Archives par mot-clé : ville émergente

La ville prise aux mots.

« La forme d’une ville change plus / hélas que le cœur d’un mortel », voici parfaitement résumé par Baudelaire les mutations et métamorphoses de la ville sur lesquelles Francis Beaucire et Xavier Desjardins, tous deux enseignants de géographie à Paris I, se proposent de revenir via ce petit livre. Pour s’y retrouver dans toutes les nouvelles appellations accolées au terme de ville, nos deux compères proposent des extraits de textes emblématiques « pour informer les débats qui président à toute réflexion sur la ville et à tout projet pour sa transformation. » (p. 13).

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une anthologie, certains extraits étant très courts mais d’un outil de réflexion pour comprendre comment on est passé de « la ville à la ville sans qualités jusqu’à la ville assiégée de qualificatifs » (p. 11). Ils reviennent sur les textes ayant précédé la qualification de « mort de la ville et du règne de l’urbain » par Françoise Choay dans les années 1990. L’émergence du périurbain (sous ses différentes appellations [1]) brouille les limites autrefois claires entre la ville et la campagne. La mondialisation et les formes urbaines qu’elle produit achève de complexifier la forme des villes et alimente l’imaginaire de certains auteurs partagés entre rêve et cauchemars.

Ce recueil de textes de « causeurs de ville » (p. 85) rend compte à la fois des visions optimistes sur les opportunités offertes par la ville d’aujourd’hui et celles pessimistes. Des données essentielles pour se forger son opinion et maîtriser les tenants et les aboutissants du débat.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ?

410nY-KUp5L

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ? Lionel Rougé (dir.). Loco Editions, 2013. 22€.

Voilà une injonction qui va nous plaire ! Le périurbain a bien besoin qu’on lui redore son image car les médias (Télérama, Le Monde ou Libération) ne l’ont pas épargné ces derniers temps. A les lire, ce périurbain “cauchemardesque” est rendu responsable de tous les maux de la société (réchauffement climatique, déficit démocratique, déliquescence sociale, individualisme, …) alors qu’il n’en est rien ou du moins les choses ne sont pas si graves que cela.

Sort donc cet automne le second volume du Forum Vies Mobiles qui fait suite au colloque organisé à Paris en janvier 2013 autour de la thématique : Des mobilités durables dans le périurbain est-ce possible ? Placé sous la direction scientifique de Lionel Rougé, maître de conférences en géographie à Caen, ce colloque avait réuni à la Maison Rouge pendant deux jours les VIP du périurbain. Les débats menés par Sylvain Kahn se déroulaient dans un espace digne d’un plateau de télévision (ils ont d’ailleurs été intégralement filmés et sont disponibles sur le site du Forum). Aussi, ce volume est l’album souvenir du colloque. C’est un bel objet, richement illustré par les travaux des artistes qui tenaient une place majeure dans l’événement. Le plan du livre reprend le déroulé du colloque. Les différentes parties sont enrichies de nombreux documents iconographiques : documents projetés lors du colloque mais aussi des gros plans sur des travaux de chercheurs, des interviews d’acteurs.

Toutefois, les textes des intervenants ne sont pas reproduits, comme cela est l’usage pour des actes de colloques. Ce sont les comptes rendus des interventions qui sont publiés. Les textes sont à la troisième personne (cela donne « Machin dit que »). On a l’impression de lire les notes de quelqu’un qui aurait assisté au colloque. D’ailleurs, pour qui y a assisté, une étrangeté est à soulever ! A aucun moment de ce grand colloque, il n’a été question de changer l’appellation périurbain. Et pourtant ! La seconde moitié du livre adopte l’appellation de rurbain. C’est la revanche de Jean-Michel Roux et de Gérard Bauer (La rurbanisation, la ville éparpillée. 1976) ! C’est la réponse du Forum à la multiplicité des espaces périurbains et des appellations : « de l’entre-deux-villes (ou « zwischenstadt »), ville diffuse (ou cita diffusa), en passant par l’hypo-urbain, l’infra-urbain, le suburbain, la ville émergente, les franges urbaines ou métropolitaines, les fronts pionniers, le périurbain, le périrural, voire les villages périurbains… » (p. 40), au nom de l’inversion de regards. Etonnant ! J’y étais et je n’ai pas perçu cette inversion !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes