Urbanité/s

Urbanité/s. Jacques Lévy. DVD, Choros, Lausanne, 2013. 78 minutes.

Lévy-367x420

Quand les géographes « font leur cinéma », voilà ce que cela donne !

Jacques Lévy, professeur de géographie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, membre du laboratoire Choros, a conçu et réalisé ce film de géographie, premier du genre. Ni documentaire, ni fiction, cette œuvre cinématographique demeure un travail universitaire d’un chercheur et lui permet de mettre en image et en son les enseignements des multiples recherches qu’il a menées depuis plusieurs années sur l’Urbain. La voix off alterne avec des lectures de l’ouvrage d’Italo Calvino (Le città invisibili, 1972) par l’auteur lui-même. Ces voix accompagnent des images animées réalisées par Thomas Bataille dans des métropoles chinoises et des images fixes réalisées par Jacques Lévy lui-même lors de ses nombreux voyages à travers la planète : Manille, Dhaka, Buenos-Aires, Johannesburg, Mostar, Detroit, Rio, Dubaï, La Paz, Chandigarh… Le tout est accompagné de musiques (plutôt stressantes) d’Alban Berg, de Györgi Ligeti, de Wolfang Rihm et d’Anton Webern.

L’ensemble donne un objet cinématographique intriguant mais attachant. Le rythme lent se prête particulièrement bien à la communication de la pensée de Jacques Lévy. L’animation combinée de la population du monde et des villes sur le temps long est particulière réussie et pourrait être utilisée avec des élèves de seconde dans le cadre du chapitre sur les villes (Chapitre 3 : Une utopie première). Au-delà de cet extrait, directement utilisable en classe, les enseignants auront beaucoup à gagner à visionner (et revoir) l’ensemble de l’œuvre pour réfléchir à la nature de la ville, à la force des liens faibles (chapitre 4) qui la caractérisent, au décalage entre ce qu’on y fait et ce qu’on pourrait y faire, à la place des espaces publics et de la sérendipité (l’avènement de trouvailles inattendues) dans les processus sociaux qui se jouent dans cet espace de co-présence. Car, comme le disait si bien Georges Pérec : « Il n’y a rien d’inhumain dans une ville, sinon notre propre humanité. »

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Campagnes urbaines. 34ème rencontre des agences d’urbanisme, Amiens.

Campagnes urbaines. 34ème rencontre des agences d’urbanisme, Amiens. La revue Urbanisme, Hors-série N°47, décembre 2013. 20€

20140207154414_00005

En septembre 2013 s’est tenue à Amiens la 34ème rencontre des agences d’urbanisme sur le thème des campagnes urbaines, oxymore né sous la plume de Pierre Donadieu (Les campagnes urbaines, Actes Sud, 1998). C’est parce que « le périurbain reste pauvre d’urbanistes, d’aménageurs, d’économistes, sans doute de vision politique et d’aménagement du territoire, mais aussi d’une recherche sur le « génie du lieu » » (p. 3) qu’il est nécessaire que les professionnels de l’aménagement s’y intéressent lors de leur congrès  annuel. La revue Urbanisme rend compte de ces trois jours foisonnants dans un hors-série.

Dans ce numéro, une large part est faite aux projets d’aménagement de la ville hôte : ZAC, écoquartier, quartier Citadelle visant à faire revenir l’université dans le centre-ville, réseau de tramways, hortillonnages. Gilles Demailly, actuel maire et président d’Amiens Métropole, replace ces chantiers dans le contexte de la mise en place du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) : « Celui-ci est sur un territoire très vaste, l’un des plus grands de France. Ce choix politique judicieux a été fait avant mon élection. Ce SCOT démontre que les territoires urbains et ruraux ou semi-ruraux peuvent travailler ensemble pour penser le développement économique et concevoir un aménagement et un développement équilibrés. » (p. 7) Cette réflexion territoriale à l’échelle d’un bassin de vie légitime le choix d’Amiens pour ce colloque consacré aux campagnes urbaines.

Le reste du volume est composé de courts articles reprenant l’essentiel des interventions (Rodolphe Dodier, Cynthia Ghorra-Gobin, Ioanis Deroire pour n’en citer que quelques-uns) ainsi que le contenu des ateliers qui se sont tenus pendant cette rencontre. Le jeu des 7 familles, mis au point par Jérôme Baratier, directeur de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération de Tours, retient particulièrement l’attention car il rend compte des stéréotypes qui ont cours sur le périurbain mais va au-delà avec, non seulement, la famille « qui accuse », la famille « qui défend », la famille « qui en rêve », la famille « que ça inquiète », mais aussi la famille « qui trouve cela beau », la famille « qui s’en moque », la famille « qui cherche à comprendre » (regroupant chercheurs et praticiens des espaces périurbains). La tonalité de l’ensemble des articles réunis ici comme la relecture de l’ouvrage de François Jullien (L’écart et l’entre. Leçon inaugurale de la Chaire de l’altérité, Galilée, 2012) par Martin Vanier achève de rassurer le lecteur sur l’avenir de la ville en train de se faire : « On aura compris que, à l’encontre du grand mythe contemporain de la proximité, du toujours « plus près de chez vous » que répète à longueur d’annonces la publicité, je crois, au contraire, au bénéfice de l’écart et de la distance, que l’on peut faire surgir de l’autre (…). Il faut de l’autre, donc à la fois de l’écart et de l’entre, pour promouvoir du commun. Car le commun n’est pas le semblable : il n’est pas le répétitif et l’uniforme, mais bien le contraire (…). Je ne dirai même pas que le commun s’obtient par dépassement des différences ; mais plutôt qu’il ne se promeut qu’à partir et qu’à travers des écarts, ces écarts générant de l’entre, ou s’effective le commun. Le commun politique, celui de la Cité, ne s’obtient également que par ce travail et à ce prix. » Une pensée à rebours de la densification.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail.

Les mondes pluriels d’Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail. Marc Perrenoud (dir.). Paris, La Découverte, 2013. 237 p. 22€

becker

C’est à Howard S. Becker, monument de la sociologie contemporaine, qu’a été dédié le colloque L’héritage interactionniste en sociologie du travail, qui s’est tenu en octobre 2011 à Lausanne.

Howard S. Becker (1928 – ) est l’un des principaux animateurs de la « deuxième Ecole de Chicago ». Disciple de Everett C. Hughes, il a promu l’interactionnisme, y compris dans le domaine de la sociologie du travail. Jusque là, un métier était vu comme un « faisceau de tâches » alors que la sociologie interactionniste adopte une vision globale « incluant le travailleur, ses pairs, sa hiérarchie mais aussi son « public », clients, donneurs d’ordre, bénéficiaires de la prestation de service dans un « théâtre social du travail » (social drama of work) généralisé. » (p. 7) En adoptant cette approche globale, Becker a mis à jour ceux qu’ils appellent les Outsiders (1963), c’est à dire les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana – et a décrypté le fonctionnement des mondes de l’art (Les mondes de l’art, 1982).

L’ouvrage est ordonné en deux parties, rassemblant toutes deux, des études de cas très concrètes même si une montée en généralités et une réflexion méthodologique sont davantage présentes dans la seconde partie.

Le théâtre social du travail et les mondes de l’art

L’histoire du dopage dans le cyclisme permet de comprendre comment un acte banal est devenu criminel, à partir de l’affaire Festina (1998) surtout. Se doper « à l’insu de son plein gré » est rendu possible par le fait que « la déviance est une expérience subjective dépendant du rapport à la norme du déviant comme de l’entrepreneur de morale. » (p. 24) Le cas des DRH dans les secteurs de l’horlogerie et de la banque en Suisse, spécialistes des interactions au sein des organisations, montre que nombreux parmi eux s’identifient au rôle du patron mais vivent très mal l’organisation des licenciements qui leur incombent, d’autant plus quand ils sont issus d’un milieu ouvrier (cf. Ressources humaines, 1999.). Le détachement du corps médical vis à vis de leurs patients est lu comme une manière de se protéger d’une situation anxiogène.

Les mondes de l’art sont représentés ici par des textes consacrés au métier de tatoueur ainsi qu’au cas des musiciens d’entertainment avant qu’un dernier article propose des pistes pour étudier autrement les mondes de l’art : suivre le destin d’une œuvre d’art, par exemple. Dans tous les cas, le fait de créer n’est pas vu comme une démarche individuelle mais « comme un travail collectif soumis à des principes classiques de division et de coordination du travail, faisant l’objet de coopérations, de tensions et de conflits au même titre que les autres activités professionnelles organisées. » (p. 101) Howard S. Becker estime d’ailleurs dans son article que l’étude des conflits entre les différents acteurs du monde de l’art nous en apprend beaucoup sur son organisation.

L’héritage interactionniste, méthode et théorie

Anne-Marie Arborio réfléchit sur les limites des entretiens biographiques et propose de les croiser avec des sources historiques afin de les contextualiser. Michaël Meyer reprend les enseignements qu’il avait présentés dans l’ouvrage Le précis de photographie à l’usage des sociologues. PUR, 2013 à partir d’une étude sur Police secours. En revanche, les considérations sur les problèmes de traduction des écrits de H. S. Becker auront sans doute un intérêt pour qui envisage de traduire des textes de la sociologie interactionniste en français et allemand. A défaut, ce texte demeure assez rebutant.

L’article de Jean-Michel Chapoulie revient sur les raisons du succès de la sociologie interactionniste en France dans un contexte post-soixante-huitard. Il trace pour cela une histoire de la sociologie française et montre qu’avant cette date, les sociologues avaient une démarche très quantitativiste. Il faut attendre les programmes de recherche financés dans le cadre des politiques publiques socialistes pour qu’une démarche ethnographique soit généralisée. Désormais, tout domaine peut être potentiellement étudié. Le long et difficile article de Pierre-Michel Menger qui clôture l’ouvrage rappelle que mener une enquête sociologique ou ethnographique n’est pas une mince affaire. Plus les interactions sont nombreuses et plus il est difficile de monter en généralités et de répondre à ces questions : « Comment fait-on des choses ensemble ? Comment s’y prend-on pour aboutir à un résultat ? » (p. 236)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre.

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre. Howard S. Becker. Economica, 2004. 179 p. 19€

41K17BDSSPL

Ecrire un article ou une thèse n’a que peu à voir avec ce travail de recension ou celui de synthèse que nous faisons régulièrement pour préparer nos cours. C’est autre chose car il s’agit de communiquer les résultats de ces recherches et d’en tirer des enseignements dignes d’intérêt pour un lecteur. Par ailleurs, alors que nous passons notre temps à dire à nos élèves de faire des phrases courtes et simples, force est de constater que ces tuyaux d’écriture ne suffisent pas pour la rédaction d’un article scientifique. Aussi, cet ouvrage sera d’un grand secours aux doctorants-apprentis chercheurs.

Howard S. Becker est un sociologue américain héritier de l’Ecole de Chicago qui a consacré sa carrière à travailler sur les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana (in Outsiders, 1963) – ainsi que sur le monde de l’art (Les mondes de l’art, 1982). Il est connu aussi des apprentis chercheurs pour son livre Les ficelles du métier (traduit à La Découverte en 2003) où il emploie un style direct – voire familier – et particulièrement convaincant pour vous guider lorsque vous entreprenez une recherche puis lors de la communication des résultats.

L’ouvrage chroniqué ici porte plus spécifiquement sur la méthodologie de l’écriture. Il est issu d’un séminaire organisé pour des étudiants en sociologie de la Northwestern University. Becker utilise pour cela des méthodes radicales pour faire prendre conscience aux étudiants que l’écriture scientifique ne peut se faire que si la peur d’écrire des bêtises disparaît ; faute de quoi, elle inhibe tout acte de rédaction et rend tout production impossible. La grande force de son enseignement est de faire comprendre que si les textes que nous écrivons ne sont pas bons, ils constituent une étape indispensable dans le processus d’écriture. Il est donc tout à fait normal d’être amené à réécrire plusieurs fois le même article et cela n’a rien d’honteux.

Dans le cadre de ce séminaire, H. S. Becker fait travailler ses étudiants sur les textes que chacun a pu produire. Les participants sont amenés à proposer des réécritures de phrase en éliminant les tournures passives, des répétitions (en fusionnant des phrases), des tournures pédantes. Des conseils précieux sur la structure de l’article sont donnés : « mettre simplement au début leur dernier paragraphe triomphal, pour informer les lecteurs de l’orientation du raisonnement et de ce que tout ce matériel doit finir par démontrer. » (p. 57), « au lieu d’essayer de résoudre l’insoluble, vous pouvez en faire état. Vous pouvez expliquer au lecteur pourquoi telle question pose problème, quelles solutions vous avez envisagées, pourquoi vous avez choisi celle, moins que parfaite, pour laquelle vous avez finalement opté, et quelle est la signification de tout cela. » (p. 69) Enfin, l’écriture scientifique est une affaire collective. La relecture par des pairs ainsi que la communication de ses recherches (colloques, séminaires), y compris, à un état transitoire fait avancer notre argumentation. Toutefois, arrive un moment où il faut « sortir le produit de l’atelier » (p. 129), faute de quoi le chercheur ne participera jamais au débat scientifique.

Si l’ouvrage de Howard S. Becker a un peu vieilli (le dernier chapitre – succulent à plus d’un titre – traite de l’introduction de l’informatique dans ses habitudes de rédaction), il a le mérite de rappeler que faire de la recherche est une aventure collective, qui s’appuie sur les travaux déjà réalisés dans ce domaine. Penser que vous allez « opérer tout seul une révolution scientifique et intellectuelle » (p. 148) conduit à l’échec. La recherche est une aventure collective issue d’échanges intellectuels.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale.

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit. Armand Colin, Recherches. 2013. 28€99. 393 p.

9782200285395FS

Si Guy Bajoit, professeur émérite de sociologie à l’Université catholique de Louvain, a passé sa vie à travailler sur l’Individu, c’est en réaction au discours qu’il a entendu en 1954 lors d’une retraite dans un monastère alors qu’il était élève d’un collège catholique. Le religieux, qui haranguait les adolescents, les incitait à obéir à leurs « parents, à leurs maîtres et surtout à Dieu » (p. 19) et à ne surtout pas agir en tant qu’individu ! Cette négation du libre-arbitre a poussé notre homme à comprendre les raisons qui poussent chacun à être différent et à « inventer sa vie » (p. 13) malgré les contraintes sociales qui formatent les existences.

Le modèle culturel subjectiviste incite chacun à se doter d’une identité épanouie et à ne plus reproduire les modèles transmis. Ce modèle dominant au XXème siècle, consacrant l’individu sujet de lui-même, est le résultat d’un long processus historique commencé depuis l’Antiquité (contrairement à ce qu’avance Alain Touraine). L’objet de l’ouvrage vise à comprendre « comment les individus gèrent les tensions existentielles que leur causent les relations sociales, afin de se (re)construire une identité plus épanouie et plus paisible. » (p. 11)

Pour cela, la méthode de la socio-analyse est particulièrement appropriée. Elle part de l’idée qu’ « il ne peut y avoir de causalité mécanique entre la pratique des relations et les conduites, parce que l’individu est toujours quelque peu sujet de lui-même. Dès lors, il interpose sa conscience intuitive (instinctive / expressive et intelligente / réflexive) entre, d’une part, les contraintes structurelles (sociales et culturelles) qui orientent les relations et, d’autre part, ses conduites : il gère son conditionnement, il décide toujours en partie de ce qu’il fait, dit, pense et même de ce qu’il sent ; par conséquent, son comportement est toujours imprévisible. » (p. 113)

Guy Bajoit met en application cette méthode à travers l’analyse des multiples entretiens qu’il a menés en Belgique et en Amérique Latine (Chili, essentiellement) avec 9 individus qui ont opéré un revirement identitaire. Il relate les histoires de ces personnes et examine leur quête d’identité ainsi que les processus de libéralisation qu’ils ont mis en œuvre. Au fil des chapitres, il reprend les éléments biographiques des uns et des autres au prisme de leurs attentes relationnelles, de leurs malaises identitaires. Cela peut sembler assez répétitif mais le processus est nécessaire pour « identifier » chacun de ces individus. Toutefois, le profil des enquêtés (importance des enfants issus de couples en confit ou séparés, individus victimes de pédophilie, d’alcoolisme, d’addictions…) entrave l’empathie que le lecteur pourrait avoir avec ces individus. La place des récits de vie est centrale dans l’ouvrage et aide à suivre la théorisation de la socio-analyse des relations sociales (même si certains passages restent tout de même assez ardus).

Ce livre a toute sa place dans la collection Recherches des éditions Armand Colin. Le texte montre une recherche en train de se faire. Stimulant !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes