À propos

Il s’agit d’un carnet de recherches d’un travail de thèse en géographie que j’ai entamé depuis bientôt 4 ans sous la direction de Monique Poulot (Paris Ouest Nanterre La Défense) et de Lionel Rougé (Université de Caen – Basse Normandie).

Les jeunes vivant dans l’espace périurbain sont triplement dans un état d’ « entre deux » – par l’âge qu’ils vivent (entre l’enfance et l’âge adulte) – par le fait qu’ils habitent dans des communes qui ne ressemblent ni à la campagne, ni à la ville et aussi – parce qu’ils sont très souvent issus des classes moyennes (« Les petits moyens »). Très peu de moyens de transports sont mis à leur disposition. A l’heure de la conquête de l’autonomie, vivre et bouger dans cet espace exige de mettre en œuvre des stratégies et des tactiques multiples afin de pouvoir satisfaire ses désirs de mobilités.

Problématique :

En quoi la mise en œuvre de mobilités spécifiques par les jeunes résidant en périurbain rend-t-elle compte de leur appréhension de l’espace, tant du quotidien que de l’Ailleurs ?

Il s’agit de mettre à l’épreuve les questionnements suivants :

– Les jeunes résidant dans les contextes périurbains ont-ils des mobilités spécifiques ?

– Entre les effets de contextes et les effets sociaux, qu’est-ce qui joue dans l’exercice de ces mobilités et des sociabilités des jeunes afférentes ?

– Ces jeunes habitent-ils cet « entre deux » et quels en sont les impacts en matière d’orientation post-bac et dans leur rapport à l’ailleurs ?

La diversité l’emporte quand il s’agit de caractériser les espaces périurbains comme leurs jeunes habitants. Pour rendre compte de celle-ci, trois terrains ont été retenus, deux situés dans les franges est franciliennes ; l’espace périurbain de Sens et celui de Montereau-Fault-Yonne et un dans les franges ouest franciliennes autour de Houdan. Ces deux espaces aux caractéristiques géographiques proches (une petite centaine de kilomètres de Paris-Centre, espaces à cheval sur l’Ile-de-France et sur les régions mitoyennes) présentent des profils socio-professionnels différents (la part des CSP + dans l’Ouest francilien avoisine les 50% contre 20% dans l’Est francilien). Deux types de démarches sont menées : exploitation de bases de données (base élèves, base APB) des trois lycées publics de secteur et conduite d’entretiens semi-directifs auprès de lycéens, d’étudiants de première année (BTS, CPGE, L1…), anciens élèves de ces lycées mais aussi acteurs du système éducatif.

L’objectif de ce travail est de

– Appréhender la diversité des profils des jeunes vivant dans l’espace périurbain ainsi que leurs modes d’habiter.

– Montrer que les mobilités juvéniles de l’espace périurbain doivent s’accommoder d’une offre de transports très limitée qui nécessite que les jeunes mettent en œuvre des stratégies, des tactiques afin de se déplacer.

– Relativiser l’impact des caractéristiques géographiques et sociologiques de l’espace périurbain et des familles y habitant sur les choix post-bac des jeunes.

 

Une réflexion au sujet de « À propos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vivre et bouger dans l'entre-deux : jeunesses et mobilités dans l'espace périurbain