Archives par mot-clé : Ville insoutenable

La ville prise aux mots.

« La forme d’une ville change plus / hélas que le cœur d’un mortel », voici parfaitement résumé par Baudelaire les mutations et métamorphoses de la ville sur lesquelles Francis Beaucire et Xavier Desjardins, tous deux enseignants de géographie à Paris I, se proposent de revenir via ce petit livre. Pour s’y retrouver dans toutes les nouvelles appellations accolées au terme de ville, nos deux compères proposent des extraits de textes emblématiques « pour informer les débats qui président à toute réflexion sur la ville et à tout projet pour sa transformation. » (p. 13).

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une anthologie, certains extraits étant très courts mais d’un outil de réflexion pour comprendre comment on est passé de « la ville à la ville sans qualités jusqu’à la ville assiégée de qualificatifs » (p. 11). Ils reviennent sur les textes ayant précédé la qualification de « mort de la ville et du règne de l’urbain » par Françoise Choay dans les années 1990. L’émergence du périurbain (sous ses différentes appellations [1]) brouille les limites autrefois claires entre la ville et la campagne. La mondialisation et les formes urbaines qu’elle produit achève de complexifier la forme des villes et alimente l’imaginaire de certains auteurs partagés entre rêve et cauchemars.

Ce recueil de textes de « causeurs de ville » (p. 85) rend compte à la fois des visions optimistes sur les opportunités offertes par la ville d’aujourd’hui et celles pessimistes. Des données essentielles pour se forger son opinion et maîtriser les tenants et les aboutissants du débat.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

FIG 2014 : Café géo. Notre Terre est-elle devenue inhabitable ?

Augustin Berque

Bar La Cabane au Darou, 3/10/14, 19h-20h

img_1696

C’est à une rencontre du Troisième type que nous  avons assisté en ce vendredi soir. Dans un lieu improbable : la Cabane du Darou, un café déodatien ou plutôt une grange reconstituée avec paille au sol pour faire encore plus authentique, se tenait, dans la pénombre, Maître Yoda (entendez Augustin Berque) et son disciple Luke Skywalker armé d’un sabre laser (Olivier Milhaud tenant une lampe torche) venus devant une assemblée attentive et souvent perplexe écouter le géographe devenu philosophe.

La question posée par le disciple au maître visait à l’amener à réfléchir sur l’habitabilité ou non de la Terre. Augustin Berque a estimé que tout était une question de point de vue. La planète est inhabitable pour les dizaines de millions d’espèces qui ont disparu de sa surface et elle peut devenir inhabitable pour le devenir de celles qui disparaissent actuellement. Nous ne sommes des humains que dans la mesure où nous dépassons le fait d’être présent au-delà de notre présence sur la planète.

Les parenthèses ont été nombreuses au fil de la réflexion d’Augustin Berque sans conteste autant perturbé par le lieu que par le public qui l’écoutait. « Vous tâtez de la philosophie, de l’ontologie ou de la métaphysique en buvant du Coca-Cola. » Ce Café géo a donné l’occasion à l’intervenant de revenir sur sa carrière. « Je suis un géographe déviant ». Pour lui, il y a deux manières de dévier de la droite ligne qui consiste à faire de la recherche et à rendre compte : dévier vers l’action (aménagement) ou dévier vers la philosophie (c’est cette seconde manière qui a été son sort).

De même, la thématique du Café géo a été l’occasion pour lui de dénoncer la tyrannie des machines qui dictent leur comportement aux hommes. La voiture abandonnée depuis dix ans par notre ami de 72 ans prescrit l’habitat des Français et cette idée lui est insupportable. Il défend toujours les enseignements tirés du programme de recherche à l’origine de l’ouvrage « La ville insoutenable » et pour nous en convaincre expose la « parabole du tôfu » ou « parabole du camembert », si on préfère. Si chacun, habitant dans la périphérie de la ville, commande sur internet son tofû fabriqué dans le centre de la ville, il nous laisse imaginer le nombre de déplacements nécessaires pour que le précieux aliment soit livré à domicile ! « Nous avons idéalisé un habitat ruraléiforme alors que nous sommes des urbains. » Tout part du « mythe de l’âge d’or », à l’origine du dérèglement de l’homéostasie de la planète. Il refuse que « l’espace appartienne aux propriétaires de Land Rover. » et cela lui apparaît encore moins acceptable que rover signifie vagabonder, rêver. Il espère beaucoup du comportement de quelques jeunes Japonais qui, après Fukushima, ont remis en cause les objets en se déconnectant du système et en réduisant leur consommation. Il prédit la présence de friches urbaines suite au vieillissement de la population japonaise.

L’Homme est un être technique, symbolique et physiologique. La technique ne doit pas dicter la conduite de l’Homme, même s’il reconnaît que lui-même, avec son téléphone et son ordinateur, a tendance en être dépendant : « Je suis un bon petit cyborgue. »

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes