Archives par mot-clé : jeunesse

Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard.

« La jeune fille se livre par à-coups timides. « Ah, vous faites du tourisme. » Elle n’est pas étonnée. « Il y a de jolies choses à voir par ici. » Les dames s’en mêlent : le Vieux Pays. Le Village. Le Canal. La jeune fille habite à la Haie Bertrand, des pavillons neufs dont la moitié ont été construits par les Castors : c’est le prochain arrêt. Ses parents viennent de Paris, du onzième, ils sont passés par une HLM à Aulnay mais, pour sa part, elle a toujours vécu ici. Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard. Et certainement pas à Paris. Elle étoufferait. Paris, elle connaît bien : elle va au lycée Racine. Elle étudie pour être secrétaire de direction. Non, ce n’est pas que cela lui plaise particulièrement, mais il faut bien. Elle fait le trajet en bus plus RER plus métro. Ça va encore, c’est surtout quand on doit aller de banlieue à banlieue que c’est dur : elle a une copine qui habite Villepinte et travaille à Bondy, ce n’est pourtant pas bien loin, et cela fait une heure et demie dans chaque sens. Ses loisirs ? Oh, elle est simple, alors elle aime bien rester chez elle. Le dimanche elle sort avec ses chiens. Non, elle n’a jamais peur, mais bien sûr elle ne prend pas le RER tard le soir. »

Extrait de Les passagers du Roissy-Express. F. Maspéro, 1990 (2004), pp. 67-68

Jeunesse et classes sociales.

Jeunesse et classes sociales. Jean-Claude Chamboredon. Éditions Rue d’Ulm, 2015, 262 p. 22€

600_____couv chambosite_1871

Si Jean-Claude Chamboredon est bien celui qui a écrit l’essentiel des textes présents dans ce volume, c’est à Paul Pasquali qu’on doit leur réunion et leur publication. Sociologue, chargé de recherche au CNRS, il mène actuellement une recherche sur les enquêtes de terrain en France, dont une partie porte sur les méthodes élaborées par Jean-Claude Chamboredon. Il a été encouragé par Florence Weber, directrice de la collection Sciences Sociales et élève de Chamboredon, à constituer ce volume.

Chamboredon est un sociologue fameux qui a eu la mauvaise idée de vivre à la même époque de Pierre Bourdieu, aussi ses travaux sont moins connus que le plus médiatique des sociologues. Avant de se brouiller, Bourdieu, Passeron et Chamboredon ont écrit ensemble le Métier de sociologue, 1968 ouvrage ayant marqué l’histoire de la discipline.

L’œuvre de Chamboredon est marquée par « un fil rouge » (p. 18) constitué d’une sociohistoire des âges de la vie et des rapports de classe. Elle se singularise par rapport à d’autres œuvres (voir Edgar Morin, L’esprit du temps, 1962) puisque Chamboredon estime qu’il n’y a pas une culture adolescente uniforme mais que les classes sociales maintiennent des différences entre les jeunes en fonction du milieu dont ils sont issus. Cela lui apparaît d’autant plus vrai dans le contexte des grands ensembles : non seulement, il n’y a pas invention d’une société nouvelle dans cette nouvelle architecture (comme l’affirme Chombart de Lauwe) mais tous les jeunes des grands ensembles ne se ressemblent pas, comme l’étude de ceux-ci par le biais de la délinquance le prouve. Chamboredon s’inscrit en porte-à-faux avec le discours optimiste en voyant dans ces espaces tout sauf « la promesse de libération de l’aliénation du prolétariat, par la régénération des liens communautaires » (p. 26) comme aime à le penser Henri Lefebvre. Chamboredon appuie ses enquêtes sur la lecture des travaux Howard Becker sur les déviants (Outsiders, Étude de sociologie de la déviance, 1963). Il s’intéresse aussi dans un article consacré au « métier d’enfant » à la prime éducation et aux usages sociaux à la maternelle, comment les institutrices transmettent des normes sociales, des règles de comportement malgré la promotion du « être soi-même ». Il constate aussi, comme Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot, 1978), l’allongement de l’adolescence sous l’effet du renforcement des divisions d’âge avant la vie adulte (petite enfance, enfance, préadolescence, adolescence, jeunesse…).

Ainsi, les six articles rassemblés offrent une vision synthétique de son œuvre. Les textes, à l’exception de celui tiré d’une intervention orale lors d’un colloque de psychiatres et de psychanalystes spécialistes de l’adolescence en 1983 sont très écrits et d’une lecture pas toujours aisée. Cela reste aussi des textes qui sont le reflet d’une époque, celle où les filles allaient à l’école « pour meubler une transition entre adolescence et mariage » (p. 47), une période où l’avortement comme l’homosexualité étaient un délit. Une époque pouvant sembler révolue alors que l’analyse de la délinquance qui en est faite peut permettre d’éclairer la situation actuelle de certains quartiers et montrer que celle-ci ne s’explique pas seulement par la présence de populations immigrées.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014.

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014. Francine Labadie (dir.). Paris, INJEP et Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, La Documentation française, 275 p. 21€.

couv_rapport3

Simultanément à la tenue du colloque éponyme paraît le rapport de l’Observatoire de la jeunesse. Un lot de consolation pour qui n’a pas pu assister à cet événement !

Contrairement au premier rapport paru en 2012, la question territoriale est au cœur de la réflexion : accès des jeunes aux ressources réparties sur le territoire, véritable espace de construction de leur identité individuelle et collective. La territorialisation de l’action publique en direction des jeunes, « entre recherches d’adaptation et de proximité, de délégation ou d’autonomie, de déclinaison ou d’innovation » (p. 14), interroge sur les différentes échelles de l’action publique. Le rapport est constitué de deux parties : la première faisant un état des lieux est une production propre à l’INJEP alors que la seconde partie fait appel à des universitaires présentant quelques études de cas issues de leur terrain de recherche, la partie politiques publiques ayant été essentiellement prise en charge par les chargés d’études de l’INJEP.

La première partie dresse un tableau d’ensemble en exploitant l’entrée territoriale. Elle invite à se demander : « Comment les inégalités intragénérationnelles s’inscrivent-elles spatialement ? Comment les territoires, et les disparités territoriales, impactent-ils les trajectoires juvéniles, les transitions vers l’âge adulte ? Les jeunes sont-ils égaux face à la mobilité, dans la construction de leurs spatialités ? » (p. 19). À partir de traitements statistiques et de l’exploitation d’une bibliographie abondante, les éléments constitutifs de la jeunesse apparaissent : une jeunesse surtout urbaine, de fortes inégalités d’accès et d’offre éducative dans le second degré, des concurrences territoriales conditionnant les parcours de formation dans l’enseignement supérieur, des discriminations d’accès à l’emploi en fonction des territoires, les mobilités permettant de s’affranchir en partie des contraintes.

La mobilité permet de s’affranchir des contraintes locales, elle influence la sociabilité des jeunes, leur rapport au territoire et leur parcours de vie en matière d’insertion sociale et professionnelle, comme le montrent Olivier David et Nicolas Oppenchaim. Le territoire peut à la fois être une épreuve ou une expérience dans le parcours de vie. « Qu’il s’agisse de jeunes vivant en milieu rural, de ceux qui sont originaires des Antilles françaises et qui vivent en métropole, ou encore des mineurs isolés étrangers, la multiplicité de leurs trajectoires migratoires (choisies, subies, espérées ou appréhendées) traduit bien la diversité des expériences territoriales. » (p. 170). Les politiques publiques œuvrant en direction de la jeunesse sont nombreuses et le millefeuille territorial entrave leur repérage par les premiers intéressés. « Autrement dit, si les effets de lieu existent bel et bien, la lutte contre les inégalités territoriales ne saurait être « que » territoriale, sauf à valider les inégalités, beaucoup plus profondes, qui ne doivent rien au territoire mais qui, pourtant, lui donnent forme. » (p. 116)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Jalousie : les articles qu’on aurait aimé écrire en 2014

Le 31 décembre, on se retourne sur tout ce qu’on a fait mais aussi ce qu’on n’a pas fait. Heureusement, dans bien des cas, des confrères ont écrit ces articles qu’on aurait rêvé avoir sur le site.

Pour tout dire, à leur lecture, on a même été un peu jaloux, pour reprendre le terme de la « Jealousy List » du site américain Businessweek, qui nous a inspirés.

Voici 25 articles – dont six en anglais –, accessibles sur le Web (mais parfois payants), sélectionnés par la rédaction pour la fin des vacances.

1

« Avoir 17 ans dans l’Yonne… »

Télérama

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

Capture d’écran de l’article (Telerama.fr)

Témoignages de jeunes ados qui vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Dépendant du bus scolaire et de la voiture des parents, ils rêvent de scooters et de Dijon. En attendant, ils passent leurs journées au kebab, chez Patapain ou au McDo.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/31/jalousie-les-articles-quon-aurait-aime-ecrire-2014-256829 

Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans.

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Olivier Galland et Bernard Roudet (dir.). Paris, Doc’ en poche. Paroles d’experts. La Documentation française, 2014, 276 p. 9,90€

Capture d’écran 2014-11-16 à 11.53.39

Afin de mieux adapter ses politiques en faveur des jeunes, l’Etat a confié à l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) la mission de réaliser des études, des enquêtes et des synthèses sur la jeunesse. Cet ouvrage rend compte de ce travail longitudinal mené, auprès des jeunes de 18 à 29 ans, avec les enquêtes Valeurs menées en collaboration avec l’Arval (Association pour la recherche sur le système des valeurs).

La cheville ouvrière de ce travail est Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’Injep, décédé en 2013. Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse, a dirigé cet ouvrage publié dans une première édition en 2012, paraissant aujourd’hui en édition de poche.

Travailler sur l’évolution des valeurs exige de savoir ce que l’on entend par valeurs. « Pour les sociologues comme Emile Durkheim ou Max Weber, l’unité d’une société se fonde sur les valeurs partagées, sur des « idéaux collectifs » transmis aux individus. (…) Afin d’évaluer ce qui fait la stabilité d’une société, mais aussi ce qui peut la faire bouger, il est important (…) d’analyser ce processus de changement des systèmes de valeurs, de repérer comment les individus recomposent leurs systèmes de valeurs et de comprendre ainsi les tendances d’évolution d’une société. » (p. 11).

Ainsi, cette étude montre que les jeunes d’aujourd’hui se sont détachés des mouvements contestataires de l’organisation de la société, cette dernière étant moins clivée par classes d’âges qu’en 1981, même si le niveau d’études entre énormément en ligne de compte. Parallèlement, la montée de l’individualisation s’accompagne d’une mise en avant des valeurs de tolérance allant de pair avec un désir de cadres et d’autorité, à rapprocher du quart des jeunes les moins diplômés montrant un attrait pour un régime autoritaire. La famille tient toujours une place centrale chez les filles comme les garçons sans que les formes diversifiées d’organisation de la famille ne soient un obstacle à l’égalité entre les sexes. A rebours des discours publics, la valeur travail n’est pas remise en cause par les jeunes (70% des jeunes, contre 68% des plus de 30 ans, estiment le travail comme un domaine très important de la vie en 2008).

Publié dans la collection Paroles d’experts, cet ouvrage comporte des graphiques à la lecture complexe (voir les figures du chapitre 1) malgré les commentaires qui les accompagnent. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les dernières enquêtes ont été réalisées avant la crise économique et la confirmation de la montée du FN (2007 et 2008), et ainsi relativiser les constats optimistes qui en ont été tirés : « Globalement, l’intolérance est limitée, chez les jeunes comme chez les adultes, et elle apparaît en baisse depuis l’enquête de 1999. Le rejet en fonction des critères ethniques ou religieux et le rejet des immigrés, notamment, sont fortement minoritaires chez les jeunes. Ils diminuent entre 1999 et 2008, tout particulièrement en ce qui concerne les musulmans (- 7 points) et les gitans (- 15 points). » (p. 62).

La continuité générationnelle («  allant de 18 ans à 50 ans, voire 60 ans » p. 259) mise en avant dans cet ouvrage fait qu’il n’y a plus vraiment de rupture sur le plan des valeurs. « Les parents sont devenus des accompagnateurs dont la tâche est d’aider les jeunes adultes en devenir à faire leur place, progressivement, dans la société. » (p. 260) En revanche, au sein des jeunes eux-mêmes, un clivage intragénérationnel existe en fonction des atouts scolaires. L’école a donc un rôle central à jouer.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants.

9782110092106

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants. Vincenzo Cicchelli, Observatoire national de la vie étudiante, La documentation française, 2013. 215 p. 19€

A l’heure où l’Observatoire de la Vie étudiante publie les résultats de sa grande enquête triennale, la lecture de l’ouvrage Vincenzo Cicchelli permet de réfléchir à la complexe question de l’autonomie des jeunes. Vincenzo Cicchelli, maître de conférences en sociologie à Paris Descartes, étudie ici le sujet sous l’angle d’une comparaison européenne.

Il part, pour cela, de la définition adoptée par la Prise de position pour l’autonomie des jeunes (Conseil des Membres, avril 2004, Bruxelles) : « L’autonomie est la situation où les jeunes ont le soutien, les ressources et les débouchés nécessaires leur permettant de vivre de manière autonome, de faire leurs choix de vie et d’avoir accès à une participation sociale et politique totale dans tous les secteurs de la vie quotidienne, ainsi que de prendre des décisions de manière autonome. » Pour être autonome, il est donc nécessaire de réunir toutes les facettes de la définition et, force est de constater, que ce n’est pas simple ! La tendance actuelle en France va plutôt dans le sens contraire. L’acquisition de l’autonomie (l’empowerment ou capacitation) est de plus en plus longue et progressive : « Les jeunes (scolarisés ou non) n’ont jamais été aussi autonomes et dépendants en même temps : ils sont de plus en plus placés par les adultes dans une situation d’apesanteur sociale (…) » (p. 184)

L’entrée dans la vie adulte est de plus en plus tardive en raison du report de la sortie du système scolaire, à l’accès au premier emploi de plus en plus tardif, à un départ de la famille d’origine repoussé, une mise en couple et la constitution d’une nouvelle famille (naissance des enfants) ajournées. Cet allongement de la jeunesse fait qu’elle ne doit plus être considérée comme une transition entre l’enfance et l’âge adulte mais comme un temps à part entière de la vie. Les différences entre les pays européens sont très nettes (voir à ce propos l’ouvrage de Cécile Van de Velde). La France se situe dans une position intermédiaire entre les pays du Nord qui offrent des allocations aux jeunes, leur permettant de quitter le foyer familial le plus tôt possible et une Europe du Sud (voir la comparaison France – Italie menée par Vincenzo Cicchelli) où les jeunes restent tardivement chez leurs parents (plus particulièrement en Espagne ou au Portugal où les jeunes ne quittent leurs parents que pour s’installer en couple marié dans un appartement acheté avec l’aide de la famille). La France se singularise de ses voisins par une double dépendance des jeunes à leur famille et à l’Etat.

L’étude des rapports établis par des structures étatiques ou think thank européens sur la question de l’autonomie de la jeunesse fait apparaître des propositions récurrentes en faveur d’aides à destination de la jeunesse. Toutefois, la mise en place de ces mesures se heurte à leur coût. Aussi, il n’est pas étonnant que la précédente enquête de l’OVE (2010) mettait en évidence que les enfants de cadres supérieurs soient trois fois plus représentés dans la population étudiante que parmi les jeunes actifs de 18 à 24 ans. L’aide financière de la famille est centrale dans le budget des étudiants. Des rapports, a émergé l’idée de permettre à tout un chacun de se former tout au long de la vie. Cette mesure viserait à lutter contre le déterminisme scolaire qui entrave la progression professionnelle d’une personne au cours de sa vie active. N’est-il pas fou qu’on demande à une personne de quarante ans quel bac elle a passé, comme si le parcours professionnel ne s’en tenait qu’à la formation initiale ?

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Œuvre d’art, jeune et périurbain : quel lien ?

IMG_0299

« Le souvenir, c’est la présence invisible »

Œuvre réalisée par Mathilde, élève de terminale au Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines, lors d’une résidence au Centre d’Art de La Source, 2012.

Photographie : Catherine Didier-Fèvre

Une œuvre d’art, réalisée par une élève, voici sur quoi j’ai choisi de travailler aujourd’hui. Cette réalisation artistique m’a beaucoup questionnée lorsque je l’ai découverte exposée dans le hall du Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines en janvier 2013. Le support est constitué d’une carte routière et celle-ci, à peu de choses près, délimite mes terrains de recherche. Les mots qui y figurent ont achevé que mon regard s’y attarde. J’y ai lu « le souvenir présence, c’est là invisible » sans comprendre ce que l’élève qui en était l’auteur avait bien voulu dire. L’assemblage des mots « c’est là invisible » et leur localisation sur la carte m’ont fortement interpellée : l’adverbe de lieu [1] se trouvant sur la zone périurbaine Est. Pour le reste, l’assemblage des mots me semblait toujours énigmatique, même si j’interprétais « C’est là invisible » comme étant une évocation de l’absence de la présence des jeunes dans les espaces situés autour de l’agglomération parisienne. Insatisfaite de ce commentaire, je me suis donc mise en quête de l’artiste afin d’avoir une explication sur cette drôle d’œuvre qui prend pour support un document intrinsèquement géographique.

Ma rencontre avec Mathilde (17 ans, Septeuil) a été fructueuse puisque j’ai pu comprendre à la fois l’agencement et le sens des mots qui y figuraient. Il fallait y lire « Le souvenir, c’est la présence invisible », une phrase tirée du poème Océan de Victor Hugo. L’œuvre n’est pas seulement constituée d’une carte et de mots mais aussi de trois photographies argentiques qui évoquent l’effacement d’une image, d’une scène. Mathilde a justifié le choix de la carte par le fait que c’est là qu’elle construit ses souvenirs, dans un espace qu’elle estime perdu. Pour elle, la carte renseigne sur qui on est et d’où on est. Pour montrer que le temps a fait son œuvre, Mathilde a choisi cette vieille carte Michelin : « une carte qui a vécu ». Elle l’a encadrée « d’un bout d’une autre carte » car cet espace se trouve au milieu d’autres espaces. Le découpage d’un rectangle dans la partie Est de la carte est là pour montrer le vide, par la transparence.

Les souvenirs de Mathilde prennent place dans l’espace où elle vit. Ils s’y effacent aussi. Le temps fait son œuvre et c’est un document géographique ancien qui doit en témoigner. Au-delà de l’interprétation que l’artiste en fait, ce document est éminemment géographique dans le sens où il est le témoin de l’ancrage d’une jeune à son territoire. Ses souvenirs sont territorialisés. Non seulement, ils rendent compte d’une présence invisible au sens littéraire de la citation de Hugo mais ils témoignent, pour la chercheuse en géographie, de la présence peu visible des jeunes dans les espaces périurbains comme dans la recherche.

Catherine Didier-Fèvre


[1] Mentalement, j’ai ajouté un accent au A de l’œuvre en mettant sur le compte d’une faute d’orthographe cet oubli d’accent. L’article s’est donc retrouvé transformé en adverbe de lieu ! Foutue méthode globale !!

La jeunesse a-t-elle une histoire ?

mercredi 08 mai à 22h55, 87 min

jeunesse-a-t-elle-une-histoire

Jacques Royer et Cédric Klapisch, 2012.

Voilà une histoire de la jeunesse décapante !

Imaginez un peu cela :

– un documentariste (Jacques Royer) qui s’invite dans la cuisine d’un réalisateur connu pour ses films sur la jeunesse (Cédric Klapish, Le Péril jeune et L’Auberge espagnole) pour une conversation autour d’une tasse de café Habitat (j’ai les mêmes !) et qui parlent de leur conception de la jeunesse.

– des extraits d’archives INA sur la jeunesse depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

– des sketches hilarants d’un duo de jeunes comiques : Norman et Hugo (web comiques).

– une interview d’une historienne de la jeunesse (non identifiée dans le documentaire).

– un rythme enlevé.

Et vous ne voyez pas passer les 87 minutes du montage alors que l’heure est déjà avancée et que d’habitude vous avez plutôt tendance à vous coucher comme les poules !

Le doc n’est pas parfait. Très peu de dates et de mise en contexte apparaissent quand les images d’archives sont sollicitées. Mais, l’ensemble séduit. On est à mi-chemin entre le divertissement et le documentaire. L’ensemble est très optimiste et cela fait du bien dans un contexte morose. Cédric Klapisch dit, à quelque chose près, « La jeunesse, c’est le bordel et le bordel, c’est la vie ! » 

L’école de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’Est parisien. 1880-1960.

 

d7af21474ad3a39bdadc79d10c62d2d3

L’école de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’Est parisien. 1880-1960. Cécile Duvignacq-Croisé. PUR, 2013. 359 pages. 19€.

Le choix d’un sujet de thèse ne tient pas au hasard. Tous les doctorants, arrivés au bout de l’aventure, vous le diront ! On ne passe pas 3 à 4 années de son existence à travailler sur un sujet périphérique à ses préoccupations. Le sujet choisi nous touche souvent au premier degré. Cela aide à s’impliquer dans ce travail d’ermite.

Le choix du terrain de recherche

 Ce fut le cas de Cécile Duvignacq-Croisé. Professeure agrégée, elle enseigne depuis vingt ans dans l’académie de Créteil. C’est son expérience de professeur au féminin qui l’a poussé à choisir d’étudier un sujet croisé : histoire de l’éducation, histoire du genre et géographie d’un territoire : la banlieue est-parisienne (5 cantons scolaires de la Seine et de la Seine et Oise, avec quelques incursions en Seine-et-Marne). La reconnaissance du féminin dans l’espace scolaire constitue pour Cécile Duvignacq-Croisé une préoccupation centrale. Elle fait débuter son étude en 1880 et rappelle que les lois Ferry (1881-1882), en rendant l’école laïque, gratuite et obligatoire n’ont pas instauré une égalité entre Hommes et Femmes. 1960 fait référence aux premières lois sur la mixité (lois de 1957 et 1959). Le terrain choisi vise à montrer comment l’éducation nationale a encadré une évolution sociologique profonde d’émancipation féminine dans un espace en train de s’urbaniser. Le travail est mené à la fois du côté des élèves et des enseignantes. Le cahier couleurs montre les écarts de salaires entre les dames-professeurs et les professeurs sociétaires (hommes). Si l’écart se réduit entre 1920 et 1926, il reste énorme (du simple au double).

Les sources exploitées

 Les registres matricules des écoles et des lycées comme les monographies rédigées par les instituteurs pour l’exposition universelle de 1900 sont des sources incomparables pour établir une sociologie des communes de l’espace parisien. L’implication de Cécile Duvignacq-Croisé dans le service des archives départementales a favorisé son approche des sources. Elle a notamment dépouillé les archives personnelles de féministes, telles que Marguerite Baudouin ou Benjamin Raspail. L’auteur a aussi eu recours à la presse locale.

1880-1900 : le premier enseignement féminin

 Par le biais de l’enseignement, la IIIème république se donne les moyens de transformer profondément et d’unifier la société française. Pourtant, les disparités entre ville et espace rural demeurent importantes. L’offre scolaire est très différente d’une commune à l’autre. La place des congrégations peut y être centrale et la République s’en accommode à défaut d’autres encadrements scolaires. Les subventions de l’Etat doivent permettre d’offrir la gratuité, y compris dans les établissements religieux. Fin XIXème siècle, la construction des mairies-écoles est une manière pour l’Etat et pour les mairies d’affirmer la puissance de l’enseignement laïque.

L’école des filles ne se voit tout de même pas reconnaître les mêmes missions que celle des garçons. Elle n’est pas là pour permettre la promotion sociale de l’individu mais est investie d’une « mission de transmission des valeurs et du groupe social. » Elle est d’ailleurs moins bien dotée en moyens que celles des garçons (y compris au niveau des écoles normales). Dans les écoles de filles notamment, un fort absentéisme (les filles de journaliers et de travailleurs dans l’horticulture donnent bien souvent des coups de main à leurs parents) est relevé : 20 à 40 jours par an. Le taux de mortalité en cours de scolarité (7% des élèves inscrits) témoigne à quel point les conditions de vie étaient difficiles. Avec l’ouverture des écoles normales de jeunes filles (1879, 1880 : ouverture de l’ENS de Fontenay-aux-Roses) débute un processus de laïcisation de l’enseignement secondaire féminin. Les différences de genre persistent. « Mademoiselle H, maîtresse adjointe, bien que pourvue du brevet supérieur, ne peut donner les leçons qui comporte cette partie du programme obligatoire (physique-Sciences Naturelles). Elle est, comme toutes les femmes du reste, impropre aux manipulations que cet enseignement exige. Mais elle pourra être une répétitrice utile sous la direction d’un professeur. » (p.75). Et c’est une femme qui le dit !

1900 – Années 1920 : Les revendications féminines ou l’éducation et la place des femmes dans un espace en mutation

 La première guerre mondiale a modifié les conditions des enseignées comme des enseignantes. La mixité dans les classes a du être imposée à défaut d’instituteurs ! Mais, les choses sont revenues en ordre une fois la guerre terminée ! Malgré tout, une tendance s’amorce sous l’impulsion des féministes (issues de la bourgeoisie). La figure de l’institutrice laïque s’impose dans le contexte de la séparation des Eglises et de l’Etat. Les familles se préoccupent davantage de prolonger la scolarité de leurs filles et une forte demande d’enseignement s’exerce (cours secondaires et enseignement professionnel à destination des filles). L’école est vue comme le moyen d’amélioration sociale et économique des femmes sans pour autant remettre en cause le rôle de la femme dans la société (vue avant tout comme une mère dévouée au bien être de ses enfants).

Des années 1930 à la fin des années 1950 : enseignement féminin et réponses institutionnelles.

 Ce rôle traditionnel de la femme continue à être enseigné dans les années 1930 : assistance et œuvres de solidarité en faveur des plus démunis sont menées dans le cadre de l’enseignement. Le rôle des associations de parents d’élèves s’affirme. Elles visent à influer sur le projet éducatif de l’école. A la différence des traitements entre hommes et femmes dans l’enseignement (voir plus haut) s’ajoute des investissement différenciés entre Paris et la banlieue. Les offres d’enseignement secondaires (masculin comme féminin) sont absentes dans les communes suburbaines. Aussi, les plus riches envoient leurs filles à Paris dans des institutions privées tandis que les autres n’accèdent pas à ce niveau d’enseignement. Il y a reproduction sociale et l’école ne joue pas son rôle. Les fortifs constituent à proprement parlés une frontière, une barrière sociale, jusqu’à leur destruction dans les années 20. La seconde guerre mondiale et l’Etat de Vichy reproduisent cet état de fait. L’école continue à enseigner des comportements sexués. Les choses ne changent qu’en 1959 quand les cours d’enseignement ménager sont intégrés dans des écoles techniques. Quant à la mise en place de la mixité, elle constitue un recul pour les enseignantes, victimes des fusions : les postes de direction étant accaparés par les hommes. Les intérêts des femmes en tant qu’individus reculent, malgré leur accession au droit politique.

A travers le texte de Cécile Duvignacq-Croisé, on voit s’urbaniser la région parisienne. Le texte est très clair, très fluide et parfaitement structuré. Un vrai régal de lecture. Pas étonnant qu’elle ait remportée le prix de thèse 2011 de Paris Est !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

La petite ville et ses jeunes.

 

000088979

La petite ville et ses jeunes. Jean-Luc Roques. Préface de François Dubet. L’Harmattan, 2004. 240 pages.

« Une fois que l’on admet que l’écrasante majorité des jeunes ne sont pas délinquants, élèves de grands lycées, organisateurs de « raves », consommateurs de drogues ou sportifs de haut niveau, il reste à définir une jeunesse qui ne laissera probablement aucune trace dans l’épopée de l’histoire juvénile, tellement elle est banale : ni victime absolue de la crise économique, ni rebelle avec ou sans cause, ni écrasée par l’échec, ni critique du système. » (p.11). Ainsi commence la préface écrite par François Dubet pour ouvrir le livre de Jean-Luc Roques, son ancien élève.

Et quoi de mieux que cette plume (l’auteur de Les Lycéens) pour replacer le travail de Roques dans un contexte épistémologique ? L’étude de Roques s’intéresse à ceux dont on ne parle pas, comme l’avait fait en son temps Edgar Morin avec les jeunes Bretons de Plodemet (E. Morin, Commune en France : la Métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard, 1967). Ici, ce sont les jeunes de deux villes du Sud qui sont étudiés. Uzès et Bagnols-sur-Cèze sont deux cités, aux profils sensiblement différents (une communauté tournée vers son passé, une autre davantage tournée vers l’industrie et notamment atomique). Ce que Roques désigne sous le terme de petite ville est une « entité en soi, c’est à dire qu’elle possède des caractéristiques propres tant dans le domaine économique que culturel ou social. » (p.16). Pour ce faire, la petite ville doit être éloignée de la grande. Il s’agit pour lui d’un espace intermédiaire et ce qui l’intéresse, c’est de voir vivre les jeunes de 15 à 19 ans dans cet environnement et de savoir si celui-ci influe sur eux.

Pour approcher les jeunes des petites villes, Roques a pris le parti de travailler la notion de projet chez eux même s’il est très critique sur la place que celui-ci prend désormais dans la manière d’envisager la vie. Projet scolaire, professionnel, de vie sont abordés par le biais d’un QCM (rempli par 733 jeunes), d’entretiens (20 seulement), de cartes mentales (qui ne sont malheureusement pas reproduites dans le volume). Les questionnaires comme les enquêtes ont été menées par des jeunes de baccalauréat professionnel (classe de première) service-accueil. Ce matériau a été complété par l’exploitation de sources diverses : statistiques INSEE, statistiques de l’inspection académique du Gard, sources diverses de l’histoire locale.

L’objectif de cette étude était de vérifier l’hypothèse qu’il existe trois types d’attitudes par rapport à la problématique du projet. Ces trois stades (en projet, projet médian, anti-projet) révèlent une participation active jusqu’à une attitude de retrait par rapport à l’avenir. Il apparaît que ceux qui ont un projet scolaire sont ceux qui sont les plus satisfaits de leur établissement scolaire. Cette satisfaction va déclinante en fonction de la motivation des jeunes à poursuivre des études. Les filles sont plus motivées par l’école que les garçons. Jean-Luc Roques note aussi une différence entre l’attitude des garçons de Bagnols-sur-Cèze et ceux d’Uzès. Ces derniers sont nettement moins motivés par l’école et l’obtention de diplômes. Il constate aussi que plus l’âge des jeunes augmente et plus ils sont impliqués dans un projet professionnel. L’implication dans tout type de projet est plus forte chez ceux qui vivent dans la commune depuis plus de 10 ans. Si le profil sociologique entre en ligne de compte sans expliquer les différences entre les deux communes, Jean-Luc Roques estime que l’effet de lieu joue pour beaucoup. Les deux petites villes présentent des profils différenciés tant au niveau de l’offre scolaire que du marché de l’emploi. « Le système de valeurs dans ces deux petites villes sont forts différents et sous-tendent des types d’attitudes particuliers (tout au moins pour les jeunes de notre population. » (p. 124). Travail saisonnier et « valorisation de l’oisiveté » (en raison de la présence de touristes) expliqueraient la moindre implication des jeunes dans un projet de quelque nature qu’il soit. Alors qu’à Bagnols-sur-Cèze, le milieu est plus favorable à l’intégration : importance du statut de cité atomique. « L’image de travail industrieux structure l’identité et la conscience collective de cette localité » (p.132) même si la situation économique locale s’est dégradée.

« La petite ville est donc un espace particulier qui possède et développe sa propre identité. Elle développe les marchés qu’elle désire. Elle véhicule les images qu’elle souhaite. Elle exerce un contrôle ou une pression sur les individus » (p. 206). Malgré ce constat assez terrible (effet local important), Jean-Luc Roques veut espérer que les choses vont changer. Bagnols-sur-Cèze est en perte de vitesse côté industrie alors qu’à Uzès le tourisme laisse espérer beaucoup de débouchés, y compris pour sa jeunesse.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

Petit sondage sur le rapport des jeunes à leur maison

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPhotographie de Léa Boscher

Mener une enquête empirique amène à se poser de nombreuses questions sur la véracité des témoignages recueillis. Bien que mes enquêtes de terrain soient nombreuses (près de 100 entretiens réalisés auprès de lycéens et d’étudiants de première année), j’ai eu envie de tester un nouvel outil pour voir les divergences par rapport à mon échantillon.

Je viens donc de mettre en place un petit sondage en ligne sur le site surveymonkey sur le rapport des jeunes à leur maison : http://www.surveymonkey.com/s/HHHWLVB

Idéalement, je cible les jeunes qui habitent dans le périurbain. Pour faire mon tri parmi les réponses, je demande la commune habitée, le département et surtout l’âge de la personne. Tout cela ne peut fonctionner que si les gens qui participent sont francs mais j’ai eu envie d’essayer. Au pire, cela ne donnera rien. Dans le meilleur des cas, j’aurais, peut être, des éléments de comparaison.

A suivre, donc