Habiter. Un monde à mon image.

9782081281974FS

«  (…) Habiter, c’est tracer des lignes et dessiner des surfaces, c’est écrire sur la terre, parfois en de puissants caractères et y laisser des images. On appellera cela géographie. Et ce n’est rien d’autre que de transformer la surface de la Terre en une sorte de grande demeure, en un intérieur universel. » (p. 10) Le philosophe et historien Jean-Marc Besse offre ici un magnifique texte sur Habiter. Tout en délicatesse, cette réflexion générale sur notre manière « d’être quelque part » constitue une magnifique introduction au Festival International de Géographie 2014, consacré à Habiter la Terre.

Comme le disait Gilles Deleuze (1996), habiter est plus une question de géographie que d’architecture. Si habiter fait référence au lieu « où on peut confier son sommeil » (Lévinas), cette fonction ne se limite pas à l’espace intérieur mais aussi à l’extérieur. L’entretien des lieux participe de l’habiter et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’artiste américaine Mierle Laderman, en 1969, a développé une « œuvre autour et à partir du concept d’entretien (maintenance), dans le cadre d’une démarche qui, partant d’une interrogation domestique, s’est élargie aux problématiques de la préservation de l’espace public et de son environnement. » (p. 25)

Comprendre l’Habiter exige de réfléchir aux « espacements » (p. 40), à « un réglage des proximités et des distances » (p. 43) mais aussi aux porosités entre espace intime et espace public, dont le seuil est le lieu par excellence où se joue ces limites dans le cadre du voisinage. « Habiter, c’est d’abord s’installer dans un système d’échanges métaboliques à la fois fonctionnel, affectif, symbolique, entre les lieux, les êtres et les choses qui peuplent ces lieux et qui, très exactement, les occupent. » (p. 130). C’est pourquoi déménager n’est pas anodin puisqu’il va falloir reconstituer ailleurs ce que l’on avait construit ici : un chez-soi, un espace incarné où l’individu tient une place centrale.

Cela ne veut pas dire, pour autant, que les lieux de la mobilité ne sont pas des lieux habités. « La reconnaissance du déplacement comme fait spatial fondamental et de l’originalité de l’habiter mobile signifie que je peux faire une maison sans nécessairement avoir des liens immémoriaux avec le sol où la maison s’édifie. » (p. 209) Il est donc possible d’être chez-soi à l’étranger même si « Habiter comme étranger c’est, par conséquent, rester dans une certaine distance avec le monde nouveau dans lequel on habite pourtant. » (p. 217). C’est toute la différence entre se loger et habiter.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

« Avoir 18 ans demain »

  •  Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014
  • 70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75-2

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Séance 9d – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Salle Carlo De Trizio – Palazzo ex-Poste

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai.

13922796632_GDSH34_258

L’art de penser. 15 philosophes au banc d’essai. Les Grands Dossiers de Sciences Humaines, N°34. Mars-Avril 2014. 78 p. 7,50€

15 philosophes au banc d’essai ou La philo pour les Nuls, ou presque ! Voilà le pari qu’a relevé l’équipe de Sciences Humaines en proposant à ses lecteurs une analyse, la plupart du temps, lumineuse des idées des plus grands philosophes d’hier et d’aujourd’hui.

Malgré tout, il n’est pas question ici de véhiculer les idées reçues sur ces penseurs mais de montrer la complexité des individus et de leurs idées. Ainsi, l’idée que « Socrate le sage, Socrate le libre-penseur, Socrate le père de la philosophie… (a été) envoyé au trépas par une foule ignorante » (p. 6) est mise en contexte : celui du rétablissement de la démocratie après une période de tyrannie où notre Socrate ou du moins « plusieurs de ses disciples ont été associés à ce régime qui fit régner la terreur sur la ville. » (p. 7). Socrate représentait donc une menace politique.

