Tous les articles par Catherine Didier Fèvre

« C’est notre café à nous ! »

La Queue-Lez-Yvelines, c’est mon terrain de thèse ! Avant de squatter le Mac Do, les lycéens occupaient les trottoirs devant les vitrines des commerçants non sans en énerver plus d’un ! De la bonne idée de construire un centre commercial en face d’un lycée ! OCCUPER LES ENTRE-DEUX Les pratiques spatiales de lycéens, Carnets de géographes, 2014

LE MONDE | 02.11.2018 à 14h53 

« C’est une cabane en contreplaqué rouge et bois qui toise le parking, en bordure de la RN12, direction Dreux. « Ronald Gym Club » y est inscrit en lettres capitales. Ce mardi après-midi d’automne, les jeux ne sont pas occupés par l’égérie de McDonald’s en train de faire des étirements. Plutôt par des enfants un peu trop âgés aux yeux de la serveuse, charlotte noire sur la tête et surchaussures qui offrent un bruit de plastique à sa démarche décidée.

« Ça suffit de fumer des pétards dans les toboggans ! Ça sent jusqu’au restaurant », admoneste-t- elle en montrant du doigt les effluves de cannabis devant les adolescents hilares. Trois jeunes encapuchés se lèvent. « C’est comme ça tous les jours, je vais encore appeler la gendarmerie si ça continue », menace-t-elle, pendant que ses interlocuteurs sourient et se mettent à chanter : « On est des délinquants, on fume des joints dans les toboggans », sur un air approximatif de rap, en quittant la terrasse du McDonald’s de La Queue-lez-Yvelines (Yvelines)

Ce joli bourg francilien situé à la frontière de l’Eure-et-Loir et de la vallée de Chevreuse fait partie des plus petits villages français à accueillir l’enseigne américaine. Depuis l’ouverture du premier McDo sur la place des Halles, à Strasbourg, en 1979, la France n’a cessé de déclarer son amour au roi du fast-food : on dénombre aujourd’hui plus de 1 285 McDonald’s pour, à titre de comparaison sur l’échelle de la gastronomie, 1 500 restaurants de sushis et 11 000 kebabs. La France est la deuxième filiale la plus rentable au monde, derrière les Etats-Unis, et celle qui enregistre le plus de croissance. Le M jaune brille partout sur le territoire, avec un immense maillage qui englobe désormais des villes aussi petites que « La Queue », comme on l’appelle dans le coin, avec ses 2000 habitants.

Et si des jeunes y fument leurs joints en terrasse, c’est que le McDo est devenu un espace de vie, parfois le seul qui reste. Haut moulant, créoles et eye-liner marqué sur les paupières, Chloé commente l’expulsion des squatteurs de toboggan : « Ils sont dans mon lycée, et c’est vrai qu’on vient tout le temps là pour le déjeuner, c’est juste en face », dit-elle en montrant le vaste établissement de l’autre côté du parking, le lycée Jean-Monnet, qui accueille près de 2 000 élèves venus de toute la région. « On n’a nulle part où aller quand on n’a pas cours. Quand on en a marre de faire des tours dans le Auchan d’à côté, ou de s’asseoir sur les pneus derrière le Norauto, le McDo c’est bien, c’est notre café à nous. » De ces cafés de lycéens où l’on peut commander un café et cinq pailles, profiter du Wi-Fi gratuit, et perdre son après-midi pelotonné sur une banquette qui sent la frite en attendant que le car de 16 heures 30 arrive pour rentrer à la maison.

Deux mille lycéens sont ainsi captifs d’une petite zone commerciale des Yvelines. On comprend mieux pourquoi McDonald’s a atterri à La Queue, et pourquoi les serveuses ne sont pas si fâchées que cela avec eux : ils représentent près de 50 % de la clientèle selon le maire, qui reçoit dans sa jolie mairie blanche, flanqué de ses deux adjoints. « McDo, quand ils sont venus nous voir pour s’implanter, ils ont fait semblant de ne pas avoir vu qu’il y avait le lycée juste en face. Comme s’ils n’avaient pas fait exprès de se mettre là, mais bien sûr que si, ils l’ont fait en connaissance de cause, et c’est assez malin »,raconte Michel Verenneman (LDIV).

En 2013, quand la rumeur de l’installation de McDonald’s est arrivée à La Queue, un collectif s’est bien monté pour dénoncer la malbouffe (http://www.leparisien.fr/espace-premium/yvelines-78/un-collectif-s-oppose-a-l-installation- du-mcdo-11-03-2013-2631109.php) et tenter de bloquer le projet. « Ceux qui étaient en tête de la bagarre sont aujourd’hui les premiers clients, une trentaine d’emplois ont été créés et c’est devenu la cafétéria des lycéens, qui y vont même le week-end pour se retrouver », poursuit l’édile. »



Être jeune et « happy » aux marges de l’Île-de-France

19èmeRDV BE&Nature

16 octobre 2018

14h-16h30

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williamsrenvoie aubonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifsdans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien « The place to be ! ».

La France périurbaine

Cet opus Que sais-je ? consacré à la France périurbaine est une véritable mine pour ceux qui s’intéressent à cet étrange objet géographique « ni-ville, ni-campagne, mi-ville, mi-campagne ». La rédaction de ce mémo a été étonnamment confiée à deux sociologues alors que les tenants de cette science humaine se sont emparés tardivement de cet objet d’étude. Toutefois, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, professeurs de sociologie à l’Université de Dijon et à celle de Nancy, ne sont pas novices dans cette collection puisqu’ils ont publié à deux ou quatre mains des numéros consacrés au Logement social en France, à la Crise des banlieueset à la Sociologie urbaine.

Après une introduction remarquable dans sa capacité à synthétiser les enjeux sur ce territoire, l’ouvrage se compose davantage d’une mise au point épistémologique sur l’objet périurbain que d’un bilan des caractéristiques actuelles de cet espace en France. Le but de cet texte est « de nuancer les visions caricaturales, stigmatisantes et outrancières qui ont été diffusées sur le périurbain » (p. 5) à partir des travaux réalisés ces 40 dernières années en géographie, aménagement, démographie, science politique, urbaine, histoire et sociologie. Par conséquent, une approche historique est adoptée dans un premier temps pour poser le contexte de la prise en compte par des géographes ruralistes de cet objet d’étude émergent dès les années 1950-1960. Puis, entre les tenants d’une urbanisation des campagnes (Roux et Bauer, 1976) et les tenants d’une renaissance rurale (Kayser, 1990), le périurbain devient un objet d’étude à part entière dès les années 1980. Marie-Christine Jaillet et Martine Berger sont les figures emblématiques de l’étude de ce front périurbain, rejointes ensuite par Monique Poulot, Claire Aragau et Lionel Rougé développant « la thèse d’une « maturité » des territoires périurbains dotés d’une certaine autonomie, sur le plan tant des emplois que des services. » (p. 23). Les sociologues, à l’exception de l’équipe réunie autour d’Henri Raymond en 1966, ne s’emparent pas du sujet avant les années 1980 (M. Ségaud, P. Lévy, C. Bidou, P. H. Chombart de Lauwe, 1982, D. Pinson et S. Thomann).

Le zonage en aires urbaines de l’INSEE (1996, puis 2010), abandonnant les ZPIU (zone de peuplement industriel et urbain), rend compte de la place tenue par les mobilités des travailleurs pour désigner ce « rurbain », ce « péri-urbain », ce « tiers-espace », « pré-urbain », autant d’expressions utilisées pour nommer cet espace émergent. Les caractéristiques de la ville étalée (pavillons, zones commerciales, axes de transport, place tenue par la nature dans le cadre de l’artificialisation des campagnes, « clubbissation » du périurbain) sont analysées sans oublier d’insister sur la diversité des couronnes périurbaines ne pouvant être considérées comme un tout homogène. Pour cela, l’analyse critique des travaux de Christophe Guilly est mise en écho avec les textes d’Olivier Galland, de Violaine Girard présentant une approche plus nuancée de cette « périphérie ». L’ensemble est replacé dans une difficile comparaison internationale tant les espaces périurbains ne se ressemblent pas d’un État à l’autre, d’un continent à l’autre. Toutefois, penser le périurbain comme une composante à part entière de la métropolisation évite de le dissocier « des dynamiques économiques mondialisées et de le considérer exclusivement comme une zone résidentielle composée de nappes pavillonnaires. » (p. 80). C’est ce qui fait l’enjeu de son étude à différentes échelles.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Merci aux cafés géo

Merci aux Cafés géo de Lyon de m’avoir donné l’occasion d’évoquer la question culturelle dans les espaces périurbains en compagnie de Fabrice Beauvois, maire de Bressolles et président du festival ZAC en scène à La Boisse. Echanges acteur – chercheure très fructueux lors de cette rencontre organisée par Martin Charlet et Jean-Benoît Bouron

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Se cultiver dans les espaces périurbains : une mission impossible ? »

En cette rentrée scolaire, universitaire ou cinématographique, certaines missions peuvent paraître impossibles…

C’est ce qu’infirmeront ou confirmeront Catherine Didier-Fèvre, professeure de géographie en classe préparatoires littéraires (Lycée Sainte-Marie, Lyon) et Fabrice Beauvois, maire de Bressolles (Ain) et président du festival ZAC-en-scène (La Boisse) pour le premier café géo lyonnais de la saison 2018-2019.

 Rendez-vous donc mercredi 19 septembre à 18h au Café de la Cloche, 4 rue de la Charité, métro Bellecour.

Géographiquement,

Martin Charlet

Le compte-rendu est disponible ici : http://cafe-geo.net/se-cultiver-dans-les-espaces-periurbains-une-mission-impossible/

Houdan ou le paradis sur terre ?

Au pays du plein emploi

Dans les Yvelines, à la campagne, un bassin d’emploi affiche un taux de chômage remarquable : 4,6%. Mode d’emploi.
31 août 2018par Raphaël Badache / Photos: Thibault Biju-duval
Il était une fois un tout petit pays. Un tout petit pays couvert de champs et de terres agricoles dans lequel des zones industrielles tourneraient à plein régime. Là-bas, McDonald’s et IKEA n’auraient pas droit de cité. Le chômage serait si faible que les entreprises peineraient à recruter. Les patrons, d’ailleurs, travailleraient main dans la main pour gagner des marchés dans les contrées alentours.
Dans ce tout petit pays, on trouverait des dizaines de commerces florissants, un grand hôpital, une piscine à toboggan, une gare, une église vieille de six siècles, un club de tennis, des maisons à colombages… Quelques célébrités venues profiter du calme ambiant, aussi. À chaque début d’automne, comme depuis un millénaire, une foire attirerait des voyageurs de tous horizons. L’architecte de ce tout petit pays développerait les logements sociaux pour accueillir des personnes en difficulté. Toujours réélu dans un fauteuil, il règnerait sans discontinuer depuis une vingtaine d’années.

Lire la suite : https://www.explicite.info/articles/1356-au-pays-du-plein-emploi 

Bordeaux. Au-delà des Chartrons.

Hubert Prolongeau. Collection L’âme des peuples, Edition Nevicata, Bruxelles, 2016. 9€.

Les éditions Nevicata recèle des merveilles dans leur collection L’âme des peuples. Ces petits opus présentent en 90 pages ce qu’il y a à savoir sur une ville, une région, un pays. Un journaliste essayiste est chargé de faire le tour de la question avant d’interviewer des références sur l’espace en question. Pour le cas de Bordeaux, Anne-Marie Cocula, professeure d’histoire moderne à Bordeaux 3, François Dubet, le sociologue de la jeunesse et de l’école et Hervé Le Corre, un des grands noms du polar français sont amenés à porter un regard sur la ville qu’ils habitent. C’est passionnant, précis, stimulant. Voilà un bel outil pour aller au-delà de l’image de Bordeaux, belle endormie réveillée il y a 20 ans par des travaux de rénovation et de réhabilitation, et de quelques symboles (le vin, la « bourgeoisie », les souvenirs de l’esclavage), et comprendre pourquoi et comment cette ville est devenue une des destinations préférées de week-end.

L’ensemble n’a rien d’un guide touristique : pas de promenade guidée mais une présentation très personnelle d’un lieu mobilisant de nombreuses références. Le rapport des 3 M (Montaigne, Montesquieu, Mauriac) à la ville est analysé pour comprendre l’image de tolérance véhiculée par la ville mais également celle d’une ville où l’entre-soi bourgeois domine encore (via des cercles très fermés, tels que le club de tennis Villa Primrose depuis 1897). Les épisodes marquants de l’histoire de Bordeaux sont rappelés tels que le scandale lié au trafic de vin d’Algérie en 1973 ayant touché le grand négociant Lionel Cruse des Chartrons mais aussi l’empreinte laissée par les 48 années de règne de Chabans-Delmas et le rôle joué par Alain Juppé ayant redonné son lustre à la ville sale et triste. L’ensemble est remis dans le contexte vinicole, ayant marqué l’espace dès le début de notre ère, l’essor des superficies viticoles sous l’occupation anglaise avant les crises de surproduction des années 1980, puis le rachat de châteaux par des investisseurs chinois. Les emblèmes du renouveau (tramways, la cité du vin, la gentrification des quartiers centraux et des bassins à flots) et ses limites (l’étalement urbain de la CUB et ses encombrements routiers) ne sont pas éludés.

Cette collection, vendue au rayon des guides touristiques, mérite d’être connue des géographes qui y trouveront matière à alimenter leur connaissance du terrain et à enrichir leur commentaire de carte topographique. Changez vos habitudes, allez butiner au rayon Voyages !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Grandir, drôles de familles

 

 

Extraits du Monde du 30/03/2018

Des parents qui ne veulent pas vieillir

La génération 68 n’avait eu qu’un rêve : larguer ses « vieux », ceux qui parlaient encore de la guerre et des privations, votaient de Gaulle et ignoraient tout du rock et de l’amour libre. Dans Les Valseuses, production-culte des seventies, Jacqueline, 16 ans et le visage frais d’Isabelle Huppert, échappait à une famille effrayante qui, avec ses pliants pour la plage et sa DS, paraissait d’un autre siècle. Quand d’un coup la jeune fille courait, légère, vers Depardieu et Dewaere, voyous baroques et sans attaches, tout le public de l’époque avait le sentiment d’avoir sauté comme elle le mur d’une prison.

La famille n’est plus un problème aujourd’hui. Mieux, elle est citée parmi les éléments les plus importants aux yeux des jeunes Français, mais aussi des jeunes Européens. Les parents jouent un rôle d’intendance affectueuse, qui finance, console, répare. Une sorte de valeur refuge.

Ce n’est pas pour déplaire à la génération d’avant, celle née dans les années 1960 et 1970 qui, pas plus que les soixante-huitards, ne s’imagine vieillir. Sur scène, devant nous, « maman » n’existe pas, même si on imagine son affection inquiète. Dans la publicité, en revanche, là où les parents sont encore aux commandes, les mères se distinguent à peine des filles à côté desquelles elles posent. Au cinéma, elles ont l’allure juvénile de Sophie Marceau, en jean et Converse, et, lorsqu’elles découvrent un joint dans la chambre de leur ado, elles le fument le soir même avec leurs copines.

Ce n’est pas forcément si loin de la réalité. « C’est vrai que “vieux cons” n’est plus une expression qu’on emploierait pour nos parents », reconnaît Agathe Charnet, l’auteure de Rien ne saurait me manquer. Les goûts sont moins tranchés. Lors de ses débuts, le youtubeur star Norman, tête d’adolescent attardé et sketchs rudimentaires, se filmait dans une chambre qui aurait pu être celle de son père au même âge, poster de Jim Morrison à 20 ans compris. Bien sûr, le rap est venu rétablir une distinction entre générations que le rock avait rendue plus floue, mais aujourd’hui l’écart culturel est plus mince entre un jeune urbain de 20 ans et son aîné âgé de 45 ans qu’il ne l’était à l’aube de Mai 68.

« Clopes et vin rouge dans le salon »

 

C’est comme si les rébellions qui ont tant nourri la littérature étaient passées. La famille est devenue aimablement libérale pour ses enfants. Les filles se rendent avec leur mère chez le gynécologue qui leur prescrira leur première pilule, les copains peuvent venir dormir à la maison, on les conviera pour l’apéro. « Il m’est arrivé de faire des soirées avec les parents d’une de mes amies et les amis de ses parents, clopes et vin rouge dans le salon », confirme Thomas, un étudiant bordelais de 22 ans. Tout juste faut-il expliquer aux parents pourquoi leur demande d’amitié sur Facebook est restée lettre morte, mais il n’est pas rare de les voir visiter avec leur progéniture l’appartement qui l’abritera bientôt avec ses « colocs », cette deuxième famille des jeunes urbains d’aujourd’hui.

Les aspirations sont-elles semblables pour autant ? « Pas du tout, assure Mathilde, qui a laissé, à 18 ans, sa famille dans un village du Sud pour venir étudier à Paris. J’ai souvent le sentiment que mes parents sont à côté de la plaque quant à mes aspirations existentielles. Ils rêvent pour moi de confort et de sécurité quand je voudrais juste partir six mois en Asie, sans autre projet que de vivre une expérience nouvelle. » Ce ne sont plus les goûts culturels qui diffèrent, c’est la vision du monde. Celle d’une génération élevée dans l’angoisse des chocs pétroliers et de la crise contre celle de ses enfants, nés à l’ère de l’instantanéité…

Les « millenials » vivent à cet égard une expérience inédite. Ils sont la première génération qui a quelque chose à apprendre à ses ascendants. Et pas n’importe quoi : les nouvelles technologies. Celles qui permettent d’entrer dans l’avenir. Applications, réseaux sociaux, il ne s’agit pas seulement de maîtriser la technique : ça, les « vieux » s’y sont mis tant bien que mal, comme le montre la vitesse à laquelle se sont popularisés le smartphone et l’usage familial d’Internet. Mais ils usent du Web comme d’un outil. Leurs jeunes, eux, doivent penser le monde à partir de lui. « Ils ne comprennent pas que je ne me projette pas à plus de trois mois, s’agace Armando, 22 ans, qui a terminé sa formation de plombier et que son père voudrait voir reprendre sa petite entreprise, près de Beauvais. Mais moi, je peux avoir envie de bosser à Lisbonne ou à Dubaï. Ces vies toutes tracées, ce n’est plus ce qui nous attire. »

Raphaëlle Bacqué

Ivan Jablonka. En camping-car. La librairie du XXIème siècle, Le Seuil, 173 p., 17€

Ivan Jablonka est cet historien qui se prête à de réguliers exercices d’égo-histoire. Ayant consacré un ouvrage aux « grands-parents que je n’ai pas eus », celle de ses ascendants ayant péri dans les camps de la mort, le revoilà sur les traces de son histoire familiale, celle de son enfance et de ses périples touristiques. L’ensemble de ses écrits est marqué par cette histoire familiale puisqu’il a consacré plusieurs ouvrages aux enfants de l’assistance publique, sort réservé à son père suite à la disparition de ses parents. L’ouvrage paru en 2016 Laëtitia ou la fin des hommes et son éprouvante lecture renvoient également à ces destinées heurtées d’enfants abandonnés ou orphelins.

Ici, le ton est plus enjoué et c’est à un road-movie que nous invite l’auteur. Il revient sur ses vacances des années 1980 passées, en compagnie de sa famille et d’amis, à parcourir les Etats-Unis et l’Europe en camping-car et plus précisément en Combi-Volkswagen. Ses sources sont constituées des carnets de voyage que le jeune Ivan composait au fil des haltes à la lumière de la lampe de poche. Ces cahiers renvoient à la vie quotidienne de ces migrants estivaux, à la recherche de spots (entendre par là endroits où garer le Combi) les plus fabuleux possibles (le plus souvent situés à l’écart de toute civilisation dans des espaces naturels aujourd’hui fermés à la circulation automobile), aux sauts d’humeur de cet ado blasé et aux récits de cet historien en herbe collecteur de tessons de poterie ramassés près des temples visités en Grèce ou en Sicile… en toute impunité. Ce récit renvoie à la mythologie des vacances en toute liberté développée par cette marque automobile dans la lignée du mythe des pionniers de l’Ouest, alors que la « mode du camping-car, la saga collective de ce bus qui nous paraissait aussi unique, aussi irremplaçable, aussi nécessaire et librement choisi qu’un amour de jeunesse » (p. 50) n’était que le résultat d’un plan marketing !

Ce récit de grande vadrouille à travers l’Europe est surtout l’occasion pour l’auteur de revenir sur le sens de ces voyages pour lui comme pour son père. « Le Combi fut la victoire et l’orgueil de mon père, le retournement de sa condition d’enfant paumé en père prodigue, pourvoyeur de bonheur, sauveur sauvé par ses enfants, capable de les guérir comme il l’avait été après la guerre. »(p. 89) Sorte de thérapie, le voyage en camping-car était pour l’un l’apothéose du bonheur alors que pour le plus jeune, l’objet de sarcasmes par ses camarades du Lycée Fénelon : « Nos vacances n’avaient aucun nom, aucune justification, elles ne correspondaient à rien de connu. Cette manie ambulatoire était suspecte. Elle inquiétait les conformistes de masse par son côté excentrique ; elle paraissait grossière et rebutante aux enfants de l’élite. Nous bougions tout le temps, nous étions des SDF de l’été. Nomades. Nous avions des choses en commun avec les gens du voyage. Bref, quelque chose ne tournait pas rond dans ma famille. » (p. 114). Une itinérance porteuse de beaucoup de sens dans le contexte de cette famille juive : « Je viens du pays des sans-pays. Je suis avec ceux qui traînent leur passé comme une caravane. Je suis du côté des marcheurs, des rêveurs, des colporteurs, des bringuebalants. Du côté du camping-car. » (p. 122).

L’histoire de ses étés, c’est avant tout un récit d’apprentissage entre découverte du monde, ouverture à la culture et à la diversité, comme autant d’appels au voyage pour la vie à venir de cet enfant. Une sorte de « Grand Tour » à la manière des aristocrates anglais du XVIIIème siècle mais surtout une ode à la liberté !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

The summer list !

Ne partez pas en sans emporter les conseils de livres, films, BD… des auteurs de notre dossier « Les espaces ruraux et périurbains en France ! »

 

 

 

 

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/ressources/fictions-documentaires-rural-periurbain

Les espaces ruraux et périurbains en France

Géoconfluences vient de publier un nouveau dossier. Préparé de longue date, un heureux hasard le fait correspondre en partie à la nouvelle question au programme (à partir de 2019) des concours de recrutement des enseignants en France, qui porte sur les espaces ruraux.

Il s’intitule « Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités »

Voici les huit articles qui composent ce dossier, que complèteront bientôt d’autres publications :

– Claire Aragau « Le périurbain : un concept à l’épreuve des pratiques »

– Pierre Cornu, « La géographie rurale française en perspective historique »

– Catherine Didier-Fèvre, « La nuit : une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? »

– Lou Herrmann, « Le lotissement en France : histoire réglementaire de la construction d’un outil de production de la ville »

– Christophe Imbert, Julie Chapon et Madeleine Mialocq, « L’habitat informel dans l’ouest de l’Ariège : marginalité ou alternative à la norme ? »

– Céline Massal, « La fin des commerces de proximité dans les campagnes françaises ? »

– Pierre Pistre et Frédéric Richard, « Seulement 5 ou 15 % de ruraux en France métropolitaine ? Les malentendus du zonage en aires urbaines »

– Greta Tommasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises »

Chacun de ces articles est richement illustré. Je vous invite à découvrir également le cadrage pédagogique, l’atlas du dossier et une bibliographie sur les espaces périurbains qui vient compléter celle sur les espaces ruraux parue à l’occasion de la future question de concours.

Très bonne lecture

Le nom de Lyon

Le nom de Lyon.Gilbert Vaudey. Paris, Christian Bourgeois Éditeur, 2013. 371 p. 17€

Il est des moments rares et précieux dans la vie d’une lectrice : la découverte d’un ouvrage délectable que l’on consomme par petites bouchées en gourmet. La promenade littéraire que Gilbert Vaudey propose ici en fait partie. Il offre, au fil d’un texte superbe, sa géographie sentimentale de Lyon élaborée au fil de ses marches et promenades dans la ville.

Ce flâneur infatigable est né lyonnais et, à l’exception de ses années d’études à l’ENS Saint-Cloud, y a toujours vécu. Professeur d’histoire en CPGE au Lycée du Parc, il a successivement habité les Pentes de la Croix-Rousse, le Plateau, le quartier d’Ainay, la Part-Dieu avant de s’établir dans le 6èmearrondissement à proximité du Parc de la Tête d’Or. Ces quartiers ont marqué l’homme ; si bien, qu’au fil du texte de cette psycho-géographie, le portrait de la ville qu’il en fait devient le miroir de sa vie. L’ensemble est conçu comme une promenade. On chemine tel le passant dont les pas seraient guidés par cet érudit sachant dire juste ce qu’il faut pour comprendre la mémoire des lieux au regard de notre époque. Ce magnifique exercice littéraire rend compte essentiellement des espaces vécus par lui-même. Aussi, les habitants de Gerland, de Montchat, de Montplaisir, des États-Unis n’auront pas le plaisir de suivre notre promeneur passionné dans leur quartier. Gilbert Vaudey joue franc-jeu et même s’il évoque, à un moment ou à un autre du texte, tous les arrondissements lyonnais, il estime qu’il n’est pas légitime d’en parler, ne les ayant pas assez pratiqués.

Car, si ce texte sensible touche, c’est par sa pratique de l’espace, perpétuellement renouvelée dans le cadre d’un éloge de la lenteur. Ses descriptions des traboules empruntées à une époque où les digicodes n’en fermaient pas les accès comme la recherche d’un petit coin propice à la lecture au sommet d’une tour du quartier Renaissance du Vieux Lyon encouragent le lecteur à une découverte urbaine, loin des itinéraires balisés des guides touristiques. L’évocation des mutations des espaces engagées depuis l’après seconde guerre mondiale par Zizi béton (entendez par là Louis Pradel) n’est en rien nostalgique. Les rénovations et les réhabilitations ont beaucoup œuvré à changer l’image de la ville décrite ainsi par Baudelaire et ayant perduré jusqu’au début des années 1980 : « Ville singulière, bigote et marchande, catholique et protestante, pleine de brumes et de charbon ». Le classement UNESCO en 1998 récompense les efforts engagés depuis les années 1960 (de la sauvegarde du Vieux Lyon en passant par le plan Couleur de 1989 ayant coloré les façades des immeubles) en reconnaissant Patrimoine mondial de l’Humanité non pas un quartier mais l’évolution et la mouvance du centre-ville passé du haut de la colline de Fourvière à l’époque des Romains, à la rive droite de la Saône (centre médiéval), à la Presqu’île aux XVIIème- XVIIIème siècles, aux Brotteaux au XIXème siècle puis à la Part-Dieu au XXème. Toutes ces mutations engagées à l’échelle d’une vie, celle de Gilbert Vaudey, font la matière de ce superbe autoportrait .

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

La ville prise aux mots.

« La forme d’une ville change plus / hélas que le cœur d’un mortel », voici parfaitement résumé par Baudelaire les mutations et métamorphoses de la ville sur lesquelles Francis Beaucire et Xavier Desjardins, tous deux enseignants de géographie à Paris I, se proposent de revenir via ce petit livre. Pour s’y retrouver dans toutes les nouvelles appellations accolées au terme de ville, nos deux compères proposent des extraits de textes emblématiques « pour informer les débats qui président à toute réflexion sur la ville et à tout projet pour sa transformation. » (p. 13).

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une anthologie, certains extraits étant très courts mais d’un outil de réflexion pour comprendre comment on est passé de « la ville à la ville sans qualités jusqu’à la ville assiégée de qualificatifs » (p. 11). Ils reviennent sur les textes ayant précédé la qualification de « mort de la ville et du règne de l’urbain » par Françoise Choay dans les années 1990. L’émergence du périurbain (sous ses différentes appellations [1]) brouille les limites autrefois claires entre la ville et la campagne. La mondialisation et les formes urbaines qu’elle produit achève de complexifier la forme des villes et alimente l’imaginaire de certains auteurs partagés entre rêve et cauchemars.

Ce recueil de textes de « causeurs de ville » (p. 85) rend compte à la fois des visions optimistes sur les opportunités offertes par la ville d’aujourd’hui et celles pessimistes. Des données essentielles pour se forger son opinion et maîtriser les tenants et les aboutissants du débat.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Lyon, ville brésilienne ?

Lyon serait-elle une ville brésilienne ? Tout invite à le penser puisque c’est le Brésil qui a été choisi comme thématique pour le concours 2018 de l’École Normale Supérieure de Lyon1 et que, conjointement, la crypte de la basilique de Fourvière a accueilli cet automne une nouvelle vierge dans sa collection : une copie de Nossa Senhora Aparecida, la patronne du Brésil2, bénie lors de la venue à Lyon du Cardinal brésilien Raymundo Damascéno de Assis.3. Cette concordance fortuite des temps a été l’occasion de démontrer aux étudiants de Khâgne d’un établissement de l’enseignement catholique sous contrat avec l’Éducation nationale la vitalité de la diaspora brésilienne lyonnaise engagée dans cet événement.

La France dispose d’une particularité franco-française dans le domaine de l’enseignement : les classes préparatoires. De bons élèves titulaires du baccalauréat peuvent choisir d’intégrer pour deux ou trois années, le temps de leur Licence, une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Écoles) littéraire, scientifique ou économique afin de préparer des concours d’entrée très sélectifs4. Ceux présentant le concours de l’ENS Lyon se sont engagés dans des études littéraires combinant un éventail de disciplines telles que la philosophie, les lettres, l’histoire, la géographie, des langues vivantes et/ou anciennes (latin et grec), autant de matières pour lesquelles ils passeront une épreuve écrite au début du mois d’avril 2018. L’épreuve de dissertation de géographie portera sur le Brésil, question inscrite au programme de l’école cette année. Une lettre de cadrage5 produite à l’ENS Lyon indique les grandes lignes directrices pour traiter de la question sans imposer aucun dispositif pédagogique. Le professeur de géographie a un volant d’une quarantaine heures de cours devant une classe de 33 étudiants pour faire le tour de la question brésilienne. Un vaste travail de lectures universitaires et littéraires, accompagné du visionnage de films brésiliens emblématiques, est indispensable, en amont de la présentation du cours devant les étudiants, afin de brosser un tableau le plus pertinent possible du Brésil.

Le cours annuel a été organisé en trois grandes parties6 dont une première consacrée au Brésil et aux Brésiliens se terminant par une étude des villes brésiliennes afin de montrer que la ville est au cœur des enjeux sociétaux brésiliens et plus spécifiquement en quoi elle cristallise les tensions traversant la société. En introduction à cette thématique, les élèves, par groupe de 5 ou 6, ont travaillé lors d’une séance de deux heures sur un corpus de trois articles issus de revues universitaires francophones portant spécifiquement sur une ville, Brasília, Curitiba, Londrina, Oliveira, Rio de Janeiro, São Paulo. L’analyse des articles visait à être capable de présenter sous forme d’une synthèse orale et écrite les caractéristiques de la ville prise en charge puis de montrer les tensions qui s’y jouent et comment elles reflètent celles traversant la société brésilienne : l’ensemble devant être accompagné d’un croquis de synthèse. Ce travail de groupe, ébauché en classe, a ensuite dû être mis au point par les différents membres du groupe en dehors du temps scolaire avant de pouvoir prendre la parole, la semaine suivante, devant la classe pour présenter la ville étudiée.

Les interventions orales ont permis à tous de « faire connaissance » avec des villes brésiliennes et plus particulièrement avec celle prise en charge lors du travail commun. Au-delà d’une meilleure connaissance de la question urbaine brésilienne et de la maîtrise d’un cas particulier, l’objectif de ce travail était de confronter les étudiants à des articles issus de revues universitaires et non seulement à des articles de synthèse publiés par les médias, de réaliser une synthèse à l’issue d’un travail de groupe et de traduire graphiquement les caractéristiques et enjeux propres à la ville étudiée. La constitution des corpus d’articles a toutefois été limitée par l’accès à des articles en français. Cette contrainte a fait qu’aucune ville amazonienne ou du Nordeste ne figure dans les cas étudiés par les groupes. Le temps imparti à ce travail a été limité en classe à 4 heures (deux heures de travail de groupe et deux heures de synthèse orale suivie de questions posées par les étudiants à leurs camarades). Ce travail ne s’est en aucune façon substitué à un cours plus traditionnel (cours magistral) puisque les études de cas urbaines ont été suivies d’une mise en contexte consacrée à l’urbanisation du territoire et à la croissance urbaine, à l’étude de l’armature urbaine brésilienne, et à la place tenue par la planification et l’informalité dans les villes brésiliennes.

Au final, après avoir réussi à élaborer une synthèse orale de qualité (pour la quasi-totalité des groupes), le plus long a consisté pour les étudiants à rédiger une synthèse écrite et un croquis de synthèse sur leur temps libre : l’échéance printanière du concours et le nombre d’heures réduites consacrées à la géographie ne permettant pas d’accorder davantage de temps à la mise au point d’une production écrite et graphique en classe. Ce sont ces productions que la revue Confins s’est proposée de publier afin de montrer que les villes brésiliennes, y compris vues à l’étranger, n’ont pas si mauvaise presse et que l’accès aux résultats de la recherche permet de nuancer les images véhiculées par les médias et des manuels scolaires7 (Moreira Ulhôa, 2017, Moreira Ulhôa et Farias Vlach, 2012).

« Lyon, ville brésilienne ? »

Catherine Didier-Fèvre et la Khâgne Sainte-Marie Lyon 2017-2018

Confins, Revue franco-brésilienne de géographie / Revista franco-brasilera de geografia, N° 34 | 2018

La suite sur Confins : https://journals.openedition.org/confins/12831