Archives par mot-clé : jeunes

Grandir, drôles de familles

 

 

Extraits du Monde du 30/03/2018

Des parents qui ne veulent pas vieillir

La génération 68 n’avait eu qu’un rêve : larguer ses « vieux », ceux qui parlaient encore de la guerre et des privations, votaient de Gaulle et ignoraient tout du rock et de l’amour libre. Dans Les Valseuses, production-culte des seventies, Jacqueline, 16 ans et le visage frais d’Isabelle Huppert, échappait à une famille effrayante qui, avec ses pliants pour la plage et sa DS, paraissait d’un autre siècle. Quand d’un coup la jeune fille courait, légère, vers Depardieu et Dewaere, voyous baroques et sans attaches, tout le public de l’époque avait le sentiment d’avoir sauté comme elle le mur d’une prison.

La famille n’est plus un problème aujourd’hui. Mieux, elle est citée parmi les éléments les plus importants aux yeux des jeunes Français, mais aussi des jeunes Européens. Les parents jouent un rôle d’intendance affectueuse, qui finance, console, répare. Une sorte de valeur refuge.

Ce n’est pas pour déplaire à la génération d’avant, celle née dans les années 1960 et 1970 qui, pas plus que les soixante-huitards, ne s’imagine vieillir. Sur scène, devant nous, « maman » n’existe pas, même si on imagine son affection inquiète. Dans la publicité, en revanche, là où les parents sont encore aux commandes, les mères se distinguent à peine des filles à côté desquelles elles posent. Au cinéma, elles ont l’allure juvénile de Sophie Marceau, en jean et Converse, et, lorsqu’elles découvrent un joint dans la chambre de leur ado, elles le fument le soir même avec leurs copines.

Ce n’est pas forcément si loin de la réalité. « C’est vrai que “vieux cons” n’est plus une expression qu’on emploierait pour nos parents », reconnaît Agathe Charnet, l’auteure de Rien ne saurait me manquer. Les goûts sont moins tranchés. Lors de ses débuts, le youtubeur star Norman, tête d’adolescent attardé et sketchs rudimentaires, se filmait dans une chambre qui aurait pu être celle de son père au même âge, poster de Jim Morrison à 20 ans compris. Bien sûr, le rap est venu rétablir une distinction entre générations que le rock avait rendue plus floue, mais aujourd’hui l’écart culturel est plus mince entre un jeune urbain de 20 ans et son aîné âgé de 45 ans qu’il ne l’était à l’aube de Mai 68.

« Clopes et vin rouge dans le salon »

 

C’est comme si les rébellions qui ont tant nourri la littérature étaient passées. La famille est devenue aimablement libérale pour ses enfants. Les filles se rendent avec leur mère chez le gynécologue qui leur prescrira leur première pilule, les copains peuvent venir dormir à la maison, on les conviera pour l’apéro. « Il m’est arrivé de faire des soirées avec les parents d’une de mes amies et les amis de ses parents, clopes et vin rouge dans le salon », confirme Thomas, un étudiant bordelais de 22 ans. Tout juste faut-il expliquer aux parents pourquoi leur demande d’amitié sur Facebook est restée lettre morte, mais il n’est pas rare de les voir visiter avec leur progéniture l’appartement qui l’abritera bientôt avec ses « colocs », cette deuxième famille des jeunes urbains d’aujourd’hui.

Les aspirations sont-elles semblables pour autant ? « Pas du tout, assure Mathilde, qui a laissé, à 18 ans, sa famille dans un village du Sud pour venir étudier à Paris. J’ai souvent le sentiment que mes parents sont à côté de la plaque quant à mes aspirations existentielles. Ils rêvent pour moi de confort et de sécurité quand je voudrais juste partir six mois en Asie, sans autre projet que de vivre une expérience nouvelle. » Ce ne sont plus les goûts culturels qui diffèrent, c’est la vision du monde. Celle d’une génération élevée dans l’angoisse des chocs pétroliers et de la crise contre celle de ses enfants, nés à l’ère de l’instantanéité…

Les « millenials » vivent à cet égard une expérience inédite. Ils sont la première génération qui a quelque chose à apprendre à ses ascendants. Et pas n’importe quoi : les nouvelles technologies. Celles qui permettent d’entrer dans l’avenir. Applications, réseaux sociaux, il ne s’agit pas seulement de maîtriser la technique : ça, les « vieux » s’y sont mis tant bien que mal, comme le montre la vitesse à laquelle se sont popularisés le smartphone et l’usage familial d’Internet. Mais ils usent du Web comme d’un outil. Leurs jeunes, eux, doivent penser le monde à partir de lui. « Ils ne comprennent pas que je ne me projette pas à plus de trois mois, s’agace Armando, 22 ans, qui a terminé sa formation de plombier et que son père voudrait voir reprendre sa petite entreprise, près de Beauvais. Mais moi, je peux avoir envie de bosser à Lisbonne ou à Dubaï. Ces vies toutes tracées, ce n’est plus ce qui nous attire. »

Raphaëlle Bacqué

Être jeune et « happy » aux marges de l’Île-de-France

18èmeRDV BE&Nature

17 mai 2018

14h-16h30

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williamsrenvoie aubonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifsdans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien « The place to be ! ».

La « jeunesse invisible » des espaces périurbains sous les projecteurs : entre satisfaction et malaise

Voici ENFIN la publication numérique de l’ouvrage collectif en libre accès issu du colloque de 2015 à Bruxelles du

Centre d’études sur les jeunes et les médias

.

http://docs.wixstatic.com/ugd/d232ed_9fe7d9a5e72747a7a36e36102cc27262.pdf

Mon article « La « jeunesse invisible » des espaces périurbains sous les projecteurs : entre satisfaction et malaise » figure dans le chapitre « Diversité, entre visibilité et invisibilité »

Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard.

« La jeune fille se livre par à-coups timides. « Ah, vous faites du tourisme. » Elle n’est pas étonnée. « Il y a de jolies choses à voir par ici. » Les dames s’en mêlent : le Vieux Pays. Le Village. Le Canal. La jeune fille habite à la Haie Bertrand, des pavillons neufs dont la moitié ont été construits par les Castors : c’est le prochain arrêt. Ses parents viennent de Paris, du onzième, ils sont passés par une HLM à Aulnay mais, pour sa part, elle a toujours vécu ici. Elle est contente : c’est la campagne, elle n’a aucune envie d’aller habiter ailleurs plus tard. Et certainement pas à Paris. Elle étoufferait. Paris, elle connaît bien : elle va au lycée Racine. Elle étudie pour être secrétaire de direction. Non, ce n’est pas que cela lui plaise particulièrement, mais il faut bien. Elle fait le trajet en bus plus RER plus métro. Ça va encore, c’est surtout quand on doit aller de banlieue à banlieue que c’est dur : elle a une copine qui habite Villepinte et travaille à Bondy, ce n’est pourtant pas bien loin, et cela fait une heure et demie dans chaque sens. Ses loisirs ? Oh, elle est simple, alors elle aime bien rester chez elle. Le dimanche elle sort avec ses chiens. Non, elle n’a jamais peur, mais bien sûr elle ne prend pas le RER tard le soir. »

Extrait de Les passagers du Roissy-Express. F. Maspéro, 1990 (2004), pp. 67-68

« Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres »

Un reportage tout à fait conforme à la réalité dans le Nord de l’Yonne. Le périurbain, un espace où faire grandir ses enfants, a un coût social important pour les familles.

« Près de 2,5 tonnes de marchandises ont été dérobées à l’antenne des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne début février. Un reportage de la série Françaises Français.

En ressortant du local des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne, vendredi 10 février après-midi, les bras chargés de gros sacs remplis à ras bord, Sandra* précise tout de suite : « Faut pas croire, ça fait pas tant que ça. Pour huit, il faudra quand même aller faire les courses. » La distribution, cette semaine, aurait bien pu ne pas avoir lieu, car le week-end précédent, entre les 4 et 5 février, cette antenne des Restos du cœur de l’Yonne accueillant plus de 200 bénéficiaires a été cambriolée. Près de 2 tonnes et demie de marchandise ont disparu. « On est tous dans la galère, dit Sandra, offusquée. Et eux, ils viennent piquer la bouffe ici ! Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres. »

« S’il n’y avait pas eu de distribution aujourd’hui, expose-t-elle en haussant les sourcils, ça aurait été la galère. » Agée de 34 ans et arrivée de région parisienne avec son mari il y a trois ans, elle ne voulait pas que ses six enfants grandissent dans de mauvaises conditions. Mais une fois installée dans un HLM de Pont-sur-Yonne, loin, bien loin des bassins d’emploi, sans véhicule ni permis de conduire, elle s’est retrouvée « coincée » et vit des allocations : RSA-couple, allocations familiales, allocations logement.

« Avant, du travail y en avait un peu », note cependant Aurélie*, qui, ce jour-là, est juste avant Sandra dans la queue. Elle aussi vient de région parisienne. A 39 ans, et avec une fille de 14 ans, elle arrive encore à faire quelques ménages « au black » pour s’en sortir. Elle a multiplié les petits boulots, d’auxiliaire de vie à serveuse, mais ça ne durait jamais longtemps. « Des fois, je pense à partir, que ça serait plus facile de trouver du boulot en région parisienne, admet-elle. Mais ma petite est scolarisée ici, elle a ses copines. »

« A la campagne, tu crois que ça va être plus facile »

Parmi les bénéficiaires beaucoup comme elle ont quitté la région parisienne dans l’espoir de meilleures conditions de vie, à l’écart des grandes agglomérations. « A la campagne, tu crois que ça va être plus facile, mais en fait ici le marché est hypercher. Dans les Yvelines, j’allais au marché du Val-Fourré pour ses prix. Alors qu’ici les cinq fruits et légumes par jour, comme ils disent, c’est même pas la peine. C’est mort. Et pourtant, je sais gérer », assure Sandra, en faisant remarquer qu’elle connaît les prix dans tous les magasins du coin. »

La suite sur http://lemonde.fr/francaises-francais/article/2017/02/17/meme-si-t-es-dans-la-merde-tu-voles-pas-aux-pauvres_5081096_4999913.html

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?

Reportage photo de mon intervention à Thoury-Ferrottes le 6/02/2016

dans le cadre de la résidence d’art organisée par courcommune

Merci à mon fan-club d’avoir fait le déplacement !

12508749_1055745607821149_2936934846126629835_n

12654284_1055764981152545_9087941013069071213_n

12705435_1055764914485885_1370861351868560435_n

12661958_1056198204442556_6728668058900767200_n

12644899_1056198144442562_1833208385861686887_n

Signal lumineux des soirées périurbaines

Vous êtes ici, vous êtes ailleurs

logo-vous-etes-ailleurs-hd
 Vous êtes ici  Vous êtes ailleurs
accueille
Catherine Didier-Fevre, géographe
C. Didier-Fevre a étudié les déplacements des jeunes dans les espaces aux franges de l’Ile de France. La CCBG a été un de ses terrains d’étude. Elle a accepté de partager avec nous ses observations et nous l’en remercions.

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?
samedi 6 février à 17h

à la Chouette Effraie

à Thoury-Ferrottes (à droite de la mairie)

merci de diffuser l’information auprès des jeunes et dans vos réseaux

Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans.

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Olivier Galland et Bernard Roudet (dir.). Paris, Doc’ en poche. Paroles d’experts. La Documentation française, 2014, 276 p. 9,90€

Capture d’écran 2014-11-16 à 11.53.39

Afin de mieux adapter ses politiques en faveur des jeunes, l’Etat a confié à l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) la mission de réaliser des études, des enquêtes et des synthèses sur la jeunesse. Cet ouvrage rend compte de ce travail longitudinal mené, auprès des jeunes de 18 à 29 ans, avec les enquêtes Valeurs menées en collaboration avec l’Arval (Association pour la recherche sur le système des valeurs).

La cheville ouvrière de ce travail est Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’Injep, décédé en 2013. Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse, a dirigé cet ouvrage publié dans une première édition en 2012, paraissant aujourd’hui en édition de poche.

Travailler sur l’évolution des valeurs exige de savoir ce que l’on entend par valeurs. « Pour les sociologues comme Emile Durkheim ou Max Weber, l’unité d’une société se fonde sur les valeurs partagées, sur des « idéaux collectifs » transmis aux individus. (…) Afin d’évaluer ce qui fait la stabilité d’une société, mais aussi ce qui peut la faire bouger, il est important (…) d’analyser ce processus de changement des systèmes de valeurs, de repérer comment les individus recomposent leurs systèmes de valeurs et de comprendre ainsi les tendances d’évolution d’une société. » (p. 11).

Ainsi, cette étude montre que les jeunes d’aujourd’hui se sont détachés des mouvements contestataires de l’organisation de la société, cette dernière étant moins clivée par classes d’âges qu’en 1981, même si le niveau d’études entre énormément en ligne de compte. Parallèlement, la montée de l’individualisation s’accompagne d’une mise en avant des valeurs de tolérance allant de pair avec un désir de cadres et d’autorité, à rapprocher du quart des jeunes les moins diplômés montrant un attrait pour un régime autoritaire. La famille tient toujours une place centrale chez les filles comme les garçons sans que les formes diversifiées d’organisation de la famille ne soient un obstacle à l’égalité entre les sexes. A rebours des discours publics, la valeur travail n’est pas remise en cause par les jeunes (70% des jeunes, contre 68% des plus de 30 ans, estiment le travail comme un domaine très important de la vie en 2008).

Publié dans la collection Paroles d’experts, cet ouvrage comporte des graphiques à la lecture complexe (voir les figures du chapitre 1) malgré les commentaires qui les accompagnent. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les dernières enquêtes ont été réalisées avant la crise économique et la confirmation de la montée du FN (2007 et 2008), et ainsi relativiser les constats optimistes qui en ont été tirés : « Globalement, l’intolérance est limitée, chez les jeunes comme chez les adultes, et elle apparaît en baisse depuis l’enquête de 1999. Le rejet en fonction des critères ethniques ou religieux et le rejet des immigrés, notamment, sont fortement minoritaires chez les jeunes. Ils diminuent entre 1999 et 2008, tout particulièrement en ce qui concerne les musulmans (- 7 points) et les gitans (- 15 points). » (p. 62).

La continuité générationnelle («  allant de 18 ans à 50 ans, voire 60 ans » p. 259) mise en avant dans cet ouvrage fait qu’il n’y a plus vraiment de rupture sur le plan des valeurs. « Les parents sont devenus des accompagnateurs dont la tâche est d’aider les jeunes adultes en devenir à faire leur place, progressivement, dans la société. » (p. 260) En revanche, au sein des jeunes eux-mêmes, un clivage intragénérationnel existe en fonction des atouts scolaires. L’école a donc un rôle central à jouer.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes