Archives par mot-clé : géographie

Vous êtes ici, vous êtes ailleurs

logo-vous-etes-ailleurs-hd
 Vous êtes ici  Vous êtes ailleurs
accueille
Catherine Didier-Fevre, géographe
C. Didier-Fevre a étudié les déplacements des jeunes dans les espaces aux franges de l’Ile de France. La CCBG a été un de ses terrains d’étude. Elle a accepté de partager avec nous ses observations et nous l’en remercions.

Le Bocage Gâtinais, the place to be ?
samedi 6 février à 17h

à la Chouette Effraie

à Thoury-Ferrottes (à droite de la mairie)

merci de diffuser l’information auprès des jeunes et dans vos réseaux

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy, Michel Lussault

Espace Sadoul, 5/10/14, 11h-12h45

886x177xmosaique_tr.jpg.pagespeed.ic.H5cnKqLZnM

S’il est des colloques qui font date dans l’histoire de la géographie, il est des tables rondes qui ont le même statut. Celle à laquelle nous avons eu la chance d’assister en fait partie. Pour la première fois, à l’initiative d’Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy et Michel Lussault étaient réunis pour échanger leur point de vue sur l’Habiter.

Et quoi de mieux que de partir de photographies quand il s’agit de regards croisés ! C’est ainsi que ces cinq grands noms de la géographie et de la philosophie se sont livrés à l’exercice de choisir une photographie représentant le mieux pour eux leur vision de l’Habiter.

Olivier Lazzarotti a ainsi présenté une photographie prise le 12/06/2014, pendant la Coupe du monde au Brésil, dans un quartier réhabilité de Foshan (Chine). Une manière pour lui de montrer l’incursion de la mondalité par le biais du tourisme. Jacques Lévy a choisi une photo assez proche puisqu’elle représente la rivière Cheonggyecheon à Séoul, aujourd’hui haut lieu du quartier d’affaires après avoir été longtemps un égout à ciel. L’image même de l’Urbain, dont le promeneur éprouve une familiarité émouvante en le parcourant. Augustin Berque, quant à lui, a choisi une photo d’un chemin (le chemin de la loyauté) au milieu d’une forêt de bambous à Kyoto, vestige de la résidence d’été d’un mandarin. Une occasion pour lui pour revenir sur le mythe de l’ermitage paysager, idéalisation de la petite maison individuelle, base de l’urbain diffus, responsable d’une forte empreinte écologique à l’origine du dérèglement climatique. Jean-Marc Besse a commenté une image d’archive représentant Amsterdam au début du XXème siècle, parue dans un ouvrage pédagogique d’architecture. Son objectif : montrer qu’habiter, c’est une affaire qui dépasse les compétences de l’architecte. Ici, tout est une question de seuils, de limites entre l’intérieur et l’extérieur. Etre citoyen, c’est être capable de tenir une conversation dans le désordre. Enfin, Michel Lussault dévoile sa photographie tout en refusant de dire où elle a été prise car là n’est pas la question. Comme Habiter est une épreuve, il a choisi cette photo d’une funambule. Le fil étant l’équilibre entre les choses, la tension entre l’acteur et l’environnement. L’environnement n’est pas seulement ce qui  nous entoure mais ce qui est à l’intérieur de nous. « L’Habiter est un art forain, une épreuve d’espace-temps. » Cette photographie illustre aussi l’idée qu’Habiter, c’est composé, un arrangement entre l’humain et le non-humain.

Utiliser l’image nécessite d’être critique et distancié (Lazzarotti). « Ceux qui croient que l’on peut tout voir se trompent. L’image n’est pas seulement un terminus mais une aide à penser » (Lévy). Les images sont des lieux par lesquelles se construisent les connaissances. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de métaphore (image) (Besse). Barbara Stafford ne dit-elle pas : « Il pleut des images dehors mais nous restons enfermés à l’intérieur » ? L’image réfléchit (reflet et réflexion) en tant qu’opération sémiotique qui produit de la signification. (Lussault).

L’introduction de l’Habiter dans les programmes scolaires est une révolution car c’est reconnaître un point de vue, se mettre dans une position par rapport aux autres. Cette posture s’inscrit en opposition avec la « géographie éclatée » issue de la crise de la géographie. L’habiter est une entrée du Dictionnaire de la géographie et des sociétés de Lévy-Lussault en 2003. Toutefois, dans l’édition de 2013, l’article a été repris car il n’était qu’une ébauche même si les auteurs avaient déjà compris que c’était un levier de recomposition permettant de repenser la théorie du social. Ce qui apparaît central dans l’Habiter, c’est que c’est un verbe, qui fait référence à l’action, au mouvement, à un devenir.

Avec une rencontre comme celle-ci, on peut dire que le FIG est bien le lieu où se construit la science !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens de l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

FIG 2014 : Table ronde. L’esprit des villes : les sens du l’Habiter. Habiter, le propre de l’humain.

Avec Michel Lussault, Thierry Paquot, Chris Younes

3/10/14, Hôtel de ville, 16h15-17h45

IMG_1689

Il fallait savoir jouer des coudes pour réussir à trouver une place pour assister à la conversation croisée de deux philosophes et d’un géographe ! La distance à laquelle nous avons réussi à réaliser des photographies en atteste ! Mais, nous y étions !

Difficile aussi de rendre compte de ce symposium philosophique tant il s’est dit de choses en une heure et demie.

Enthousiaste, Thierry Paquot estime qu’habiter est le plus beau verbe de la langue française (même si c’est un mot allemand…). Heidegger ne dit-il pas dans Etre et Temps (1927) que « la langue est l’habitat de l’être ». Habiter n’a rien à voir avec résider, loger, « c’est être présent au monde et à autrui ». Habiter est la question centrale de la philosophie occidentale qui permet de chercher l’essence des choses. Habiter, c’est exister ! C’est un verbe à dimension existentielle.

Michel Lussault rappelle qu’il aurait été impensable d’inscrire cette thématique au FIG lors de sa création, il y a 25 ans. Alors, habiter renvoyait à l’habitat. Il suffit de se rappeler de la lecture de René Lebeau (Les grands types de structures agraires dans le monde, 1969) et les descriptions de granges et autres maisons rurales accompagnées de schémas. C’est Thierry Paquot qui a permis aux Sciences Sociales de se réapproprier l’habitat. Lussault s’intéresse moins à l’habitat qu’à l’habiter, c’est à dire exister, spatialiser son existence, organiser son espace de vie, sans en faire une question purement fonctionnelle.

Chris Younes pense que la diversité d’occuper et d’habiter la nature font qu’il existe bien une résistance à l’uniformisation. Elle insiste aussi sur l’idée qu’il faut partager la terre dans le cadre d’une cohabitation. L’Homme a deux effets sur la terre. Dans le cadre de la nouvelle ère (anthropocène), il interroge les liens entre nature et culture. De même, dans sa dimension existentielle, le lien que l’Homme entretient avec la planète est à replacer dans une échelle temporelle : Etre sur terre comme mortel, avoir un espace-temps très court à vivre.

Michel Lussault considère qu’il est indispensable d’analyser cette cohabitation des hommes sur la planète à plusieurs échelles. Ainsi, Tim Ingold, anthropologue britannique, analyse le micro-habitat qu’est la tente traditionnelle des Indiens d’Amérique. Chris Younes insiste sur l’importance du corps. Celui-ci a besoin d’architecture, qui renvoie à une sensorialité. Pour Thierry Paquot, il faut garder à l’esprit que beaucoup d’espaces sont inhabitables sur la Terre, telles les gated communities ou les centres commerciaux. Pour lui, « faire Monde, c’est être dans l’ouvert ». Dans la forêt des villes, la solution pour respirer (qui veut dire étymologiquement se placer hors), c’est d’en sortir. Cette idée qu’il puisse exister des espaces inhabitables laisse perplexe Michel Lussault. A partir du moment où les gens habitent, c’est habitable. Et d’ailleurs, convoquant les travaux de Boris Beaude, il le rejoint en disant qu’on habite le numérique. L’habitation contemporaine du monde est très différente de celle que l’on a connu depuis la fin de la Révolution industrielle.

Puis nos trois amis se sont attachés à la vaste question de l’Urbain. Une occasion de rappeler l’existence de leurs revues : L’esprit des villes et Tous Urbains ! L’urbanisation est planétaire avec des « brouillons de ville » (Paquot). Aujourd’hui, la ville n’est formidable que pour une minorité (Lussault). Pour faire ville, il faut ré-imaginer la ville dans son rapport au rural. L’usage du substantif Urbain (et non de l’adjectif) a été imposé pour la première fois par Françoise Choay. Michel Lussault refuse d’utiliser le mot de ville, sauf pour désigner une réalité sociale ancienne. Celui qui postule que « Nous sommes tous urbains » confesse mettre 50 c dans une cagnotte à chaque fois qu’il utilise le mot ville. Le récit de la naissance de « Tous urbains » est l’occasion pour ce pince-sans-rire de rappeler que cette revue est apparue comme une nécessité après qu’Urbanisme soit devenue une revue technique financée par la Caisse des dépôts. Il était alors indispensable de disposer d’un support qui pense cette tension entre urbain et ville (voir à ce propos le numéro 6 de « Tous urbains »). Il n’y a pas de géographie qui ne soit pas politique. C’est co-substantiel à celle-ci puisque la géographie pose la question du vivre ensemble. Thierry Paquot en profite aussi pour remettre en cause ce vivre-ensemble, comparant les aires de jeux pour enfants à des parkings à enfants. Une belle occasion de nous apprendre aussi qu’il prépare une exposition sur la ville récréative  !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Demandez le programme du colloque de l’AIDELF !

70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75

Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Par Catherine Didier-Fèvre

Séance 9a – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Aula Aldo Moro

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Le périurbain, France du repli ?

arton2318-8a8a7

Selon certains géographes, si le vote Front National est plus prononcé dans les territoires périurbains qu’ailleurs, c’est parce que ces espaces favorisent le repli sur soi, contrairement à la ville où domineraient mixité sociale et ouverture d’esprit. Cet article remet ce partage en question, à partir d’une enquête menée en grande banlieue.

Article à télécharger sur

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130528_periurbain.pdf 

La réponse de Jacques Lévy :

Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130539_levy.pdf

Bienvenue sur mon carnet de recherches !

Vous êtes ici sur le carnet de recherches de Catherine Didier Fèvre.

b5870b3ef1846bd3e87e267e723f3dfa

Vous trouverez sur la page (onglet à propos) la présentation de la thèse de doctorat que je prépare depuis deux ans.

Bloggueuse dans le « civil« , j’ai eu envie d’ouvrir un blog consacré à ma recherche en cours. Vous trouverez donc ici des billets rendant compte de mes visites de terrain, de mes lectures, de mes interrogations, de mes impasses mais aussi de mon actualité (colloque, séminaire).