Archives par mot-clé : CPGE

Être hypokhâgneux et confiné : un confinement dans le confinement ?

Le 12 Mars 2020, le Président de la République annonce la fermeture des écoles, des établissements de l’enseignement secondaire et des Universités jusqu’à nouvel ordre afin de limiter la propagation du coronavirus. Une continuité pédagogique se met alors en place dans l’improvisation la plus totale : les outils numériques ne pouvant en aucune manière substituer des cours en présentiel. Des aménagements se sont révélés nécessaires, des innovations indispensables : les Hussards noirs de la République devant fait preuve d’ingéniosité avec peu de moyens et en un temps record pour rassurer élèves comme parents dans cette période d’incertitude.

Professeure de géographie en CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles) littéraires, j’avais initialement prévu de consacrer mon cours général sur la thématique Risques et Sociétés, tout en faisant étudier, en travaux dirigés, des extraits de cartes topographiques centrées sur ce thème. Force a été de constater que ce format ne pouvait être reproduit in-extenso à distance et qu’il fallait proposer des travaux pratiques d’une autre nature. Comme mes étudiants avaient le privilège de connaître une crise sanitaire en direct et d’en être les témoins, j’ai initié un travail d’écriture – carnet de terrain de confinement – mutualisé chaque semaine sur l’interface mise à notre disposition dans le contexte de la continuité pédagogique. Le cadre d’écriture est assez libre puisque ce carnet peut prendre la forme d’un journal tenu au quotidien ou d’une réflexion globale sur la semaine passée. L’accent est mis sur les dispositifs spatiaux déployés pour assurer la continuité pédagogique, les aménagements opérés par les uns et les autres pour trouver une place dans un logis familial, mais également sur l’état d’esprit des protagonistes au fil des jours de confinement. Une approche microgéographique est privilégiée.

À l’issue de deux semaines de confinement, se dégagent – suite à une première analyse des écrits des uns et des autres – des thèmes récurrents permettant de questionner la nature de ce confinement pour des élèves déjà « confinés » : les exigences du travail en prépa les amenant à passer beaucoup de temps à leur table de travail et à réduire leurs interactions sociales en dehors du cadre de la prépa.

Comment vivre un enfermement forcé, propice à une désynchronisation des rythmes, alors que les injonctions de travail se font plus que jamais présentes ? Comment négocier le passage d’une organisation du travail en groupe à un travail solitaire ?

Quelles interactions conserver avec le groupe classe et les amis de la Prépa dans le cadre de la distanciation sociale imposée ? Quelles relations développer dans le cadre d’un huis-clos familial ? Quels moyens mobiliser pour rester en contact avec les amis et la famille extérieure à l’espace de confinement et entretenir une sociabilité ? Comment s’organisent les différentes temporalités quotidiennes ? et hebdomadaires ?

Quels aménagements spatiaux ont été mis en œuvre par les intéressés pour combiner distance et proximité dans le cadre d’un logement ? Quelles tactiques et stratégies sont déployées pour pouvoir aux besoins du quotidien ? Quelle place tient l’extérieur dans cette géographie du confinement ?

Voici les premières pistes que je me propose d’explorer au fil de cette période particulière dans une perspective longitudinale, en faisant l’hypothèse d’une adaptation à la situation. Une situation inédite pour un public inédit : des étudiants d’une prépa littéraire privée. Une occasion, pour eux, d’écrire de belles pages géographiques comme littéraires.