Désastres urbains. Les villes meurent aussi.

9782707179098

En librairie le 5 février 2015.

Quelle drôle de coïncidence !  Entamer la lecture du dernier ouvrage de Thierry Paquot lors du jeudi noir des transports[1] ! Le philosophe de l’urbain dénonce ici les dysfonctionnements des villes et même si son propos ne se centre pas spécifiquement sur les mobilités, elles ne sont pas tout à fait absentes de sa réflexion.

Il s’en prend aux « mégapoles déraisonnables » (p. 12), à ces « désastres urbains » (p. 25), et revendique une approche philosophique de l’urbain qui ne s’inscrive pas dans « l’habituelle histoire évolutionniste, itérative, linéaire » (p. 29). Son discours s’organise autour de cinq grands types urbains, révélateurs des maux des villes. La plume alerte et acerbe, il qualifie le grand ensemble de « bâtard d’une pensée technocratique du logement dit  « social » » (p. 33), le centre commercial du lieu de la « démocratie du caddie » (p. 135), le gratte-ciel de « roi du gaspillage » (p. 116) énergétique, la gated community de « non ville » (p. 140), le Grand Paris de « vieille idée, totalement dépassée » (p. 156).

Chaque chapitre se clôt sur une digression plus ou moins facile d’accès et qui amène parfois l’auteur à se demander : « Où me conduisent ces tours et détours ? » (p. 57). Il y ouvre des pistes qui mériteraient, pour certaines d’entre elles, d’être davantage creusées. Ainsi, en est-il de « l’adolescent et son insatisfaction » (p. 65) et de la réflexion trop succincte engagée à partir des propos d’Henri Maldiney : « L’adolescent ne veut pas être aimé, il veut être compris ». Il profite de ces digressions pour promouvoir des mobilités davantage durables, allant à l’encontre des grandes tendances développées à l’ « ère paléotechnique [2] (…) de la cité carbonifère » (p. 80) : points relais pour les livraisons de colis, développement des transports ferrés locaux et non des lignes à grande vitesse qui ne profitent qu’aux plus riches… mais aussi « création de villages urbains compacts, avec commerces, services et zones agricoles » (p. 117) et le développement du télétravail. L’exercice de prospective auquel se livre Thierry Paquot dans le chapitre consacré au gratte-ciel est délicieux : avec Jean Ancien construisant sa tour Phare à Brest en 2025, la nouvelle loi sur l’égalité des territoires de 2017 résumée dans le slogan « Tous les territoires sont égaux, certains plus que d’autres ! » (p. 123), mais aussi les horaires de travail organisés depuis 2018 en 3 x 8, 7 jours sur 7, « au nom de la liberté du commerce et du fun shopping » (p. 123).

La conclusion de l’ouvrage revient sur le parcours de Thierry Paquot et sur ce que représente ce livre dans son cheminement intellectuel : « une sorte de « tournant » » (p. 170). Il s’explique sur l’étrange fin de chacun des chapitres, s’achevant sur une phrase unique faisant le lien entre les lieux étudiés et « enfermement et assujettissement ». Enfermement ou comment « une petite société qui se replie sur elle s’apparente au contenu d’une Cocotte-Minute dûment fermée par un solide couvercle. (…) Pour le dire autrement, le confinement empêche le mélange ; or c’est celui-ci qui assure à une société sa richesse, son urbanité, sa diversité culturelle. » (p. 174). Assujettissement pour désigner une soumission ne résultant pas toujours d’une contrainte et permettant de « faire avaler la pilule ». Après avoir dénoncé les méfaits du gigantisme urbain, il veut croire que des issues sont possibles : la « cité-jardin » à d’Ebenezer Howard, le « village urbain » d’Émile Vandervelde, la « ville-territoire » de Piotr Kropotkine ou la « bio-région » de Patrick Geddes, Lewis Mumford et Alberto Magnaghi et réussit à nous convaincre que « small is beautiful » !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] suite à un arrêt de travail des conducteurs du RER A, le 29/01/2015.

[2] expression empruntée à Patrick Geddes.

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites.

L’université et ses territoires. Dynamismes des villes moyennes et particularités de sites. Rachel Lévy, Catherine Soldano et Philippe Cuntigh (dir.), Grenoble, PUG, 2015, 182 p. 29€

doc-prévente_Page_1-519x777

« Il était une fois » une toute petite antenne universitaire nichée au cœur des montagnes de l’Ardèche[1], dans un village de 300 habitants sans école, où furent soutenues entre 1994 et 2014 vingt thèses de doctorat en géographie… Depuis le milieu des années 1990, grâce à l’énergie d’un directeur général des services départementaux, d’un proviseur de lycée agricole et d’un professeur d’université, est né, dans la maisonnée d’Olivier de Serres le CERMOSEM[2], un centre de formation hors pair.

Cette belle histoire, c’est celle que les auteurs de cet ouvrage racontent au fil des chapitres en examinant les ressorts de ces SUVM[3]. Professeurs, maîtres de conférences, docteurs en géographie, acteurs étudient les caractéristiques de ces petits sites qui parsèment le territoire national en les replaçant dans le contexte historique de leur création.

L’innovation principale de ces études est de ne pas considérer les sites en soi mais dans les systèmes territoriaux où ils s’insèrent (SUVM), sorte de systèmes locaux d’enseignement supérieur. Que ces structures soient des antennes d’universités plus importantes ou totalement indépendantes, elles s’inscrivent dans un désir de « démocratisation » de l’enseignement supérieur : les « sites universitaires périphériques » en très grand nombre (104) accueillent moins de 6% des étudiants » (p. 155) mais affichent des taux de réussite à faire pâlir les universités « historiques » ! L’article consacré à la comparaison du parcours des étudiants ayant réussi leur DEUG et leur licence en AES sur le site du Creusot et ceux inscrits à l’Université mère de Dijon est particulièrement éclairant. Non seulement, le site du Creusot permet un accès social plus large à la filière mais affiche des taux de réussite supérieurs à ceux de Dijon : les jeunes étudiants, logés chez leurs parents, sont particulièrement bien encadrés et profitent d’une interconnaissance basée sur leurs fréquentations lycéennes. Tous ces éléments œuvrent à leur réussite. Ces sites abritent aussi une activité scientifique non négligeable comme le montre l’étude réalisée par Rachel Lévy et Odile Bourbiaux. Ces résultats vont à l’encontre de la concentration en œuvre dans le système universitaire, justifiée par l’insertion de l’économie de la connaissance dans la mondialisation.

Une belle histoire nous est racontée ici, celle des sites qui ont vu le jour et qui persistent. Si les tentatives avortées sont abordées, force est de constater que ce n’est pas le cœur du propos. Ce modèle n’est toutefois pas généralisable à toutes les filières. Il suffit, pour s’en convaincre de penser aux taux de réussite aux concours des universités parisiennes comparés à celles de province.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes


[1] À Mirabel, à vingt kilomètres à l’est d’Aubenas.

[2] Centre d’études et de recherches sur les montagnes sèches et méditerranéennes.

[3] Systèmes Universitaires des Villes Moyennes.

Jalousie : les articles qu’on aurait aimé écrire en 2014

Le 31 décembre, on se retourne sur tout ce qu’on a fait mais aussi ce qu’on n’a pas fait. Heureusement, dans bien des cas, des confrères ont écrit ces articles qu’on aurait rêvé avoir sur le site.

Pour tout dire, à leur lecture, on a même été un peu jaloux, pour reprendre le terme de la « Jealousy List » du site américain Businessweek, qui nous a inspirés.

Voici 25 articles – dont six en anglais –, accessibles sur le Web (mais parfois payants), sélectionnés par la rédaction pour la fin des vacances.

1

« Avoir 17 ans dans l’Yonne… »

Télérama

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

Capture d’écran de l’article (Telerama.fr)

Témoignages de jeunes ados qui vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Dépendant du bus scolaire et de la voiture des parents, ils rêvent de scooters et de Dijon. En attendant, ils passent leurs journées au kebab, chez Patapain ou au McDo.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/31/jalousie-les-articles-quon-aurait-aime-ecrire-2014-256829