Archives par mot-clé : culture

Merci aux cafés géo

Merci aux Cafés géo de Lyon de m’avoir donné l’occasion d’évoquer la question culturelle dans les espaces périurbains en compagnie de Fabrice Beauvois, maire de Bressolles et président du festival ZAC en scène à La Boisse. Echanges acteur – chercheure très fructueux lors de cette rencontre organisée par Martin Charlet et Jean-Benoît Bouron

Se cultiver dans les espaces périurbains : une mission impossible ? »

En cette rentrée scolaire, universitaire ou cinématographique, certaines missions peuvent paraître impossibles…

C’est ce qu’infirmeront ou confirmeront Catherine Didier-Fèvre, professeure de géographie en classe préparatoires littéraires (Lycée Sainte-Marie, Lyon) et Fabrice Beauvois, maire de Bressolles (Ain) et président du festival ZAC-en-scène (La Boisse) pour le premier café géo lyonnais de la saison 2018-2019.

 Rendez-vous donc mercredi 19 septembre à 18h au Café de la Cloche, 4 rue de la Charité, métro Bellecour.

Géographiquement,

Martin Charlet

 

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie.

Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie. Alexandro Cavalli, Vincenzo Cicchelli, Olivier Galland (dir.). Le sens social. PUR, 2008. 273 pages.

16843428_1396808-77686

Tracer le portrait de la condition juvénile en France n’est déjà pas une mince affaire, mais en faire une analyse comparative avec la situation italienne l’est encore moins. Cécile Van de Velde s’y est déjà essayée, avec succès, à l’échelle européenne dans sa thèse publiée en 2008 aux PUF : Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en EuropeAfin de mener cette entreprise, les directeurs de cet ouvrage ont réuni lors du colloque de Paris des 11 et 12 mai 2006 trente chercheurs contributeurs au volume.  Trois thématiques sont déclinées tout au long de l’ouvrage. Les chapitres sont tous construits de la même manière : deux éclairages par des spécialistes de la question et une dernière partie constituée par une synthèse opérée par un troisième auteur.

 

Comment devient-on indépendant ?

 

Sont examinés successivement le moment où le jeune quitte ses parents, la manière dont il gagne sa vie et comment il se met en couple. Ainsi, il apparaît qu’en Italie, l’âge de départ du domicile familial est plus tardif (27-28 ans) qu’en France (23 ans). Cela tient au fait que la famille joue un rôle plus fort en Italie. Le rôle matériel joué par celle-ci n’est pas la seule raison qui pousse les jeunes à rester chez leurs parents. Nombreux sont les jeunes Italiens qui travaillent mais qui demeurent chez leurs parents. Les aides à l’installation n’existent pas en Italie. L’entraide intergénérationnelle est centrale. La culture de l’autonomie n’existe pas en Italie. Il n’y a pas de modèle intermédiaire entre le statut de jeune célibataire et de jeune marié. Globalement, la cohabitation intergénérationnelle se passe bien (les jeunes disposent, à l’intérieur de la famille, de libertés de plus en plus larges, obtenues par le biais d’une négociation entre jeunes et adultes) et les raisons de la briser sont donc limitées. Les jeunes Français quittent leurs parents pour poursuivre des études (le maillage universitaire en France est moins dense qu’en Italie) mais cette indépendance est un leurre car financièrement, malgré les aides publiques, ils restent à la charge de leur famille. Finalement, la différence n’est pas si importante entre les deux nations. L’entrée dans la vie est précédée d’une phase de préparation plus ou moins longue. Ces points communs se retrouvent dans le domaine de l’indépendance financière. Alors que par le passé, « le passage de la condition de jeune à la condition d’adulte : la fin des études, les débuts d’un emploi stable, le mariage et le départ du domicile familial (…) ces processus se succédaient très rapidement car ils reposaient sur une simultanéité des choix, aujourd’hui, la condition d’adulte peut être atteinte au travers de parcours diversifiés et dépendant de plusieurs facteurs. » La mise en couple fait partie des évènements qui marquent l’entrée dans la vie adulte. C’est là que les différences entre la France et l’Italie sont les plus marquées. En France, la mise en couple est de plus en plus informelle alors qu’en Italie, comme en Espagne, elle se fait de plus en plus tard et le mariage y occupe un rôle central (85% des mises en couple en Italie dans les années 1990 contre 20% en France). Les politiques publiques d’aide publique présentes en France (APL) expliquent le différentiel avec l’Italie, mais pas seulement ! « C’est parce que de profonds changements dans les rapports de genre et de génération se sont produits en France à partir des années 1970, et beaucoup moins en Italie, que l’écart est apparu ».

 

 

Rapport à l’espace public, école et engagement

 

Les différences entre les jeunes Italiens et Français sont importantes dans le domaine de l’engagement. La politisation des familles est plus forte en Italie qu’en France et cela se traduit par un engagement politique affirmé chez les jeunes dans le cadre d’associations de type syndicats, organisation de jeunesse d’un mouvement politique… Danilo Martucelli se demande si le lycée en France est encore un lieu de socialisation. Au début du XXème siècle, les jeunes étaient, en moyenne, scolarisés 4 ans contre 16 à 18 ans aujourd’hui. Dans le contexte de cette massification de l’enseignement, la sélection ne se fait plus en amont du système mais au sein de lui-même. Barrère (1997) a mis en évidence la figure du « forçat » qui s’oppose à celle de l’ « héritier » de Bourdieu : « Le forçat travaille bien davantage qu’il ne réussit ; il ne maîtrise pas les règles du jeu du travail scolaire et vit un conflit constant autant qu’inexprimé entre l’évaluation institutionnelle qui le dit médiocre et l’évaluation positive qu’il fait lui même en s’appuyant sur la réalité vécue de la somme de travail qu’il fournit pour réussir. » Par le biais du projet qu’élabore le lycéen dès sa classe de seconde, il se trouve confronté aux prémices de la domination sociale. Le bilan dressé est assez terrible puisque le lycée ne remplirait pas les conditions pour une bonne socialisation de tous les élèves. La synthèse réalisée par François Dubet (Les lycéens, 1991) montre que si les valeurs d’excellence entre les deux pays sont totalement opposées (la culture des humanités en Italie contre la rigueur scientifique des maths et des sciences en France), nombreux sont les points de convergence entre les deux jeunesses. La pression scolaire est forte dans les deux cas puisqu’une grande place est donnée aux performances scolaires. La France insiste, par exemple, sur la corrélation entre diplômes et emploi même si les sources de culture générale sont loin de se limiter à la fréquentation des bancs de l’école.

 

Cultures adolescentes et rapports intergénérationnels

 

François de Singly analyse la manière dont se déroule l’individualisation des comportements des jeunes au sein de la famille. Père du terme adonaissants, il montre que l’entrée dans l’adolescence est un moment clé pour l’individu. Il doit réussir à trouver sa place dans la famille et se détacher de son rôle d’enfant. Cela passe par la reconnaissance par les parents de l’existence d’un monde propre au jeune. La manière dont sont négociées les sorties montre une différence entre les garçons et les filles en âge de fréquenter le collège. Les filles demandent l’autorisation de sortir alors que les jeunes hommes se contentent de dire qu’ils sortent sans attendre que les parents en leur en donnent l’autorisation. L’origine sociale ne change rien dans cette partition. Les filles rendent davantage compte du déroulement de leurs sorties à leurs parents. Elles cherchent ainsi que leurs faits et gestes soient validés par leurs parents (au sens de Peter Berger et Thomas Luckmann http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article4233 ). Il existe une dualité entre une « identité statutaire de « fils ou fille de » et l’identité propre, le « soi adonaissant ». On ne peut pas, pour autant, parler de démission des parents ou de déficit de contrôle parental. Les parents sont bien là et veillent au grain que ce soit en Italie comme en France. « La construction de l’autonomie juvénile passe ainsi de manière essentielle par le registre sexuel et amoureux dans un contexte inédit de dissociation du mariage et de la sexualité légitime ». Les articles portant sur la culture jeune dressent un constat assez alarmant des rapports intergénérationnels. Le fait que le jeune possède une chambre à soi, équipée des nouvelles technologies, est rendu responsable d’après Dominique Pasquier de « l’isolement des générations, si bien qu’on peut se demander s’il y a encore un espace de communication et d’affectivité au sein de la famille » ! En revanche, le constat serait moins dramatique en Italie puisque un glissement de la « famille des règles » à une « famille des sentiments ». Il semble donc qu’un décalage temporel persiste entre les deux pays. La France ayant connu une dénatalité précoce a mis en place, très tôt, une politique de protection sociale en direction de la jeunesse alors que l’Italie, qui est restée pendant longtemps un pays rural et d’émigration, a connu de manière décalée les mutations sociales françaises. Cet écart explique que les rapports intergénérationnels soient plus forts en Italie qu’en France.

 

Ainsi, si les différences entre les deux jeunesses existent, force est de constater que les points communs sont nombreux. La jeunesse est une période de plus en plus longue de l’existence. C’est une période d’expérimentation, de tâtonnements pendant laquelle l’identité se construit progressivement. Le groupe de pairs joue un rôle fondamental pendant cette période. La famille aussi, surtout pendant une période où l’insertion sur le marché du travail est rendue difficile dans le cadre de la mondialisation. La vision des jeunes Italiens et Français sur leur avenir est pessimiste. L’émancipation « à l’intérieur de la famille » des jeunes Italiens s’accompagne d’un plus fort engagement politique au service de causes collectives alors que les jeunes Français, engagés dans une émancipation « à côté de la famille », plébiscitent davantage l’individualisation et cela se traduit au niveau de leur faible engagement politique.  Pour autant, les points communs l’emportent sur les divergences. France et Italie présentent un modèle méditerranéen de la jeunesse qui se distingue des pratiques juvéniles de la jeunesse nord-européenne.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

 

 

 

 

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde.

Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde. Madeleine Gauthier et Jean-François Guillaume. L’harmattan, 1999. 270 pages.

001093397

C’est à l’association internationale des sociologues de langue française que l’on doit l’organisation du colloque « Stratégies d’insertion sociale des jeunes dans un contexte d’incertitudes » à Evora au Portugal. Un drôle de colloque puisque ce n’est pas tant ce thème qui a été traité à cette occasion qu’une réflexion sur la définition de la jeunesse et sa pertinence à l’étudier qui a été mené. Il faut dire que le sujet, par sa définition complexe, a de quoi faire couler beaucoup d’encre. La tournure des débats de ce colloque a légitimé le titre du volume rassemblant les contributions des participants à cet événement.

 

La critique des divers regards portés sur la jeunesse

 

« Depuis le milieu des années 1960, en France, un étrange débat traverse épisodiquement le petit monde des sociologues : il s’agit de savoir si la jeunesse existe comme un groupe social relativement homogène ou s’il n’est « qu’un mot », selon la formule de Pierre Bourdieu (1980). » On en vient même à se demander si l’âge peut être retenu comme un angle de catégorisation pertinent pour comprendre les mécanismes qui structurent notre société. Les autres courants de la sociologie (sociologie de l’éducation initiée par Durkheim, celle des générations de Mannheim, celle de la déviance, celle de la reproduction – des classes sociales –) ont eu tendance à récupérer la jeunesse et à nier le fait qu’elle soit un domaine particulier de la sociologie. Si le texte de Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot) a souvent été interprété par les médias comme ne pouvant être assimilé à un concept, il apparaît pourtant que Bourdieu fait de la jeunesse un élément essentiel de sa théorie de l’habitus : « ensemble de relations historiques « déposées » au sein des corps individuels sous la forme de schémas mentaux et corporels de perception, d’appréciation et d’action » (Bourdieu et Wacquant, 1992).

 

La jeunesse se forme en fonction du capital scolaire, culturel, relationnel. Elle est donc diverse. Le terme n’a pas du tout la même signification selon les époques. C’est ce que montrent bien les travaux de Giovanni Lévi et de Jean-Claude Schmitt (Histoire des jeunes en Occident, 1996). L’approche historique permet de constater que certaines périodes sont plus sensibles que d’autres à la question des jeunes. Au Moyen Age, la jeunesse s’éternisait tant que les détenteurs du patrimoine n’étaient pas décédés. « La division des âges est donc une affaire de pouvoir, de partage des pouvoirs et produit un ordre auquel chacun doit se tenir à sa place. » (p. 31) Le projet moral élaboré par les adultes pour les jeunes se heurte aux revendications juvéniles. Les rituels de la vie marque l’emprise des adultes sur cet âge intermédiaire. Les thématiques déployées autour de la jeunesse touche le plus souvent : l’emploi, les risques courus par les jeunes.

 

Il est à craindre que les sociologues qui étudient la jeunesse y calquent des schémas propres à leur âge. Ainsi, pour Jacques Hamel, Olivier Galland voit la jeunesse comme l’entrée dans l’âge adulte par le biais du parcours scolaire – professionnel et par celui de l’axe familial et matrimonial. Ces seuils tendent de plus en plus à être repoussés (plus de deux ans entre la génération née en 1963 et celle née en 1971) sans compter les difficultés d’insertion sur le marché du travail. Il y a le plus souvent « déconnexion des seuils » si bien qu’il y a redéfinition de l’identité de la jeunesse. Le modèle décrit par Galland est celui de la jeunesse de l’après guerre des sociétés occidentales. Est-il valable pour étudier la jeunesse d’aujourd’hui ? Ainsi les adultes voient dans la fin des études un seuil alors que pour beaucoup de jeunes, ce n’est qu’un tremplin. Il faut donc considérer ces éléments de manière relative.

 

Si il faut évacuer à la fois le capital social (Bourdieu) et un effet de génération (Galland) pour étudier la jeunesse, la chose se complique. La théorie de la structuration d’Antony Giddens (La constitution de la société, 1978) peut offrir une solution. Il s’agit de l’étude « des modes par lesquels les systèmes sociaux, qui s’ancrent dans les actions des acteurs compétents, situés dans le temps et dans l’espace et faisant usage de règles et ressources dans une diversité de contexte d’action, sont produits et reproduits dans l’interaction des acteurs par elle même. »

 

Prendre en compte la jeunesse témoigne de l’évolution sociale qu’ont connu les parcours de vie et le fait que plusieurs jeunesses existent. Cette phase de la vie est vue aujourd’hui comme une phase d’apprentissage de la société et d’intégration sociale. La jeunesse est une période qui se trouve au croisement de la sphère privée (famille) et publique (collectivités et sociétés). Le groupe des pairs joue un rôle majeur dans la découverte de soi par la rencontre de l’autre. La jeunesse est une expérience sociale qui se construit autour d’éléments objectifs alliés à des significations subjectives.

 

L’analyse et la critique des concepts qui servent à parler de la jeunesse

 

Les notions de transmission, de socialisation, d’intégration et d’insertion sont au centre des préoccupations sur les jeunes. Les deux premières idées sont développées dans les travaux de Parsons. Les écrits de Talcott Parsons (The social system. London, 1951) font apparaître une théorie déterministe des trajectoires du passage des jeunes à la vie adulte. La socialisation primaire des enfants revient à la famille. Lors de la jeunesse, la famille doit soutenir l’émancipation des jeunes. Elle est aidée en cela par l’école ou le groupe de pairs. La culture jeune tient une place centrale dans ce processus. Il est important de replacer les écrits de Parsons dans leur contexte : l’essor des EU après la seconde guerre mondiale, croissance économique et plein emploi.

 

Le texte de Marc Molgat montre que l’insertion part du principe que c’est aux jeunes d’agir afin de s’insérer alors que dans le cas de l’intégration, leur action ne suffit pas. Il faut que les autres acceptent de les intégrer. La problématique de l’insertion a été développée dans les années 1970 par les néo-marxistes et par la sociologie objective « bourdieusienne » (voir les travaux de Jean Jousselin et de Bertrand Schwartz). Elle a été abandonnée dans les années 1980 pour être remplacée par celle « d’entrée dans la vie » (Galland, 1991) en France alors qu’au Québec elle a perduré (surtout pour s’opposer à l’idée d’intégration). L’insertion est caractéristique des travaux de la sociologie de la jeunesse de Madeleine Gauthier. Depuis 1990, en France et au Québec, la sociologie de la jeunesse insiste sur le rapport à l’espace des jeunes et sur la manière dont ces derniers se construisent une place dans la structure sociale. Elle est basée sur l’idée d’appartenance, qui peut être multiple.

 

Christine Jaminon revient, avec l’exemple belge, sur les concepts d’intégration et d’insertion. « S’insérer consisterait alors à rattraper la distance qui sépare la situation de l’individu et celle de son intégration telle qu’elle est définie par un certain nombre de repères normatifs : disposer d’un cadre de vie décent, suivre une scolarité « normale », obtenir un emploi stable, etc. » (p. 98) En Belgique, le système économique ne permet pas aux jeunes de s’insérer même si le système éducatif (article de Marc Lavallée) fait tout pour leur en donner les clés en étant un lieu de socialisation à la vie en groupe. L’école est un lieu où se gère la transition entre l’individu et le citoyen. Dans le cas des enfants d’immigrés (seconde génération, au Québec), Myriam Simard estime qu’il faut appliquer une approche multifactorielle afin d’étudier leur insertion. Elle donne toute sa place aux influences et incidences de l’environnement géographique et ethnique sur la rapidité d’insertion de ces jeunes.

 

Où mettre l’accent dans les études sur la jeunesse ?

 

Pour Erikson (1951), la jeunesse constitue une sorte de moratoire, « une phase de liberté faite d’une diversité d’expériences avant de s’installer dans la vie adulte » (p. 147) Strauss (1989) montre qu’on parvient à l’âge adulte par des changements successifs d’identité. Il en vient à se demander si le concept de jeunes a encore une raison d’être en sociologie. Pour Galland (1991), il y a passage d’un mode instantané (modèle de l’identification) à un mode progressif (modèle d’expérimentation) d’accès à l’âge adulte. La progression n’est pas linéaire et cela complique l’analyse.

 

Laurence Roulleau-Berger propose d’analyser les jeunes à partir du concept d’espaces intermédiaires, c’est à dire « qui existent dans une relation d’accumulation d’écarts aux marchés du travail, aux pouvoirs publics où les jeunes en situation précaire se retrouvent, échangent des savoirs, des expériences » (p. 151). Elle distingue deux types d’espaces intermédiaires :

–       les espaces de création : « espaces physiques, sociaux et symboliques où se forment des cultures propres à des groupes de jeunes » dans des lieux interstitiels, loin du regard des acteurs publics et des acteurs du marché du travail.

–       les espaces de recomposition : espaces construits à partir d’une coopération négociée entre les jeunes et les professionnels de l’insertion.

Ces espaces intermédiaires se font se superposer et se juxtaposer différents statuts de travail et d’activités. Ils apparaissent comme des lieux de protection identitaire et comme des lieux de mise à l’épreuve de soi. « Dans nos recherches, si les jeunes apparaissent comme déterminés par leurs trajectoires familiales, scolaires, sociales antérieures, ils ne sont pas seulement captifs de situations mais aussi coauteurs de leur socialisation, coproducteurs des mondes qu’ils traversent, disposant d’une capacité d’interprétation, d’invention des rôles sociaux. » (p. 154) Les jeunes, en tant que classe d’âge à part, doivent être examinés par les « compétences de l’expérience » qu’ils développent.

 

José Rose estime que le concept de stratégie n’est pas approprié pour étudier les jeunes et leur attitude face à l’emploi. Il tend à voir davantage les jeunes comme des sujets, comme des produits des structures, que comme des acteurs. La notion de « médiation » (expression d’un rapport entre agents sociaux) lui semble plus appropriée pour rendre compte des arbitrages qu’ils font entre école, famille, amis. Pour qu’il y ait stratégie, il est nécessaire de combiner : « un sujet (qui n’est pas forcément un individu), une action (qui n’est pas totalement indéterminée), une rationalité (qui n’est pas nécessairement celle de l’homo oeconomicus) et une vision de long terme dans un espace marqué par l’incertitude et la complexité. » Bourdieu analyse les stratégies de reproduction des catégories sociales et va au-delà de l’individu. Le sens fort du mot stratégie n’a rien à voir avec son usage commun même si la notion de projet (mise en avant par François Dubet) fait du jeune un acteur construisant sa propre trajectoire. Pour Rose, les parcours des jeunes sont loin d’être rationnels car ils manquent d’une vision globale de leur avenir. Leurs informations des mécanismes d’insertion est souvent très sommaire et partielle.

 

Pour Jean-François Guillaume, l’attention portée sur la notion d’identité et sa construction pour étudier les jeunes tend à gommer le contexte social qui influe sur une trajectoire personnelle. Il rejette les interprétations proposées par Roulleau-Berger et Galland. « Ces options sont insuffisantes car, d’une part, on tend à suggérer l’existence de bornes ou de critères permettant de distinguer jeunesse et âge adulte ; d’autre part, parce qu’on accepte d’emblée que les repères traditionnellement proposés (professionnels, familiaux et résidentiels) ont gardé leur validité et qu’ils continuent d’orienter les pratiques et les choix de l’ensemble des acteurs sociaux encore « jeunes ». (p. 189). Il pense que l’entrée par l’individu n’est pas la bonne idée. Il privilégie le point de vue de Godard (1992) qui met en avant le contexte social. Il faut pour cela redonner à la notion de classe tout son poids.

 

La place des cultures jeunes dans les changements sociaux de certains pays

 

Cette partie porte sur les nouveaux espaces inventés par les jeunes. En Afrique, la baisse du taux de mortalité, en accroissant le nombre de jeunes, modifie les rites traditionnels qui faisaient passer l’adolescent à l’âge adulte. L’école face à l’affluence n’arrive pas à remplir son rôle. Plusieurs textes affirment l’existence d’une culture jeune qui se manifeste par la prise de possession d’espaces intermédiaires qui ne relèvent ni de la vie privée ni des institutions publiques. Que ce soit en Afrique, au Brésil ou en Europe de l’Est, les jeunes investissent des espaces afin de s’exprimer : la rue est le théâtre d’une culture jeune sur tous les continents.

 

« La jeunesse est comme la famille, l’enfance, la vieillesse, la santé, la maladie…, un état ou une condition que chacun aura connu, expérimenté ou traversé. » Ce n’est pas pour autant que la définir soit une évidence. « La jeunesse n’est pas qu’un mot. (…) Les jeunes existent : on peut les rencontrer ! » Avec la crise de l’emploi salarié et ses conséquences sur l’entrée des jeunes sur le marché du travail se joue une « lutte des places » intense qui touche plus particulièrement les jeunes. Malgré tout, la transmission d’un capital culturel, économique et social par la famille demeure centrale. Les Héritiers (au sens de Bourdieu) ont plus de chance de se caser que les autres ! Jeunes, peut être mais dans un contexte social à ne pas négliger même s’il n’est pas toujours décisif. Faire de la sociologie de la jeunesse demande de prendre en compte non seulement le fonctionnement des sociétés et leurs modalités de reproduction et de « dénouer l’entrelacs des pratiques et des représentations qui en constituent les dimensions structurelles ». La jeunesse n’est pas seulement une production de la société, elle influe sur elle.

 

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes