Archives par mot-clé : Christophe Guilly

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Le dictionnaire des sciences sociales.

C_Le-Dictionnaire-des-sciences-sociales_5181

Le dictionnaire des sciences sociales. Jean-François Dortier (dir.) Sciences Humaines Editions, Auxerre, 2013. 459 p. 17€.

En 2004 paraissaient aux éditions Sciences Humaines le gros volume : Dictionnaire des Sciences Humaines (875 pages, 49€) sous la direction de Jean-François Dortier, rédacteur en chef de la fameuse revue. Dès 2008, le gros dictionnaire a fait des petits et a été décliné en poche sous différentes thématiques.  Une formule plus pratique, moins encombrante pour qui aime lire dans les transports.

Les articles reprennent ceux qui sont présents dans le gros volume. Isabelle Mouton, la graphiste de Sciences Humaines, a pris le parti de mettre à part les notices biographiques dans un cahier grisé. L’essentiel de l’ouvrage est composé des articles portant sur les notions et les concepts. Le texte est très accessible. Les journalistes de SH sont les chevilles ouvrières de ce dictionnaire ou du moins celui de la première édition (Sylvain Allemand, Martine Fournier, Evelyne Jardin, Xavier Molénat, Jean-Claude Ruano-Borbalan…). On cherchera en vain leurs noms dans la formule de 2013.

Les notices publiées dans le volume de 2013 ont été actualisées. Ainsi, l’article Banlieue propose en pistes bibliographiques l’ouvrage de Christophe Guilly : Fractures françaises. 2010. Idem pour la longue notice consacrée à la ville : Michel Lussault. L’avènement du monde. Essai sur l’habitation de la planète paru en 2013. L’article Péri-urbain demeure toutefois daté. S’il prend bien en compte le zonage en aires urbaines, la présence du tiret dans le mot témoigne d’une acception davantage anglo-saxonne que française, basée sur le modèle centre-périphérie. Aujourd’hui, les géographes ont montré l’émergence de polarités secondaires qui relativisent la dépendance de ces espaces au pôle urbain central. Le périurbain n’est plus un espace sous dépendance mais un espace où s’opère une hybridation entre la ville et la campagne. Les créations d’emplois dans ces zones témoignent du dynamisme de celles-ci. La vision de villages-dortoirs, si elle existe encore, doit être diversifiée.

Au-delà de ces réserves, ce volume est très utile et constitue une bonne mise en bouche pour aborder des notions et des concepts en sociologie. A conseiller pour les étudiants comme pour les lycéens.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Le périurbain, France du repli ?

arton2318-8a8a7

Selon certains géographes, si le vote Front National est plus prononcé dans les territoires périurbains qu’ailleurs, c’est parce que ces espaces favorisent le repli sur soi, contrairement à la ville où domineraient mixité sociale et ouverture d’esprit. Cet article remet ce partage en question, à partir d’une enquête menée en grande banlieue.

Article à télécharger sur

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130528_periurbain.pdf 

La réponse de Jacques Lévy :

Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130539_levy.pdf

Tous périurbains !

Tous périurbains ! Esprit, mars-avril 2013. 239 pages. 20€

2013_3_4A contre courant de la presse nationale (cf Télérama Halte à la France moche   ou bien encore Loin des villes, un rêve qui tourne mal), Olivier Mongin et Jacques Donzelot ont concocté un dossier consacré aux espaces périurbains afin d’offrir à leurs lecteurs des éléments de réflexion objectifs. Ceux-ci doivent permettre de ne pas alimenter les clichés sur les habitants des zones périphériques. Non seulement, ces derniers voteraient pour l’extrême droite mais seraient responsables du changement climatique à cause de leurs navettes automobiles quotidiennes ainsi que de la mise en place d’une société égoïste en raison de leurs habitudes individuelles ! Rien que cela !

Les coordinateurs du dossier ont fait appel à des « pointures » du périurbain et de l’urbain en général : Christophe Guilly, Laurent Davezies, Jean Rivière, Marie-Christine Jaillet, Jean-Michel Roux, Cynthia Ghorra-Gobin, Michel Lussault… Ces contributeurs aident à penser qu’il faut cesser de voir ces espaces avec les grilles de lecture d’hier. « Le village d’hier est fini et nous le réinventerons que comme des « néo-urbains » (p. 22). Il faut donc cesser de lire le monde selon le modèle centre-périphérie. L’urbain est généralisé.

Si l’interview (celle de Christophe Guilly et de Laurent Davezies) qui ouvre le volume va plutôt dans le sens des idées reçues véhiculées par les médias, l’article de Jean Rivière est décapant. Il retrace l’historique de l’amalgame vote d’extrême droite et périurbain. Il décortique les chiffres en bon spécialiste de la géographie électorale et relativise ceux-ci. Il va même jusqu’à en nier l’impact, selon l’échelle d’analyse retenue : « (…) Il faut veiller à ne pas surinterpréter le vote de la plupart des acteurs sociaux, autrement dit, à ne pas déduire un système de valeurs stable d’un choix électoral ponctuel. » (p. 44) Cette première partie est donc très stimulante à lire par les points de vue différents qu’elle présente autour de la question : le périurbain, terreau du populisme ?

Les articles rassemblés sous le chapeau : Comment peut-on être périurbain ? ne sont pas inintéressants mais ils sont moins novateurs. Beaucoup de choses très connues sont reprises par les auteurs à propos de l’émiettement social, de la fermeture de certains lotissements… L’article de deux hauts-fonctionnaires (Aurélien Rousseau et Hugo Bevort) sur la banlieue retient l’attention. Il est très riche. Consacré à la banlieue, il aurait donné de nombreux éléments aux étudiants candidats au CAPES 2013 qui ont eu à plancher sur les banlieues en novembre 2012. Trop tard !

La dernière sous-partie : Tous urbains ! est sans contexte la plus stimulante. Jean-Michel Roux, dans la lignée du Forum Vies mobiles (Les mobilités durables dans le périurbain, est-ce possible ? ), part du constat : « Nous sommes tous urbains » (p. 111) et décrypte le périurbain comme un élément constitutif de l’urbain même si les institutions de gestion de l’aire urbaine demeurent bien inefficaces selon son point de vue. Cynthia Ghorra-Gobin entame son article sur une réflexion sur l’échelle de l’aire urbaine et sur la nécessité qu’elle soit prise en compte par les gestionnaires de l’urbain. Aux Etats-Unis, une nouvelle tendance émerge et laisse espérer que « la traditionnelle opposition entre ville et suburbain (drivable suburbs et walkable places) » (p. 128) est en train de s’effacer : « Des promoteurs perçoivent ainsi une demande de logements et de bureaux situés dans des walkable places, soit des espaces d’urbanité que l’on peut retrouver aussi bien dans la ville centre que dans les banlieues. » (p. 127) Les populations revendiquent un droit d’accès aux espaces publics. Dans un contexte où « (…) la périphérie urbaine s’est imposée comme un paysage majeur du Monde, au même titre que le centre. »  (p.131), où l’automobilité « permet aux humains de rendre habitable un urbain si massivement péridispersé » (p.132), cette tendance est plutôt rassurante. Intégrer les espaces ouverts (bois, champs) à l’aire urbaine est donc essentiel, rappelle Michel Lussault. Ils doivent être inclus aux systèmes urbains qui sont de plus en plus multipolaires.

« Il est donc plus que temps d’accepter de considérer que le périurbain constitue désormais à la fois un modèle de spatialisation des réalités sociales et un genre de vie dont il importe de tenir compte, quoi qu’on pense des pratiques et des valeurs qu’il exprime, et dont il va s’agir d’inventer une politique » (p. 143)

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes