Archives par mot-clé : entre-deux

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique.

Walkscapes. La marche comme pratique esthétique. Francesco Careri. Editions Jacqueline Chambon, 2013. 224p. 21,8€.

1377207-gf

Voir la ville par l’envers du décor est une façon de prendre le pouls de celle-ci. Cette pratique fait des émules. Après le Livre blanc de Philippe Vasset, la présentation à la BNF de l’exposition sur Guy Debord, s’est tenu début juin 2013 le colloque Psychogéographies, poétiques de l’exploration urbaine : sources, figures, actualités à Lyon. La psychogéographie a le vent en poupe ! Aussi, la parution de la traduction du livre de Francesco Careri tombe à pic.

Francesco Careri, architecte, explore les espaces abandonnés de la ville pour trouver des solutions urbanistiques. Il s’inscrit dans la lignée des avant-gardes du XXème siècle. Il a crée un collectif informel, en 1996 intitulé Stalker, qui rassemble urbanistes, architectes autour d’un manifeste (Stalker. A travers les territoires actuels, 2000) qui fait de la déambulation le passage obligé pour découvrir la ville. La marche est le moyen trouvé par eux pour constater les transformations urbaines de la ville comme de la campagne : « un espace devenu  « peau de léopard » avec des tâches vides dans la ville construite et des tâches pleines au beau milieu de la campagne » (p.187). Cette pratique s’inscrit dans la lignée des travaux de John Bunckerhoff Jackson, théoricien du paysage (mort en 1996) pour qui « les routes ne conduisent pas seulement à des lieux, elles sont des lieux » (p.11). L’hodologie (terme grec signifiant route, chemin, voyage) a été utilisée dès les années 1930 par Kurt Lewin pour caractériser l’espace vécu. Dans la transurbance (proposition de traduction du titre de l’ouvrage), le « sentiment géographique » (p. 11) l’emporte sur une analyse cartésienne du paysage. Cette approche légitime la publication de la traduction de Walkscapes dans une collection d’Esthétique. « L’acte de traverser l’espace naît du besoin naturel de se déplacer pour trouver sa nourriture et les informations nécessaires à sa survie. Mais, après que les besoins primaires eurent été satisfaits, la marche s’est transformée en une forme symbolique qui a permis à l’homme d’habiter le monde. » (p. 22). De cet état est né la marche comme forme d’intervention urbaine, une action des hommes sur le paysage à entendre comme « l’action de transformer symboliquement, autrement que physiquement, l’espace anthropique » (p. 23)

Careri fait la genèse de la pratique de la marche. Il la fait remonter à la Préhistoire. Il montre que les menhirs qui ponctuaient les chemins du Paléolithique sont les premières architectures de l’humanité. La présence de motifs sculptés (le ka) sur des menhirs situés dans des territoires très différents et éloignés atteste que les espaces de la transhumance humaine étaient vastes. Le ka fait référence, avec ses deux bras levés vers le ciel avec un tronc ancré dans le sol, à l’acte de transmission de l’énergie divine et d’adoration du soleil. Les menhirs, comme ce motif, ont ensuite été récupérés par les peuples sédentaires et notamment les Egyptiens (voir le cheminement entre des colonnes dans le temple de Karnak). La déambulation a été remise au goût du jour par les Dadaïstes (14/04/1921 à Saint-Julien-Le-Pauvre) en ville puis en rase campagne (1924). Cette posture a été très critiquée par l’Internationale Lettriste (devenue Internationale Situationniste en 1957) organisée autour de la personne de Guy Debord. Son groupe rejette la déambulation (au hasard) au profit de la dérive (« mode de comportement expérimental lié aux conditions de la société urbaine : techniques de passage hâtif à travers des ambiances variées. Se dit aussi, plus particulièrement, pour désigner la durée d’un exercice continu de cette expérience. » p. 102). S’ouvre ainsi une psychogéographie (« étude des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant sur le comportement affectif des individus. » p. 102). Contrairement à la déambulation surréaliste, qui est construite sur le hasard, la dérive se base sur des cartes psychogéographiques qui repèrent les lieux où se fait la ville. La dérive peut prendre la forme d’une « dérive – statique d’une journée  sans sortir de la gare Saint-Lazare », d’un « rendez-vous possible » et de « quelques plaisanteries d’un goût dit douteux, que j’ai toujours vivement appréciées dans mon entourage, comme par exemple, s’introduire nuitamment dans les étages des maisons en démolition, parcourir sans arrêt Paris en auto-stop pendant une grève des transports sous le prétexte d’aggraver la confusion en se faisant conduire n’importe où, errer dans ceux des souterrains des catacombes qui sont interdits au public. » (p. 107). L’ensemble aboutit à la publication d’un guide psychogéographique de Paris à l’usage des touristes afin de les aider à se perdre car comme le dit Debord « habiter, c’est être partout chez soi ». (p. 114). Enfin, les artistes du Land Art sont ceux qui pratiquent la marche afin de créer leurs œuvres et de réaliser ainsi du Land Walk. Richard Long (A line made by walking, 1967) est l’exemple emblématique de l’artiste contemporain qui utilise la marche. Son œuvre ne se résume pas à cela mais la marche constitue un moyen d’action de l’artiste sur le paysage sans le transformer définitivement.

Parallèlement à ces expérimentations artistiques, les urbanistes et les architectes (les géographes aussi, même si le texte ne le dit pas) ont commencé, dès les années 1970, à s’interroger sur l’étalement urbain. Un petit nombre d’entre eux a compris que pour « coudre » cette ville diffuse, il fallait jouer sur les vides. « C’est là que les diffus vont cultiver leurs jardins clandestins, promènent leurs chiens, piqueniquent, font l’amour, cherchent des raccourcis pour passer d’une structure urbaine à l’autre. C’est là que les enfants vont chercher des espaces de liberté et de socialisation. (…) Ces vides sont des parties fondamentales du système urbain. » (p. 179) Ces espaces ne cessent de changer. En italien, il est une expression « andare a Zonzo » qui signifie « perdre son temps à errer sans but ». Carera propose d’appeler la ville nomade : Zonzo mais le Zonzo d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui. C’est dans ces zones d’ « entre-deux » que se fait la ville de demain.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

Bienvenue sur mon carnet de recherches !

Vous êtes ici sur le carnet de recherches de Catherine Didier Fèvre.

b5870b3ef1846bd3e87e267e723f3dfa

Vous trouverez sur la page (onglet à propos) la présentation de la thèse de doctorat que je prépare depuis deux ans.

Bloggueuse dans le « civil« , j’ai eu envie d’ouvrir un blog consacré à ma recherche en cours. Vous trouverez donc ici des billets rendant compte de mes visites de terrain, de mes lectures, de mes interrogations, de mes impasses mais aussi de mon actualité (colloque, séminaire).