Archives par mot-clé : Cliothèque

Désastres urbains. Les villes meurent aussi.

9782707179098

En librairie le 5 février 2015.

Quelle drôle de coïncidence !  Entamer la lecture du dernier ouvrage de Thierry Paquot lors du jeudi noir des transports[1] ! Le philosophe de l’urbain dénonce ici les dysfonctionnements des villes et même si son propos ne se centre pas spécifiquement sur les mobilités, elles ne sont pas tout à fait absentes de sa réflexion.

Il s’en prend aux « mégapoles déraisonnables » (p. 12), à ces « désastres urbains » (p. 25), et revendique une approche philosophique de l’urbain qui ne s’inscrive pas dans « l’habituelle histoire évolutionniste, itérative, linéaire » (p. 29). Son discours s’organise autour de cinq grands types urbains, révélateurs des maux des villes. La plume alerte et acerbe, il qualifie le grand ensemble de « bâtard d’une pensée technocratique du logement dit  « social » » (p. 33), le centre commercial du lieu de la « démocratie du caddie » (p. 135), le gratte-ciel de « roi du gaspillage » (p. 116) énergétique, la gated community de « non ville » (p. 140), le Grand Paris de « vieille idée, totalement dépassée » (p. 156).

Chaque chapitre se clôt sur une digression plus ou moins facile d’accès et qui amène parfois l’auteur à se demander : « Où me conduisent ces tours et détours ? » (p. 57). Il y ouvre des pistes qui mériteraient, pour certaines d’entre elles, d’être davantage creusées. Ainsi, en est-il de « l’adolescent et son insatisfaction » (p. 65) et de la réflexion trop succincte engagée à partir des propos d’Henri Maldiney : « L’adolescent ne veut pas être aimé, il veut être compris ». Il profite de ces digressions pour promouvoir des mobilités davantage durables, allant à l’encontre des grandes tendances développées à l’ « ère paléotechnique [2] (…) de la cité carbonifère » (p. 80) : points relais pour les livraisons de colis, développement des transports ferrés locaux et non des lignes à grande vitesse qui ne profitent qu’aux plus riches… mais aussi « création de villages urbains compacts, avec commerces, services et zones agricoles » (p. 117) et le développement du télétravail. L’exercice de prospective auquel se livre Thierry Paquot dans le chapitre consacré au gratte-ciel est délicieux : avec Jean Ancien construisant sa tour Phare à Brest en 2025, la nouvelle loi sur l’égalité des territoires de 2017 résumée dans le slogan « Tous les territoires sont égaux, certains plus que d’autres ! » (p. 123), mais aussi les horaires de travail organisés depuis 2018 en 3 x 8, 7 jours sur 7, « au nom de la liberté du commerce et du fun shopping » (p. 123).

La conclusion de l’ouvrage revient sur le parcours de Thierry Paquot et sur ce que représente ce livre dans son cheminement intellectuel : « une sorte de « tournant » » (p. 170). Il s’explique sur l’étrange fin de chacun des chapitres, s’achevant sur une phrase unique faisant le lien entre les lieux étudiés et « enfermement et assujettissement ». Enfermement ou comment « une petite société qui se replie sur elle s’apparente au contenu d’une Cocotte-Minute dûment fermée par un solide couvercle. (…) Pour le dire autrement, le confinement empêche le mélange ; or c’est celui-ci qui assure à une société sa richesse, son urbanité, sa diversité culturelle. » (p. 174). Assujettissement pour désigner une soumission ne résultant pas toujours d’une contrainte et permettant de « faire avaler la pilule ». Après avoir dénoncé les méfaits du gigantisme urbain, il veut croire que des issues sont possibles : la « cité-jardin » à d’Ebenezer Howard, le « village urbain » d’Émile Vandervelde, la « ville-territoire » de Piotr Kropotkine ou la « bio-région » de Patrick Geddes, Lewis Mumford et Alberto Magnaghi et réussit à nous convaincre que « small is beautiful » !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] suite à un arrêt de travail des conducteurs du RER A, le 29/01/2015.

[2] expression empruntée à Patrick Geddes.

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites.

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites. Rachel Lévy, Catherine Soldano et Philippe Cuntigh (dir.), Grenoble, PUG, 2015, 182 p. 29€

doc-prévente_Page_1-519x777

« Il était une fois » une toute petite antenne universitaire nichée au cœur des montagnes de l’Ardèche[1], dans un village de 300 habitants sans école, où furent soutenues entre 1994 et 2014 vingt thèses de doctorat en géographie… Depuis le milieu des années 1990, grâce à l’énergie d’un directeur général des services départementaux, d’un proviseur de lycée agricole et d’un professeur d’université, est né, dans la maisonnée d’Olivier de Serres le CERMOSEM[2], un centre de formation hors pair.

Cette belle histoire, c’est celle que les auteurs de cet ouvrage racontent au fil des chapitres en examinant les ressorts de ces SUVM[3]. Professeurs, maîtres de conférences, docteurs en géographie, acteurs étudient les caractéristiques de ces petits sites qui parsèment le territoire national en les replaçant dans le contexte historique de leur création.

L’innovation principale de ces études est de ne pas considérer les sites en soi mais dans les systèmes territoriaux où ils s’insèrent (SUVM), sorte de systèmes locaux d’enseignement supérieur. Que ces structures soient des antennes d’universités plus importantes ou totalement indépendantes, elles s’inscrivent dans un désir de « démocratisation » de l’enseignement supérieur : les « sites universitaires périphériques » en très grand nombre (104) accueillent moins de 6% des étudiants » (p. 155) mais affichent des taux de réussite à faire pâlir les universités « historiques » ! L’article consacré à la comparaison du parcours des étudiants ayant réussi leur DEUG et leur licence en AES sur le site du Creusot et ceux inscrits à l’Université mère de Dijon est particulièrement éclairant. Non seulement, le site du Creusot permet un accès social plus large à la filière mais affiche des taux de réussite supérieurs à ceux de Dijon : les jeunes étudiants, logés chez leurs parents, sont particulièrement bien encadrés et profitent d’une interconnaissance basée sur leurs fréquentations lycéennes. Tous ces éléments œuvrent à leur réussite. Ces sites abritent aussi une activité scientifique non négligeable comme le montre l’étude réalisée par Rachel Lévy et Odile Bourbiaux. Ces résultats vont à l’encontre de la concentration en œuvre dans le système universitaire, justifiée par l’insertion de l’économie de la connaissance dans la mondialisation.

Une belle histoire nous est racontée ici, celle des sites qui ont vu le jour et qui persistent. Si les tentatives avortées sont abordées, force est de constater que ce n’est pas le cœur du propos. Ce modèle n’est toutefois pas généralisable à toutes les filières. Il suffit, pour s’en convaincre de penser aux taux de réussite aux concours des universités parisiennes comparés à celles de province.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] À Mirabel, à vingt kilomètres à l’est d’Aubenas.

[2] Centre d’études et de recherches sur les montagnes sèches et méditerranéennes.

[3] Systèmes Universitaires des Villes Moyennes.

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires.

La société comme verdict. Classes, identités, trajectoires. Didier Eribon. Paris, Champs Essais, Flammarion, 2014. 254 p. 10€.

9782081314016

En 2009, Didier Eribon, sociologue et philosophe, publiait Retour à Reims, un ouvrage autobiographique (ou autoanalytique, pour reprendre le terme utilisé par Pierre Bourdieu dans son livre paru en 2004) relatif à sa poursuite d’études supérieures à Paris. Ayant grandi dans une famille ouvrière, ce départ était une manière de s’en affranchir et de pouvoir vivre librement son homosexualité. En 2013, en 2014 (pour l’édition de poche), l’auteur propose un texte d’accompagnement à cet ouvrage qu’il avait volontairement amputé d’une introduction et d’une grille de lecture.

La société comme verdict s’organise en neuf chapitres alliant des explications de textes littéraires (Simone De Beauvoir, Annie Ernaux, Claude Simon, Paul Nizan, Raymond Williams, Richard Hoggart,…), une riche réflexion introspective sur l’illustration de l’édition de poche de Retour à Reims figurant une photographie d’Eribon adolescent, l’importance des textes de Pierre Bourdieu ou de Michel Foucault dans le cheminement intellectuel de l’auteur, mais aussi l’histoire, ou plutôt l’absence d’histoire de la vie de ses deux grand-mères issues des classes populaires. Il montre, qu’à défaut de sources disponibles, au contraire des familles bourgeoises qui transmettent non seulement un patrimoine immobilier, mobilier mais aussi culturel à leurs enfants, il lui est impossible de faire le portrait de ses aïeules.

L’ensemble de ces réflexions vise à montrer les mécanismes de la reproduction sociale, qui perdurent malgré les efforts de démocratisation (terme réfuté par Eribon au profit de la « massification scolaire ») offerts par le système scolaire. A ceux qui réussissent à s’émanciper de leur milieu manquent toujours les codes et le capital social pour être à l’aise dans leur vie professionnelle comme personnelle. « La force des habitus, le rapport que les milieux sociaux dépossédés depuis toujours de l’accès à l’éducation et à la culture, avec comme conséquence principale l’auto-exclusion, l’autoélimination – c’est-à-dire, en réalité, l’élimination automatique et inévitable qui est pensée et vécue comme un choix libre par ceux qui en sont victimes – sont dotés d’une puissance de perpétuation de l’ordre social hiérarchisé tout aussi agissante et efficace que les stratégies conscientes ou inconscientes des dominants. » (p. 175). Il tient pour preuve de cette réalité passée comme actuelle (il insiste sur ce point) la faible place tenue par les enfants d’ouvriers dans la production du discours « savant ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Introduction à la géographie sociale.

Introduction à la géographie sociale. Guy Di Méo. Paris, Armand Colin, 190 p. 16,80€

Capture d’écran 2014-09-28 à 18.32.25

Le représentant français de la géographie sociale signe ici une introduction à cette branche de la géographie dont l’objet est « l’étude des rapports existant entre rapports sociaux et rapports spatiaux » (JB. Racine, 1986). « La géographie sociale traite donc, conjointement, de l’espace et de la société. Elle n’établit pas de préséance de l’un ou de l’une sur l’autre, puisque les objets qu’elle prend en compte se confondent avec les phénomènes résultant de l’interaction constante et fusionnelle de rapports sociaux et spatiaux, tous de nature sociale. » (p. 8). Si toutes les échelles peuvent être retenues pour comprendre l’entrecroisement des rapports sociaux et spatiaux, la perception que les personnes ont d’un espace est aussi centrale dans cette démarche. Pour autant, la géographie sociale s’efforce de proposer des méthodes de conceptualisation et d’analyse des espaces et des lieux.

Aussi, Guy Di Méo, après avoir présenté la généalogie de la géographie sociale, en expose les objectifs et les méthodes avant d’examiner la spatialité des rapports sociaux, la production des formes de l’espace et les ajustements sociaux des acteurs avec celui-ci. Les développements consacrés dans le chapitre 3 (Espaces, temps, acteurs….) à l’espace du monde vécu, à l’espace géographique cartésien et à l’espace produit social comme aux acteurs sont lumineux. On retiendra, notamment, le système d’interactions proposé p. 78 faisant le lien entre sujet – société – espace ainsi que les paragraphes consacrés à l’identité (p. 93). « Ce qui compte pour l’individu, ce sont les relations tissées entre ces lieux, le sens qu’ils prennent à ses yeux, les uns par rapport aux autres. De fait, l’identité a pour objet de fabriquer une continuité temporelle du sujet. Or, celle-ci ne saurait ignorer les contraintes spatiales. L’individu, en s’identifiant, doit s’inscrire également dans une cohérence de la territorialité : donner du sens à ce qui l’entoure, à la continuité comme aux discontinuités géographiques ; celles qui le séparent, par exemple, des êtres chers. »

Si l’éditeur considère la collection Cursus comme accessible aux étudiants de Licence, il y a fort à parier que le niveau de difficulté du texte décourage des débutants. Cet ouvrage est d’abord et avant tout un ouvrage d’épistémologie, même si des encadrés ponctuent le texte pour proposer des exemples. La présentation des MSI (Métastructures Spatiales Individuelles), ensembles de schèmes mentaux propres à chaque individu, comme de la FSS (Formation Socio-Spatiale reposant sur quatre instances : géographique, économique, politique et idéologique) demeure compliquée à suivre malgré leur application pratique aux départements aquitains.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales.

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.). Paris, EHESS, 2014. 359 p. 16€.

fda83a7bbc

Vous êtes « un être hybride, mi-étudiant, mi-adulte, coincé entre deux âges » (Lhérété, 2011), bref un doctorant, alors ce livre est fait pour vous ! Sa lecture vient à point nommé pour rebooster les étudiants laborieux en cours de rédaction. Car, quand on s’embarque dans une aventure de longue haleine de la sorte, il est bon de se plonger dans des ouvrages de méthodologie qui rassurent et poussent à continuer dans la voie engagée et dans les délais impartis (de plus en plus courts depuis la réforme du doctorat en 2007). Si Les ficelles du métier d’Howard S. Becker et L’art de la thèse de Michel Beaud sont les livres de chevet de tous, il faudra désormais y compter, parmi les indispensables, cet ouvrage lumineux.

Ce livre est le résultat du séminaire doctoral de l’EHESS Les aspects concrets de la thèse mis en œuvre par Moritz Hunsmann (politologue post-doctorant à l’EHESS) et Sébastien Kapp, (sociologue collaborateur à l’Université Libre de Bruxelles). Le blog éponyme, est l’indispensable complément à l’ouvrage puisqu’il permet d’écouter et de voir les vidéos des séances du séminaire. L’ensemble (livre et blog) regorge de conseils aussi simples qu’indispensables. Howard S. Becker a préfacé l’ouvrage et, comme à son habitude, donne des tuyaux tout simples pour arriver au bout de cette rédaction qui met à l’épreuve l’endurance des plus motivés. « (…) Je vais vous livrer un secret qui m’a permis de finir ma thèse rapidement et sans souffrance inutile. J’écrivais deux pages par jour, sans exception. C’était ma tâche quotidienne. (…) Un ami avait fait le calcul à ma place : si l’on écrit deux pages par jour, à la fin de l’année, on disposera de 730 pages, c’est-à-dire assez pour au moins deux thèses. » (p. 15). Car le maître mot de Becker face à l’angoisse de la feuille blanche (ou du clavier) est toujours le même : il vaut mieux écrire quelque chose de mauvais que rien du tout. Il est plus facile de retravailler un texte imbuvable qu’un texte qui n’existe pas. Une évidence, dont il ne reste plus qu’à se convaincre !

Les articles réunis ici sont là pour ça et même si tous les sujets sont différents, les problématiques de recherche sont très semblables. « La thèse se doit de rendre compte, d’expliciter les incertitudes et choix qui ont été faits. Elle conserve ainsi une bonne partie de l’échafaudage qui a rendu possible la construction du travail et qui rend compréhensibles les modalités de production du savoir. » (p. 44) Les textes rassemblés sont criants d’esprit pratique (que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?, Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle, la communication orale, publier pendant sa thèse, le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs…) et de vérités toutes banales qu’on a besoin de lire pour s’en convaincre. La question des méthodes d’enquête et de production de données n’est pas occultée. Les auteurs sont nombreux à battre en brèche la partition qualitatif / quantitatif et le cloisonnement entre les disciplines. Ils militent pour l’innovation en termes de recherche, compétence particulièrement appréciée sur le marché universitaire. Toute méthode est bonne à condition d’être explicitée : « Fondamentalement, l’auteur prend le lecteur par la main pour l’emmener dans un lieu inconnu ; tout en lui ménageant quelques surprises, il lui explique où ils vont et pourquoi ils y vont. » (p. 209) S’il faut écrire pour penser, il faut avoir en tête que « parler n’est pas écrire » (p. 218).  La publication d’articles dans des revues scientifiques est indispensable comme l’est la participation à des colloques et à des séminaires mais les compétences à mettre en œuvre ne sont pas du même ordre et il faut en être conscient, même si dans les deux cas, il faut fournir matière à discussion. Les candidats aux pré-sélections au concours Ma thèse en 180 secondes qui se déroulent cette semaine à Paris Ouest en savent quelque chose ! Un coaching spécial a été mis en place par les services universitaires pour entraîner ces poulains qui représenteront la fac à l’international. Car, les doctorants sont les vitrines des universités et il ne faut pas oublier de les bichonner !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Urbanité/s

Urbanité/s. Jacques Lévy. DVD, Choros, Lausanne, 2013. 78 minutes.

Lévy-367x420

Quand les géographes « font leur cinéma », voilà ce que cela donne !

Jacques Lévy, professeur de géographie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, membre du laboratoire Choros, a conçu et réalisé ce film de géographie, premier du genre. Ni documentaire, ni fiction, cette œuvre cinématographique demeure un travail universitaire d’un chercheur et lui permet de mettre en image et en son les enseignements des multiples recherches qu’il a menées depuis plusieurs années sur l’Urbain. La voix off alterne avec des lectures de l’ouvrage d’Italo Calvino (Le città invisibili, 1972) par l’auteur lui-même. Ces voix accompagnent des images animées réalisées par Thomas Bataille dans des métropoles chinoises et des images fixes réalisées par Jacques Lévy lui-même lors de ses nombreux voyages à travers la planète : Manille, Dhaka, Buenos-Aires, Johannesburg, Mostar, Detroit, Rio, Dubaï, La Paz, Chandigarh… Le tout est accompagné de musiques (plutôt stressantes) d’Alban Berg, de Györgi Ligeti, de Wolfang Rihm et d’Anton Webern.

L’ensemble donne un objet cinématographique intriguant mais attachant. Le rythme lent se prête particulièrement bien à la communication de la pensée de Jacques Lévy. L’animation combinée de la population du monde et des villes sur le temps long est particulière réussie et pourrait être utilisée avec des élèves de seconde dans le cadre du chapitre sur les villes (Chapitre 3 : Une utopie première). Au-delà de cet extrait, directement utilisable en classe, les enseignants auront beaucoup à gagner à visionner (et revoir) l’ensemble de l’œuvre pour réfléchir à la nature de la ville, à la force des liens faibles (chapitre 4) qui la caractérisent, au décalage entre ce qu’on y fait et ce qu’on pourrait y faire, à la place des espaces publics et de la sérendipité (l’avènement de trouvailles inattendues) dans les processus sociaux qui se jouent dans cet espace de co-présence. Car, comme le disait si bien Georges Pérec : « Il n’y a rien d’inhumain dans une ville, sinon notre propre humanité. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail.

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail. Marc Perrenoud (dir.). Paris, La Découverte, 2013. 237 p. 22€

becker

C’est à Howard S. Becker, monument de la sociologie contemporaine, qu’a été dédié le colloque L’héritage interactionniste en sociologie du travail, qui s’est tenu en octobre 2011 à Lausanne.

Howard S. Becker (1928 – ) est l’un des principaux animateurs de la « deuxième Ecole de Chicago ». Disciple de Everett C. Hughes, il a promu l’interactionnisme, y compris dans le domaine de la sociologie du travail. Jusque là, un métier était vu comme un « faisceau de tâches » alors que la sociologie interactionniste adopte une vision globale « incluant le travailleur, ses pairs, sa hiérarchie mais aussi son « public », clients, donneurs d’ordre, bénéficiaires de la prestation de service dans un « théâtre social du travail » (social drama of work) généralisé. » (p. 7) En adoptant cette approche globale, Becker a mis à jour ceux qu’ils appellent les Outsiders (1963), c’est à dire les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana – et a décrypté le fonctionnement des mondes de l’art (Les mondes de l’art, 1982).

L’ouvrage est ordonné en deux parties, rassemblant toutes deux, des études de cas très concrètes même si une montée en généralités et une réflexion méthodologique sont davantage présentes dans la seconde partie.

Le théâtre social du travail et les mondes de l’art

L’histoire du dopage dans le cyclisme permet de comprendre comment un acte banal est devenu criminel, à partir de l’affaire Festina (1998) surtout. Se doper « à l’insu de son plein gré » est rendu possible par le fait que « la déviance est une expérience subjective dépendant du rapport à la norme du déviant comme de l’entrepreneur de morale. » (p. 24) Le cas des DRH dans les secteurs de l’horlogerie et de la banque en Suisse, spécialistes des interactions au sein des organisations, montre que nombreux parmi eux s’identifient au rôle du patron mais vivent très mal l’organisation des licenciements qui leur incombent, d’autant plus quand ils sont issus d’un milieu ouvrier (cf. Ressources humaines, 1999.). Le détachement du corps médical vis à vis de leurs patients est lu comme une manière de se protéger d’une situation anxiogène.

Les mondes de l’art sont représentés ici par des textes consacrés au métier de tatoueur ainsi qu’au cas des musiciens d’entertainment avant qu’un dernier article propose des pistes pour étudier autrement les mondes de l’art : suivre le destin d’une œuvre d’art, par exemple. Dans tous les cas, le fait de créer n’est pas vu comme une démarche individuelle mais « comme un travail collectif soumis à des principes classiques de division et de coordination du travail, faisant l’objet de coopérations, de tensions et de conflits au même titre que les autres activités professionnelles organisées. » (p. 101) Howard S. Becker estime d’ailleurs dans son article que l’étude des conflits entre les différents acteurs du monde de l’art nous en apprend beaucoup sur son organisation.

L’héritage interactionniste, méthode et théorie

Anne-Marie Arborio réfléchit sur les limites des entretiens biographiques et propose de les croiser avec des sources historiques afin de les contextualiser. Michaël Meyer reprend les enseignements qu’il avait présentés dans l’ouvrage Le précis de photographie à l’usage des sociologues. PUR, 2013 à partir d’une étude sur Police secours. En revanche, les considérations sur les problèmes de traduction des écrits de H. S. Becker auront sans doute un intérêt pour qui envisage de traduire des textes de la sociologie interactionniste en français et allemand. A défaut, ce texte demeure assez rebutant.

L’article de Jean-Michel Chapoulie revient sur les raisons du succès de la sociologie interactionniste en France dans un contexte post-soixante-huitard. Il trace pour cela une histoire de la sociologie française et montre qu’avant cette date, les sociologues avaient une démarche très quantitativiste. Il faut attendre les programmes de recherche financés dans le cadre des politiques publiques socialistes pour qu’une démarche ethnographique soit généralisée. Désormais, tout domaine peut être potentiellement étudié. Le long et difficile article de Pierre-Michel Menger qui clôture l’ouvrage rappelle que mener une enquête sociologique ou ethnographique n’est pas une mince affaire. Plus les interactions sont nombreuses et plus il est difficile de monter en généralités et de répondre à ces questions : « Comment fait-on des choses ensemble ? Comment s’y prend-on pour aboutir à un résultat ? » (p. 236)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Trilogie vertueuse.

Trilogie vertueuse. Flore Bringand. Editions Recherches / ENSAB / IAUR Rennes 2. 3 livrets de 95 pages. 8€ le livret.

t2-z

L’école nationale supérieure d’architecture de Bretagne et l’Université de Rennes 2 proposent un double cursus à des étudiants architectes et urbanistes. Les productions des ateliers portant sur le renouvellement urbain appliqué aux grands ensembles, aux lotissements et aux zones d’activités sont ici présentées.

Ces trois types de zones ont été choisis car ces quartiers, situés dans les années 1960 en frange de ville, se trouvent aujourd’hui recentrés dans le cadre d’une ville étendue. Les étudiants devaient réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour densifier ces espaces tout en tenant compte des désirs des habitants pionniers et ceux des générations suivantes ou à venir. Ils devaient mettre en œuvre la « ville douce », c’est à dire « faire avec existant, les habitats pionniers, les entités urbaines composites et sectorisées des villes, l’organisation multimodale des territoires. » (p. 12) ou mieux pratiquer une « acuponcture urbaine ».

Les trois ateliers menés lors de deux années universitaires portaient sur des tissus urbains caractéristiques du phénomène de périurbanisation : grands ensembles, lotissements et zones d’activités. Ces trois types de tissus ont la caractéristique commune de présenter des densités faibles (COS moyen de 0,75 dans les grands ensembles, de 0,28 dans les lotissements et de 0,40 pour les zones d’activités contre 1,25 pour les centres bourgs). Les marges de densification sont importantes. Ces quartiers permettent aussi d’interroger des notions telles que la cohabitation (jeunes / vieux, riches / pauvres…) et d’amener les étudiants à ne pas oublier l’existence de frontières sociales et de conflits pour mettre en œuvre des espaces partagés ou mutualisés.

Pour cela, le Pays de Rennes a ouvert un appel à idées qui a donné l’occasion à des groupes d’étudiants mixtes (architectes et urbanistes) de proposer des solutions. Une conférence sur le projet BIMBY (Build In My Back Yard) a permis de présenter les tenants et aboutissants de cette démarche de densification urbaine. Les projets des groupes d’étudiants sont présents dans les trois livrets.

Autant, les projets qui concernent le quartier de grand ensemble du Blosne (situé au sud de l’agglomération à côté de la rocade de contournement) semblent réalisables (centre des artisans calqué sur celui mis en œuvre par Christian Portzamparc à Almere, Pays-Bas ; création de liaisons vertes pour casser l’effet de rupture de la rocade, création d’une polarité commerciale autour du Triangle, école nationale de danse), les projets concernant les lotissements ou les zones d’activités se rapprochent de l’utopie. La démarche BIMBY fonctionne lorsque les habitants s’approprient la problématique de la densité et non quand on leur impose. Aussi, si le départ d’une entreprise jusque là implantée dans une zone d’activité peut permettre de densifier l’espace avec d’autres locaux ou de l’habitat, dans le cas des lotissements pavillonnaires la démarche BIMBY est souvent le fait de personnes qui densifient pour rentabiliser le bien acheté en y installant des membres de leur famille (descendants ou ascendants s’installant en fond de parcelle dans une petite maison). Quand ce n’est pas le cas, très souvent les propriétaires revendent pour aller s’installer ailleurs. Il n’est pas facile d’avoir des voisins si prêts de chez soi quand on n’y a pas été habitué. Le projet primé La voiture autrement, vers une résilience douce est représentatif de l’air du temps. Il reprend les principes mis en œuvre dans l’écoquartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau : création de parkings collectifs, circulations douces favorisées dans le lotissement au détriment de la voiture cantonnée à des rues à sens unique à vitesse réduite. Le projet Liffré en forêt propose de planter une forêt à la lisière du lotissement (à la place d’un projet de ZAC). La question des terres agricoles n’est pas posée. Comme si la ville n’était pas une entité dépendante d’un environnement agricole comme économique ! Car c’est bien joli de « mettre du vert dans la ville », encore faut-il que les habitants puissent disposer d’emplois.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes

318FJjCESVL._

Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes. François de Singly. Armand Colin, 128, 2012. 128 p. 9,80 €

Voici le bréviaire du sociologue ! En 128 pages, François de Singly (professeur de sociologie à l’université Paris Descartes) présente de manière lumineuse les tenants et les aboutissants d’une enquête par questionnaire.

Sorte de mode d’emploi de cette méthode de recherche, ce petit livre répond à une multitude de questions que peut se poser l’apprenti sociologue ou le géographe au moment de mettre en œuvre ce support de collecte de renseignements. Cette méthode est relativement récente et a bouleversé notre manière de voir la société. Ainsi, l’éducation nationale ne s’était jamais posée la question des inégalités sociales avant la publication des Héritiers de Bourdieu et Passeron dans les années 1960 ! Pour autant, il faut garder à l’esprit que la passation de questionnaires ou de sondages est une méthode artificielle. « Les sondages imposent aux personnes de répondre à des questions que le plus souvent elles ne se posent pas. L’opinion publique est construite. » (p. 11)

Dans le contexte d’une sociologie explicative, le questionnaire est central pour mettre en évidence les raisons objectives des actions (l’entretien est plus approprié pour aborder des raisons subjectives) sans pour autant s’interdire de poser des questions portant sur des aspects subjectifs. La fabrication des questions est la partie la plus difficile de l’élaboration du questionnaire. Il faut que les questions soient non seulement pertinentes mais qu’elles ne soient pas artificielles.  Ainsi, dans une enquête sur les loisirs des jeunes, les enquêtés devaient choisir une activité parmi une liste. Aucune place n’avait été laissée pour le temps à ne rien faire, « à glander ». Pour éviter ces travers, la connaissance de la littérature sur le sujet est indispensable. La rencontre (en amont) avec des acteurs à enquêter permet d’élaborer une problématique qui guide ensuite la trame des questions posées.

Le choix de l’échantillon de personnes à interroger est délicat. Vouloir disposer d’un échantillon représentatif est difficile et ne garantit pas la fiabilité de l’enquête. Ainsi, l’ouvrage de Anne-Marie Green (Les adolescents et la musique, EAP, 1986) montre à ses dépens qu’un échantillon représentatif de la société n’est pas une garantie. Cette enquête porte sur les pratiques musicales des jeunes des lycées d’enseignement professionnel. Sous le prétexte qu’elle dispose d’un échantillon représentatif, l’auteure généralise son propos à l’ensemble des jeunes Français alors que « les jeunes de milieu cadre qui sont dans les LEP ne sont pas « représentatifs » des jeunes de ce milieu ». (p. 97) L’échantillon est ce qu’il est. Il faut en être conscient quelque soit la manière dont on use (effet boule de neige ou échantillon représentatif). Les déterminants sociaux (sexe, âge, position sociale, capital scolaire, capital économique, capital santé, cadre familial et identitaire) servent à croiser les données recueillies et à proposer une interprétation. De Singly revient sur les méthodes qui peuvent être mises en œuvre : indice, typologie. Il présente les tableaux croisés et leur mode de fonctionnement à partir d’exemples lumineux (pratiques cinématographiques des étudiants). Le rôle joué par des variables indépendantes, dépendantes ou test est central pour comprendre les facteurs qui influent sur les comportements. On regrettera toutefois que les exemples de cette troisième édition remaniée ne soient pas rapprochés de l’usage de logiciels tels Excel (et de la fonction tableau dynamique croisé) ni des supports en ligne existant (http://www.mon-enquete-enligne.fr par exemple). Car, c’est avec ces outils que se fait la recherche d’aujourd’hui.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants.

9782110092106

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants. Vincenzo Cicchelli, Observatoire national de la vie étudiante, La documentation française, 2013. 215 p. 19€

A l’heure où l’Observatoire de la Vie étudiante publie les résultats de sa grande enquête triennale, la lecture de l’ouvrage Vincenzo Cicchelli permet de réfléchir à la complexe question de l’autonomie des jeunes. Vincenzo Cicchelli, maître de conférences en sociologie à Paris Descartes, étudie ici le sujet sous l’angle d’une comparaison européenne.

Il part, pour cela, de la définition adoptée par la Prise de position pour l’autonomie des jeunes (Conseil des Membres, avril 2004, Bruxelles) : « L’autonomie est la situation où les jeunes ont le soutien, les ressources et les débouchés nécessaires leur permettant de vivre de manière autonome, de faire leurs choix de vie et d’avoir accès à une participation sociale et politique totale dans tous les secteurs de la vie quotidienne, ainsi que de prendre des décisions de manière autonome. » Pour être autonome, il est donc nécessaire de réunir toutes les facettes de la définition et, force est de constater, que ce n’est pas simple ! La tendance actuelle en France va plutôt dans le sens contraire. L’acquisition de l’autonomie (l’empowerment ou capacitation) est de plus en plus longue et progressive : « Les jeunes (scolarisés ou non) n’ont jamais été aussi autonomes et dépendants en même temps : ils sont de plus en plus placés par les adultes dans une situation d’apesanteur sociale (…) » (p. 184)

L’entrée dans la vie adulte est de plus en plus tardive en raison du report de la sortie du système scolaire, à l’accès au premier emploi de plus en plus tardif, à un départ de la famille d’origine repoussé, une mise en couple et la constitution d’une nouvelle famille (naissance des enfants) ajournées. Cet allongement de la jeunesse fait qu’elle ne doit plus être considérée comme une transition entre l’enfance et l’âge adulte mais comme un temps à part entière de la vie. Les différences entre les pays européens sont très nettes (voir à ce propos l’ouvrage de Cécile Van de Velde). La France se situe dans une position intermédiaire entre les pays du Nord qui offrent des allocations aux jeunes, leur permettant de quitter le foyer familial le plus tôt possible et une Europe du Sud (voir la comparaison France – Italie menée par Vincenzo Cicchelli) où les jeunes restent tardivement chez leurs parents (plus particulièrement en Espagne ou au Portugal où les jeunes ne quittent leurs parents que pour s’installer en couple marié dans un appartement acheté avec l’aide de la famille). La France se singularise de ses voisins par une double dépendance des jeunes à leur famille et à l’Etat.

L’étude des rapports établis par des structures étatiques ou think thank européens sur la question de l’autonomie de la jeunesse fait apparaître des propositions récurrentes en faveur d’aides à destination de la jeunesse. Toutefois, la mise en place de ces mesures se heurte à leur coût. Aussi, il n’est pas étonnant que la précédente enquête de l’OVE (2010) mettait en évidence que les enfants de cadres supérieurs soient trois fois plus représentés dans la population étudiante que parmi les jeunes actifs de 18 à 24 ans. L’aide financière de la famille est centrale dans le budget des étudiants. Des rapports, a émergé l’idée de permettre à tout un chacun de se former tout au long de la vie. Cette mesure viserait à lutter contre le déterminisme scolaire qui entrave la progression professionnelle d’une personne au cours de sa vie active. N’est-il pas fou qu’on demande à une personne de quarante ans quel bac elle a passé, comme si le parcours professionnel ne s’en tenait qu’à la formation initiale ?

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne.

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun. Yemmafouo Aristide. L’Harmattan, 2013. 264 p. 28€

41YaD0PdoLL

La croissance urbaine que connaît l’Afrique s’accompagne du passage de la ville compacte à la ville étalée. Aux marges des agglomérations, apparaissent des espaces périurbains. Peu étudiés, ils sont pourtant au cœur de l’urbanisation en cours. C’est là que se joue l’avenir de la ville africaine. C’est du moins l’hypothèse que fait Aristide Yemmafouo, enseignant-chercheur en géographe à l’Université de Dschang (une ville de l’ouest du Cameroun), qui publie ici le premier ouvrage sur les espaces périurbains africains. Ce texte est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenu en 2009.

Lire les espaces périurbains africains n’est pas aisé car l’armature conceptuelle a disposition est occidentale et plus particulièrement française. Les espaces périurbains camerounais ne peuvent se comprendre qu’en les replaçant dans le contexte urbain africain (ville coloniale / ville nouvelle / ville spontanée et anarchique). L’urbanisation des villes africaines est le résultat de l’exode rural massif qui a eu lieu au lendemain des indépendances. La périurbanisation (apparue dans les années 1980) s’explique par un double processus :

–  la gentrification des centres urbains petit à petit réservés à la nouvelle bourgeoisie.

–  le désir d’avoir un chez-soi partagé par les classes moyennes, qui trouvent en périphérie un accès au terrain plus aisé.

L’installation dans le périurbain ne se fait pas directement : le rural s’installe d’abord en ville puis quitte celle-ci au profit des espaces périurbains. Ces ménages pratiquent une double activité (commerce et agriculture – le « vivrier marchand »). Ils se rendent à la ville grâce à des petites motos chinoises.

La question foncière est centrale pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. Elle fait la spécificité du périurbain africain. Dans les pays occidentaux, la périurbanisation s’explique surtout par le développement des transports et plus généralement l’accessibilité des espaces périphériques même si la question foncière n’est pas négligeable. En Afrique, prendre en compte le statut de la terre est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. La propriété foncière, comme on la connaît dans notre pays, n’existe pas. La terre appartient à un groupe qui la reçoit du représentant de l’ancêtre fondateur de la chefferie (droit coutumier). La terre ne se vend pas. Elle est un outil de production et de reproduction sociale. Cette conception foncière traditionnelle se heurte au droit moderne (droit écrit) et c’est pourquoi de nombreux propriétaires périurbains ont fait immatriculer leurs terres afin de faire valoir leurs droits sur celle-ci (obligation de prouver que le terrain est occupé avant 1974 et qu’il est mis en valeur). Ces propriétaires périurbains sont accusés d’alimenter la spéculation en refusant de céder leurs terres actuellement. Ces mesures entrent en opposition avec la loi foncière camerounaise qui autorise tout Camerounais à s’installer où il veut !

Cet imbroglio juridique est particulièrement exploité dans cet espace d’entre-deux qu’est le périurbain. « (…) Les acteurs exploitent plutôt les faiblesses de la législation foncière et urbanistique en vigueur pour établir leurs propres lois. » (p. 99) La mise en place progressive de l’immatriculation des terrains permet leur cession. Ce sont les jeunes autochtones qui vendent des parcelles à des jeunes allochtones afin de récupérer des fonds (financement d’études, achat d’un fonds de commerce…). Cela doit tout de même se faire avec l’accord du chef de la chefferie (qui à l’occasion reçoit des cadeaux). Des promoteurs privés peuvent aussi acquérir des parcelles afin de répondre à la demande en logements des urbains. Ils se substituent à des structures parapubliques chargées de ces prérogatives au nom de l’Etat mais dont l’action est inefficace. Le rôle de ces promoteurs est à relativiser en raison de l’importance de l’auto-construction. En dehors de ces transferts de propriétés, il existe un grand nombre de situations intermédiaires : location et prêt de terrain à des fins agricoles (en attendant que le propriétaire ait réuni assez d’argent pour construire sa maison), location et logement gratuit (dans le cadre de solidarités familiales) en échange de son entretien.

Ces mutations foncières ont des répercussions paysagères. Les maisons sont de plus en plus réalisées en dur et celles en brique de terre disparaissent. Elles témoignent de la richesse de leurs habitants et sont identifiées comme telles par le voisinage. Les espaces périurbains présentent un urbanisme très divers (lotissement planifié, habitat informel) où l’agriculture tient une grande place  (jardin de case, maraîchage, élevage, agroforesterie : avocatier, safoutier, goyavier…). Une façon de garder « un pied dedans, un pied dehors » (Chaléard et Dubresson, 1989).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent

13862301602_SH255_258

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent. Sciences Humaines, Numéro spécial, janvier 2014.

Les fins d’année sont propices à faire des bilans. Sciences Humaines n’y déroge pas. Le parti pris ici est de proposer à ses abonnés et à ses lecteurs en général une sorte de reader digest des 200 livres qui ont compté au cours des treize dernières années. La lecture de ce numéro spécial doit permettre de faire le point sur les idées qui ont marqué ce début de XXIème siècle. « Ce numéro vise à lutter contre l’usure du temps et prendre la mesure des évolutions en cours. Il s’inscrit dans une optique du « développement intellectuel durable » – ni course incessante à la nouveauté, ni retour aux éternels classiques -, mais un travail permanent pour approfondir et accroître notre savoir sur le monde. »

Parmi les 200 titres retenus, beaucoup ont d’ors et déjà joué un rôle central dans l’histoire des idées et plus modestement dans nos disciplines : Le cygne noir de Nassim N. Taleb, Effondrement de Jared Diamond, Géohistoire de la mondialisation de Christian Grataloup, The box de Marc Levinson, Les classes moyennes à la dérive de Louis Chauvel, Du village à la ville de Doug Saunders, pour n’en citer que quelques-uns. Parcourir ce numéro, c’est aussi prendre la mesure de toutes les lectures indispensables que l’on n’a pas faites ! C’est se mettre à rêver de disposer de davantage de temps pour lire et se former. Vision utopique en ces temps de révision des missions du métier d’enseignant !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Vers un nouveau monde

Vers un nouveau monde. Les grands dossiers des Sciences Humaines. N°33. Janvier-février 2014.

2d7a3d3424b3e8ea087ed4068189c5a4

 « Ce nouveau Monde appelle un effort de synthèse pour être compris. Le grand défi des sciences humaines du XXIème siècle sera de penser globalement ses mutations. L’enjeu n’est rien de moins que d’infléchir sa trajectoire vers le meilleur, de léguer à nos enfants un futur qui devra prolonger et améliorer les acquis sans précédents dont nous jouissons aujourd’hui. » Ainsi s’achève l’éditorial de Laurent Testot, journaliste au magazine Sciences Humaines, qui a coordonné ce dossier fort intéressant sur la mondialisation et notre société en général.

Les contributions ou interviews de géographes (Sylvie Brunel, Michel Lussault), de géopoliticiens (René-Eric Dagorn), d’économistes (Jeremy Rifkin), de sociologues (Julien Damon), de philosophes (Marcel Gauchet) sont rassemblées ici pour nous aider à penser le monde qui nous entoure. Un Monde avec une majuscule comme nous invite à le considérer Michel Lussault qui veut rompre avec une « vision continuiste de la mondialité » et insiste sur « la radicale nouveauté du Monde comme espace social à l’échelle globale », innovation qui justifie selon lui l’emploi de la majuscule. La clé de lecture de notre Monde n’est pas la mondialisation mais l’urbanisation qui a modifié profondément nos sociétés. La mobilité a, elle aussi, changé en profondeur les sociétés. L’hyperspatialité (la capacité à se connecter en tout lieu à tout lieu) n’a pas encore révélé tous ses ressorts. « Songez qu’il y a encore dix ans, les Smartphones, les tablettes et tous les autres outils numériques dont nous ne pouvons plus nous passer n’existaient pas encore ! »  Michel Lussault estime qu’il faut cesser de penser le Monde d’aujourd’hui avec des outils conceptuels d’hier (ceux du XIXème siècle). Le Monde d’aujourd’hui doit être lu à travers trois paradigmes : l’urbanité, la mobilité et la vulnérabilité. Pour lui, l’échelle étatique a vécu et il faut inventer autre chose : « « un parlement urbain » qui donnerait une voix à des représentants de ces aires urbaines qui comptent tant aujourd’hui, et un parlement de la Terre » qui pourrait être le lieu où les questions de nature mondiale seraient traitées. » Cette analyse décoiffante, accompagnée de propositions, montre, s’il en était besoin, que les géographes ont beaucoup à apporter à la lecture de notre Monde.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Précis de photographie à l’usage des sociologues.

27000100786660L

Précis de photographie à l’usage des sociologues. Sylvain Maresca et Michaël Meyer. Didac sociologie. PUR, 2013. 109 p. 10€

Voici un petit livre bien utile pour qui s’intéresse à la photographie et pour qui s’interroge sur la manière de l’intégrer à sa recherche et à son enseignement dans le secondaire. S’y trouve une réflexion sur le médium que constitue la photographie et sur toutes les méthodes possibles et imaginables qu’on peut en faire. Ce petit traité est l’œuvre de deux sociologues : un professeur et un jeune docteur, tous deux adeptes de la sociologie visuelle. Ils prônent, avec brio, l’usage de la photographie dans les sciences sociales.

