Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes

318FJjCESVL._

Le questionnaire. L’enquête et ses méthodes. François de Singly. Armand Colin, 128, 2012. 128 p. 9,80 €

Voici le bréviaire du sociologue ! En 128 pages, François de Singly (professeur de sociologie à l’université Paris Descartes) présente de manière lumineuse les tenants et les aboutissants d’une enquête par questionnaire.

Sorte de mode d’emploi de cette méthode de recherche, ce petit livre répond à une multitude de questions que peut se poser l’apprenti sociologue ou le géographe au moment de mettre en œuvre ce support de collecte de renseignements. Cette méthode est relativement récente et a bouleversé notre manière de voir la société. Ainsi, l’éducation nationale ne s’était jamais posée la question des inégalités sociales avant la publication des Héritiers de Bourdieu et Passeron dans les années 1960 ! Pour autant, il faut garder à l’esprit que la passation de questionnaires ou de sondages est une méthode artificielle. « Les sondages imposent aux personnes de répondre à des questions que le plus souvent elles ne se posent pas. L’opinion publique est construite. » (p. 11)

Dans le contexte d’une sociologie explicative, le questionnaire est central pour mettre en évidence les raisons objectives des actions (l’entretien est plus approprié pour aborder des raisons subjectives) sans pour autant s’interdire de poser des questions portant sur des aspects subjectifs. La fabrication des questions est la partie la plus difficile de l’élaboration du questionnaire. Il faut que les questions soient non seulement pertinentes mais qu’elles ne soient pas artificielles.  Ainsi, dans une enquête sur les loisirs des jeunes, les enquêtés devaient choisir une activité parmi une liste. Aucune place n’avait été laissée pour le temps à ne rien faire, « à glander ». Pour éviter ces travers, la connaissance de la littérature sur le sujet est indispensable. La rencontre (en amont) avec des acteurs à enquêter permet d’élaborer une problématique qui guide ensuite la trame des questions posées.

Le choix de l’échantillon de personnes à interroger est délicat. Vouloir disposer d’un échantillon représentatif est difficile et ne garantit pas la fiabilité de l’enquête. Ainsi, l’ouvrage de Anne-Marie Green (Les adolescents et la musique, EAP, 1986) montre à ses dépens qu’un échantillon représentatif de la société n’est pas une garantie. Cette enquête porte sur les pratiques musicales des jeunes des lycées d’enseignement professionnel. Sous le prétexte qu’elle dispose d’un échantillon représentatif, l’auteure généralise son propos à l’ensemble des jeunes Français alors que « les jeunes de milieu cadre qui sont dans les LEP ne sont pas « représentatifs » des jeunes de ce milieu ». (p. 97) L’échantillon est ce qu’il est. Il faut en être conscient quelque soit la manière dont on use (effet boule de neige ou échantillon représentatif). Les déterminants sociaux (sexe, âge, position sociale, capital scolaire, capital économique, capital santé, cadre familial et identitaire) servent à croiser les données recueillies et à proposer une interprétation. De Singly revient sur les méthodes qui peuvent être mises en œuvre : indice, typologie. Il présente les tableaux croisés et leur mode de fonctionnement à partir d’exemples lumineux (pratiques cinématographiques des étudiants). Le rôle joué par des variables indépendantes, dépendantes ou test est central pour comprendre les facteurs qui influent sur les comportements. On regrettera toutefois que les exemples de cette troisième édition remaniée ne soient pas rapprochés de l’usage de logiciels tels Excel (et de la fonction tableau dynamique croisé) ni des supports en ligne existant (http://www.mon-enquete-enligne.fr par exemple). Car, c’est avec ces outils que se fait la recherche d’aujourd’hui.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Le dictionnaire des sciences sociales.

C_Le-Dictionnaire-des-sciences-sociales_5181

Le dictionnaire des sciences sociales. Jean-François Dortier (dir.) Sciences Humaines Editions, Auxerre, 2013. 459 p. 17€.

En 2004 paraissaient aux éditions Sciences Humaines le gros volume : Dictionnaire des Sciences Humaines (875 pages, 49€) sous la direction de Jean-François Dortier, rédacteur en chef de la fameuse revue. Dès 2008, le gros dictionnaire a fait des petits et a été décliné en poche sous différentes thématiques.  Une formule plus pratique, moins encombrante pour qui aime lire dans les transports.

Les articles reprennent ceux qui sont présents dans le gros volume. Isabelle Mouton, la graphiste de Sciences Humaines, a pris le parti de mettre à part les notices biographiques dans un cahier grisé. L’essentiel de l’ouvrage est composé des articles portant sur les notions et les concepts. Le texte est très accessible. Les journalistes de SH sont les chevilles ouvrières de ce dictionnaire ou du moins celui de la première édition (Sylvain Allemand, Martine Fournier, Evelyne Jardin, Xavier Molénat, Jean-Claude Ruano-Borbalan…). On cherchera en vain leurs noms dans la formule de 2013.

Les notices publiées dans le volume de 2013 ont été actualisées. Ainsi, l’article Banlieue propose en pistes bibliographiques l’ouvrage de Christophe Guilly : Fractures françaises. 2010. Idem pour la longue notice consacrée à la ville : Michel Lussault. L’avènement du monde. Essai sur l’habitation de la planète paru en 2013. L’article Péri-urbain demeure toutefois daté. S’il prend bien en compte le zonage en aires urbaines, la présence du tiret dans le mot témoigne d’une acception davantage anglo-saxonne que française, basée sur le modèle centre-périphérie. Aujourd’hui, les géographes ont montré l’émergence de polarités secondaires qui relativisent la dépendance de ces espaces au pôle urbain central. Le périurbain n’est plus un espace sous dépendance mais un espace où s’opère une hybridation entre la ville et la campagne. Les créations d’emplois dans ces zones témoignent du dynamisme de celles-ci. La vision de villages-dortoirs, si elle existe encore, doit être diversifiée.

Au-delà de ces réserves, ce volume est très utile et constitue une bonne mise en bouche pour aborder des notions et des concepts en sociologie. A conseiller pour les étudiants comme pour les lycéens.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants.

9782110092106

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants. Vincenzo Cicchelli, Observatoire national de la vie étudiante, La documentation française, 2013. 215 p. 19€

A l’heure où l’Observatoire de la Vie étudiante publie les résultats de sa grande enquête triennale, la lecture de l’ouvrage Vincenzo Cicchelli permet de réfléchir à la complexe question de l’autonomie des jeunes. Vincenzo Cicchelli, maître de conférences en sociologie à Paris Descartes, étudie ici le sujet sous l’angle d’une comparaison européenne.

Il part, pour cela, de la définition adoptée par la Prise de position pour l’autonomie des jeunes (Conseil des Membres, avril 2004, Bruxelles) : « L’autonomie est la situation où les jeunes ont le soutien, les ressources et les débouchés nécessaires leur permettant de vivre de manière autonome, de faire leurs choix de vie et d’avoir accès à une participation sociale et politique totale dans tous les secteurs de la vie quotidienne, ainsi que de prendre des décisions de manière autonome. » Pour être autonome, il est donc nécessaire de réunir toutes les facettes de la définition et, force est de constater, que ce n’est pas simple ! La tendance actuelle en France va plutôt dans le sens contraire. L’acquisition de l’autonomie (l’empowerment ou capacitation) est de plus en plus longue et progressive : « Les jeunes (scolarisés ou non) n’ont jamais été aussi autonomes et dépendants en même temps : ils sont de plus en plus placés par les adultes dans une situation d’apesanteur sociale (…) » (p. 184)

L’entrée dans la vie adulte est de plus en plus tardive en raison du report de la sortie du système scolaire, à l’accès au premier emploi de plus en plus tardif, à un départ de la famille d’origine repoussé, une mise en couple et la constitution d’une nouvelle famille (naissance des enfants) ajournées. Cet allongement de la jeunesse fait qu’elle ne doit plus être considérée comme une transition entre l’enfance et l’âge adulte mais comme un temps à part entière de la vie. Les différences entre les pays européens sont très nettes (voir à ce propos l’ouvrage de Cécile Van de Velde). La France se situe dans une position intermédiaire entre les pays du Nord qui offrent des allocations aux jeunes, leur permettant de quitter le foyer familial le plus tôt possible et une Europe du Sud (voir la comparaison France – Italie menée par Vincenzo Cicchelli) où les jeunes restent tardivement chez leurs parents (plus particulièrement en Espagne ou au Portugal où les jeunes ne quittent leurs parents que pour s’installer en couple marié dans un appartement acheté avec l’aide de la famille). La France se singularise de ses voisins par une double dépendance des jeunes à leur famille et à l’Etat.

L’étude des rapports établis par des structures étatiques ou think thank européens sur la question de l’autonomie de la jeunesse fait apparaître des propositions récurrentes en faveur d’aides à destination de la jeunesse. Toutefois, la mise en place de ces mesures se heurte à leur coût. Aussi, il n’est pas étonnant que la précédente enquête de l’OVE (2010) mettait en évidence que les enfants de cadres supérieurs soient trois fois plus représentés dans la population étudiante que parmi les jeunes actifs de 18 à 24 ans. L’aide financière de la famille est centrale dans le budget des étudiants. Des rapports, a émergé l’idée de permettre à tout un chacun de se former tout au long de la vie. Cette mesure viserait à lutter contre le déterminisme scolaire qui entrave la progression professionnelle d’une personne au cours de sa vie active. N’est-il pas fou qu’on demande à une personne de quarante ans quel bac elle a passé, comme si le parcours professionnel ne s’en tenait qu’à la formation initiale ?

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse ».

Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse ». Bénédicte Grosjean. Mardaga, 2010. 349 p. 35€

26456773_8062528

« Ville diffuse », voilà par excellence un oxymore. Comment une ville, qui représente la concentration de populations, peut-elle être qualifiée de dispersée ? C’est la question que s’est posée Bénédicte Grosjean, ingénieur architecte, quand elle a entamé une thèse de doctorat en urbanisme (récompensée par le Prix de la Thèse sur la Ville en 2007). Citoyenne belge, elle a voulu étudier son pays sous l’angle du concept italien de Citta diffusa, né en 1990 dans une recherche produite par Francesco Indovina portant sur la délimitation de la commune métropolitaine de Venise.

Bénédicte Grosjean est partie de l’idée que le territoire belge présente des aspects similaires à la situation vénitienne : « territoire vaste au développement extensif (…) et à fonctionnalité urbaine », un espace de faibles densités, bien connecté et parcouru par des relations horizontales entre des services et des activités productives. Au contraire des métropoles alimentées par l’exode rural puis, dans le cadre de l’étalement urbain, par un exode urbain, la cité diffuse s’est formée suite au passage des activités agricoles à des activités industrielles. Ce changement productif a eu comme impact d’enrichir les salariés qui ont fait construire ou ont construit eux-mêmes une maison. C’est un phénomène de « campagne construite » (p. 24) sans schéma directeur, le long des axes. C’est dans ces espaces que des entreprises vont s’installer pour accéder à une main d’œuvre abondante et à un foncier bon marché. Les services et équipements publics vont suivre. Ce qui caractérise la ville diffuse est l’absence de centralités. Les polarités secondaires qui émergent ne sont pas structurantes dans le cas italien. La métaphore de l’éponge est proposée pour comprendre ce qui se joue en Vénétie : « Les déplacements dans de nombreux territoires contemporains ne peuvent plus selon lui être conceptualisés uniquement selon le modèle hydraulique des tubes rigides, avec un diamètre, un débit, une entrée et une sortie donnés, mais plutôt à la manière dont les fluides percolent dans une éponge, où les flux s’autorégulent, sans se perdre ni l’obstruer ; les territoires se caractérisant alors par une surface de pénétration, une porosité et une capacité d’absorption données. » (p. 29)

L’auteure met à l’épreuve l’hypothèse que la ville diffuse soit un concept valable en Belgique comme en Vénétie. Pour cela, elle adopte une démarche d’historienne (dépouillement de nombreuses archives) afin de dater l’apparition de cette ville diffuse (urbanisation en ruban le long des voies de communications) et pour en expliquer son existence. Cet état de fait est le résultat des lois sociales de la fin du XIXème siècle qui ont favorisé l’accès à la propriété aux ouvriers (1889) sans qu’aucun schéma directeur d’urbanisation n’ait été adopté. Aussi, en 2001, ¾ des ménages belges vivaient dans une maison unifamiliale contre 58% en France. Bénédicte Grosjean fait remonter la ville diffuse à la mise en place (fin XIX-début XXème siècle) d’un réseau vicinal ferré au détriment du réseau routier. Ce réseau ferré vicinal s’appuie sur les fortes densités de population des communes. Contrairement à la France, les campagnes belges ne connaissent pas un exode rural massif mais le développement des mobilités pendulaires. Ces dernières permettent le maintien d’une diversité économique dans les bourgs (double activité agricole – industrielle et commerces). La ville diffuse belge existait donc avant la diffusion de l’automobile.

La Belgique d’aujourd’hui est le résultat de cette histoire. Toutefois, de nombreux éléments ont impacté la situation précédemment décrite. Après la seconde guerre mondiale, la Belgique connaît un essor du réseau routier et autoroutier. Le réseau ferré vicinal est démantelé à partir de 1947. Le rail subsiste avec les lignes à grande vitesse qui relie les métropoles européennes. La mixité des fonctions très présente dans les villages belges l’est beaucoup moins. La fonction résidentielle l’emporte même si la fonction commerciale est présente avec les grands centres commerciaux qui s’installent en périphérie des grandes villes belges. Bruxelles joue son rôle de métropole et attire les actifs (les navettes quotidiennes sont responsables d’une augmentation d’un tiers de la population de Bruxelles pendant la journée). Cette métropolisation distingue la situation belge de celle de la Vénétie. Ce qui caractérise la Belgique et son réseau urbain est l’absence d’échelles intermédiaires. « On vit essentiellement à deux échelles, passant directement de sa maison et de son jardin à l’autoroute, du local au global. On habite directement le territoire et pas la ville, même diffuse. » (p. 298)

Ce texte, très historique, a le mérite de dire que l’hypothèse de départ n’était pas la bonne. Le lecteur suit, pas à pas, les étapes de la recherche et voit apparaître au fil du texte les limites à l’application du concept de ville diffuse à l’exemple belge. La démarche de l’auteure est très didactique sans être simpliste. Elle ne cherche pas à épargner ses lecteurs du raisonnement qu’elle a mené. Un ouvrage à classer dans le rayon ville-campagne mais aussi méthodologie au côté du best-seller L’art de la thèse de Michel Beaud !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne.

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun. Yemmafouo Aristide. L’Harmattan, 2013. 264 p. 28€

41YaD0PdoLL

La croissance urbaine que connaît l’Afrique s’accompagne du passage de la ville compacte à la ville étalée. Aux marges des agglomérations, apparaissent des espaces périurbains. Peu étudiés, ils sont pourtant au cœur de l’urbanisation en cours. C’est là que se joue l’avenir de la ville africaine. C’est du moins l’hypothèse que fait Aristide Yemmafouo, enseignant-chercheur en géographe à l’Université de Dschang (une ville de l’ouest du Cameroun), qui publie ici le premier ouvrage sur les espaces périurbains africains. Ce texte est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenu en 2009.

Lire les espaces périurbains africains n’est pas aisé car l’armature conceptuelle a disposition est occidentale et plus particulièrement française. Les espaces périurbains camerounais ne peuvent se comprendre qu’en les replaçant dans le contexte urbain africain (ville coloniale / ville nouvelle / ville spontanée et anarchique). L’urbanisation des villes africaines est le résultat de l’exode rural massif qui a eu lieu au lendemain des indépendances. La périurbanisation (apparue dans les années 1980) s’explique par un double processus :

–  la gentrification des centres urbains petit à petit réservés à la nouvelle bourgeoisie.

–  le désir d’avoir un chez-soi partagé par les classes moyennes, qui trouvent en périphérie un accès au terrain plus aisé.

L’installation dans le périurbain ne se fait pas directement : le rural s’installe d’abord en ville puis quitte celle-ci au profit des espaces périurbains. Ces ménages pratiquent une double activité (commerce et agriculture – le « vivrier marchand »). Ils se rendent à la ville grâce à des petites motos chinoises.

La question foncière est centrale pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. Elle fait la spécificité du périurbain africain. Dans les pays occidentaux, la périurbanisation s’explique surtout par le développement des transports et plus généralement l’accessibilité des espaces périphériques même si la question foncière n’est pas négligeable. En Afrique, prendre en compte le statut de la terre est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. La propriété foncière, comme on la connaît dans notre pays, n’existe pas. La terre appartient à un groupe qui la reçoit du représentant de l’ancêtre fondateur de la chefferie (droit coutumier). La terre ne se vend pas. Elle est un outil de production et de reproduction sociale. Cette conception foncière traditionnelle se heurte au droit moderne (droit écrit) et c’est pourquoi de nombreux propriétaires périurbains ont fait immatriculer leurs terres afin de faire valoir leurs droits sur celle-ci (obligation de prouver que le terrain est occupé avant 1974 et qu’il est mis en valeur). Ces propriétaires périurbains sont accusés d’alimenter la spéculation en refusant de céder leurs terres actuellement. Ces mesures entrent en opposition avec la loi foncière camerounaise qui autorise tout Camerounais à s’installer où il veut !

Cet imbroglio juridique est particulièrement exploité dans cet espace d’entre-deux qu’est le périurbain. « (…) Les acteurs exploitent plutôt les faiblesses de la législation foncière et urbanistique en vigueur pour établir leurs propres lois. » (p. 99) La mise en place progressive de l’immatriculation des terrains permet leur cession. Ce sont les jeunes autochtones qui vendent des parcelles à des jeunes allochtones afin de récupérer des fonds (financement d’études, achat d’un fonds de commerce…). Cela doit tout de même se faire avec l’accord du chef de la chefferie (qui à l’occasion reçoit des cadeaux). Des promoteurs privés peuvent aussi acquérir des parcelles afin de répondre à la demande en logements des urbains. Ils se substituent à des structures parapubliques chargées de ces prérogatives au nom de l’Etat mais dont l’action est inefficace. Le rôle de ces promoteurs est à relativiser en raison de l’importance de l’auto-construction. En dehors de ces transferts de propriétés, il existe un grand nombre de situations intermédiaires : location et prêt de terrain à des fins agricoles (en attendant que le propriétaire ait réuni assez d’argent pour construire sa maison), location et logement gratuit (dans le cadre de solidarités familiales) en échange de son entretien.

Ces mutations foncières ont des répercussions paysagères. Les maisons sont de plus en plus réalisées en dur et celles en brique de terre disparaissent. Elles témoignent de la richesse de leurs habitants et sont identifiées comme telles par le voisinage. Les espaces périurbains présentent un urbanisme très divers (lotissement planifié, habitat informel) où l’agriculture tient une grande place  (jardin de case, maraîchage, élevage, agroforesterie : avocatier, safoutier, goyavier…). Une façon de garder « un pied dedans, un pied dehors » (Chaléard et Dubresson, 1989).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent

13862301602_SH255_258

La bibliothèque des idées d’aujourd’hui. 200 livres qui comptent. Sciences Humaines, Numéro spécial, janvier 2014.

Les fins d’année sont propices à faire des bilans. Sciences Humaines n’y déroge pas. Le parti pris ici est de proposer à ses abonnés et à ses lecteurs en général une sorte de reader digest des 200 livres qui ont compté au cours des treize dernières années. La lecture de ce numéro spécial doit permettre de faire le point sur les idées qui ont marqué ce début de XXIème siècle. « Ce numéro vise à lutter contre l’usure du temps et prendre la mesure des évolutions en cours. Il s’inscrit dans une optique du « développement intellectuel durable » – ni course incessante à la nouveauté, ni retour aux éternels classiques -, mais un travail permanent pour approfondir et accroître notre savoir sur le monde. »

Parmi les 200 titres retenus, beaucoup ont d’ors et déjà joué un rôle central dans l’histoire des idées et plus modestement dans nos disciplines : Le cygne noir de Nassim N. Taleb, Effondrement de Jared Diamond, Géohistoire de la mondialisation de Christian Grataloup, The box de Marc Levinson, Les classes moyennes à la dérive de Louis Chauvel, Du village à la ville de Doug Saunders, pour n’en citer que quelques-uns. Parcourir ce numéro, c’est aussi prendre la mesure de toutes les lectures indispensables que l’on n’a pas faites ! C’est se mettre à rêver de disposer de davantage de temps pour lire et se former. Vision utopique en ces temps de révision des missions du métier d’enseignant !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Vers un nouveau monde

Vers un nouveau monde. Les grands dossiers des Sciences Humaines. N°33. Janvier-février 2014.

2d7a3d3424b3e8ea087ed4068189c5a4

 « Ce nouveau Monde appelle un effort de synthèse pour être compris. Le grand défi des sciences humaines du XXIème siècle sera de penser globalement ses mutations. L’enjeu n’est rien de moins que d’infléchir sa trajectoire vers le meilleur, de léguer à nos enfants un futur qui devra prolonger et améliorer les acquis sans précédents dont nous jouissons aujourd’hui. » Ainsi s’achève l’éditorial de Laurent Testot, journaliste au magazine Sciences Humaines, qui a coordonné ce dossier fort intéressant sur la mondialisation et notre société en général.

Les contributions ou interviews de géographes (Sylvie Brunel, Michel Lussault), de géopoliticiens (René-Eric Dagorn), d’économistes (Jeremy Rifkin), de sociologues (Julien Damon), de philosophes (Marcel Gauchet) sont rassemblées ici pour nous aider à penser le monde qui nous entoure. Un Monde avec une majuscule comme nous invite à le considérer Michel Lussault qui veut rompre avec une « vision continuiste de la mondialité » et insiste sur « la radicale nouveauté du Monde comme espace social à l’échelle globale », innovation qui justifie selon lui l’emploi de la majuscule. La clé de lecture de notre Monde n’est pas la mondialisation mais l’urbanisation qui a modifié profondément nos sociétés. La mobilité a, elle aussi, changé en profondeur les sociétés. L’hyperspatialité (la capacité à se connecter en tout lieu à tout lieu) n’a pas encore révélé tous ses ressorts. « Songez qu’il y a encore dix ans, les Smartphones, les tablettes et tous les autres outils numériques dont nous ne pouvons plus nous passer n’existaient pas encore ! »  Michel Lussault estime qu’il faut cesser de penser le Monde d’aujourd’hui avec des outils conceptuels d’hier (ceux du XIXème siècle). Le Monde d’aujourd’hui doit être lu à travers trois paradigmes : l’urbanité, la mobilité et la vulnérabilité. Pour lui, l’échelle étatique a vécu et il faut inventer autre chose : « « un parlement urbain » qui donnerait une voix à des représentants de ces aires urbaines qui comptent tant aujourd’hui, et un parlement de la Terre » qui pourrait être le lieu où les questions de nature mondiale seraient traitées. » Cette analyse décoiffante, accompagnée de propositions, montre, s’il en était besoin, que les géographes ont beaucoup à apporter à la lecture de notre Monde.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Demandez le programme du colloque de l’AIDELF !

70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75

Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Par Catherine Didier-Fèvre

Séance 9a – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Aula Aldo Moro

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321