Archives par mot-clé : espaces périurbains

Être jeune et « happy » aux marges de l’Île-de-France

19èmeRDV BE&Nature

16 octobre 2018

14h-16h30

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williamsrenvoie aubonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifsdans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien « The place to be ! ».

La France périurbaine

Cet opus Que sais-je ? consacré à la France périurbaine est une véritable mine pour ceux qui s’intéressent à cet étrange objet géographique « ni-ville, ni-campagne, mi-ville, mi-campagne ». La rédaction de ce mémo a été étonnamment confiée à deux sociologues alors que les tenants de cette science humaine se sont emparés tardivement de cet objet d’étude. Toutefois, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, professeurs de sociologie à l’Université de Dijon et à celle de Nancy, ne sont pas novices dans cette collection puisqu’ils ont publié à deux ou quatre mains des numéros consacrés au Logement social en France, à la Crise des banlieueset à la Sociologie urbaine.

Après une introduction remarquable dans sa capacité à synthétiser les enjeux sur ce territoire, l’ouvrage se compose davantage d’une mise au point épistémologique sur l’objet périurbain que d’un bilan des caractéristiques actuelles de cet espace en France. Le but de cet texte est « de nuancer les visions caricaturales, stigmatisantes et outrancières qui ont été diffusées sur le périurbain » (p. 5) à partir des travaux réalisés ces 40 dernières années en géographie, aménagement, démographie, science politique, urbaine, histoire et sociologie. Par conséquent, une approche historique est adoptée dans un premier temps pour poser le contexte de la prise en compte par des géographes ruralistes de cet objet d’étude émergent dès les années 1950-1960. Puis, entre les tenants d’une urbanisation des campagnes (Roux et Bauer, 1976) et les tenants d’une renaissance rurale (Kayser, 1990), le périurbain devient un objet d’étude à part entière dès les années 1980. Marie-Christine Jaillet et Martine Berger sont les figures emblématiques de l’étude de ce front périurbain, rejointes ensuite par Monique Poulot, Claire Aragau et Lionel Rougé développant « la thèse d’une « maturité » des territoires périurbains dotés d’une certaine autonomie, sur le plan tant des emplois que des services. » (p. 23). Les sociologues, à l’exception de l’équipe réunie autour d’Henri Raymond en 1966, ne s’emparent pas du sujet avant les années 1980 (M. Ségaud, P. Lévy, C. Bidou, P. H. Chombart de Lauwe, 1982, D. Pinson et S. Thomann).

Le zonage en aires urbaines de l’INSEE (1996, puis 2010), abandonnant les ZPIU (zone de peuplement industriel et urbain), rend compte de la place tenue par les mobilités des travailleurs pour désigner ce « rurbain », ce « péri-urbain », ce « tiers-espace », « pré-urbain », autant d’expressions utilisées pour nommer cet espace émergent. Les caractéristiques de la ville étalée (pavillons, zones commerciales, axes de transport, place tenue par la nature dans le cadre de l’artificialisation des campagnes, « clubbissation » du périurbain) sont analysées sans oublier d’insister sur la diversité des couronnes périurbaines ne pouvant être considérées comme un tout homogène. Pour cela, l’analyse critique des travaux de Christophe Guilly est mise en écho avec les textes d’Olivier Galland, de Violaine Girard présentant une approche plus nuancée de cette « périphérie ». L’ensemble est replacé dans une difficile comparaison internationale tant les espaces périurbains ne se ressemblent pas d’un État à l’autre, d’un continent à l’autre. Toutefois, penser le périurbain comme une composante à part entière de la métropolisation évite de le dissocier « des dynamiques économiques mondialisées et de le considérer exclusivement comme une zone résidentielle composée de nappes pavillonnaires. » (p. 80). C’est ce qui fait l’enjeu de son étude à différentes échelles.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Merci aux cafés géo

Merci aux Cafés géo de Lyon de m’avoir donné l’occasion d’évoquer la question culturelle dans les espaces périurbains en compagnie de Fabrice Beauvois, maire de Bressolles et président du festival ZAC en scène à La Boisse. Echanges acteur – chercheure très fructueux lors de cette rencontre organisée par Martin Charlet et Jean-Benoît Bouron

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Se cultiver dans les espaces périurbains : une mission impossible ? »

En cette rentrée scolaire, universitaire ou cinématographique, certaines missions peuvent paraître impossibles…

C’est ce qu’infirmeront ou confirmeront Catherine Didier-Fèvre, professeure de géographie en classe préparatoires littéraires (Lycée Sainte-Marie, Lyon) et Fabrice Beauvois, maire de Bressolles (Ain) et président du festival ZAC-en-scène (La Boisse) pour le premier café géo lyonnais de la saison 2018-2019.

 Rendez-vous donc mercredi 19 septembre à 18h au Café de la Cloche, 4 rue de la Charité, métro Bellecour.

Géographiquement,

Martin Charlet

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Houdan ou le paradis sur terre ?

Au pays du plein emploi

Dans les Yvelines, à la campagne, un bassin d’emploi affiche un taux de chômage remarquable : 4,6%. Mode d’emploi.
31 août 2018par Raphaël Badache / Photos: Thibault Biju-duval
Il était une fois un tout petit pays. Un tout petit pays couvert de champs et de terres agricoles dans lequel des zones industrielles tourneraient à plein régime. Là-bas, McDonald’s et IKEA n’auraient pas droit de cité. Le chômage serait si faible que les entreprises peineraient à recruter. Les patrons, d’ailleurs, travailleraient main dans la main pour gagner des marchés dans les contrées alentours.
Dans ce tout petit pays, on trouverait des dizaines de commerces florissants, un grand hôpital, une piscine à toboggan, une gare, une église vieille de six siècles, un club de tennis, des maisons à colombages… Quelques célébrités venues profiter du calme ambiant, aussi. À chaque début d’automne, comme depuis un millénaire, une foire attirerait des voyageurs de tous horizons. L’architecte de ce tout petit pays développerait les logements sociaux pour accueillir des personnes en difficulté. Toujours réélu dans un fauteuil, il règnerait sans discontinuer depuis une vingtaine d’années.

Lire la suite : https://www.explicite.info/articles/1356-au-pays-du-plein-emploi 

The summer list !

Ne partez pas en sans emporter les conseils de livres, films, BD… des auteurs de notre dossier « Les espaces ruraux et périurbains en France ! »

 

 

 

 

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/ressources/fictions-documentaires-rural-periurbain

Les espaces ruraux et périurbains en France

Géoconfluences vient de publier un nouveau dossier. Préparé de longue date, un heureux hasard le fait correspondre en partie à la nouvelle question au programme (à partir de 2019) des concours de recrutement des enseignants en France, qui porte sur les espaces ruraux.

Il s’intitule « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités »

Voici les huit articles qui composent ce dossier, que complèteront bientôt d’autres publications :

– Claire Aragau « Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques »

– Pierre Cornu, « La géographie rurale française en perspective historique »

– Catherine Didier-Fèvre, « La nuit : une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? »

– Lou Herrmann, « Le lotissement en France : histoire réglementaire de la construction d’un outil de production de la ville »

– Christophe Imbert, Julie Chapon et Madeleine Mialocq, « L’habitat informel dans l’ouest de l’Ariège : marginalité ou alternative à la norme ? »

– Céline Massal, « La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ? »

– Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines »

– Greta Tommasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises »

Chacun de ces articles est richement illustré. Je vous invite à découvrir également le cadrage pédagogique, l’atlas du dossier et une bibliographie sur les espaces périurbains qui vient compléter celle sur les espaces ruraux parue à l’occasion de la future question de concours.

Très bonne lecture

La ville prise aux mots.

« La forme d’une ville change plus / hélas que le cœur d’un mortel », voici parfaitement résumé par Baudelaire les mutations et métamorphoses de la ville sur lesquelles Francis Beaucire et Xavier Desjardins, tous deux enseignants de géographie à Paris I, se proposent de revenir via ce petit livre. Pour s’y retrouver dans toutes les nouvelles appellations accolées au terme de ville, nos deux compères proposent des extraits de textes emblématiques « pour informer les débats qui président à toute réflexion sur la ville et à tout projet pour sa transformation. » (p. 13).

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une anthologie, certains extraits étant très courts mais d’un outil de réflexion pour comprendre comment on est passé de « la ville à la ville sans qualités jusqu’à la ville assiégée de qualificatifs » (p. 11). Ils reviennent sur les textes ayant précédé la qualification de « mort de la ville et du règne de l’urbain » par Françoise Choay dans les années 1990. L’émergence du périurbain (sous ses différentes appellations [1]) brouille les limites autrefois claires entre la ville et la campagne. La mondialisation et les formes urbaines qu’elle produit achève de complexifier la forme des villes et alimente l’imaginaire de certains auteurs partagés entre rêve et cauchemars.

Ce recueil de textes de « causeurs de ville » (p. 85) rend compte à la fois des visions optimistes sur les opportunités offertes par la ville d’aujourd’hui et celles pessimistes. Des données essentielles pour se forger son opinion et maîtriser les tenants et les aboutissants du débat.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La France des marges.

La France des marges. Olivier Milhaud. La Documentation française, N°8116, mars-avril 2017. 64 p.

Inscrire aux concours de l’enseignement la question des marges peut sembler paradoxal au regard des programmes scolaires puisque l’expression n’y est pas employée. « Plus fondamentalement, se demander avec des élèves jusqu’où la République est intégratrice pour son territoire et ses populations n’est pas simple » (p. 16).

Allant à l’encontre des représentations d’une géographie qui « légitiment, naturalisent, dépolitisent l’ordre social/spatial établi » (Y. Lacoste, 1976), la thématique des marges ne se résume pas à un rapport binaire entre ce qui est intégré et ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi Olivier Milhaud, MCF à Paris-Sorbonne, propose d’aborder cette question par le biais d’une typologie et de poser en permanence la question des marges. C’est le grand mérite de ce nouvel opus édité par la Documentation française et ce questionnement permanent sur ce qui fait ou non la marge rend stimulante la lecture d’un ouvrage, qui, au premier abord, peut sembler manquer d’unité.

« Parler de la France des marges, n’est-ce pas nécessairement mêler des réalités qui n’ont rien à voir les unes avec les autres ? » (p. 3). Si la marginalité renvoie à ce / à ceux qui ne fait/font pas partie du système, elle implique également des espaces et des populations pouvant se trouver au centre (la présence des SDF dans les hyper-centres des villes), dans des espaces stratégiques et attractifs (la Guyane, mais également les espaces périurbains). La marginalité peut également être un atout à protéger (telle la zone cœur des parcs nationaux). Elle peut être aussi un choix revendiqué (Le Hameau des Buis, village colibris dans l’Ardèche). Pour cela, les exemples foisonnent dans cet ouvrage pour rendre compte du paradoxe des marges. Ces espaces délaissés peuvent être l’objet de multiples efforts publics pour les désenclaver, rénover, réinsérer. Et dans ce cas, « peut-on toujours parler de marge et de marginalité ? » (p. 60). À travers le cas de Lyon-Confluence, est analysée la manière dont une marge peut devenir un centre. Ainsi aucune marge ne l’est de façon durable comme la centralité d’un lieu n’est pas acquise de façon définitive. « Penser la géographie de la France depuis ses angles morts, c’est, en somme, faire une géographie plus humaine et plus complète. » (p. 16).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

« Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres »

Un reportage tout à fait conforme à la réalité dans le Nord de l’Yonne. Le périurbain, un espace où faire grandir ses enfants, a un coût social important pour les familles.

« Près de 2,5 tonnes de marchandises ont été dérobées à l’antenne des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne début février. Un reportage de la série Françaises Français.

En ressortant du local des Restos du cœur de Courlon-sur-Yonne, vendredi 10 février après-midi, les bras chargés de gros sacs remplis à ras bord, Sandra* précise tout de suite : « Faut pas croire, ça fait pas tant que ça. Pour huit, il faudra quand même aller faire les courses. » La distribution, cette semaine, aurait bien pu ne pas avoir lieu, car le week-end précédent, entre les 4 et 5 février, cette antenne des Restos du cœur de l’Yonne accueillant plus de 200 bénéficiaires a été cambriolée. Près de 2 tonnes et demie de marchandise ont disparu. « On est tous dans la galère, dit Sandra, offusquée. Et eux, ils viennent piquer la bouffe ici ! Même si t’es dans la merde, tu voles pas aux pauvres. »

« S’il n’y avait pas eu de distribution aujourd’hui, expose-t-elle en haussant les sourcils, ça aurait été la galère. » Agée de 34 ans et arrivée de région parisienne avec son mari il y a trois ans, elle ne voulait pas que ses six enfants grandissent dans de mauvaises conditions. Mais une fois installée dans un HLM de Pont-sur-Yonne, loin, bien loin des bassins d’emploi, sans véhicule ni permis de conduire, elle s’est retrouvée « coincée » et vit des allocations : RSA-couple, allocations familiales, allocations logement.

« Avant, du travail y en avait un peu », note cependant Aurélie*, qui, ce jour-là, est juste avant Sandra dans la queue. Elle aussi vient de région parisienne. A 39 ans, et avec une fille de 14 ans, elle arrive encore à faire quelques ménages « au black » pour s’en sortir. Elle a multiplié les petits boulots, d’auxiliaire de vie à serveuse, mais ça ne durait jamais longtemps. « Des fois, je pense à partir, que ça serait plus facile de trouver du boulot en région parisienne, admet-elle. Mais ma petite est scolarisée ici, elle a ses copines. »

« A la campagne, tu crois que ça va être plus facile »

Parmi les bénéficiaires beaucoup comme elle ont quitté la région parisienne dans l’espoir de meilleures conditions de vie, à l’écart des grandes agglomérations. « A la campagne, tu crois que ça va être plus facile, mais en fait ici le marché est hypercher. Dans les Yvelines, j’allais au marché du Val-Fourré pour ses prix. Alors qu’ici les cinq fruits et légumes par jour, comme ils disent, c’est même pas la peine. C’est mort. Et pourtant, je sais gérer », assure Sandra, en faisant remarquer qu’elle connaît les prix dans tous les magasins du coin. »

La suite sur http://lemonde.fr/francaises-francais/article/2017/02/17/meme-si-t-es-dans-la-merde-tu-voles-pas-aux-pauvres_5081096_4999913.html

Paysages du 21ème siècle

Très belle exposition de géographie à la Librairie Archipel à Lyon,

Place des Terreaux

Du 16/12/2016 au 5/03/2017

« Paysages de lisières de villes, une reconquête, révêle comment nous nous ressaisissons des franges urbaines restées longtemps les arrières impenses de nos villes »