non-humain.

Utiliser l’image nécessite d’être critique et distancié (Lazzarotti). « Ceux qui croient que l’on peut tout voir se trompent. L’image n’est pas seulement un terminus mais une aide à penser » (Lévy). Les images sont des lieux par lesquelles se construisent les connaissances. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de métaphore (image) (Besse). Barbara Stafford ne dit-elle pas : « Il pleut des images dehors mais nous restons enfermés à l’intérieur » ? L’image réfléchit (reflet et réflexion) en tant qu’opération sémiotique qui produit de la signification. (Lussault).

L’introduction de l’Habiter dans les programmes scolaires est une révolution car c’est reconnaître un point de vue, se mettre dans une position par rapport aux autres. Cette posture s’inscrit en opposition avec la « géographie éclatée » issue de la crise de la géographie. L’habiter est une entrée du Dictionnaire de la géographie et des sociétés de Lévy-Lussault en 2003. Toutefois, dans l’édition de 2013, l’article a été repris car il n’était qu’une ébauche même si les auteurs avaient déjà compris que c’était un levier de recomposition permettant de repenser la théorie du social. Ce qui apparaît central dans l’Habiter, c’est que c’est un verbe, qui fait référence à l’action, au mouvement, à un devenir.

Avec une rencontre comme celle-ci, on peut dire que le FIG est bien le lieu où se construit la science !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens de l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens du l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

Avec Michel Lussault, Thierry Paquot, Chris Younes

3/10/14, Hôtel de ville, 16h15-17h45

IMG_1689

Il fallait savoir jouer des coudes pour réussir à trouver une place pour assister à la conversation croisée de deux philosophes et d’un géographe ! La distance à laquelle nous avons réussi à réaliser des photographies en atteste ! Mais, nous y étions !

Difficile aussi de rendre compte de ce symposium philosophique tant il s’est dit de choses en une heure et demie.

Enthousiaste, Thierry Paquot estime qu’habiter est le plus beau verbe de la langue française (même si c’est un mot allemand…). Heidegger ne dit-il pas dans Etre et Temps (1927) que « la langue est l’habitat de l’être ». Habiter n’a rien à voir avec résider, loger, « c’est être présent au monde et à autrui ». Habiter est la question centrale de la philosophie occidentale qui permet de chercher l’essence des choses. Habiter, c’est exister ! C’est un verbe à dimension existentielle.

Michel Lussault rappelle qu’il aurait été impensable d’inscrire cette thématique au FIG lors de sa création, il y a 25 ans. Alors, habiter renvoyait à l’habitat. Il suffit de se rappeler de la lecture de René Lebeau (Les grands types de structures agraires dans le monde, 1969) et les descriptions de granges et autres maisons rurales accompagnées de schémas. C’est Thierry Paquot qui a permis aux Sciences Sociales de se réapproprier l’habitat. Lussault s’intéresse moins à l’habitat qu’à l’habiter, c’est à dire exister, spatialiser son existence, organiser son espace de vie, sans en faire une question purement fonctionnelle.

Chris Younes pense que la diversité d’occuper et d’habiter la nature font qu’il existe bien une résistance à l’uniformisation. Elle insiste aussi sur l’idée qu’il faut partager la terre dans le cadre d’une cohabitation. L’Homme a deux effets sur la terre. Dans le cadre de la nouvelle ère (anthropocène), il interroge les liens entre nature et culture. De même, dans sa dimension existentielle, le lien que l’Homme entretient avec la planète est à replacer dans une échelle temporelle : Etre sur terre comme mortel, avoir un espace-temps très court à vivre.

Michel Lussault considère qu’il est indispensable d’analyser cette cohabitation des hommes sur la planète à plusieurs échelles. Ainsi, Tim Ingold, anthropologue britannique, analyse le micro-habitat qu’est la tente traditionnelle des Indiens d’Amérique. Chris Younes insiste sur l’importance du corps. Celui-ci a besoin d’architecture, qui renvoie à une sensorialité. Pour Thierry Paquot, il faut garder à l’esprit que beaucoup d’espaces sont inhabitables sur la Terre, telles les gated communities ou les centres commerciaux. Pour lui, « faire Monde, c’est être dans l’ouvert ». Dans la forêt des villes, la solution pour respirer (qui veut dire étymologiquement se placer hors), c’est d’en sortir. Cette idée qu’il puisse exister des espaces inhabitables laisse perplexe Michel Lussault. A partir du moment où les gens habitent, c’est habitable. Et d’ailleurs, convoquant les travaux de Boris Beaude, il le rejoint en disant qu’on habite le numérique. L’habitation contemporaine du monde est très différente de celle que l’on a connu depuis la fin de la Révolution industrielle.

Puis nos trois amis se sont attachés à la vaste question de l’Urbain. Une occasion de rappeler l’existence de leurs revues : L’esprit des villes et Tous Urbains ! L’urbanisation est planétaire avec des « brouillons de ville » (Paquot). Aujourd’hui, la ville n’est formidable que pour une minorité (Lussault). Pour faire ville, il faut ré-imaginer la ville dans son rapport au rural. L’usage du substantif Urbain (et non de l’adjectif) a été imposé pour la première fois par Françoise Choay. Michel Lussault refuse d’utiliser le mot de ville, sauf pour désigner une réalité sociale ancienne. Celui qui postule que « Nous sommes tous urbains » confesse mettre 50 c dans une cagnotte à chaque fois qu’il utilise le mot ville. Le récit de la naissance de « Tous urbains » est l’occasion pour ce pince-sans-rire de rappeler que cette revue est apparue comme une nécessité après qu’Urbanisme soit devenue une revue technique financée par la Caisse des dépôts. Il était alors indispensable de disposer d’un support qui pense cette tension entre urbain et ville (voir à ce propos le numéro 6 de « Tous urbains »). Il n’y a pas de géographie qui ne soit pas politique. C’est co-substantiel à celle-ci puisque la géographie pose la question du vivre ensemble. Thierry Paquot en profite aussi pour remettre en cause ce vivre-ensemble, comparant les aires de jeux pour enfants à des parkings à enfants. Une belle occasion de nous apprendre aussi qu’il prépare une exposition sur la ville récréative  !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Habiter. Un monde à mon image.

9782081281974FS

«  (…) Habiter, c’est tracer des lignes et dessiner des surfaces, c’est écrire sur la terre, parfois en de puissants caractères et y laisser des images. On appellera cela géographie. Et ce n’est rien d’autre que de transformer la surface de la Terre en une sorte de grande demeure, en un intérieur universel. » (p. 10) Le philosophe et historien Jean-Marc Besse offre ici un magnifique texte sur Habiter. Tout en délicatesse, cette réflexion générale sur notre manière « d’être quelque part » constitue une magnifique introduction au Festival International de Géographie 2014, consacré à Habiter la Terre.

Comme le disait Gilles Deleuze (1996), habiter est plus une question de géographie que d’architecture. Si habiter fait référence au lieu « où on peut confier son sommeil » (Lévinas), cette fonction ne se limite pas à l’espace intérieur mais aussi à l’extérieur. L’entretien des lieux participe de l’habiter et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste américaine Mierle Laderman, en 1969, a développé une « œuvre autour et à partir du concept d’entretien (maintenance), dans le cadre d’une démarche qui, partant d’une interrogation domestique, s’est élargie aux problématiques de la préservation de l’espace public et de son environnement. » (p. 25)

Comprendre l’Habiter exige de réfléchir aux « espacements » (p. 40), à « un réglage des proximités et des distances » (p. 43) mais aussi aux porosités entre espace intime et espace public, dont le seuil est le lieu par excellence où se joue ces limites dans le cadre du voisinage. « Habiter, c’est d’abord s’installer dans un système d’échanges métaboliques à la fois fonctionnel, affectif, symbolique, entre les lieux, les êtres et les choses qui peuplent ces lieux et qui, très exactement, les occupent. » (p. 130). C’est pourquoi déménager n’est pas anodin puisqu’il va falloir reconstituer ailleurs ce que l’on avait construit ici : un chez-soi, un espace incarné où l’individu tient une place centrale.

Cela ne veut pas dire, pour autant, que les lieux de la mobilité ne sont pas des lieux habités. « La reconnaissance du déplacement comme fait spatial fondamental et de l’originalité de l’habiter mobile signifie que je peux faire une maison sans nécessairement avoir des liens immémoriaux avec le sol où la maison s’édifie. » (p. 209) Il est donc possible d’être chez-soi à l’étranger même si « Habiter comme étranger c’est, par conséquent, rester dans une certaine distance avec le monde nouveau dans lequel on habite pourtant. » (p. 217). C’est toute la différence entre se loger et habiter.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes