Archives par mot-clé : Sandrine Depeau

Ecole Thématique Mob’Huma’Nip

bandeau_01

Du 01 au 05 septembre 2014 se tiendra l’Ecole Thématique Mob’Huma’Nip, « arts et sciences sociales en mouvement : narrations, iconographies et parcours pour revisiter l’in-situ » à Rezé (44) dans le sud de Nantes.

Vous pouvez dès à présent consulter toutes les informations concernant la formation et l’inscription (dépôt de candidature avant le 15 juin 2014)  sur le site dédié en cliquant sur le lien suivant :

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

Cette formation est organisée sous forme d’un séjour résidentiel (en pension complète) de 5 jours d’immersion sur le terrain et en ateliers, ponctué de séances de conférences  et table-ronde en soirée.

  •     Objectif de la formation : Elle s’apparente à une résidence scientifique et artistique dans un objectif de sensibilisation et formation aux méthodologies de l’in-situ (narrations, iconographies et parcours) revisitées par les chercheurs en sciences sociales et artistes autour d’un objet commun : les territoires en (du) mouvement,autrement dit, et de manière plus centrale, la thématique des mobilités. L’appréhension des réalités complexes, dans une logique de l’in-situ, incluant la captation des sensations, des émotions, des perceptions et des représentations à travers les pratiques constituent le terreau commun de la créativité expérimentale et méthodologique en matière de coopération art-recherche. La sensibilité et la créativité de l’artiste peuvent inspirer les scientifiques tout comme certains questionnements et les contraintes scientifiques peuvent être un nouveau terrain de jeu pour l’artiste. C’est dans cette double perspective que le programme de l’école thématique a été conçu.
  •              Programme :

Trois modalités d’apprentissage collectif et d’échanges sont proposées :

1.       Approches épistémologiques, historiques et théoriques dans ou à l’interface des sciences sociales et des champs artistiques : Conférences

2.       Appréhension et partage des méthodes : Ateliers

3.       Approche critique : Tables Rondes

La majorité des travaux se déroulera donc sous la forme d’ateliers méthodologiques, organisés et pilotés par le collectif d’organisation ; chaque atelier sera animé par un petit collectif alliant un artiste et quelques chercheurs. Trois temps spécifiques de la mise en œuvre de la démarche méthodologique sont privilégiés : Conceptualiser ; Impliquer / s’impliquer ; Restituer.

Qui peut candidater ? :

– des chercheur-e-s 
– des doctorant-e-s 
– des étudiant-e-s en arts ou architecture (M2 ou équivalent doctorat) 
– des professionnels des collectivités territoriales ou d’établissements privés intéressé-e-s par les questions de mobilité/déplacements et d’aménagement.

Dans le cadre de cette résidence, ils devront pouvoir justifier du fort intérêt pour les méthodologies présentées ici, en lien avec leurs problématiques, leurs pratiques professionnelles ou de recherche/création.

Des connaissances minimales en méthodologies qualitatives et un intérêt thématique pour les mobilités et les territoires urbains sont attendus.

  •              Comment candidater ?  :

Les personnes intéressées pour participer à cette école thématique devront faire acte de candidature à partir du 11 mai jusqu’au 15 juin 2014.

Il est demandé aux candidats de préparer leur dossier en amont, en présentant clairement leur parcours (CV), leurs attentes et les liens thématiques de leurs travaux ou projets avec ceux de cette école thématique (lettre de motivation d’une 1 page).
La candidature sera donc constituée de 1/ les expériences (CV d’une page) et 2/ les intérêts (lettre de motivation) que le candidat identifie dans l’école, au regard de ses propres travaux de recherche ou de création, de ses pratiques professionnelles.
Toutes les informations sur:

http://mobhumanip.sciencesconf.org/

La territorialité mobile

Capturer

Arrêt de car de Champigny/Yonne

photographie de Pablo Boizeau

Compte-rendu du séminaire : La territorialité mobile. Identités et interactions sociales dans les pratiques de déplacement. Tours, 5/04/2013

Marie-Christine Fourny (UMR-Pacte, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1) et Laurent Cailly (UMR-Citeres, Université François-Rabelais, Tours) avaient réuni dans la salle du conseil de l’université de Tours, en ce vendredi 5 avril, une trentaine de chercheurs travaillant sur les mobilités en général et plus particulièrement sur la question de l’identité qui se manifeste lors de celles-ci.

  • La territorialité mobile, de quoi parle-t-on ?

La notion est de « territorialité mobile » est une notion en chantier. Initiée dans le cadre d’un programme ANR, elle vise à articuler mobilités et territoire en questionnant l’habitabilité des espaces périurbains. Il s’agit d’examiner l’articulation entre le mobile et le fixe. Ainsi, les chercheurs investis espèrent déconstruire les clichés sur les habitants du périurbain. La dimension spatiale de la mobilité est à envisager comme un moment, « un événement » (Michel Lussault) où s’élaborent des territorialités individuelles et collectives. La figure du polder est proposée pour appréhender la mobilité périurbaine. Elle est à mettre en lien avec celle de l’archipel (partie solide du polder), la mobilité étant le liant (partie liquide du polder avec les canaux). Cette figure proposée à la réflexion par les chercheurs impliqués dans l’ANR est une piste de réflexion soumise à la discussion. La question de l’échelle retenue semble centrale pour comprendre la figure du polder. Le mobile et l’immobile ne sont qu’une affaire d’échelle. Pour Laurent Cailly, le territoire de l’immobilité, de la sédentarité est la commune périurbaine. Il y a mobilité quand on en sort.

  • Urbanité et mobilité

Sandrine Depeau, à partir du cas des bus pédestres, s’interroge sur le lien entre mobilité encadrée et urbanité. Les dispositifs de bus pédestres, très présents dans l’espace périurbain, ne semblent pas si convaincants que cela au niveau de l’apprentissage de l’autonomie par les enfants. Cette pratique très encadrée d’accompagnement à l’école modifie le rapport à l’espace (itinéraires empruntant des trames vertes). L’enfant n’apprend pas à vivre la ville car il est dans une bulle mobilitaire (Pédibus ou pédibulle ?). On peut toutefois se demander si ces enfants, malgré tout, ne sont pas plus autonomes que ceux accompagnés en voiture par leurs parents à l’école. Les nouvelles recherches que Sandrine Depeau a engagées portent désormais sur les comportements des usagers des transports publics et leur rapport aux incivilités (usage du téléphone portable…). Elle travaille à partir des campagnes de sensibilisation de la RATP. Elle reprend ainsi son questionnement sur l’urbanité.

Les travaux de Nicolas Oppenchaim questionnent eux aussi le rapport à l’urbanité dans le cas des adolescents vivant dans les ZUS. Il essaie de voir comment les mobilités sont constitutives du processus de socialisation des adolescents.  La structure familiale est centrale dans la mobilité (revenus, présence d’une voiture ou pas, grands frères-sœurs initiateurs). Les dispositions à la mobilité s’acquièrent dans la sphère familiale mais aussi dans le quartier de résidence (groupe de pairs, mode de transport donné). Si les jeunes des ZUS ont un usage plus précoce des transports en commun (y compris avec un moindre accompagnement par les parents), les filles se déplacent plus que les garçons. Dans sa thèse de doctorat, il a dégagé sept types de comportements sans pour autant que cette typologie ne soit pas enfermante (un même jeune peut, à différents moments de la semaine, se référer à un type ou à un autre de mobilité). La mobilité est structurée et structurante.[1]

L’aéroport interroge le rapport aux territoires. Jean-Baptiste Frétigny montre que ces lieux de transit ne sont pas des parenthèses dans la vie des individus. Les activités qui s’y déroulent sont des éléments à part entière de la vie des gens. Le temps qu’ils y passent est consacré soit à l’anticipation ou bien s’inscrit dans le prolongement (continuité) ou dans la rupture. Elles permettent de sortir des approches indifférenciées du temps de transport car les pratiques sont multiples comme les personnes qui les utilisent.

  • Parcours de mobilité

Denis Martouzet (Périvia-PUCA) montre que les mobilités des familles de l’espace périurbain de Tours sont le résultat de conciliation. L’individu élabore ses trajets en arbitrant entre des contraintes, ses souhaits et les possibilités. Un processus de compensation est aussi en jeu dans l’organisation des mobilités familiales. Celui-ci permet à chacun de trouver son compte. Guillaume Drevon cherche à montrer que des barrières mentales préexistent et influent sur les déplacements que font les navetteurs entre Thionville et Luxembourg et entre Voiron et Grenoble. Il présente ici son questionnement méthodologique sur la mise en place d’un protocole d’enquête. Il escompte, par l’utilisation de nouvelles technologies (GPS, caméra embarquée), faire émerger chez les enquêtés les barrières mentales qui influent sur leur manière de se déplacer, y compris à leur insu. Cette présentation a suscité de nombreuses réactions portant essentiellement sur la pertinence de la mise en place d’un dispositif aussi complexe.  Des mises en garde méthodologique ont été exprimées et a été soulevée la question : cette débauche de moyens techniques ne masque-t-elle pas une insuffisante réflexion sur la problématique ?

Marie-Françoise Fourny, qui était en charge de la synthèse de la journée, a conclu que la territorialité mobile est au croisement d’approches fonctionnelles et plus sensibles. Cela en fait un concept fédérateur. Les notions d’échelle de temps et d’échelle spatiale sont centrales pour l’aborder. Les mobilités sont structurantes dans les modes d’habiter.

Le colloque du CIST (organisé à Paris en mars 2014, information donnée par France Guérin-Pace) sera l’occasion de poursuivre la réflexion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Voir les travaux de Stéphane Beaud (80% au bac et après) sur Sochaux Montbéliard.