La vieille histoire de la photographie dans les sciences sociales

La première partie de l’ouvrage rappelle que des sociologues, des ethnologues et des anthropologues se sont très vite emparés du médium photographique dont l’apparition a coïncidé avec l’émergence de leur discipline. Toutefois, l’usage de la photographie était surtout illustratif. Au début du XXème siècle sont parues des monographies (voir l’ouvrage de Trasher sur les gangs de Chicago en 1927) ou ont été organisées des expositions de ces photographies qui ne trouvaient pas toujours leur place dans les publications savantes (voir à ce propos l’ouvrage de Benoit De l’Estoile). C’est Douglas Harper (avec son étude sur les vagabonds du NO américain, 1976) qui engage un véritable tournant dans la manière de considérer la photographie en sociologie. En 1981 est mis sur pied le réseau de l’International Visual Sociology Association (IVSA), principale structure qui regroupe tous ceux qui travaillent dans le domaine de la sociologie visuelle. Cette dernière est définie ainsi par Harper comme « l’usage de la photographie, du film et de la vidéo pour étudier la société, et l’étude des artefacts visuels d’une société. » Malgré les efforts de diffusion et de vulgarisation de cette approche, force est de constater que « l’université (…) maintient un certain analphabétisme dans le domaine du langage iconographique. » (Mattioli, 2007).

Faire de la sociologie « sur, avec et en » images

 Il existe trois usages de la photographie en sociologie :

–       La recherche sur les images (la sémiologie et l’iconographie) doit beaucoup en France aux travaux de Laurent Gervereau. Les photographies sont considérées comme « les traces d’une activité sociale, leur étude nous renseigne sur cette activité et sur les procédés de construction du sens dans les champs sociaux où elles sont produites et circulent. » (p. 25).

–       Faire de la sociologie peut aussi consister, par le biais de la photographie, à récolter des données et à analyser des phénomènes sociaux. La photographie devient un outil de recherche. Elle peut être réalisée par le chercheur lui-même, par un photographe professionnel ou bien encore par les enquêtés eux-mêmes. De nombreuses questions se posent sur les usages des photographies récoltées et sur leur interprétation. L’ouvrage se concentre davantage sur les dispositifs à mettre en œuvre que sur les méthodes d’interprétation et laisse le lecteur sur sa faim.

–       Il s’agit dans ce troisième cas de figure de restituer une recherche par l’image. C’est dans ce domaine que les marges de manœuvre sont les plus limitées. L’écrit prime encore sur le visuel et toute recherche ne peut se limiter à la fabrication d’un film ou d’un recueil photographique sans un support textuel. Si une thèse de doctorat (portant sur le cinéma) peut consister en la production d’un documentaire, les instances universitaires actuelles ne sont pas prêtes à accepter qu’elle s’y limite. Un volume écrit est exigé.

La photographie : une solution passe-partout ?

Au-delà de la question du droit à l’image, du consentement éclairé des enquêtés, il est indispensable pour le chercheur de mener une réflexion sur l’utilité de cette démarche. « Les images ne sont pas intéressantes pour tout, ni dans les sciences sociales, ni ailleurs. Vouloir imposer leur usage, sans considération pour les spécificités de l’objet d’étude et de la situation d’enquête, ne peut que conduire le chercheur vers des difficultés dans les analyses et dans ses justifications ultérieures de l’apport des usages. » (p. 82) Si la multiplication des moyens mis à notre disposition et à celle de nos élèves (appareil photographique numérique, téléphones portables) ainsi que la diffusion d’images par le biais de diaporama facilitent l’usage de la photographie comme support pédagogique, il ne faut pas perdre de vue les objectifs que l’on cherche à atteindre avec. Pour alimenter notre réflexion, la visite de deux sites consacrés à la sociologie visuelle s’impose. Le premier est un média scientifique collaboratif, proposé par le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS), qui héberge notamment le carnet de recherche visuel de Sylvain Maresca.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La marge

9782343013466FS

La marge. Philippe Josserand et Françoise Le Jeune (dir.). L’Harmattan, Logiques sociales, 2013. 194 p. 20,50€

C’est à Nantes en mai 2012 qu’a été organisée la journée des sciences de l’homme consacrée à la marge. Sous la direction de Philippe Josserand (maître de conférences en histoire du Moyen Age à Nantes) et Françoise Le Jeune (professeure d’histoire et de civilisation nord-américaine et britannique à Nantes), les actes de cette journée sont publiés et permettent ainsi, à défaut d’avoir pu y assister, de prendre connaissance de cette riche journée.

La marge est un mot qui prend le sens de figure du dehors ou de l’entre-deux au XXème siècle. Elle s’inscrit dans la dialectique centre / périphérie. Les articles du volume qui traitent de cette question sont particulièrement variés et couvrent plusieurs domaines des sciences humaines et sociales. Globalement, ils montrent que la marge « devient souvent l’épicentre de mouvements révolutionnaires ou culturels, de dynamiques sociales, politiques, géographiques ou historiques qui déstabilisent le centre ou en révisent la norme » (p. 12).

La diversité l’emporte dans les sujets des contributions publiées ici : de la marge sur la feuille de papier (ou sur les tablettes tactiles) à la place des sanatoriums dans l’espace (excellent article de Stéphane Henry), en passant par la liberté de parole dans les asiles psychiatriques de la RDA ou bien encore par l’analyse des discours des militants anti-OGM. Par la place des handicapés dans l’espace public (très bonne analyse de Mathilde Mus, doctorante en géographie au Havre) ou la prise en compte par les instances internationales du cas des « petits » Etats, il semble que la marge devienne un centre. L’article de Christian Le Bart, professeur de sciences politiques à Rennes, est lumineux. Il décrypte les stratégies des hommes politiques qui font fréquemment valoir leur position marginale pour se rapprocher du peuple afin que celui-ci se sente plus près d’eux. Cette analyse se fait à partir des autobiographies écrites par les hommes politiques. Si la marginalité des débutants peut se comprendre sans peine (excellente analyse du livre de Bernard Laporte, Un bleu en politique, 2009), cette posture mise en avant par Laurent Fabius ou Alain Juppé dans leurs ouvrages des années 1990 (Fabius, Les blessures de la vérité, 1995 – Alain Juppé, La tentation de Venise, 1993 et Entre nous, 1996) amuse notre politologue et sa lectrice. On trouve une revendication de la marge partout ! Même parmi ceux qui ont rempli de hautes fonctions politiques, une fois leur heure de gloire passée. La posture de victime fait vendre !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes