Bordeaux. Au-delà des Chartrons.

Hubert Prolongeau. Collection L’âme des peuples, Edition Nevicata, Bruxelles, 2016. 9€.

Les éditions Nevicata recèle des merveilles dans leur collection L’âme des peuples. Ces petits opus présentent en 90 pages ce qu’il y a à savoir sur une ville, une région, un pays. Un journaliste essayiste est chargé de faire le tour de la question avant d’interviewer des références sur l’espace en question. Pour le cas de Bordeaux, Anne-Marie Cocula, professeure d’histoire moderne à Bordeaux 3, François Dubet, le sociologue de la jeunesse et de l’école et Hervé Le Corre, un des grands noms du polar français sont amenés à porter un regard sur la ville qu’ils habitent. C’est passionnant, précis, stimulant. Voilà un bel outil pour aller au-delà de l’image de Bordeaux, belle endormie réveillée il y a 20 ans par des travaux de rénovation et de réhabilitation, et de quelques symboles (le vin, la « bourgeoisie », les souvenirs de l’esclavage), et comprendre pourquoi et comment cette ville est devenue une des destinations préférées de week-end.

L’ensemble n’a rien d’un guide touristique : pas de promenade guidée mais une présentation très personnelle d’un lieu mobilisant de nombreuses références. Le rapport des 3 M (Montaigne, Montesquieu, Mauriac) à la ville est analysé pour comprendre l’image de tolérance véhiculée par la ville mais également celle d’une ville où l’entre-soi bourgeois domine encore (via des cercles très fermés, tels que le club de tennis Villa Primrose depuis 1897). Les épisodes marquants de l’histoire de Bordeaux sont rappelés tels que le scandale lié au trafic de vin d’Algérie en 1973 ayant touché le grand négociant Lionel Cruse des Chartrons mais aussi l’empreinte laissée par les 48 années de règne de Chabans-Delmas et le rôle joué par Alain Juppé ayant redonné son lustre à la ville sale et triste. L’ensemble est remis dans le contexte vinicole, ayant marqué l’espace dès le début de notre ère, l’essor des superficies viticoles sous l’occupation anglaise avant les crises de surproduction des années 1980, puis le rachat de châteaux par des investisseurs chinois. Les emblèmes du renouveau (tramways, la cité du vin, la gentrification des quartiers centraux et des bassins à flots) et ses limites (l’étalement urbain de la CUB et ses encombrements routiers) ne sont pas éludés.

Cette collection, vendue au rayon des guides touristiques, mérite d’être connue des géographes qui y trouveront matière à alimenter leur connaissance du terrain et à enrichir leur commentaire de carte topographique. Changez vos habitudes, allez butiner au rayon Voyages !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Grandir, drôles de familles

 

 

Extraits du Monde du 30/03/2018

Des parents qui ne veulent pas vieillir

La génération 68 n’avait eu qu’un rêve : larguer ses « vieux », ceux qui parlaient encore de la guerre et des privations, votaient de Gaulle et ignoraient tout du rock et de l’amour libre. Dans Les Valseuses, production-culte des seventies, Jacqueline, 16 ans et le visage frais d’Isabelle Huppert, échappait à une famille effrayante qui, avec ses pliants pour la plage et sa DS, paraissait d’un autre siècle. Quand d’un coup la jeune fille courait, légère, vers Depardieu et Dewaere, voyous baroques et sans attaches, tout le public de l’époque avait le sentiment d’avoir sauté comme elle le mur d’une prison.

La famille n’est plus un problème aujourd’hui. Mieux, elle est citée parmi les éléments les plus importants aux yeux des jeunes Français, mais aussi des jeunes Européens. Les parents jouent un rôle d’intendance affectueuse, qui finance, console, répare. Une sorte de valeur refuge.

Ce n’est pas pour déplaire à la génération d’avant, celle née dans les années 1960 et 1970 qui, pas plus que les soixante-huitards, ne s’imagine vieillir. Sur scène, devant nous, « maman » n’existe pas, même si on imagine son affection inquiète. Dans la publicité, en revanche, là où les parents sont encore aux commandes, les mères se distinguent à peine des filles à côté desquelles elles posent. Au cinéma, elles ont l’allure juvénile de Sophie Marceau, en jean et Converse, et, lorsqu’elles découvrent un joint dans la chambre de leur ado, elles le fument le soir même avec leurs copines.

Ce n’est pas forcément si loin de la réalité. « C’est vrai que “vieux cons” n’est plus une expression qu’on emploierait pour nos parents », reconnaît Agathe Charnet, l’auteure de Rien ne saurait me manquer. Les goûts sont moins tranchés. Lors de ses débuts, le youtubeur star Norman, tête d’adolescent attardé et sketchs rudimentaires, se filmait dans une chambre qui aurait pu être celle de son père au même âge, poster de Jim Morrison à 20 ans compris. Bien sûr, le rap est venu rétablir une distinction entre générations que le rock avait rendue plus floue, mais aujourd’hui l’écart culturel est plus mince entre un jeune urbain de 20 ans et son aîné âgé de 45 ans qu’il ne l’était à l’aube de Mai 68.

« Clopes et vin rouge dans le salon »

 

C’est comme si les rébellions qui ont tant nourri la littérature étaient passées. La famille est devenue aimablement libérale pour ses enfants. Les filles se rendent avec leur mère chez le gynécologue qui leur prescrira leur première pilule, les copains peuvent venir dormir à la maison, on les conviera pour l’apéro. « Il m’est arrivé de faire des soirées avec les parents d’une de mes amies et les amis de ses parents, clopes et vin rouge dans le salon », confirme Thomas, un étudiant bordelais de 22 ans. Tout juste faut-il expliquer aux parents pourquoi leur demande d’amitié sur Facebook est restée lettre morte, mais il n’est pas rare de les voir visiter avec leur progéniture l’appartement qui l’abritera bientôt avec ses « colocs », cette deuxième famille des jeunes urbains d’aujourd’hui.

Les aspirations sont-elles semblables pour autant ? « Pas du tout, assure Mathilde, qui a laissé, à 18 ans, sa famille dans un village du Sud pour venir étudier à Paris. J’ai souvent le sentiment que mes parents sont à côté de la plaque quant à mes aspirations existentielles. Ils rêvent pour moi de confort et de sécurité quand je voudrais juste partir six mois en Asie, sans autre projet que de vivre une expérience nouvelle. » Ce ne sont plus les goûts culturels qui diffèrent, c’est la vision du monde. Celle d’une génération élevée dans l’angoisse des chocs pétroliers et de la crise contre celle de ses enfants, nés à l’ère de l’instantanéité…

Les « millenials » vivent à cet égard une expérience inédite. Ils sont la première génération qui a quelque chose à apprendre à ses ascendants. Et pas n’importe quoi : les nouvelles technologies. Celles qui permettent d’entrer dans l’avenir. Applications, réseaux sociaux, il ne s’agit pas seulement de maîtriser la technique : ça, les « vieux » s’y sont mis tant bien que mal, comme le montre la vitesse à laquelle se sont popularisés le smartphone et l’usage familial d’Internet. Mais ils usent du Web comme d’un outil. Leurs jeunes, eux, doivent penser le monde à partir de lui. « Ils ne comprennent pas que je ne me projette pas à plus de trois mois, s’agace Armando, 22 ans, qui a terminé sa formation de plombier et que son père voudrait voir reprendre sa petite entreprise, près de Beauvais. Mais moi, je peux avoir envie de bosser à Lisbonne ou à Dubaï. Ces vies toutes tracées, ce n’est plus ce qui nous attire. »

Raphaëlle Bacqué