Trilogie vertueuse.

Trilogie vertueuse. Flore Bringand. Editions Recherches / ENSAB / IAUR Rennes 2. 3 livrets de 95 pages. 8€ le livret.

t2-z

L’école nationale supérieure d’architecture de Bretagne et l’Université de Rennes 2 proposent un double cursus à des étudiants architectes et urbanistes. Les productions des ateliers portant sur le renouvellement urbain appliqué aux grands ensembles, aux lotissements et aux zones d’activités sont ici présentées.

Ces trois types de zones ont été choisis car ces quartiers, situés dans les années 1960 en frange de ville, se trouvent aujourd’hui recentrés dans le cadre d’une ville étendue. Les étudiants devaient réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour densifier ces espaces tout en tenant compte des désirs des habitants pionniers et ceux des générations suivantes ou à venir. Ils devaient mettre en œuvre la « ville douce », c’est à dire « faire avec existant, les habitats pionniers, les entités urbaines composites et sectorisées des villes, l’organisation multimodale des territoires. » (p. 12) ou mieux pratiquer une « acuponcture urbaine ».

Les trois ateliers menés lors de deux années universitaires portaient sur des tissus urbains caractéristiques du phénomène de périurbanisation : grands ensembles, lotissements et zones d’activités. Ces trois types de tissus ont la caractéristique commune de présenter des densités faibles (COS moyen de 0,75 dans les grands ensembles, de 0,28 dans les lotissements et de 0,40 pour les zones d’activités contre 1,25 pour les centres bourgs). Les marges de densification sont importantes. Ces quartiers permettent aussi d’interroger des notions telles que la cohabitation (jeunes / vieux, riches / pauvres…) et d’amener les étudiants à ne pas oublier l’existence de frontières sociales et de conflits pour mettre en œuvre des espaces partagés ou mutualisés.

Pour cela, le Pays de Rennes a ouvert un appel à idées qui a donné l’occasion à des groupes d’étudiants mixtes (architectes et urbanistes) de proposer des solutions. Une conférence sur le projet BIMBY (Build In My Back Yard) a permis de présenter les tenants et aboutissants de cette démarche de densification urbaine. Les projets des groupes d’étudiants sont présents dans les trois livrets.

Autant, les projets qui concernent le quartier de grand ensemble du Blosne (situé au sud de l’agglomération à côté de la rocade de contournement) semblent réalisables (centre des artisans calqué sur celui mis en œuvre par Christian Portzamparc à Almere, Pays-Bas ; création de liaisons vertes pour casser l’effet de rupture de la rocade, création d’une polarité commerciale autour du Triangle, école nationale de danse), les projets concernant les lotissements ou les zones d’activités se rapprochent de l’utopie. La démarche BIMBY fonctionne lorsque les habitants s’approprient la problématique de la densité et non quand on leur impose. Aussi, si le départ d’une entreprise jusque là implantée dans une zone d’activité peut permettre de densifier l’espace avec d’autres locaux ou de l’habitat, dans le cas des lotissements pavillonnaires la démarche BIMBY est souvent le fait de personnes qui densifient pour rentabiliser le bien acheté en y installant des membres de leur famille (descendants ou ascendants s’installant en fond de parcelle dans une petite maison). Quand ce n’est pas le cas, très souvent les propriétaires revendent pour aller s’installer ailleurs. Il n’est pas facile d’avoir des voisins si prêts de chez soi quand on n’y a pas été habitué. Le projet primé La voiture autrement, vers une résilience douce est représentatif de l’air du temps. Il reprend les principes mis en œuvre dans l’écoquartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau : création de parkings collectifs, circulations douces favorisées dans le lotissement au détriment de la voiture cantonnée à des rues à sens unique à vitesse réduite. Le projet Liffré en forêt propose de planter une forêt à la lisière du lotissement (à la place d’un projet de ZAC). La question des terres agricoles n’est pas posée. Comme si la ville n’était pas une entité dépendante d’un environnement agricole comme économique ! Car c’est bien joli de « mettre du vert dans la ville », encore faut-il que les habitants puissent disposer d’emplois.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

Le quotidien du chercheur. Une chasse aux fantômes ?

72fa1b0a644251e96c5207638afd945d

Le quotidien du chercheur. Une chasse aux fantômes ? Cédric Gaucherel. Quae, 2014. 96 p. 9,90€

Ne dit-on pas que « la vérité sort de la bouche des enfants » ?

La preuve en est quand on considère le bon mot d’esprit qu’ont tenu les enfants de Cédric Gauchevel, écologue à l’INRA, pour présenter le métier de leur père. Etre chercheur revient à chasser des fantômes ! Dans un sens, ce n’est pas totalement faux tant l’activité de recherche est composée d’incertitudes et de quêtes impossibles.

Ce petit livre se veut un vade-mecum qui doit aider tous ceux qui cherchent ou qui ont envie de chercher.  Car le paradoxe du métier de chercheur est de ne pas être enseigné. Les cours d’épistémologie (plus particulièrement dans les sciences dures) sont rares alors que connaître dans quel contexte a émergé tel ou tel concept est central pour comprendre comment se fait la science.

L’ouvrage se compose de trois parties. La première, consacrée à l’idée de nature, est particulièrement « complexe ou compliqué ? » pour reprendre le titre d’une sous-partie, demeurée obscure. De nombreux prérequis sont nécessaires, malgré la présence d’illustrations et d’encadrés, tirés des textes écrits par l’auteur pour le réseau de vulgarisation scientifique Plume !  par le passé.

Fort heureusement, ce sentiment de mal être disparaît à partir de la page 25 (consacrée à la biologie de l’amour) et plus particulièrement à partir de la deuxième partie traitant de la société. Une vaste réflexion sur le système d’évaluation de la recherche scientifique est menée. Le classement AERES et sa mise en œuvre sont largement écornés. Gaucherel propose que, plutôt que de faire évaluer un article par deux pairs (qui sont forcément juges et partis), mieux vaudrait faire réagir un spécialiste et un non spécialiste de la question sur un travail scientifique. Pas de risque ainsi qu’un travail soit saqué parce qu’il y manque la référence bibliographique mentionnant un des évaluateurs anonymes !

Une réflexion sur les conditions nécessaires à une bonne recherche occupe aussi l’ouvrage. « Pour faire une découverte en science, il faut donc avoir un bon bagage, maîtriser les thèmes où l’on choisit de s’engouffrer » (p. 48). « Puis, à la première découverte, l’écrire, la relire, et la critiquer, sans cesse. Le langage incarne ce que nous imaginons, l’écrit stocke ce que nous oublions. Il franchit les frontières, les frontières de l’ailleurs et de l’autrefois, il guérit de l’amnésie et de la myopie. » (p. 50) Le chercheur est le fruit de son époque et il n’est pas étonnant qu’une même découverte ait été faite en même temps simultanément (cf. Newton et Liebniz pour les équations différentielles). Cela signifie aussi la communauté scientifique est assez mature pour accueillir une telle découverte. L’interdisciplinarité a beaucoup à apporter à la science mais les résistances sont nombreuses. La discipline de l’auteur (l’écologie) est au croisement du naturalisme, de la géographie, de la systémique et des sciences humaines. Pour autant, chaque discipline garde sa manière de voir les choses ! La vulgarisation des découvertes se doit d’être réalisée par les scientifiques eux mêmes et non par des magazines de vulgarisation, dont la valeur est largement écornée par Cédric Gaucherel. De même, l’auteur dénonce le capitalisme scientifique défendu par Bruno Latour (1987). Il milite pour la slow science, qui va à l’encontre de la course à la publication. Gauchevel prédit d’ailleurs un krach du marché scientifique mondial pour bientôt quand les chercheurs se seront rendus compte que les revues classées AERES n’ont pas le facteur d’impact moyen qu’on leur attribue.

La fameuse formule du général De Gaulle (« Les chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent on en cherche ») est reprise dans la lignée des déclarations de Nicolas Sarkozy en 2009 :  les chercheurs français publient « à budget comparable, de 30 à 50% en moins qu’un chercheur britannique. » Des propos à l’encontre de la slow science prônée par Cédric Gauchevel.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Urban sprawl et Arcade Fire


Arcade Fire – Sprawl II (Mountains Beyond… par andybe29

Lyrics:

They heard me singing and they told me to stop,
Quit these pretentious things and just punch the clock,
These days, my life, I feel it has no purpose,
But late at night the feelings swim to the surface.
Cause on the surface the city lights shine,
They’re calling at me, « come and find your kind. »

Sometimes I wonder if the world’s so small,
That we can never get away from the sprawl,
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

We rode our bikes to the nearest park,
Sat under the swings, we kissed in the dark,
We shield our eyes from the police lights,
We run away, but we don’t know why,
And like a mirror these city lights shine,
They’re screaming at us, « we don’t need your kind. »

Sometimes I wonder if the world’s so small,
That we can never get away from the sprawl,
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

They heard me singing and they told me to stop,
Quit these pretentious things and just punch the clock.

Sometimes I wonder if the world’s so small,
Can we ever get away from the sprawl?
Living in the sprawl,
Dead shopping malls rise like mountains beyond mountains,
And there’s no end in sight,
I need the darkness someone please cut the lights.

Sprawl II

L’individu, secrets de fabrication.

L’individu, secrets de fabrication. Sciences Humaines, N° 256, février 2014

13890079092_SH256_258

Etre abonnée à Sciences Humaines, c’est avoir la surprise chaque mois de découvrir dans sa boîte aux lettres un dossier consacré à une thématique différente. Quand celle-ci a un rapport direct avec nos thèmes de recherche, l’enthousiasme est à son apogée ! C’est le cas avec ce numéro consacré à l’individu.

Ce dossier revient sur les idées reçues qui font émerger l’apparition de l’individu à la Renaissance (Elias, 1939). Les travaux de Durkheim (1893) sont aussi remis en question. La position qu’il tenait dans De la division du travail social : « Plus les sociétés sont primitives, plus il y a de ressemblances entre les individus dont elles sont formées. » témoigne d’une autre époque. Jean-Pierre Vernant (1989) comme Paul Veyne (1991) ont montré dans leurs travaux que l’expression des singularités est repérable dès l’Antiquité. Aristote et Platon se sont d’ailleurs affrontés sur le sujet. Le terme individuation apparaît au Moyen Age (Iogna-Prat et Bedos-Rezak. L’individu au Moyen-Age. Individuation et individualisation avant la modernité, 2005.) sous la plume de Dun Scot dans le cadre de la querelle des universaux portant sur la nature des notions générales. On doit à G. Simondon (1924-1989) l’idée que « l’individuation n’est jamais un produit « fini ». Les êtres s’adaptent et changent en fonction du milieu. L’individuation est un processus permanent et l’individu est un être en perpétuel devenir. » (p. 35) Les biologistes (Prochiantz ou Kupiec) confirment l’idée que l’individu n’est pas programmé mais qu’il se construit progressivement. Carl Jung (1875-1961) considère que l’individuation est un phénomène tardif propre à l’âge adulte alors que pour les psychanalystes de l’enfance, elle est propre à l’enfance. Le philosophe Vincent Descombes rend compte de ses divergences avec les sociologues et les psychanalystes en rappelant qu’individuation (existence en tant qu’individu) et qu’individualisation (distinction d’un individu par rapport aux autres) ne sont pas synonymes. « Pour pouvoir s’individualiser, il faut préalablement exister en tant qu’individu. » (p. 50)

La rédaction de SH a joué le jeu de l’individualisation jusqu’au bout en plongeant le lecteur dans les coulisses de fabrication du journal (dans la lignée du N° consacré à son 20ème anniversaire) et en donnant la parole dans l’éditorial à Martine Fournier. Cette dernière annonce son départ du magazine et transmet le relais à Héloïse Lhérété, jusque là responsable de la rubrique courrier des lecteurs. Les individus passent mais le journal reste. Ouf !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes