Archives par mot-clé : Les Clionautes

Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations.

Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations. Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot et Denis Menjot. Paris, L’Harmattan, 2015, 336 p. 35€.

Capture d’écran 2015-08-11 à 17.41.28

Approche très originale pour ce colloque de 2011 organisé à Lyon, à la suite d’une réflexion collective menée pendant deux ans dans le cadre d’un séminaire mensuel sur la question du périurbain de l’Antiquité à nos jours. Leurs organisateurs, des professeurs d’histoire grecque et médiévale, ont voulu comprendre comment s’est construit « un équilibre social, économique et culturel, fondé sur l’interrelation entre la ville, le périurbain et le territoire, chaque zone ne pouvant être pensée que l’une par rapport à l’autre » (p. 7). Cette approche historique de cet espace est très innovante et vise à inciter les chercheurs à s’intéresser à ces espaces jusque-là délaissés, faute de sources. L’archéologie et les sources fiscales peuvent toutefois expliquer beaucoup de choses sur le passé de ces espaces situés au-delà des murs, comme en attestent les articles de ce volume.

L’ensemble s’organise en quatre grandes parties. La première présente les mises au point synthétiques réalisées par un sociologue (Jean-Louis Authier), un géographe (Laurent Coudroy de Lille) et des historiens (les coordonnateurs du volume). C’est une partie extrêmement intéressante posant les jalons de la question périurbaine d’hier à aujourd’hui, en réfléchissant, notamment, à la manière dont peut être défini cet espace au fil du temps. « De fait, si les termes de périurbain et de périurbanisation sont relativement récents, le phénomène de périurbanisation, est, lui beaucoup plus ancien, avec le développement des faubourgs » (p.17). Ces espaces aux marges des villes ont été vus au cours de l’histoire comme des espaces suspects menaçants la ville elle-même : la Charte d’Athènes développe un discours stigmatisant sur les banlieues, « sorte d’écume battant les murs de la ville (et) devenue marée puis inondation au cours des XIXème et XXème siècles. » (p. 28).

La confusion entre faubourgs, arrière-pays, banlieues, suburbain, périurbain, infra-urbain, rurbain, marges, périphéries, franges,… est la caractéristique de la perception de cet espace au fil du temps dont les limites demeurent très floues. Globalement, cet espace est celui qui accueille les activités que la ville ne veut pas (cimetières à l’époque antique, activités polluantes), ainsi que des populations précaires. Aux XIXème et XXème siècles, « l’espace suburbain est le creuset d’un nouveau mode de vie marqué par l’alternance du labeur et de la gaité dominicale, l’habitus des déplacements et des échanges n’excluant pas un fort enracinement local. » (p. 55). « Vivre dans le périurbain, c’est s’installer non seulement « à la campagne » mais « dans le mouvement » comme le dit Donzelot en 2004.

Les trois autres parties rassemblent les textes de participants au colloque selon trois grandes thématiques : celles des paysages périurbains, des sociétés et des activités périurbaines et des visions et des représentations. Portants sur des micro-objets, certains textes ne sont pas toujours faciles d’accès sans une bonne connaissance du contexte historique ou une maîtrise de prérequis (les multiples sigles employés par l’équipe ayant travaillé sur les dynamiques des hydrosystèmes périurbains nous sont demeurés étrangers. S’il aisé de comprendre que BV signifie bassin versant, qu’en est-il de DO, des RUTP… ?). Toutefois, les articles de Patricia Lejoux, de Josette Debroux ou de Nathalie Ortar examinant l’action des entreprises dans le mouvement de périurbanisation pour la première et la composition sociologique du périurbain pour les secondes intéresseront les géographes du périurbain. De même, les textes portant sur l’appropriation des espaces périurbains lyonnais au cours des XIXème et XXème sont éclairants pour comprendre les difficultés de gestion (policière, entre autre) de ces espaces en forte croissance démographique dans un contexte de révolte populaire (celles des Canuts) et comment s’amorce à cette époque le mouvement de périurbanisation à partir des lieux de villégiature de la bourgeoisie lyonnaise. Le volume s’achève sur le brillant article de José-Luis Oyon et Marta Serra portant sur les « maisons de Reclus ». Les deux auteurs proposent de lire le rapport ville-campagne à partir des 38 domiciles occupés par le géographe et de voir comment s’élabore l’habitus périurbain de Reclus et ses proches avec qui il vivait en communauté. Une autre manière de voir notre anarchiste géographe préféré mais aussi de comprendre le périurbain !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

 

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai.

13922796632_GDSH34_258

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai. Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, N°34. Mars-Avril 2014. 78 p. 7,50€

15 philosophes au banc d’essai ou La philo pour les Nuls, ou presque ! Voilà le pari qu’a relevé l’équipe de Sciences Humaines en proposant à ses lecteurs une analyse, la plupart du temps, lumineuse des idées des plus grands philosophes d’hier et d’aujourd’hui.

Malgré tout, il n’est pas question ici de véhiculer les idées reçues sur ces penseurs mais de montrer la complexité des individus et de leurs idées. Ainsi, l’idée que « Socrate le sage, Socrate le libre-penseur, Socrate le père de la philosophie… (a été) envoyé au trépas par une foule ignorante » (p. 6) est mise en contexte : celui du rétablissement de la démocratie après une période de tyrannie où notre Socrate ou du moins « plusieurs de ses disciples ont été associés à ce régime qui fit régner la terreur sur la ville. » (p. 7). Socrate représentait donc une menace politique.

Au-delà d’une approche biographique, très présente dans la plupart des articles, les idées sont examinées très simplement. Les raisonnements philosophiques sont décortiqués morceau par morceau. Quand c’est nécessaire des schémas viennent agrémenter le texte pour permettre au lecteur de ne pas perdre le fil quand les choses se corsent : Le système des 4 causes d’Aristote (p. 19), le problème de Hume (p. 33), la dialectique : une valse à 3 ou 4 temps (p. 43). Les articles les plus accessibles demeurent toutefois ceux qui sont consacrés aux philosophes les plus anciens : Socrate, Platon, Aristote, Descartes, Montaigne, Hume, Kant. C’est moins évident pour les articles présentant Derrida, Popper, Deleuze.

Au-delà des services que rendra ce Grand Dossier aux élèves de terminale ou aux étudiants en philosophie, deux limites non négligeables apparaissent. Les articles sont anonymes, à l’exception de quelques-uns signés par Louisa Yousfi. L’introduction s’en explique : « L’auteur de cette enquête se nomme Philomène. Qui est-ce ? Un « personnage conceptuel » : un terme inventé par Deleuze pour désigner les personnages fictifs et universels qui font vivre la philosophie. (…) (qui) veut simplement savoir où la philo mène… » ! Bon… Mais le nombre de coquilles et de fautes d’orthographe présentes dans le dossier laisse à penser que l’ensemble a été bouclé en vitesse. C’est dommage car le magazine Sciences Humaines n’est pas coutumier du fait.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Questionner l’étalement urbain.

74-0fd1c

L’étalement urbain est la nouvelle « bête noire » de nos sociétés alors que s’installer dans un espace verdoyant et dans sa maison individuelle demeure le rêve de 80% des Français ! Ce phénomène préoccupe les élus des communes situées en périphérie et ceux de l’espace rural qui ne savent pas comment répondre à la demande de leur population en termes de transports en commun, d’accès aux réseaux ou de raccordement à ces réseaux.

Pour les aider dans cette tâche difficile, les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) cherchent à faire évoluer les pratiques des élus. Ce volume, édité à la suite de l’Université permanente de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, rassemble les contributions d’universitaires (tels que les géographes Martin Vanier et Eric Charmes) ainsi que celles des différentes antennes locales qui rendent compte d’initiatives menées sur le terrain pour rendre la ville plus durable.

L’ensemble offre des clés de lecture intéressante pour comprendre l’étalement urbain et un nombre important d’exemples qui peuvent servir de support à la mise en œuvre d’une étude de cas. L’enjeu de ce volume est de comprendre plutôt que d’accuser l’étalement urbain de tous les maux. Dominique Jacomet (architecte urbaniste, directeur de la CAUE de l’Aveyron) propose de lire ce phénomène à l’aune de la « countryfication » : « un processus d’adaptation territoriale de l’urbanisme aux contraintes : du site, du relief, de la géologie, avec une recherche d’équilibre entre usages. » (p. 19) plutôt que de voir dans l’étalement urbain un « junk space ». La ville périphérique serait à présenter sous la forme d’une galaxie « où s’articulent forces de gravité et forces centrifuges. » (p. 20) sans qu’il soit nécessaire pour qu’il y ait une forme urbaine prédéfinie : un paysage minéral. Dans la ville périphérique, les hommes circulent dans un paysage végétal et cela ne doit pas poser problème. Il est possible de déconcentrer des services « urbains » dans des espaces plus ruraux. Il dénonce le discours schizophrène de l’Etat qui concentre dans les villes les grands équipements (hôpitaux, tribunaux, Poste) et contribue ainsi à accroître la distance à ces déplacements pour les populations les plus rurales.

L’enjeu est donc d’aménager le périurbain à l’échelle intercommunale pour réduire les dépendances avec la ville-centre. « Les communes périurbaines ne sont pas des banlieues » (Charmes, p. 21). En Italie (avec le concept de la « citta diffusa ») ou en Allemagne (avec la Zwischenstadt ou entre-ville de Thomas Sieverts), ce phénomène n’est pas vu comme quelque chose d’effrayant car il s’appuie sur des polarités secondaires qui font sens et centre.

Tous les contributeurs s’étendent pour dire qu’il est plus facile d’étaler que d’aménager. Toutefois, au lieu de condamner, il faut essayer d’accompagner le phénomène et permettre la densification (BIMBY : Build in my garden, lotissements denses). Car comme le disait Julien Gracq dans La forme d’une ville (1985) : « La forme d’une ville change plus, on le sait, que le cœur d’un mortel ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes