Archives par mot-clé : Habiter

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ?

Parution du numéro Géo-regard consacré à « Modes de vie et proximité dans les villes contemporaines »

georegards6_web-2-8d631.jpg

au sommaire mon article :

« Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ? »Géoregards, N°6, 2014. pp. 35-51. http://www.s-n-g.ch/spip.php?article259

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100

Habiter le Monde. Olivier Lazzarotti. La Documentation photographique, N°8100, Juillet-Aout 2014. 63 p. 11,50€

Habiter-le-Monde_small

La Documentation photographique a confié à Olivier Lazzarotti, le géographe du tourisme et de l’  « habiter » la responsabilité de ce numéro. Il revient dans « Le point sur » sur la genèse de ce concept. Si l’ « habiter » vise à « accéder, par la géographie, aux processus identitaires et sociaux de l’humanité habitante. » (p.3), il faut voir derrière ce concept englobant et particulièrement riche le tronc commun aux différentes branches de la géographie apparues depuis les années 1980. Inspiré de la philosophie pragmatique et de la sociologie, l’ « Habiter » dépasse le strict cadre de l’individu, en intégrant les groupes. « Habiter, c’est cohabiter » (p. 8)« comment être soi parmi les autres » (p. 15). Sont interrogées ainsi « les modalités des rapports au Monde, mobilités et immobilités combinées. » (p. 8). L’habitat, au sens strict, étudié par les géographes de l’école classique, n’est qu’un objet de l’ « habiter ». Désormais, les géographes s’accordent à reconnaître que peuvent être habiter des lieux occupés temporairement (dans le cadre de séjours de vacances) ou mobiles (habiter le Paris-Rouen). Mais, « habiter n’est pas seulement pratiquer. C’est aussi trouver les mots, les images, les sons tout autant que les représentations et les inconscients de toutes sortes, qui accompagnent les pratiques. » (p. 11). « Cartes d’identités », « signatures géographiques » (Lazzarotti, 2006) sont les témoins d’un habitat polytopique (Stock, 2006) réel comme imaginaire.

Cette entrée en matière très épistémologique peut sembler assez abrupte pour qui a inscrit cette lecture à son programme d’été. Toutefois, il n’est pas à douter qu’une relecture de cette première partie sera très fructueuse, à la lumière des thématiques exploitées dans la seconde partie de l’ouvrage. De nombreux documents ont retenu notre attention, tel le parcours illustré de cinq migrants entre Kaboul et Paris, la carte « Les Hallyday, des multirésidents » réalisés à partir du compte instagram de Laetitia Hallyday, la combinaison documentaire sur les « SDF, des habitants sans adresse ? », sur les lieux commerciaux tels que La Vallée Village à Marne-La-Vallée, pour n’en citer que quelques-uns. Les analyses des doubles-pages portant sur des lieux touristiques sont particulièrement riches. L’analyse qu’Olivier Lazzarotti fait de la place Jemaa El-Fna à Marrakech est délicieuse. Partant de la définition d’un lieu de Roger Brunet  (« point de l’étendue »), il montre à quel point un lieu ne se réduit pas au local. « (…) Pour saisir sa richesse, son intensité et sa diversité, pour comprendre même ce qui s’y passe, il faut la considérer à la manière d’un espace géographique habité et l’interpréter à partir des horizons, des qualités et des pratiques des habitants qui s’y trouvent. (…) Non, décidément non, l’espace habité géographique n’est pas une surface. » (p. 32).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Habiter. Un monde à mon image.

9782081281974FS

«  (…) Habiter, c’est tracer des lignes et dessiner des surfaces, c’est écrire sur la terre, parfois en de puissants caractères et y laisser des images. On appellera cela géographie. Et ce n’est rien d’autre que de transformer la surface de la Terre en une sorte de grande demeure, en un intérieur universel. » (p. 10) Le philosophe et historien Jean-Marc Besse offre ici un magnifique texte sur Habiter. Tout en délicatesse, cette réflexion générale sur notre manière « d’être quelque part » constitue une magnifique introduction au Festival International de Géographie 2014, consacré à Habiter la Terre.

Comme le disait Gilles Deleuze (1996), habiter est plus une question de géographie que d’architecture. Si habiter fait référence au lieu « où on peut confier son sommeil » (Lévinas), cette fonction ne se limite pas à l’espace intérieur mais aussi à l’extérieur. L’entretien des lieux participe de l’habiter et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste américaine Mierle Laderman, en 1969, a développé une « œuvre autour et à partir du concept d’entretien (maintenance), dans le cadre d’une démarche qui, partant d’une interrogation domestique, s’est élargie aux problématiques de la préservation de l’espace public et de son environnement. » (p. 25)

Comprendre l’Habiter exige de réfléchir aux « espacements » (p. 40), à « un réglage des proximités et des distances » (p. 43) mais aussi aux porosités entre espace intime et espace public, dont le seuil est le lieu par excellence où se joue ces limites dans le cadre du voisinage. « Habiter, c’est d’abord s’installer dans un système d’échanges métaboliques à la fois fonctionnel, affectif, symbolique, entre les lieux, les êtres et les choses qui peuplent ces lieux et qui, très exactement, les occupent. » (p. 130). C’est pourquoi déménager n’est pas anodin puisqu’il va falloir reconstituer ailleurs ce que l’on avait construit ici : un chez-soi, un espace incarné où l’individu tient une place centrale.

Cela ne veut pas dire, pour autant, que les lieux de la mobilité ne sont pas des lieux habités. « La reconnaissance du déplacement comme fait spatial fondamental et de l’originalité de l’habiter mobile signifie que je peux faire une maison sans nécessairement avoir des liens immémoriaux avec le sol où la maison s’édifie. » (p. 209) Il est donc possible d’être chez-soi à l’étranger même si « Habiter comme étranger c’est, par conséquent, rester dans une certaine distance avec le monde nouveau dans lequel on habite pourtant. » (p. 217). C’est toute la différence entre se loger et habiter.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes