Jeunesse et classes sociales.

Jeunesse et classes sociales. Jean-Claude Chamboredon. Éditions Rue d’Ulm, 2015, 262 p. 22€

600_____couv chambosite_1871

Si Jean-Claude Chamboredon est bien celui qui a écrit l’essentiel des textes présents dans ce volume, c’est à Paul Pasquali qu’on doit leur réunion et leur publication. Sociologue, chargé de recherche au CNRS, il mène actuellement une recherche sur les enquêtes de terrain en France, dont une partie porte sur les méthodes élaborées par Jean-Claude Chamboredon. Il a été encouragé par Florence Weber, directrice de la collection Sciences Sociales et élève de Chamboredon, à constituer ce volume.

Chamboredon est un sociologue fameux qui a eu la mauvaise idée de vivre à la même époque de Pierre Bourdieu, aussi ses travaux sont moins connus que le plus médiatique des sociologues. Avant de se brouiller, Bourdieu, Passeron et Chamboredon ont écrit ensemble le Métier de sociologue, 1968 ouvrage ayant marqué l’histoire de la discipline.

L’œuvre de Chamboredon est marquée par « un fil rouge » (p. 18) constitué d’une sociohistoire des âges de la vie et des rapports de classe. Elle se singularise par rapport à d’autres œuvres (voir Edgar Morin, L’esprit du temps, 1962) puisque Chamboredon estime qu’il n’y a pas une culture adolescente uniforme mais que les classes sociales maintiennent des différences entre les jeunes en fonction du milieu dont ils sont issus. Cela lui apparaît d’autant plus vrai dans le contexte des grands ensembles : non seulement, il n’y a pas invention d’une société nouvelle dans cette nouvelle architecture (comme l’affirme Chombart de Lauwe) mais tous les jeunes des grands ensembles ne se ressemblent pas, comme l’étude de ceux-ci par le biais de la délinquance le prouve. Chamboredon s’inscrit en porte-à-faux avec le discours optimiste en voyant dans ces espaces tout sauf « la promesse de libération de l’aliénation du prolétariat, par la régénération des liens communautaires » (p. 26) comme aime à le penser Henri Lefebvre. Chamboredon appuie ses enquêtes sur la lecture des travaux Howard Becker sur les déviants (Outsiders, Étude de sociologie de la déviance, 1963). Il s’intéresse aussi dans un article consacré au « métier d’enfant » à la prime éducation et aux usages sociaux à la maternelle, comment les institutrices transmettent des normes sociales, des règles de comportement malgré la promotion du « être soi-même ». Il constate aussi, comme Bourdieu (La jeunesse n’est qu’un mot, 1978), l’allongement de l’adolescence sous l’effet du renforcement des divisions d’âge avant la vie adulte (petite enfance, enfance, préadolescence, adolescence, jeunesse…).

Ainsi, les six articles rassemblés offrent une vision synthétique de son œuvre. Les textes, à l’exception de celui tiré d’une intervention orale lors d’un colloque de psychiatres et de psychanalystes spécialistes de l’adolescence en 1983 sont très écrits et d’une lecture pas toujours aisée. Cela reste aussi des textes qui sont le reflet d’une époque, celle où les filles allaient à l’école « pour meubler une transition entre adolescence et mariage » (p. 47), une période où l’avortement comme l’homosexualité étaient un délit. Une époque pouvant sembler révolue alors que l’analyse de la délinquance qui en est faite peut permettre d’éclairer la situation actuelle de certains quartiers et montrer que celle-ci ne s’explique pas seulement par la présence de populations immigrées.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014.

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014. Francine Labadie (dir.). Paris, INJEP et Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, La Documentation française, 275 p. 21€.

couv_rapport3

Simultanément à la tenue du colloque éponyme paraît le rapport de l’Observatoire de la jeunesse. Un lot de consolation pour qui n’a pas pu assister à cet événement !

Contrairement au premier rapport paru en 2012, la question territoriale est au cœur de la réflexion : accès des jeunes aux ressources réparties sur le territoire, véritable espace de construction de leur identité individuelle et collective. La territorialisation de l’action publique en direction des jeunes, « entre recherches d’adaptation et de proximité, de délégation ou d’autonomie, de déclinaison ou d’innovation » (p. 14), interroge sur les différentes échelles de l’action publique. Le rapport est constitué de deux parties : la première faisant un état des lieux est une production propre à l’INJEP alors que la seconde partie fait appel à des universitaires présentant quelques études de cas issues de leur terrain de recherche, la partie politiques publiques ayant été essentiellement prise en charge par les chargés d’études de l’INJEP.

La première partie dresse un tableau d’ensemble en exploitant l’entrée territoriale. Elle invite à se demander : « Comment les inégalités intragénérationnelles s’inscrivent-elles spatialement ? Comment les territoires, et les disparités territoriales, impactent-ils les trajectoires juvéniles, les transitions vers l’âge adulte ? Les jeunes sont-ils égaux face à la mobilité, dans la construction de leurs spatialités ? » (p. 19). À partir de traitements statistiques et de l’exploitation d’une bibliographie abondante, les éléments constitutifs de la jeunesse apparaissent : une jeunesse surtout urbaine, de fortes inégalités d’accès et d’offre éducative dans le second degré, des concurrences territoriales conditionnant les parcours de formation dans l’enseignement supérieur, des discriminations d’accès à l’emploi en fonction des territoires, les mobilités permettant de s’affranchir en partie des contraintes.

La mobilité permet de s’affranchir des contraintes locales, elle influence la sociabilité des jeunes, leur rapport au territoire et leur parcours de vie en matière d’insertion sociale et professionnelle, comme le montrent Olivier David et Nicolas Oppenchaim. Le territoire peut à la fois être une épreuve ou une expérience dans le parcours de vie. « Qu’il s’agisse de jeunes vivant en milieu rural, de ceux qui sont originaires des Antilles françaises et qui vivent en métropole, ou encore des mineurs isolés étrangers, la multiplicité de leurs trajectoires migratoires (choisies, subies, espérées ou appréhendées) traduit bien la diversité des expériences territoriales. » (p. 170). Les politiques publiques œuvrant en direction de la jeunesse sont nombreuses et le millefeuille territorial entrave leur repérage par les premiers intéressés. « Autrement dit, si les effets de lieu existent bel et bien, la lutte contre les inégalités territoriales ne saurait être « que » territoriale, sauf à valider les inégalités, beaucoup plus profondes, qui ne doivent rien au territoire mais qui, pourtant, lui donnent forme. » (p. 116)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes