Archives par mot-clé : sciences sociales

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales.

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.). Paris, EHESS, 2014. 359 p. 16€.

fda83a7bbc

Vous êtes « un être hybride, mi-étudiant, mi-adulte, coincé entre deux âges » (Lhérété, 2011), bref un doctorant, alors ce livre est fait pour vous ! Sa lecture vient à point nommé pour rebooster les étudiants laborieux en cours de rédaction. Car, quand on s’embarque dans une aventure de longue haleine de la sorte, il est bon de se plonger dans des ouvrages de méthodologie qui rassurent et poussent à continuer dans la voie engagée et dans les délais impartis (de plus en plus courts depuis la réforme du doctorat en 2007). Si Les ficelles du métier d’Howard S. Becker et L’art de la thèse de Michel Beaud sont les livres de chevet de tous, il faudra désormais y compter, parmi les indispensables, cet ouvrage lumineux.

Ce livre est le résultat du séminaire doctoral de l’EHESS Les aspects concrets de la thèse mis en œuvre par Moritz Hunsmann (politologue post-doctorant à l’EHESS) et Sébastien Kapp, (sociologue collaborateur à l’Université Libre de Bruxelles). Le blog éponyme, est l’indispensable complément à l’ouvrage puisqu’il permet d’écouter et de voir les vidéos des séances du séminaire. L’ensemble (livre et blog) regorge de conseils aussi simples qu’indispensables. Howard S. Becker a préfacé l’ouvrage et, comme à son habitude, donne des tuyaux tout simples pour arriver au bout de cette rédaction qui met à l’épreuve l’endurance des plus motivés. « (…) Je vais vous livrer un secret qui m’a permis de finir ma thèse rapidement et sans souffrance inutile. J’écrivais deux pages par jour, sans exception. C’était ma tâche quotidienne. (…) Un ami avait fait le calcul à ma place : si l’on écrit deux pages par jour, à la fin de l’année, on disposera de 730 pages, c’est-à-dire assez pour au moins deux thèses. » (p. 15). Car le maître mot de Becker face à l’angoisse de la feuille blanche (ou du clavier) est toujours le même : il vaut mieux écrire quelque chose de mauvais que rien du tout. Il est plus facile de retravailler un texte imbuvable qu’un texte qui n’existe pas. Une évidence, dont il ne reste plus qu’à se convaincre !

Les articles réunis ici sont là pour ça et même si tous les sujets sont différents, les problématiques de recherche sont très semblables. « La thèse se doit de rendre compte, d’expliciter les incertitudes et choix qui ont été faits. Elle conserve ainsi une bonne partie de l’échafaudage qui a rendu possible la construction du travail et qui rend compréhensibles les modalités de production du savoir. » (p. 44) Les textes rassemblés sont criants d’esprit pratique (que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?, Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle, la communication orale, publier pendant sa thèse, le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs…) et de vérités toutes banales qu’on a besoin de lire pour s’en convaincre. La question des méthodes d’enquête et de production de données n’est pas occultée. Les auteurs sont nombreux à battre en brèche la partition qualitatif / quantitatif et le cloisonnement entre les disciplines. Ils militent pour l’innovation en termes de recherche, compétence particulièrement appréciée sur le marché universitaire. Toute méthode est bonne à condition d’être explicitée : « Fondamentalement, l’auteur prend le lecteur par la main pour l’emmener dans un lieu inconnu ; tout en lui ménageant quelques surprises, il lui explique où ils vont et pourquoi ils y vont. » (p. 209) S’il faut écrire pour penser, il faut avoir en tête que « parler n’est pas écrire » (p. 218).  La publication d’articles dans des revues scientifiques est indispensable comme l’est la participation à des colloques et à des séminaires mais les compétences à mettre en œuvre ne sont pas du même ordre et il faut en être conscient, même si dans les deux cas, il faut fournir matière à discussion. Les candidats aux pré-sélections au concours Ma thèse en 180 secondes qui se déroulent cette semaine à Paris Ouest en savent quelque chose ! Un coaching spécial a été mis en place par les services universitaires pour entraîner ces poulains qui représenteront la fac à l’international. Car, les doctorants sont les vitrines des universités et il ne faut pas oublier de les bichonner !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale.

L’individu sujet de lui-même. Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit. Armand Colin, Recherches. 2013. 28€99. 393 p.

9782200285395FS

Si Guy Bajoit, professeur émérite de sociologie à l’Université catholique de Louvain, a passé sa vie à travailler sur l’Individu, c’est en réaction au discours qu’il a entendu en 1954 lors d’une retraite dans un monastère alors qu’il était élève d’un collège catholique. Le religieux, qui haranguait les adolescents, les incitait à obéir à leurs « parents, à leurs maîtres et surtout à Dieu » (p. 19) et à ne surtout pas agir en tant qu’individu ! Cette négation du libre-arbitre a poussé notre homme à comprendre les raisons qui poussent chacun à être différent et à « inventer sa vie » (p. 13) malgré les contraintes sociales qui formatent les existences.

Le modèle culturel subjectiviste incite chacun à se doter d’une identité épanouie et à ne plus reproduire les modèles transmis. Ce modèle dominant au XXème siècle, consacrant l’individu sujet de lui-même, est le résultat d’un long processus historique commencé depuis l’Antiquité (contrairement à ce qu’avance Alain Touraine). L’objet de l’ouvrage vise à comprendre « comment les individus gèrent les tensions existentielles que leur causent les relations sociales, afin de se (re)construire une identité plus épanouie et plus paisible. » (p. 11)

Pour cela, la méthode de la socio-analyse est particulièrement appropriée. Elle part de l’idée qu’ « il ne peut y avoir de causalité mécanique entre la pratique des relations et les conduites, parce que l’individu est toujours quelque peu sujet de lui-même. Dès lors, il interpose sa conscience intuitive (instinctive / expressive et intelligente / réflexive) entre, d’une part, les contraintes structurelles (sociales et culturelles) qui orientent les relations et, d’autre part, ses conduites : il gère son conditionnement, il décide toujours en partie de ce qu’il fait, dit, pense et même de ce qu’il sent ; par conséquent, son comportement est toujours imprévisible. » (p. 113)

Guy Bajoit met en application cette méthode à travers l’analyse des multiples entretiens qu’il a menés en Belgique et en Amérique Latine (Chili, essentiellement) avec 9 individus qui ont opéré un revirement identitaire. Il relate les histoires de ces personnes et examine leur quête d’identité ainsi que les processus de libéralisation qu’ils ont mis en œuvre. Au fil des chapitres, il reprend les éléments biographiques des uns et des autres au prisme de leurs attentes relationnelles, de leurs malaises identitaires. Cela peut sembler assez répétitif mais le processus est nécessaire pour « identifier » chacun de ces individus. Toutefois, le profil des enquêtés (importance des enfants issus de couples en confit ou séparés, individus victimes de pédophilie, d’alcoolisme, d’addictions…) entrave l’empathie que le lecteur pourrait avoir avec ces individus. La place des récits de vie est centrale dans l’ouvrage et aide à suivre la théorisation de la socio-analyse des relations sociales (même si certains passages restent tout de même assez ardus).

Ce livre a toute sa place dans la collection Recherches des éditions Armand Colin. Le texte montre une recherche en train de se faire. Stimulant !

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Le dictionnaire des sciences sociales.

C_Le-Dictionnaire-des-sciences-sociales_5181

Le dictionnaire des sciences sociales. Jean-François Dortier (dir.) Sciences Humaines Editions, Auxerre, 2013. 459 p. 17€.

En 2004 paraissaient aux éditions Sciences Humaines le gros volume : Dictionnaire des Sciences Humaines (875 pages, 49€) sous la direction de Jean-François Dortier, rédacteur en chef de la fameuse revue. Dès 2008, le gros dictionnaire a fait des petits et a été décliné en poche sous différentes thématiques.  Une formule plus pratique, moins encombrante pour qui aime lire dans les transports.

Les articles reprennent ceux qui sont présents dans le gros volume. Isabelle Mouton, la graphiste de Sciences Humaines, a pris le parti de mettre à part les notices biographiques dans un cahier grisé. L’essentiel de l’ouvrage est composé des articles portant sur les notions et les concepts. Le texte est très accessible. Les journalistes de SH sont les chevilles ouvrières de ce dictionnaire ou du moins celui de la première édition (Sylvain Allemand, Martine Fournier, Evelyne Jardin, Xavier Molénat, Jean-Claude Ruano-Borbalan…). On cherchera en vain leurs noms dans la formule de 2013.

Les notices publiées dans le volume de 2013 ont été actualisées. Ainsi, l’article Banlieue propose en pistes bibliographiques l’ouvrage de Christophe Guilly : Fractures françaises. 2010. Idem pour la longue notice consacrée à la ville : Michel Lussault. L’avènement du monde. Essai sur l’habitation de la planète paru en 2013. L’article Péri-urbain demeure toutefois daté. S’il prend bien en compte le zonage en aires urbaines, la présence du tiret dans le mot témoigne d’une acception davantage anglo-saxonne que française, basée sur le modèle centre-périphérie. Aujourd’hui, les géographes ont montré l’émergence de polarités secondaires qui relativisent la dépendance de ces espaces au pôle urbain central. Le périurbain n’est plus un espace sous dépendance mais un espace où s’opère une hybridation entre la ville et la campagne. Les créations d’emplois dans ces zones témoignent du dynamisme de celles-ci. La vision de villages-dortoirs, si elle existe encore, doit être diversifiée.

Au-delà de ces réserves, ce volume est très utile et constitue une bonne mise en bouche pour aborder des notions et des concepts en sociologie. A conseiller pour les étudiants comme pour les lycéens.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes