Elysium, le périurbain de demain ?

Si travailler sa thèse consiste à occuper son été à lire, écrire (ou essayer d’écrire), élaborer son plan de thèse (promis, faut que je m’y mette !), il est aussi indispensable de penser à se distraire ! Je le dis assez à mes élèves et à mes étudiants à l’approche des concours pour ne pas, moi aussi, sacrifier à cette activité !  😉


ELYSIUM Trailer par teasertrailer

Je me suis rendue au Cinéma L’Ermitage de Fontainebleau pour y voir Elysium, un film de science-fiction réalisé par Neil Blomkamp (sud-africain, réalisateur de District 9), sorti sur les écrans le 14/08/2013. En 2154, la terre est surpeuplée, polluée et en proie à la criminalité. Aussi, les plus riches ont fait construire une station spatiale qui leur permet de vivre à l’abri de tous les méfaits qui ont lieu sur terre. C’est cet habitat spatial qui intéresse la géographe que je suis, car, figurez-vous qu’Elysium ressemble à un lotissement périurbain ! Les très riches y habitent des maisons d’architecte, des bâtisses inspirées de l’architecture du sud esclavagiste des Etats-Unis, un habitat résidentiel individuel, le tout dans un cadre verdoyant (Urbain, 2002). Piscine, pelouse dotent chacune des propriétés où des droïdes (en livrée rouge et noire) servent Champagne et cocktails aux habitants et à leurs invités. L’accès à cette enclave (Blakely et Synder, 1997, Charmes, 2011) est solidement réglementé et soumis aux autorisations de contrôleurs spatiaux.

Ce paradis spatial attire évidemment les convoitises des pauvres restés sur terre. Mais, ce n’est pas tant la richesse des citoyens d’Elysium qui explique que des vaisseaux clandestins essayent d’accoster sur la base spatiale que le fait que, dans chaque pavillon d’Elysium, se trouve une Medbox. Cet équipement permet, en quelques secondes, d’être guéri de la pire des affections dont vous souffrez : leucémie aigüe, visage arraché par une grenade, radiations… Les Terriens cherchent à y venir pour se faire soigner (on pourrait presque parler de tourisme médical) et paient au prix fort leur passage auprès de bidouilleurs informatiques mafieux qui ont réussi à craquer le code d’accès à la base. La question des migrations est centrale dans ce film mais ce n’est pas tant ce qui nous intéresse, si on veut rester un tant soi peu, dans le sujet de sa thèse !

En revanche, les mobilités justifient ce billet. Rejoindre la base spatiale à partir de la Terre ne prend que 19 minutes (à vitesse supersonique, évidemment) et il y a donc des navetteurs qui font les aller-retours dans la journée. On vient travailler sur Terre et on rentre dormir sur Elysium ! C’est le cas de John Carlyle, le patron d’une entreprise qui fabrique des droïdes de combat pour la ministre de la Défense d’Elysium (une Alliot-Marie en tailleur). Résident d’Elysium, il doit, sur Terre, « faire tourner la boutique » qui ne marche pas si bien que cela, d’ailleurs ! Les actionnaires lui mènent la vie dure. Aussi, il est là pour que les chaînes de production ne s’arrêtent pas et aient une productivité maximale.

Le super-héros du film est Max, incarné par Matt Damon. Orphelin, élevé chez les soeurs, il pointe chez Carlyle car il a décidé de se racheter une conduite (il porte un bracelet électronique pour vols de voiture et autres broutilles…). La « rencontre » du navetteur et du gars du bidonville de Los Angeles se fait à l’occasion de l’exposition de Max à des radiations : Carlyle exigeant qu’on débarrasse l’infirmerie de cet ouvrier qui va salir la literie ! Les deux vont avoir l’occasion de se revoir (je ne vous dis pas pourquoi, au cas où vous iriez voir le film) lors d’un transfert Terre – Elysium. La mobilité pendulaire est la faille du système puisque les citoyens d’Elysium sont vulnérables à une attaque de leur vaisseau avant que celui-ci atteigne la vitesse supersonique.

Finalement, en 2154, on en est toujours au « métro-boulot-dodo » !

Catherine Didier-Fèvre

Les classes moyennes.

Les classes moyennes. Julien Damon. Que sais-je ? PUF, 2013. 127 p. 9€.

6a00d8343bf27053ef01901d914f6f970b-250wi

« (…) Captées dans un entre-deux, par exemple, entre une France d’en haut et une France d’en bas, les classes moyennes présentent une grande dispersion de profils. » (p. 7) surtout si on considère l’affaire à l’échelle mondiale ! Entre déclassement dans les pays développés et apparition dans les pays émergents, la (les) classe(s) moyenne(s) est partout un « épicentre des questions sociales et des préoccupations électorales. » (p. 5)

Cet objet occupe depuis peu Julien Damon. Ce sociologue est venu à la (aux) classe(s) moyenne(s) après avoir beaucoup travaillé la question de l’exclusion par le biais de la condition des SDF dans la ville. Il élargit aujourd’hui ses terrains de recherche aux politiques familiales et à la mobilité (dans le cadre de son investissement au sein de Gares connexions).

Une, puis, des classes moyennes

Aristote, Tocqueville, Marx, Gambetta, Jaurès, Durkheim, Simiand, Halbwachs, Mendras se sont intéressés à la classe moyenne (au singulier) avant que le pluriel s’impose pour celles qui se sont étendues et banalisées. Les définir est un exercice difficile. Trois approches sont possibles : par les appartenances socio-professionnelles, par les revenus et par l’identification individuelle à la catégorie. Selon la définition retenue, les classes moyennes peuvent représenter jusqu’à 80% de la population ! Les définir amène à se demander si les classes moyennes s’établissent « à partir d’un milieu mathématique (des revenus ou des consommations) ou bien si les classes moyennes sont, en elles-mêmes, un milieu social (comme on dit « je ne suis pas de ce milieu ») » (p. 16). Aussi, avec des approches si différentes, il n’est pas étonnant que les analystes ne soient pas d’accord et à plus forte raison, si on veut faire une comparaison européenne voire mondiale !

Les classes moyennes françaises : un enjeu électoral

Le cas français est analysé très précisément. Cette partie est très documentée et argumentée. Julien Damon conclut que l’idée du déclassement qui hante les classes moyennes françaises n’est justifiée que si on considère la base des classes moyennes. Leur situation se rapproche, sur vingt ans, de la situation des classes populaires (fourchette haute). Il rejette l’idée selon laquelle l’espace périurbain serait celui des classes moyennes. « La France des pavillons et des lotissements, de la bagnole et du barbecue, a longtemps renvoyé l’image de l’ascension et du standing moderne des classes moyennes. » (p. 60) Il insiste sur le fait que « (…) les classes moyennes – en tant que catégorie unitaire apprécié nationalement – ne présentent pas de singularité territoriale déterminante » (p. 64). La diversité sociale comme géographique l’emporte. Quelques tendances émergent qui affectent de manière différenciée les classes moyennes : effritement (les classes moyennes ne constituent pas une unité sociologique), écrasement (le cœur des classes moyennes ne profite pas du système français de transferts qui bénéficient aux plus démunis et aux plus riches – niches fiscales), étalement (les classes moyennes nourrissent  l’étalement urbain par leurs trajectoires résidentielles), émiettement (politiquement, elles sont courtisées par tous les partis, sauf l’extrême-gauche).

La middle class américaine

Aux Etats-Unis, Charles Wright Mills, sociologue, note dès 1951 l’apparition d’une middle class, constituée de cols blancs (en croissance numérique) : « un démenti aux théoriciens du XIXème siècle qui prévoyaient une société divisée en patrons et ouvriers » (p. 70). La transition d’une société industrielle vers une société post-industrielle (débutée dans les années 1970) se traduit par une baisse des catégories de personnes de niveau intermédiaire. La crise de 2007 a accentué ce sentiment de déclassement, confirmé par les statistiques (-0,6%/an pour le revenu moyen américain sur les dix dernières années contre 3% de croissance/an entre 1960 et 1970). Obama et son Obamacare ont mis au cœur du débat politique les classes moyennes (qui travaillent mais ne peuvent se payer une assurance maladie, malgré la bi-activité des ménages) jusque-là oubliées.

La montée des classes moyennes dans les pays émergents

Quant aux pays émergents, ils sont emblématiques de l’entrée du monde en « phase de moyennisation » (p. 98). Estimer le nombre de personnes concernées est compliqué. En Inde, les estimations varient de 50 à 300 millions de personnes ! L’essentiel des classes moyennes se trouve dans la fourchette basse retenue. Quoi qu’il en soit, la montée en  puissance des classes moyennes est gage de démocratie si on en croît Aristote : « lorsque la classe moyenne est importante, il y a moins de risques de discordes et de division » (p. 115) même si les aspirations des classes moyennes en termes de droits civils et sociaux se heurtent au pouvoir central (manifestations).

Classes moyennes de tous pays, unissez-vous !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Œuvre d’art, jeune et périurbain : quel lien ?

IMG_0299

« Le souvenir, c’est la présence invisible »

Œuvre réalisée par Mathilde, élève de terminale au Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines, lors d’une résidence au Centre d’Art de La Source, 2012.

Photographie : Catherine Didier-Fèvre

Une œuvre d’art, réalisée par une élève, voici sur quoi j’ai choisi de travailler aujourd’hui. Cette réalisation artistique m’a beaucoup questionnée lorsque je l’ai découverte exposée dans le hall du Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines en janvier 2013. Le support est constitué d’une carte routière et celle-ci, à peu de choses près, délimite mes terrains de recherche. Les mots qui y figurent ont achevé que mon regard s’y attarde. J’y ai lu « le souvenir présence, c’est là invisible » sans comprendre ce que l’élève qui en était l’auteur avait bien voulu dire. L’assemblage des mots « c’est là invisible » et leur localisation sur la carte m’ont fortement interpellée : l’adverbe de lieu [1] se trouvant sur la zone périurbaine Est. Pour le reste, l’assemblage des mots me semblait toujours énigmatique, même si j’interprétais « C’est là invisible » comme étant une évocation de l’absence de la présence des jeunes dans les espaces situés autour de l’agglomération parisienne. Insatisfaite de ce commentaire, je me suis donc mise en quête de l’artiste afin d’avoir une explication sur cette drôle d’œuvre qui prend pour support un document intrinsèquement géographique.

Ma rencontre avec Mathilde (17 ans, Septeuil) a été fructueuse puisque j’ai pu comprendre à la fois l’agencement et le sens des mots qui y figuraient. Il fallait y lire « Le souvenir, c’est la présence invisible », une phrase tirée du poème Océan de Victor Hugo. L’œuvre n’est pas seulement constituée d’une carte et de mots mais aussi de trois photographies argentiques qui évoquent l’effacement d’une image, d’une scène. Mathilde a justifié le choix de la carte par le fait que c’est là qu’elle construit ses souvenirs, dans un espace qu’elle estime perdu. Pour elle, la carte renseigne sur qui on est et d’où on est. Pour montrer que le temps a fait son œuvre, Mathilde a choisi cette vieille carte Michelin : « une carte qui a vécu ». Elle l’a encadrée « d’un bout d’une autre carte » car cet espace se trouve au milieu d’autres espaces. Le découpage d’un rectangle dans la partie Est de la carte est là pour montrer le vide, par la transparence.

Les souvenirs de Mathilde prennent place dans l’espace où elle vit. Ils s’y effacent aussi. Le temps fait son œuvre et c’est un document géographique ancien qui doit en témoigner. Au-delà de l’interprétation que l’artiste en fait, ce document est éminemment géographique dans le sens où il est le témoin de l’ancrage d’une jeune à son territoire. Ses souvenirs sont territorialisés. Non seulement, ils rendent compte d’une présence invisible au sens littéraire de la citation de Hugo mais ils témoignent, pour la chercheuse en géographie, de la présence peu visible des jeunes dans les espaces périurbains comme dans la recherche.

Catherine Didier-Fèvre


[1] Mentalement, j’ai ajouté un accent au A de l’œuvre en mettant sur le compte d’une faute d’orthographe cet oubli d’accent. L’article s’est donc retrouvé transformé en adverbe de lieu ! Foutue méthode globale !!

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain.

La formation des groupes de jeunes dans l’espace urbain. Ferrand, Alexis. Logiques sociales. L’Harmattan, 2013. 190 p.

948147311_L

Voilà un drôle d’objet éditorial que publie la collection Logique sociales : le texte d’une thèse de sociologie soutenue en 1975 et remaniée en 2013 par son auteur, entre temps devenu professeur d’université à Lille !

C’est donc à la fois un objet historique que nous avons entre les mains et quelque chose d’actuel (puisque le texte a été annoté en 2013). La limite entre les deux n’est pas facile à tracer et cela complique la tâche du lecteur. Ce texte témoigne d’une époque : celle de la sociologie marxiste réalisée à Nanterre sous l’influence d’Henri Lefebvre. Alexis Ferrand écrit alors dans l’entourage d’Alain Touraine ou de Manuel Castells. La bibliographie de l’ouvrage rend compte de ces influences : beaucoup de références des années 1960 et l’absence intrigante (pour une bibliographie présentée dans la préface comme actualisée) de travaux récents de sociologie de la jeunesse (Olivier Galland, par exemple).

A l’époque, Alexis Ferrand s’intéresse aux lieux occupés par les jeunes pendant leur temps libre. Il a l’intuition (intuition qui va se révéler improductive) qu’il peut élaborer une sémiologie de l’espace urbain, dans la lignée des travaux de Roland Barthes (1964) et ceux mené sur l’habitat par les Raymond (H. et MG.) et Haumont (N. et A.) en 1966. Il pense qu’il existe « une représentation des valeurs différentielles des espaces s’organisant plus ou moins en un système de signification. » (p. 40). Il place son travail dans le contexte des réflexions d’Henri Lefebvre sur l’habitat : « L’habiter s’exprime objectivement dans un ensemble d’œuvres, de produits, de choses qui constituent un système partiel : maison, ville, agglomération. En même temps, l’habiter s’exprime dans un ensemble de mots, de locutions… Il y a donc double système, sensible et verbal, objectal et sémantique. (…) Il y a double message, celui des mots, celui des objets… le système des objets permet de cerner et d’analyser le système des significations verbales et inversement. » (p. 41)

Pour cela, Alexis Ferrand est parti à la rencontre des jeunes de Guerville, de Mantes La Ville, de Mantes-La-Jolie et de Vélizy-Villacoublay. Il a fait jouer « le (faux) hasard des rencontres sur le terrain neutre des espaces publics. » (p. 43) Il a baptisé ceux qu’il a rencontré : parisien, discothèque, cave, groupe de Chez Jeannine… A partir de leurs propos se dessine une géographie des lieux juvéniles d’une autre époque où, pour entrer en boîte de nuit, il fallait porter le costume mais où votre parler de banlieue (la banlieue ouest, tout de même !) trahissait votre origine sociale ! Une époque où les jeunes apprentis versaient leur salaire à leurs parents, où les jeunes restaient chez Papa et Maman, au moins, jusqu’au service militaire et ne s’installaient ailleurs que lors de leur mariage. Une époque où on draguait les filles aux bals, dans les boums de la MJC ou mieux dans celles organisées dans le garage d’un copain (les lumières y étaient plus tamisées et donc « les filles plus désirables » (p. 103) ! Une époque où, pour passer le temps, on allait au café et on faisait tout pour y rester sans renouveler sa consommation. D’ailleurs, les choses ont-elles tant changé que cela aujourd’hui ? Les lieux ne sont plus les mêmes mais les pratiques si !

Alexis Ferrand reste toutefois sur sa faim côté « système unifié de signification » (p. 47) Les propos des jeunes sont pauvres lexicalement et peinent à traduire leur rapport à l’espace. La plupart (sauf le Parisien) n’a pas conscience qu’il y a des hommes derrière l’organisation urbaine (des architectes, des urbanistes). Ils résument leur analyse spatiale à des expressions comme « Velizy, c’est creux », « C’est pourri ». « A Vélizy, c’est vraiment du bidon. » (p. 98) Aussi, il oriente son étude vers les mécanismes de formation de groupes d’amis. Il reconnaît aujourd’hui que son analyse était influencée par la socio-économie marxiste. « La question initiale « Est-ce que les jeunes qui font des choses ensemble se ressemblent ? » peut être retournée en postulat : ils se ressemblent parce qu’ils développent des pratiques identiques et les font ensemble. Il faut alors identifier les processus qui produisent des pratiques de temps libre socialement différenciées. » (p. 96) Si les enfants des CSP + avaient des pratiques similaires et se fréquentaient, c’est parce qu’ils allaient au même lycée et avaient les mêmes temps libres, incompatibles avec le temps libre des apprentis et des jeunes travailleurs !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes