Neoruro

Neoruro

Vous voulez lire de belles histoires ? Alors plongez-vous dans Néoruro ! Le nouveau magazine en kiosque dédié aux candidats à la néo-ruralité. Vous ne serez pas déçus et votre envie de plaquer la ville sera confortée !

Ainsi, vous lirez l’histoire de Frédéric, journaliste de Télématin ayant repris un restaurant en Indre-et-Loire, celle d’Antoine, communiquant et Hanh-Claire convertis au maraîchage et à l’agritourisme, celle de Florelle, responsable d’un centre de formation et d’apprentissage et Damien, caviste indépendant devenu salarié chez Leclerc mais aussi celle d’un groupe de copains ayant acheté en commun un hameau dans la Sarthe et mais également l’histoire de Samuel et Coraline des Domiens revenus en Martinique après un séjour prolongé en Île-de-France. Autant d’histoires, autant de profils de néoruraux récents.

À la question, est-ce que ce transfert marche ? Le journal rassure le lecteur en lui racontant l’histoire de néo-ruraux installés depuis plus de 10 ou 20 ans et parsème le magazine de conseils pratiques à la façon d’un guide de voyage. C’est plutôt bien fait et convaincant. Même la question des adolescents transplantés grincheux est abordée ! À chaque fois, ce qui frappe, c’est que, même si la vie n’est pas toujours rose, après la tempête vient l’éclaircie. Il suffit de laisser le temps faire son œuvre. Cet optimisme forcené  en devient suspect au fil des pages. Il faut dire que ceux pour qui cela n’a pas marché ne sont plus là pour témoigner !

Au-delà de ces belles histoires, que retenir de ce nouveau magazine ? Des interviews d’élus (maires, président de conseil départemental) permettent d’aborder la question des conflits d’usage (le fameux coq Maurice) et d’en relativiser leur importance. Se trouvent également dans la deuxième partie du magazine des interviews d’auteurs d’ouvrages traitant des espaces ruraux et de la néo-ruralité. Celles-ci mettent en perspective ce phénomène. Guillaume Faburel (Pour en finir avec les grandes villes, manifeste pour une société écologique post-urbaine, 2020) prévient : « Quitter la ville sans changer sa manière de consommer, ça n’a pas de sens ! ». Toutefois, le dossier sur les villes moyennes laisse perplexe ! Aix-en-Provence, ville moyenne ! Je ne voyais pas les choses sous cet angle ! De même, le télétravail mis en avant dans l’article qui lui est consacré montre ses limites au sein même du volume avec l’infographie consacrée à la couverture compliquée du territoire par le réseau numérique.

À noter : ce magazine destiné aux Parisiens, candidats à l’exode urbain (aucune autre métropole n’est traitée dans ce premier opus), ne comporte quasiment pas de publicité, à l’exception d’un encart pour Engie et l’énergie solaire et une quatrième de couverture consacrée au coût carbone d’un TGV comparé à l’usage de la voiture. Énergie verte et transport en commun, des thématiques qui renvoient à la fibre écologique supposée des candidats, invités dans le dernier article à se mettre au jardinage et à participer à l’activité du Conservatoire des légumes anciens du Béarn. Le magazine donne rendez-vous aux candidats à la néo-ruralité dans un salon à l’automne dans la grande Halle de la Villette. Cela peut être une bonne idée pour éviter les déconvenues liées à un engouement passager non réfléchi avec un véritable projet professionnel à la clé. Les acteurs de territoires ruraux ont leur carte à jouer en fédérant et accompagnant ces nouveaux arrivants.

© Catherine Didier-Fèvre