Archives par mot-clé : FIG 2014

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

FIG 2014 : Café géo. De la cave au grenier. Habiter les coins et les recoins des espaces domestiques.

Béatrice Collignon et Jean-François Staszak.

La cabane au Darou, 4/10/14, 18h-19h15

img_1714

 Quelle bonne idée que d’avoir programmé ce Café Géo à la Cabane au Darou ! Ce bar au décor de grange, sorte de grenier de l’enfance, se prêtait parfaitement à l’exercice que les deux organisateurs ont proposé à leur public : faire un vrai Café Géo en s’interdisant de parler plus de 10 minutes chacun et de donner au maximum la parole au public.

 Et ce dernier en a eu des choses à dire ! Car l’habitat est un lieu de conflits, où il est nécessaire de déployer beaucoup de savoir-faire pour trouver sa place dans ce lieu construit par d’autres. Se développent ainsi des tactiques, dans les coins et les recoins de la maison, qui donnent un peu de souplesse à la vie collective. La gestion du linge décrite par Béatrice Collignon a résonné dans le quotidien de tous et le public est intervenu largement pour nous expliquer les combines mises en œuvre par leur belle-mère, leur femme (décidément le linge est une affaire de femmes, semble-t-il !) pour planquer ce linge ni-propre ni-sale qu’on hésite à replier et à mettre dans l’armoire. Gérer le linge, c’est faire de la géopolitique car il est question ici d’intervention dans la sphère de l’autre, d’autorité et d’appropriation.

 D’autres n’ont pas de problème avec la gestion du linge mais avec la place que prend le chat, car c’est bien connu : « Je n’habite pas chez moi, j’habite chez mon chat. » Le territoire du chat a été comparé à celui envahissant que prend cet acteur faible qu’est le bébé. L’évocation de la cave a suscité bien des désaccords. Certains messieurs affirmant que c’était leur domaine exclusif où l’on invite les bons copains alors que pour Jean-François Staszak, c’est une pré-poubelle, où il y entasse des objets qu’il ne se résout pas à jeter, jusqu’au prochain déménagement. Les dames de l’assistance n’étaient pas d’accord sur le fait que la cave soit le domaine des hommes. Certaines se sont réappropriées cet espace par la transmission (héritage d’un père). Pour Béatrice Collignon, la cave comme la cabane de jardin installée sur sa terrasse, tout cela est trop loin. Elle fait l’expérience de la distance quand elle doit aller chercher les chaussures d’hiver. Aussi, ne vous étonnez pas si elle est encore en sandales à l’automne, c’est qu’elle aura eu la flemme de descendre à la cave ! Cette distance n’existe pas dans les espaces ruraux, la cave et les espaces de réserve sont des lieux du quotidien.

 Après ces détails très pratiques est venu le temps d’évoquer l’enfance et l’adolescence : les parties de cache-cache, la réappropriation par des ados fumeurs du garage lors de fêtes de Noël et au fil du temps le renversement de l’ordre des pièces, le garage devenant le lieu de la fête. L’adolescence est le moment privilégié de la lutte de l’espace que ce soit celui de la salle de bains ou pour l’occupation du fauteuil situé en face de la télé. D’ailleurs, a fait remarqué un membre de l’assemblée, nous passons notre vie à conquérir l’espace. On rêve de ne plus partager sa chambre avec son frère, puis d’avoir une chambre ou un appartement à soi, bref d’acquérir de l’espace mais finalement avec la maison de retraite, la boucle est bouclée puisqu’on retourne à un espace collectif !

 Les lofts séduisants par les perspectives qu’ils offrent font rapidement déchanter leurs occupants quand la famille s’agrandit. Il y a alors des enjeux à relever au niveau du son mais aussi des odeurs. Et, que dire des conflits d’usage à propos du petit coin ! A l’évocation de cet espace, une rumeur est montée dans la cabane : chacun racontant à son voisin les us et coutumes de cet espace familial !

 Après avoir évoqué les mutations des espaces domestiques liés aux nouvelles technologies (place maintenant obsolète de la télévision que chacun peut regarder sur sa tablette), une dame de l’assistance a fait remarquer que les témoignages des uns et des autres étaient le reflet de l’appartenance sociale de l’auditoire. Quid des coins et des recoins dans les HLM ? et du bruit des voisins ?

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

FIG 2014 : Géographie psychique. Notes sur la connaissance de l’espace et le sentiment qui l’accompagne.

Jean-Marc Besse

IUT, 4/10/14, 15h-15h45

567x425ximg_1712.jpg.pagespeed.ic.U1w5dcVzLj

Vous connaissiez le géographe devenu philosophe en la personne d’Augustin Berque ? Voici le philosophe devenu géographe !

 Jean-Marc Besse, philosophe et directeur de recherche au CNRS, a choisi d’intituler sa conférence Géographie psychique, une appellation contestable pour les géographes alors que les psychologues de l’environnement applaudiront des deux mains à la lecture de ce titre. C’est Georges Hardy qui, le premier, a utilisé cette expression dans son ouvrage de 1939 Géographie psychologique pour désigner la science qui cherchait à déterminer la localisation des phénomènes de psychologie collective. Cette approche était condamnée aux gémonies par Albert Demangeon qui n’a pas hésité à dire que c’était une discipline inutile car déjà prise en charge par la géographie humaine et l’ethnologie. Il rejetait aussi la vision déterministe de cette voie et considérait qu’elle était politiquement dangereuse (car elle mettait en œuvre une typologie dans le cadre de la géographie coloniale). Dans les années 1950-1960, les géographes voyaient alors le sujet humain comme un acteur industriel, économique, industriel ou politique. La part affective, personnelle n’était pas considérée en tant que telle. Il faut attendre les années 1980-1990 avec l’essor de la géographie culturelle pour qu’apparaissent les spatialités subjectives, résolument non déterministes. Toutefois, l’entrelacement de l’homme et du monde comme l’expérience géographique (affect, émotion, sentiments) sont oubliés jusqu’à ce que la phénoménologie trouve sa place en géographie avec la redécouverte de Dardel.

Cette partie épistémologie de la géographie, la plus limpide, a ensuite été suivie des considérations de Jean-Marc Besse sur l’expérience spatiale déterminante dans l’Habiter, le paysage et l’ambiance, prenant en compte l’épaisseur de l’espace et du paysage que l’on habite, la temporalité spécifique des temps et des espaces. L’analytique de la géographicité, rapidement exposée, basée sur les concepts de séparation, de force, de position ou situation et de dimension, nous est demeurée obscure. Difficile en effet de rester attentive près d’une heure à la lecture littérale d’un texte écrit. Jean-Marc Besse est plus facile à lire qu’à écouter !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

Augustin Berque

Bar La Cabane au Darou, 3/10/14, 19h-20h

img_1696

C’est à une rencontre du Troisième type que nous  avons assisté en ce vendredi soir. Dans un lieu improbable : la Cabane du Darou, un café déodatien ou plutôt une grange reconstituée avec paille au sol pour faire encore plus authentique, se tenait, dans la pénombre, Maître Yoda (entendez Augustin Berque) et son disciple Luke Skywalker armé d’un sabre laser (Olivier Milhaud tenant une lampe torche) venus devant une assemblée attentive et souvent perplexe écouter le géographe devenu philosophe.

La question posée par le disciple au maître visait à l’amener à réfléchir sur l’habitabilité ou non de la Terre. Augustin Berque a estimé que tout était une question de point de vue. La planète est inhabitable pour les dizaines de millions d’espèces qui ont disparu de sa surface et elle peut devenir inhabitable pour le devenir de celles qui disparaissent actuellement. Nous ne sommes des humains que dans la mesure où nous dépassons le fait d’être présent au-delà de notre présence sur la planète.

Les parenthèses ont été nombreuses au fil de la réflexion d’Augustin Berque sans conteste autant perturbé par le lieu que par le public qui l’écoutait. « Vous tâtez de la philosophie, de l’ontologie ou de la métaphysique en buvant du Coca-Cola. » Ce Café géo a donné l’occasion à l’intervenant de revenir sur sa carrière. « Je suis un géographe déviant ». Pour lui, il y a deux manières de dévier de la droite ligne qui consiste à faire de la recherche et à rendre compte : dévier vers l’action (aménagement) ou dévier vers la philosophie (c’est cette seconde manière qui a été son sort).

De même, la thématique du Café géo a été l’occasion pour lui de dénoncer la tyrannie des machines qui dictent leur comportement aux hommes. La voiture abandonnée depuis dix ans par notre ami de 72 ans prescrit l’habitat des Français et cette idée lui est insupportable. Il défend toujours les enseignements tirés du programme de recherche à l’origine de l’ouvrage « La ville insoutenable » et pour nous en convaincre expose la « parabole du tôfu » ou « parabole du camembert », si on préfère. Si chacun, habitant dans la périphérie de la ville, commande sur internet son tofû fabriqué dans le centre de la ville, il nous laisse imaginer le nombre de déplacements nécessaires pour que le précieux aliment soit livré à domicile ! « Nous avons idéalisé un habitat ruraléiforme alors que nous sommes des urbains. » Tout part du « mythe de l’âge d’or », à l’origine du dérèglement de l’homéostasie de la planète. Il refuse que « l’espace appartienne aux propriétaires de Land Rover. » et cela lui apparaît encore moins acceptable que rover signifie vagabonder, rêver. Il espère beaucoup du comportement de quelques jeunes Japonais qui, après Fukushima, ont remis en cause les objets en se déconnectant du système et en réduisant leur consommation. Il prédit la présence de friches urbaines suite au vieillissement de la population japonaise.

L’Homme est un être technique, symbolique et physiologique. La technique ne doit pas dicter la conduite de l’Homme, même s’il reconnaît que lui-même, avec son téléphone et son ordinateur, a tendance en être dépendant : « Je suis un bon petit cyborgue. »

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

FIG 2014 : Table ronde. Habiter, mots et regards croisés.

Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy, Michel Lussault

Espace Sadoul, 5/10/14, 11h-12h45

886x177xmosaique_tr.jpg.pagespeed.ic.H5cnKqLZnM

S’il est des colloques qui font date dans l’histoire de la géographie, il est des tables rondes qui ont le même statut. Celle à laquelle nous avons eu la chance d’assister en fait partie. Pour la première fois, à l’initiative d’Olivier Lazzarotti, Jean-Marc Besse, Augustin Berque, Jacques Lévy et Michel Lussault étaient réunis pour échanger leur point de vue sur l’Habiter.

Et quoi de mieux que de partir de photographies quand il s’agit de regards croisés ! C’est ainsi que ces cinq grands noms de la géographie et de la philosophie se sont livrés à l’exercice de choisir une photographie représentant le mieux pour eux leur vision de l’Habiter.

Olivier Lazzarotti a ainsi présenté une photographie prise le 12/06/2014, pendant la Coupe du monde au Brésil, dans un quartier réhabilité de Foshan (Chine). Une manière pour lui de montrer l’incursion de la mondalité par le biais du tourisme. Jacques Lévy a choisi une photo assez proche puisqu’elle représente la rivière Cheonggyecheon à Séoul, aujourd’hui haut lieu du quartier d’affaires après avoir été longtemps un égout à ciel. L’image même de l’Urbain, dont le promeneur éprouve une familiarité émouvante en le parcourant. Augustin Berque, quant à lui, a choisi une photo d’un chemin (le chemin de la loyauté) au milieu d’une forêt de bambous à Kyoto, vestige de la résidence d’été d’un mandarin. Une occasion pour lui pour revenir sur le mythe de l’ermitage paysager, idéalisation de la petite maison individuelle, base de l’urbain diffus, responsable d’une forte empreinte écologique à l’origine du dérèglement climatique. Jean-Marc Besse a commenté une image d’archive représentant Amsterdam au début du XXème siècle, parue dans un ouvrage pédagogique d’architecture. Son objectif : montrer qu’habiter, c’est une affaire qui dépasse les compétences de l’architecte. Ici, tout est une question de seuils, de limites entre l’intérieur et l’extérieur. Etre citoyen, c’est être capable de tenir une conversation dans le désordre. Enfin, Michel Lussault dévoile sa photographie tout en refusant de dire où elle a été prise car là n’est pas la question. Comme Habiter est une épreuve, il a choisi cette photo d’une funambule. Le fil étant l’équilibre entre les choses, la tension entre l’acteur et l’environnement. L’environnement n’est pas seulement ce qui  nous entoure mais ce qui est à l’intérieur de nous. « L’Habiter est un art forain, une épreuve d’espace-temps. » Cette photographie illustre aussi l’idée qu’Habiter, c’est composé, un arrangement entre l’humain et le non-humain.

Utiliser l’image nécessite d’être critique et distancié (Lazzarotti). « Ceux qui croient que l’on peut tout voir se trompent. L’image n’est pas seulement un terminus mais une aide à penser » (Lévy). Les images sont des lieux par lesquelles se construisent les connaissances. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de métaphore (image) (Besse). Barbara Stafford ne dit-elle pas : « Il pleut des images dehors mais nous restons enfermés à l’intérieur » ? L’image réfléchit (reflet et réflexion) en tant qu’opération sémiotique qui produit de la signification. (Lussault).

L’introduction de l’Habiter dans les programmes scolaires est une révolution car c’est reconnaître un point de vue, se mettre dans une position par rapport aux autres. Cette posture s’inscrit en opposition avec la « géographie éclatée » issue de la crise de la géographie. L’habiter est une entrée du Dictionnaire de la géographie et des sociétés de Lévy-Lussault en 2003. Toutefois, dans l’édition de 2013, l’article a été repris car il n’était qu’une ébauche même si les auteurs avaient déjà compris que c’était un levier de recomposition permettant de repenser la théorie du social. Ce qui apparaît central dans l’Habiter, c’est que c’est un verbe, qui fait référence à l’action, au mouvement, à un devenir.

Avec une rencontre comme celle-ci, on peut dire que le FIG est bien le lieu où se construit la science !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes