Archives de catégorie : Billets

Viens à la maison

11194438_919645398097838_2223089212537109610_o

Paroles / Lyrics: Claude François, 1972
VIENS À LA MAISON

Dis, ça fait combien de temps
Que tu n’as pas vu un peuplier, une fleur des champs?
Si tu as quelques chagrins,
Pour les oublier, il y a toujours une gare, un train.
Change de ciel, viens voir la terre,
Voir le soleil et les rivières.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Le premier vent du matin sera ton ami
Quand tu iras t’asseoir au jardin.
Et puis le temps passera et tu me diras
« Tout mon passé, il est loin déjà ».
Tu ouvriras une fenêtre,
Un beau matin, tu vas renaître.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile.

Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Les pommiers sont en fleurs, ils berceront ton coeur,
Toi qui es tout en pleurs, ne reste pas dans la ville.
Viens à la maison, y’a le printemps qui chante.
Viens à la maison, tous les oiseaux t’attendent.
Près des grands étangs bleus et dans les chemins creux,
On ira tous les deux oublier ce rêve facile…

Elysium, le périurbain de demain ?

Si travailler sa thèse consiste à occuper son été à lire, écrire (ou essayer d’écrire), élaborer son plan de thèse (promis, faut que je m’y mette !), il est aussi indispensable de penser à se distraire ! Je le dis assez à mes élèves et à mes étudiants à l’approche des concours pour ne pas, moi aussi, sacrifier à cette activité !  😉


ELYSIUM Trailer par teasertrailer

Je me suis rendue au Cinéma L’Ermitage de Fontainebleau pour y voir Elysium, un film de science-fiction réalisé par Neil Blomkamp (sud-africain, réalisateur de District 9), sorti sur les écrans le 14/08/2013. En 2154, la terre est surpeuplée, polluée et en proie à la criminalité. Aussi, les plus riches ont fait construire une station spatiale qui leur permet de vivre à l’abri de tous les méfaits qui ont lieu sur terre. C’est cet habitat spatial qui intéresse la géographe que je suis, car, figurez-vous qu’Elysium ressemble à un lotissement périurbain ! Les très riches y habitent des maisons d’architecte, des bâtisses inspirées de l’architecture du sud esclavagiste des Etats-Unis, un habitat résidentiel individuel, le tout dans un cadre verdoyant (Urbain, 2002). Piscine, pelouse dotent chacune des propriétés où des droïdes (en livrée rouge et noire) servent Champagne et cocktails aux habitants et à leurs invités. L’accès à cette enclave (Blakely et Synder, 1997, Charmes, 2011) est solidement réglementé et soumis aux autorisations de contrôleurs spatiaux.

Ce paradis spatial attire évidemment les convoitises des pauvres restés sur terre. Mais, ce n’est pas tant la richesse des citoyens d’Elysium qui explique que des vaisseaux clandestins essayent d’accoster sur la base spatiale que le fait que, dans chaque pavillon d’Elysium, se trouve une Medbox. Cet équipement permet, en quelques secondes, d’être guéri de la pire des affections dont vous souffrez : leucémie aigüe, visage arraché par une grenade, radiations… Les Terriens cherchent à y venir pour se faire soigner (on pourrait presque parler de tourisme médical) et paient au prix fort leur passage auprès de bidouilleurs informatiques mafieux qui ont réussi à craquer le code d’accès à la base. La question des migrations est centrale dans ce film mais ce n’est pas tant ce qui nous intéresse, si on veut rester un tant soi peu, dans le sujet de sa thèse !

En revanche, les mobilités justifient ce billet. Rejoindre la base spatiale à partir de la Terre ne prend que 19 minutes (à vitesse supersonique, évidemment) et il y a donc des navetteurs qui font les aller-retours dans la journée. On vient travailler sur Terre et on rentre dormir sur Elysium ! C’est le cas de John Carlyle, le patron d’une entreprise qui fabrique des droïdes de combat pour la ministre de la Défense d’Elysium (une Alliot-Marie en tailleur). Résident d’Elysium, il doit, sur Terre, « faire tourner la boutique » qui ne marche pas si bien que cela, d’ailleurs ! Les actionnaires lui mènent la vie dure. Aussi, il est là pour que les chaînes de production ne s’arrêtent pas et aient une productivité maximale.

Le super-héros du film est Max, incarné par Matt Damon. Orphelin, élevé chez les soeurs, il pointe chez Carlyle car il a décidé de se racheter une conduite (il porte un bracelet électronique pour vols de voiture et autres broutilles…). La « rencontre » du navetteur et du gars du bidonville de Los Angeles se fait à l’occasion de l’exposition de Max à des radiations : Carlyle exigeant qu’on débarrasse l’infirmerie de cet ouvrier qui va salir la literie ! Les deux vont avoir l’occasion de se revoir (je ne vous dis pas pourquoi, au cas où vous iriez voir le film) lors d’un transfert Terre – Elysium. La mobilité pendulaire est la faille du système puisque les citoyens d’Elysium sont vulnérables à une attaque de leur vaisseau avant que celui-ci atteigne la vitesse supersonique.

Finalement, en 2154, on en est toujours au « métro-boulot-dodo » !

Catherine Didier-Fèvre

Œuvre d’art, jeune et périurbain : quel lien ?

IMG_0299

« Le souvenir, c’est la présence invisible »

Œuvre réalisée par Mathilde, élève de terminale au Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines, lors d’une résidence au Centre d’Art de La Source, 2012.

Photographie : Catherine Didier-Fèvre

Une œuvre d’art, réalisée par une élève, voici sur quoi j’ai choisi de travailler aujourd’hui. Cette réalisation artistique m’a beaucoup questionnée lorsque je l’ai découverte exposée dans le hall du Lycée de La-Queue-Lez-Yvelines en janvier 2013. Le support est constitué d’une carte routière et celle-ci, à peu de choses près, délimite mes terrains de recherche. Les mots qui y figurent ont achevé que mon regard s’y attarde. J’y ai lu « le souvenir présence, c’est là invisible » sans comprendre ce que l’élève qui en était l’auteur avait bien voulu dire. L’assemblage des mots « c’est là invisible » et leur localisation sur la carte m’ont fortement interpellée : l’adverbe de lieu [1] se trouvant sur la zone périurbaine Est. Pour le reste, l’assemblage des mots me semblait toujours énigmatique, même si j’interprétais « C’est là invisible » comme étant une évocation de l’absence de la présence des jeunes dans les espaces situés autour de l’agglomération parisienne. Insatisfaite de ce commentaire, je me suis donc mise en quête de l’artiste afin d’avoir une explication sur cette drôle d’œuvre qui prend pour support un document intrinsèquement géographique.

Ma rencontre avec Mathilde (17 ans, Septeuil) a été fructueuse puisque j’ai pu comprendre à la fois l’agencement et le sens des mots qui y figuraient. Il fallait y lire « Le souvenir, c’est la présence invisible », une phrase tirée du poème Océan de Victor Hugo. L’œuvre n’est pas seulement constituée d’une carte et de mots mais aussi de trois photographies argentiques qui évoquent l’effacement d’une image, d’une scène. Mathilde a justifié le choix de la carte par le fait que c’est là qu’elle construit ses souvenirs, dans un espace qu’elle estime perdu. Pour elle, la carte renseigne sur qui on est et d’où on est. Pour montrer que le temps a fait son œuvre, Mathilde a choisi cette vieille carte Michelin : « une carte qui a vécu ». Elle l’a encadrée « d’un bout d’une autre carte » car cet espace se trouve au milieu d’autres espaces. Le découpage d’un rectangle dans la partie Est de la carte est là pour montrer le vide, par la transparence.

Les souvenirs de Mathilde prennent place dans l’espace où elle vit. Ils s’y effacent aussi. Le temps fait son œuvre et c’est un document géographique ancien qui doit en témoigner. Au-delà de l’interprétation que l’artiste en fait, ce document est éminemment géographique dans le sens où il est le témoin de l’ancrage d’une jeune à son territoire. Ses souvenirs sont territorialisés. Non seulement, ils rendent compte d’une présence invisible au sens littéraire de la citation de Hugo mais ils témoignent, pour la chercheuse en géographie, de la présence peu visible des jeunes dans les espaces périurbains comme dans la recherche.

Catherine Didier-Fèvre


[1] Mentalement, j’ai ajouté un accent au A de l’œuvre en mettant sur le compte d’une faute d’orthographe cet oubli d’accent. L’article s’est donc retrouvé transformé en adverbe de lieu ! Foutue méthode globale !!

Aux franges de l’Europe en quête d’inspiration

photo

LX Factory, Lisbonne, avril 2013

© Catherine Didier-Fèvre

Il y a un mois, Anne Piponnier nous offrait un  billet-cadeau sur la poétique du déplacement. Elle analysait le rôle que jouent les mobilités dans l’élaboration de la recherche. « Participer à des colloques, des séminaires, se rendre à des journées d’étude, rejoindre des rencontres plus ou moins formelles, relativement distants ou éloignés de nos bureaux et domiciles, sont, en effet, l’occasion de faire le déplacement, un mouvement à la fois familier et dérangeant, mais qui, chaque fois, nous engage à plus d’un titre, professionnel et personnel. » 

Me voici en route pour Mor en Hongrie où se tient le premier EURUFU  (European Rural Futures) dont la thématique porte sur “Transport and mobility in rural areas in the context of demographic change ». J’y exposerai les problématiques propres aux navettes réalisées par les jeunes habitant un espace périurbain aux franges de l’Ile-de-France. A la lisière de l’âge adulte, ces élèves périurbains qui fréquentent le lycée de Sens doivent faire avec l’espace. Non autonomes, ils dépendent des transports scolaires à la fois pour suivre leurs études mais aussi pour voir leurs amis, pour sortir, pour exister en dehors du cadre familial. Si, pour les adultes que nous sommes, leurs mobilités contraintes nous semblent bien difficiles à supporter, l’analyse de leurs déplacements et ce qu’ils en disent nous apprend beaucoup sur la capacité d’adaptation de nos élèves. Contraints par des transports longs et rares, ils sont mobiles dans le cadre de leur journée de lycée. Le moindre temps libre est exploité pour explorer la petite ville, pour se forger une personnalité en se confrontant aux uns et aux autres. La fréquentation du lycée leur offre un champ des possibles qu’ils ne soupçonnaient pas quand ils étaient encore élèves au collège.

Tout cela, je le sais plus ou moins depuis que j’ai soutenu mon mémoire de M2 recherche. A quoi bon me direz-vous aller à l’autre bout de l’Europe pour y raconter cette histoire ? De surcroît, en anglais, devant un public d’institutionnels hongrois ou européens de l’est ? Sans compter tout le travail de rédaction qui m’attend !

Et bien, j’escompte beaucoup de cette rencontre, tant au plan professionnel que personnel.

Une immersion totale en langue étrangère, dans un anglais, davantage outil de communication internationale que langue de Shakespeare, me fera le plus grand bien. Par ailleurs, quoi de mieux que d’être en contact avec celles et ceux qui ont des préoccupations proches de son terrain de recherche ? Car, même si nos espaces d’étude semblent bien éloignés, les franges orientales sont en proie à des mutations qui ressemblent bien à celles qui sont en cours ici.

Faire ce voyage à l’Est, c’est aussi, pour la chercheuse que je suis, aller physiquement aux frontières de son monde. C’est une manière d’explorer ses limites (au sens propre comme figuré) et de les mettre à l’épreuve, de se confronter à l’Ailleurs. Rien de mieux qu’une mise en contexte de ce type quand on a la prétention de travailler sur la perception de l’Ailleurs par les jeunes à l’heure de leurs choix post-bac !

Catherine Didier Fèvre

 

 

 

 

La jeunesse a-t-elle une histoire ?

mercredi 08 mai à 22h55, 87 min

jeunesse-a-t-elle-une-histoire

Jacques Royer et Cédric Klapisch, 2012.

Voilà une histoire de la jeunesse décapante !

Imaginez un peu cela :

– un documentariste (Jacques Royer) qui s’invite dans la cuisine d’un réalisateur connu pour ses films sur la jeunesse (Cédric Klapish, Le Péril jeune et L’Auberge espagnole) pour une conversation autour d’une tasse de café Habitat (j’ai les mêmes !) et qui parlent de leur conception de la jeunesse.

– des extraits d’archives INA sur la jeunesse depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

– des sketches hilarants d’un duo de jeunes comiques : Norman et Hugo (web comiques).

– une interview d’une historienne de la jeunesse (non identifiée dans le documentaire).

– un rythme enlevé.

Et vous ne voyez pas passer les 87 minutes du montage alors que l’heure est déjà avancée et que d’habitude vous avez plutôt tendance à vous coucher comme les poules !

Le doc n’est pas parfait. Très peu de dates et de mise en contexte apparaissent quand les images d’archives sont sollicitées. Mais, l’ensemble séduit. On est à mi-chemin entre le divertissement et le documentaire. L’ensemble est très optimiste et cela fait du bien dans un contexte morose. Cédric Klapisch dit, à quelque chose près, « La jeunesse, c’est le bordel et le bordel, c’est la vie ! » 

Petit sondage sur le rapport des jeunes à leur maison

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPhotographie de Léa Boscher

Mener une enquête empirique amène à se poser de nombreuses questions sur la véracité des témoignages recueillis. Bien que mes enquêtes de terrain soient nombreuses (près de 100 entretiens réalisés auprès de lycéens et d’étudiants de première année), j’ai eu envie de tester un nouvel outil pour voir les divergences par rapport à mon échantillon.

Je viens donc de mettre en place un petit sondage en ligne sur le site surveymonkey sur le rapport des jeunes à leur maison : http://www.surveymonkey.com/s/HHHWLVB

Idéalement, je cible les jeunes qui habitent dans le périurbain. Pour faire mon tri parmi les réponses, je demande la commune habitée, le département et surtout l’âge de la personne. Tout cela ne peut fonctionner que si les gens qui participent sont francs mais j’ai eu envie d’essayer. Au pire, cela ne donnera rien. Dans le meilleur des cas, j’aurais, peut être, des éléments de comparaison.

A suivre, donc

Bienvenue sur mon carnet de recherches !

Vous êtes ici sur le carnet de recherches de Catherine Didier Fèvre.

b5870b3ef1846bd3e87e267e723f3dfa

Vous trouverez sur la page (onglet à propos) la présentation de la thèse de doctorat que je prépare depuis deux ans.

Bloggueuse dans le « civil« , j’ai eu envie d’ouvrir un blog consacré à ma recherche en cours. Vous trouverez donc ici des billets rendant compte de mes visites de terrain, de mes lectures, de mes interrogations, de mes impasses mais aussi de mon actualité (colloque, séminaire).