Au-delà d’une approche biographique, très présente dans la plupart des articles, les idées sont examinées très simplement. Les raisonnements philosophiques sont décortiqués morceau par morceau. Quand c’est nécessaire des schémas viennent agrémenter le texte pour permettre au lecteur de ne pas perdre le fil quand les choses se corsent : Le système des 4 causes d’Aristote (p. 19), le problème de Hume (p. 33), la dialectique : une valse à 3 ou 4 temps (p. 43). Les articles les plus accessibles demeurent toutefois ceux qui sont consacrés aux philosophes les plus anciens : Socrate, Platon, Aristote, Descartes, Montaigne, Hume, Kant. C’est moins évident pour les articles présentant Derrida, Popper, Deleuze.

Au-delà des services que rendra ce Grand Dossier aux élèves de terminale ou aux étudiants en philosophie, deux limites non négligeables apparaissent. Les articles sont anonymes, à l’exception de quelques-uns signés par Louisa Yousfi. L’introduction s’en explique : « L’auteur de cette enquête se nomme Philomène. Qui est-ce ? Un « personnage conceptuel » : un terme inventé par Deleuze pour désigner les personnages fictifs et universels qui font vivre la philosophie. (…) (qui) veut simplement savoir où la philo mène… » ! Bon… Mais le nombre de coquilles et de fautes d’orthographe présentes dans le dossier laisse à penser que l’ensemble a été bouclé en vitesse. C’est dommage car le magazine Sciences Humaines n’est pas coutumier du fait.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Questionner l’étalement urbain.

74-0fd1c

L’étalement urbain est la nouvelle « bête noire » de nos sociétés alors que s’installer dans un espace verdoyant et dans sa maison individuelle demeure le rêve de 80% des Français ! Ce phénomène préoccupe les élus des communes situées en périphérie et ceux de l’espace rural qui ne savent pas comment répondre à la demande de leur population en termes de transports en commun, d’accès aux réseaux ou de raccordement à ces réseaux.

Pour les aider dans cette tâche difficile, les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) cherchent à faire évoluer les pratiques des élus. Ce volume, édité à la suite de l’Université permanente de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, rassemble les contributions d’universitaires (tels que les géographes Martin Vanier et Eric Charmes) ainsi que celles des différentes antennes locales qui rendent compte d’initiatives menées sur le terrain pour rendre la ville plus durable.

L’ensemble offre des clés de lecture intéressante pour comprendre l’étalement urbain et un nombre important d’exemples qui peuvent servir de support à la mise en œuvre d’une étude de cas. L’enjeu de ce volume est de comprendre plutôt que d’accuser l’étalement urbain de tous les maux. Dominique Jacomet (architecte urbaniste, directeur de la CAUE de l’Aveyron) propose de lire ce phénomène à l’aune de la « countryfication » : « un processus d’adaptation territoriale de l’urbanisme aux contraintes : du site, du relief, de la géologie, avec une recherche d’équilibre entre usages. » (p. 19) plutôt que de voir dans l’étalement urbain un « junk space ». La ville périphérique serait à présenter sous la forme d’une galaxie « où s’articulent forces de gravité et forces centrifuges. » (p. 20) sans qu’il soit nécessaire pour qu’il y ait une forme urbaine prédéfinie : un paysage minéral. Dans la ville périphérique, les hommes circulent dans un paysage végétal et cela ne doit pas poser problème. Il est possible de déconcentrer des services « urbains » dans des espaces plus ruraux. Il dénonce le discours schizophrène de l’Etat qui concentre dans les villes les grands équipements (hôpitaux, tribunaux, Poste) et contribue ainsi à accroître la distance à ces déplacements pour les populations les plus rurales.

L’enjeu est donc d’aménager le périurbain à l’échelle intercommunale pour réduire les dépendances avec la ville-centre. « Les communes périurbaines ne sont pas des banlieues » (Charmes, p. 21). En Italie (avec le concept de la « citta diffusa ») ou en Allemagne (avec la Zwischenstadt ou entre-ville de Thomas Sieverts), ce phénomène n’est pas vu comme quelque chose d’effrayant car il s’appuie sur des polarités secondaires qui font sens et centre.

Tous les contributeurs s’étendent pour dire qu’il est plus facile d’étaler que d’aménager. Toutefois, au lieu de condamner, il faut essayer d’accompagner le phénomène et permettre la densification (BIMBY : Build in my garden, lotissements denses). Car comme le disait Julien Gracq dans La forme d’une ville (1985) : « La forme d’une ville change plus, on le sait, que le cœur d’un mortel ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Ecole Thématique Mob’Huma’Nip

bandeau_01

Du 01 au 05 septembre 2014 se tiendra l’Ecole Thématique Mob’Huma’Nip, « arts et sciences sociales en mouvement : narrations, iconographies et parcours pour revisiter l’in-situ » à Rezé (44) dans le sud de Nantes.

Vous pouvez dès à présent consulter toutes les informations concernant la formation et l’inscription (dépôt de candidature avant le 15 juin 2014)  sur le site dédié en cliquant sur le lien suivant :

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Cette formation est organisée sous forme d’un séjour résidentiel (en pension complète) de 5 jours d’immersion sur le terrain et en ateliers, ponctué de séances de conférences  et table-ronde en soirée.

  •     Objectif de la formation : Elle s’apparente à une résidence scientifique et artistique dans un objectif de sensibilisation et formation aux méthodologies de l’in-situ (narrations, iconographies et parcours) revisitées par les chercheurs en sciences sociales et artistes autour d’un objet commun : les territoires en (du) mouvement,autrement dit, et de manière plus centrale, la thématique des mobilités. L’appréhension des réalités complexes, dans une logique de l’in-situ, incluant la captation des sensations, des émotions, des perceptions et des représentations à travers les pratiques constituent le terreau commun de la créativité expérimentale et méthodologique en matière de coopération art-recherche. La sensibilité et la créativité de l’artiste peuvent inspirer les scientifiques tout comme certains questionnements et les contraintes scientifiques peuvent être un nouveau terrain de jeu pour l’artiste. C’est dans cette double perspective que le programme de l’école thématique a été conçu.
  •              Programme :

Trois modalités d’apprentissage collectif et d’échanges sont proposées :

1.       Approches épistémologiques, historiques et théoriques dans ou à l’interface des sciences sociales et des champs artistiques : Conférences

2.       Appréhension et partage des méthodes : Ateliers

3.       Approche critique : Tables Rondes

La majorité des travaux se déroulera donc sous la forme d’ateliers méthodologiques, organisés et pilotés par le collectif d’organisation ; chaque atelier sera animé par un petit collectif alliant un artiste et quelques chercheurs. Trois temps spécifiques de la mise en œuvre de la démarche méthodologique sont privilégiés : Conceptualiser ; Impliquer / s’impliquer ; Restituer.

Qui peut candidater ? :

– des chercheur-e-s 
– des doctorant-e-s 
– des étudiant-e-s en arts ou architecture (M2 ou équivalent doctorat) 
– des professionnels des collectivités territoriales ou d’établissements privés intéressé-e-s par les questions de mobilité/déplacements et d’aménagement.

Dans le cadre de cette résidence, ils devront pouvoir justifier du fort intérêt pour les méthodologies présentées ici, en lien avec leurs problématiques, leurs pratiques professionnelles ou de recherche/création.

Des connaissances minimales en méthodologies qualitatives et un intérêt thématique pour les mobilités et les territoires urbains sont attendus.

  •              Comment candidater ?  :

Les personnes intéressées pour participer à cette école thématique devront faire acte de candidature à partir du 11 mai jusqu’au 15 juin 2014.

Il est demandé aux candidats de préparer leur dossier en amont, en présentant clairement leur parcours (CV), leurs attentes et les liens thématiques de leurs travaux ou projets avec ceux de cette école thématique (lettre de motivation d’une 1 page).
La candidature sera donc constituée de 1/ les expériences (CV d’une page) et 2/ les intérêts (lettre de motivation) que le candidat identifie dans l’école, au regard de ses propres travaux de recherche ou de création, de ses pratiques professionnelles.
Toutes les informations sur:

http://mobhumanip.sciencesconf.org/