Archives par mot-clé : Edgar Morin

Jeunesse et classes sociales.

Jeunesse et classes sociales. Jean-Claude Chamboredon. Éditions Rue d’Ulm, 2015, 262 p. 22€

600_____couv chambosite_1871

Si Jean-Claude Chamboredon est bien celui qui a écrit l’essentiel des textes présents dans ce volume, c’est à Paul Pasquali qu’on doit leur réunion et leur publication. Sociologue, chargé de recherche au CNRS, il mène actuellement une recherche sur les enquêtes de terrain en France, dont une partie porte sur les méthodes élaborées par Jean-Claude Chamboredon. Il a été encouragé par Florence Weber, directrice de la collection Sciences Sociales et élève de Chamboredon, à constituer ce volume.

Chamboredon est un sociologue fameux qui a eu la mauvaise idée de vivre à la même époque de Pierre Bourdieu, aussi ses travaux sont moins connus que le plus médiatique des sociologues. Avant de se brouiller, Bourdieu, Passeron et Chamboredon ont écrit ensemble le Métier de sociologue, 1968 ouvrage ayant marqué l’histoire de la discipline.

L’œuvre de Chamboredon est marquée par « un fil rouge » (p. 18) constitué d’une sociohistoire des âges de la vie et des rapports de classe. Elle se singularise par rapport à d’autres œuvres (voir Edgar Morin, L’esprit du temps, 1962) puisque Chamboredon estime qu’il n’y a pas une culture adolescente uniforme mais que les classes sociales maintiennent des différences entre les jeunes en fonction du milieu dont ils sont issus. Cela lui apparaît d’autant plus vrai dans le contexte des grands ensembles : non seulement, il n’y a pas invention d’une société nouvelle dans cette nouvelle architecture (comme l’affirme Chombart de Lauwe) mais tous les jeunes des grands ensembles ne se ressemblent pas, comme l’étude de ceux-ci par le biais de la délinquance le prouve. Chamboredon s’inscrit en porte-à-faux avec le discours optimiste en voyant dans ces espaces tout sauf « la promesse de libération de l’aliénation du prolétariat, par la régénération des liens communautaires » (p. 26) comme aime à le penser Henri Lefebvre. Chamboredon appuie ses enquêtes sur la lecture des travaux Howard Becker sur les déviants (Outsiders, Étude de sociologie de la déviance, 1963). Il s’intéresse aussi dans un article consacré au « métier d’enfant » à la prime éducation et aux usages sociaux à la maternelle, comment les institutrices transmettent des normes sociales, des règles de comportement malgré la promotion du « être soi-même ». Il constate aussi, comme Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot, 1978), l’allongement de l’adolescence sous l’effet du renforcement des divisions d’âge avant la vie adulte (petite enfance, enfance, préadolescence, adolescence, jeunesse…).

Ainsi, les six articles rassemblés offrent une vision synthétique de son œuvre. Les textes, à l’exception de celui tiré d’une intervention orale lors d’un colloque de psychiatres et de psychanalystes spécialistes de l’adolescence en 1983 sont très écrits et d’une lecture pas toujours aisée. Cela reste aussi des textes qui sont le reflet d’une époque, celle où les filles allaient à l’école « pour meubler une transition entre adolescence et mariage » (p. 47), une période où l’avortement comme l’homosexualité étaient un délit. Une époque pouvant sembler révolue alors que l’analyse de la délinquance qui en est faite peut permettre d’éclairer la situation actuelle de certains quartiers et montrer que celle-ci ne s’explique pas seulement par la présence de populations immigrées.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La petite ville et ses jeunes.

 

000088979

La petite ville et ses jeunes. Jean-Luc Roques. Préface de François Dubet. L’Harmattan, 2004. 240 pages.

« Une fois que l’on admet que l’écrasante majorité des jeunes ne sont pas délinquants, élèves de grands lycées, organisateurs de « raves », consommateurs de drogues ou sportifs de haut niveau, il reste à définir une jeunesse qui ne laissera probablement aucune trace dans l’épopée de l’histoire juvénile, tellement elle est banale : ni victime absolue de la crise économique, ni rebelle avec ou sans cause, ni écrasée par l’échec, ni critique du système. » (p.11). Ainsi commence la préface écrite par François Dubet pour ouvrir le livre de Jean-Luc Roques, son ancien élève.

Et quoi de mieux que cette plume (l’auteur de Les Lycéens) pour replacer le travail de Roques dans un contexte épistémologique ? L’étude de Roques s’intéresse à ceux dont on ne parle pas, comme l’avait fait en son temps Edgar Morin avec les jeunes Bretons de Plodemet (E. Morin, Commune en France : la Métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard, 1967). Ici, ce sont les jeunes de deux villes du Sud qui sont étudiés. Uzès et Bagnols-sur-Cèze sont deux cités, aux profils sensiblement différents (une communauté tournée vers son passé, une autre davantage tournée vers l’industrie et notamment atomique). Ce que Roques désigne sous le terme de petite ville est une « entité en soi, c’est à dire qu’elle possède des caractéristiques propres tant dans le domaine économique que culturel ou social. » (p.16). Pour ce faire, la petite ville doit être éloignée de la grande. Il s’agit pour lui d’un espace intermédiaire et ce qui l’intéresse, c’est de voir vivre les jeunes de 15 à 19 ans dans cet environnement et de savoir si celui-ci influe sur eux.

Pour approcher les jeunes des petites villes, Roques a pris le parti de travailler la notion de projet chez eux même s’il est très critique sur la place que celui-ci prend désormais dans la manière d’envisager la vie. Projet scolaire, professionnel, de vie sont abordés par le biais d’un QCM (rempli par 733 jeunes), d’entretiens (20 seulement), de cartes mentales (qui ne sont malheureusement pas reproduites dans le volume). Les questionnaires comme les enquêtes ont été menées par des jeunes de baccalauréat professionnel (classe de première) service-accueil. Ce matériau a été complété par l’exploitation de sources diverses : statistiques INSEE, statistiques de l’inspection académique du Gard, sources diverses de l’histoire locale.

L’objectif de cette étude était de vérifier l’hypothèse qu’il existe trois types d’attitudes par rapport à la problématique du projet. Ces trois stades (en projet, projet médian, anti-projet) révèlent une participation active jusqu’à une attitude de retrait par rapport à l’avenir. Il apparaît que ceux qui ont un projet scolaire sont ceux qui sont les plus satisfaits de leur établissement scolaire. Cette satisfaction va déclinante en fonction de la motivation des jeunes à poursuivre des études. Les filles sont plus motivées par l’école que les garçons. Jean-Luc Roques note aussi une différence entre l’attitude des garçons de Bagnols-sur-Cèze et ceux d’Uzès. Ces derniers sont nettement moins motivés par l’école et l’obtention de diplômes. Il constate aussi que plus l’âge des jeunes augmente et plus ils sont impliqués dans un projet professionnel. L’implication dans tout type de projet est plus forte chez ceux qui vivent dans la commune depuis plus de 10 ans. Si le profil sociologique entre en ligne de compte sans expliquer les différences entre les deux communes, Jean-Luc Roques estime que l’effet de lieu joue pour beaucoup. Les deux petites villes présentent des profils différenciés tant au niveau de l’offre scolaire que du marché de l’emploi. « Le système de valeurs dans ces deux petites villes sont forts différents et sous-tendent des types d’attitudes particuliers (tout au moins pour les jeunes de notre population. » (p. 124). Travail saisonnier et « valorisation de l’oisiveté » (en raison de la présence de touristes) expliqueraient la moindre implication des jeunes dans un projet de quelque nature qu’il soit. Alors qu’à Bagnols-sur-Cèze, le milieu est plus favorable à l’intégration : importance du statut de cité atomique. « L’image de travail industrieux structure l’identité et la conscience collective de cette localité » (p.132) même si la situation économique locale s’est dégradée.

« La petite ville est donc un espace particulier qui possède et développe sa propre identité. Elle développe les marchés qu’elle désire. Elle véhicule les images qu’elle souhaite. Elle exerce un contrôle ou une pression sur les individus » (p. 206). Malgré ce constat assez terrible (effet local important), Jean-Luc Roques veut espérer que les choses vont changer. Bagnols-sur-Cèze est en perte de vitesse côté industrie alors qu’à Uzès le tourisme laisse espérer beaucoup de débouchés, y compris pour sa jeunesse.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes