Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans.

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Olivier Galland et Bernard Roudet (dir.). Paris, Doc’ en poche. Paroles d’experts. La Documentation française, 2014, 276 p. 9,90€

Capture d’écran 2014-11-16 à 11.53.39

Afin de mieux adapter ses politiques en faveur des jeunes, l’Etat a confié à l’Injep (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) la mission de réaliser des études, des enquêtes et des synthèses sur la jeunesse. Cet ouvrage rend compte de ce travail longitudinal mené, auprès des jeunes de 18 à 29 ans, avec les enquêtes Valeurs menées en collaboration avec l’Arval (Association pour la recherche sur le système des valeurs).

La cheville ouvrière de ce travail est Bernard Roudet, chargé d’études et de recherche à l’Injep, décédé en 2013. Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse, a dirigé cet ouvrage publié dans une première édition en 2012, paraissant aujourd’hui en édition de poche.

Travailler sur l’évolution des valeurs exige de savoir ce que l’on entend par valeurs. « Pour les sociologues comme Emile Durkheim ou Max Weber, l’unité d’une société se fonde sur les valeurs partagées, sur des « idéaux collectifs » transmis aux individus. (…) Afin d’évaluer ce qui fait la stabilité d’une société, mais aussi ce qui peut la faire bouger, il est important (…) d’analyser ce processus de changement des systèmes de valeurs, de repérer comment les individus recomposent leurs systèmes de valeurs et de comprendre ainsi les tendances d’évolution d’une société. » (p. 11).

Ainsi, cette étude montre que les jeunes d’aujourd’hui se sont détachés des mouvements contestataires de l’organisation de la société, cette dernière étant moins clivée par classes d’âges qu’en 1981, même si le niveau d’études entre énormément en ligne de compte. Parallèlement, la montée de l’individualisation s’accompagne d’une mise en avant des valeurs de tolérance allant de pair avec un désir de cadres et d’autorité, à rapprocher du quart des jeunes les moins diplômés montrant un attrait pour un régime autoritaire. La famille tient toujours une place centrale chez les filles comme les garçons sans que les formes diversifiées d’organisation de la famille ne soient un obstacle à l’égalité entre les sexes. A rebours des discours publics, la valeur travail n’est pas remise en cause par les jeunes (70% des jeunes, contre 68% des plus de 30 ans, estiment le travail comme un domaine très important de la vie en 2008).

Publié dans la collection Paroles d’experts, cet ouvrage comporte des graphiques à la lecture complexe (voir les figures du chapitre 1) malgré les commentaires qui les accompagnent. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les dernières enquêtes ont été réalisées avant la crise économique et la confirmation de la montée du FN (2007 et 2008), et ainsi relativiser les constats optimistes qui en ont été tirés : « Globalement, l’intolérance est limitée, chez les jeunes comme chez les adultes, et elle apparaît en baisse depuis l’enquête de 1999. Le rejet en fonction des critères ethniques ou religieux et le rejet des immigrés, notamment, sont fortement minoritaires chez les jeunes. Ils diminuent entre 1999 et 2008, tout particulièrement en ce qui concerne les musulmans (- 7 points) et les gitans (- 15 points). » (p. 62).

La continuité générationnelle («  allant de 18 ans à 50 ans, voire 60 ans » p. 259) mise en avant dans cet ouvrage fait qu’il n’y a plus vraiment de rupture sur le plan des valeurs. « Les parents sont devenus des accompagnateurs dont la tâche est d’aider les jeunes adultes en devenir à faire leur place, progressivement, dans la société. » (p. 260) En revanche, au sein des jeunes eux-mêmes, un clivage intragénérationnel existe en fonction des atouts scolaires. L’école a donc un rôle central à jouer.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago.

Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago. Jean Peneff, L’harmattan, 2014, 146 p.

Capture d’écran 2014-11-06 à 18.38.08

En 2013, l’EHESS consacrait un séminaire spécial au plus français des sociologues américains : Howard S. Becker. En 2014, sort l’ouvrage de Jean Peneff, professeur émérite de sociologie, consacré à ce grand sociologue, pianiste de jazz et photographe.

Il faut dire que Howard S. Becker est un sacré personnage ! Musicien de jazz jouant dans des boîtes de striptease dans les années 40, il décide de faire une étude sociologique du milieu de la nuit et de sa clientèle. Non seulement, c’est totalement inédit mais il voit son doctorat de sociologie comme un hobby : « le véritable boulot, c’était de jouer du piano ». Il devient finalement professeur à l’université, par un pur hasard (d’après lui) suite à l’accident mortel de son prédécesseur passé sous un autobus. A ce poste, il va rompre avec les codes conventionnels ayant cours à l’université. Il fait cours dans un sous-sol de la fac, abandonne le face-à-face magistral, refuse toutes responsabilités afin de continuer le terrain. Et des terrains, il va en explorer plus d’un : le milieu médical, de l’enseignement, des drogués, le monde de l’art… Il ne veut « pas se couper des actifs, des réalités économiques, des conditions ordinaires des salariés. » (p. 47) même s’il « n’interroge guère des personnes inférieures à sa propre condition ». Il reconnaît « Oui j’ai manqué tout ça, mais où était mon matériau ? La classe ouvrière, je ne la connais pas de naissance ; mais les classes moyennes si ! Alors je fais avec les moyens du bord. J’ai observé leur envahissement et la montée des loisirs ; et puis j’ai pressenti l’élimination des barrières entre la vie publique et la vie privée, l’exhibition permanente de soi. » (p. 129)

L’essentiel de l’ouvrage est consacré aux méthodes expérimentées par Becker : observation participante, interactionnisme, ses mondes sans que son style mordant ne puisse être restitué par Peneff. La part faite à la musique est faible dans l’ouvrage, contrairement à ce que le sous-titre laissait présager. La bibliographie qui clôt le livre donnera l’occasion aux lecteurs de continuer la découverte de ce drôle de personnage qui martèle à ses étudiants : « Faites le maximum de terrains, acquerrez la confiance, prenez en mains votre destin professionnel : c’est à vous de le découvrir ! » (p. 134).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes