Archives par mot-clé : chez-soi

Habiter. Un monde à mon image.

9782081281974FS

«  (…) Habiter, c’est tracer des lignes et dessiner des surfaces, c’est écrire sur la terre, parfois en de puissants caractères et y laisser des images. On appellera cela géographie. Et ce n’est rien d’autre que de transformer la surface de la Terre en une sorte de grande demeure, en un intérieur universel. » (p. 10) Le philosophe et historien Jean-Marc Besse offre ici un magnifique texte sur Habiter. Tout en délicatesse, cette réflexion générale sur notre manière « d’être quelque part » constitue une magnifique introduction au Festival International de Géographie 2014, consacré à Habiter la Terre.

Comme le disait Gilles Deleuze (1996), habiter est plus une question de géographie que d’architecture. Si habiter fait référence au lieu « où on peut confier son sommeil » (Lévinas), cette fonction ne se limite pas à l’espace intérieur mais aussi à l’extérieur. L’entretien des lieux participe de l’habiter et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste américaine Mierle Laderman, en 1969, a développé une « œuvre autour et à partir du concept d’entretien (maintenance), dans le cadre d’une démarche qui, partant d’une interrogation domestique, s’est élargie aux problématiques de la préservation de l’espace public et de son environnement. » (p. 25)

Comprendre l’Habiter exige de réfléchir aux « espacements » (p. 40), à « un réglage des proximités et des distances » (p. 43) mais aussi aux porosités entre espace intime et espace public, dont le seuil est le lieu par excellence où se joue ces limites dans le cadre du voisinage. « Habiter, c’est d’abord s’installer dans un système d’échanges métaboliques à la fois fonctionnel, affectif, symbolique, entre les lieux, les êtres et les choses qui peuplent ces lieux et qui, très exactement, les occupent. » (p. 130). C’est pourquoi déménager n’est pas anodin puisqu’il va falloir reconstituer ailleurs ce que l’on avait construit ici : un chez-soi, un espace incarné où l’individu tient une place centrale.

Cela ne veut pas dire, pour autant, que les lieux de la mobilité ne sont pas des lieux habités. « La reconnaissance du déplacement comme fait spatial fondamental et de l’originalité de l’habiter mobile signifie que je peux faire une maison sans nécessairement avoir des liens immémoriaux avec le sol où la maison s’édifie. » (p. 209) Il est donc possible d’être chez-soi à l’étranger même si « Habiter comme étranger c’est, par conséquent, rester dans une certaine distance avec le monde nouveau dans lequel on habite pourtant. » (p. 217). C’est toute la différence entre se loger et habiter.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé.

Trente-six manières d’être chez soi. Un art de vivre universel et menacé. Jacques Pezeu-Massabuau. L’harmattan, 2014. 219 p. 23€

9782343016160r

Le géographe, maître de la maison, a encore frappé ! Voilà que le dernier essai  de Jacques Pezeu-Massabuau vient de paraître aux éditions L’Harmattan. Ce spécialiste de l’anthropologie de la maison, résidant au Japon depuis la fin des années 1950, publie ici son dix-septième titre sur une thématique qui a quasi-exclusivement occupée sa carrière.

Le sous-titre laisse présager un discours alarmiste sur notre mode d’habitat actuel comme le confirment les premières pages : « notre habiter évolue vers le plurilocalisme où l’entraîne l’évolution de l’économie et qu’autorisent des transports sans cesse plus rapides : en somme, que la déconstruction actuelle de l’espace humain vers la surrection d’un éventuel chez-soi planétaire rend chaque jour moins prégnant l’espace domestique où chacun exerce son moi et tente de le préserver » (p. 11). A l’encontre de cette uniformisation, Jacques Pezeu-Massabuau engage une entreprise de recensement illustré des modes d’habiter qui coexistent (ou feignent de coexister) encore aujourd’hui.

Si « le chez-soi embrasse tous les abris de l’homme – de la hutte au palais – et exprime un rapport de même nature entre chacun d’eux et son occupant, relation d’intériorité que disent encore foyer ou home. » (p. 13), il rend vraiment compte de la relation personnelle entre la personne et sa demeure – un lieu – et est en cela que c’est un objet éminemment géographique. Aux excellents développements présentés dans les précédents ouvrages publiés par l’auteur (tels que La maison, espace social. PUF, 1983 ou bien encore La maison, espace réglé, espace rêvé. Reclus, Montpellier, 1993) s’ajoute ici une sorte d’inventaire de l’habitat dont la lecture peut s’avérer assez peu stimulante. Si l’idée de décrire 36 manières d’être chez-soi (habiter un palais, une automobile, l’hôtel) est attirante, elle se heurte rapidement au fait que trop souvent ces modes d’habiter n’ont plus cours aujourd’hui (l’izba russe, l’évi turc, le siheyuan chinois,…) ou du moins plus sous leur forme traditionnelle. Que penser aussi du rapprochement dans un même chapitre des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires au motif qu’il s’agit d’habitat en série ! « (…) L’autre « grand ensemble » qu’est le lotissement pavillonnaire : ici et là, règnent la similitude – bâtiments,  façades, plans – dans un paysage absent et une société où l’on s’ignore quand on ne s’y querelle pas, en dépit d’une forte homogénéité sociale (…) » (p. 127) L’uniformisation du chez-soi et l’habitat poly-topique (Mathis Stock, 2006) de l’habitat constituent pour l’auteur le risque majeur qui menace nos modes de vie avant de conclure sur une citation de Montaigne : « l’âme qui n’a point de but établi, elle se perd : car ce n’être en aucun lieu que d’être partout. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes