Archives par mot-clé : Que sais-je ?

La France périurbaine

Cet opus Que sais-je ? consacré à la France périurbaine est une véritable mine pour ceux qui s’intéressent à cet étrange objet géographique « ni-ville, ni-campagne, mi-ville, mi-campagne ». La rédaction de ce mémo a été étonnamment confiée à deux sociologues alors que les tenants de cette science humaine se sont emparés tardivement de cet objet d’étude. Toutefois, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, professeurs de sociologie à l’Université de Dijon et à celle de Nancy, ne sont pas novices dans cette collection puisqu’ils ont publié à deux ou quatre mains des numéros consacrés au Logement social en France, à la Crise des banlieueset à la Sociologie urbaine.

Après une introduction remarquable dans sa capacité à synthétiser les enjeux sur ce territoire, l’ouvrage se compose davantage d’une mise au point épistémologique sur l’objet périurbain que d’un bilan des caractéristiques actuelles de cet espace en France. Le but de cet texte est « de nuancer les visions caricaturales, stigmatisantes et outrancières qui ont été diffusées sur le périurbain » (p. 5) à partir des travaux réalisés ces 40 dernières années en géographie, aménagement, démographie, science politique, urbaine, histoire et sociologie. Par conséquent, une approche historique est adoptée dans un premier temps pour poser le contexte de la prise en compte par des géographes ruralistes de cet objet d’étude émergent dès les années 1950-1960. Puis, entre les tenants d’une urbanisation des campagnes (Roux et Bauer, 1976) et les tenants d’une renaissance rurale (Kayser, 1990), le périurbain devient un objet d’étude à part entière dès les années 1980. Marie-Christine Jaillet et Martine Berger sont les figures emblématiques de l’étude de ce front périurbain, rejointes ensuite par Monique Poulot, Claire Aragau et Lionel Rougé développant « la thèse d’une « maturité » des territoires périurbains dotés d’une certaine autonomie, sur le plan tant des emplois que des services. » (p. 23). Les sociologues, à l’exception de l’équipe réunie autour d’Henri Raymond en 1966, ne s’emparent pas du sujet avant les années 1980 (M. Ségaud, P. Lévy, C. Bidou, P. H. Chombart de Lauwe, 1982, D. Pinson et S. Thomann).

Le zonage en aires urbaines de l’INSEE (1996, puis 2010), abandonnant les ZPIU (zone de peuplement industriel et urbain), rend compte de la place tenue par les mobilités des travailleurs pour désigner ce « rurbain », ce « péri-urbain », ce « tiers-espace », « pré-urbain », autant d’expressions utilisées pour nommer cet espace émergent. Les caractéristiques de la ville étalée (pavillons, zones commerciales, axes de transport, place tenue par la nature dans le cadre de l’artificialisation des campagnes, « clubbissation » du périurbain) sont analysées sans oublier d’insister sur la diversité des couronnes périurbaines ne pouvant être considérées comme un tout homogène. Pour cela, l’analyse critique des travaux de Christophe Guilly est mise en écho avec les textes d’Olivier Galland, de Violaine Girard présentant une approche plus nuancée de cette « périphérie ». L’ensemble est replacé dans une difficile comparaison internationale tant les espaces périurbains ne se ressemblent pas d’un État à l’autre, d’un continent à l’autre. Toutefois, penser le périurbain comme une composante à part entière de la métropolisation évite de le dissocier « des dynamiques économiques mondialisées et de le considérer exclusivement comme une zone résidentielle composée de nappes pavillonnaires. » (p. 80). C’est ce qui fait l’enjeu de son étude à différentes échelles.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Les classes moyennes.

Les classes moyennes. Julien Damon. Que sais-je ? PUF, 2013. 127 p. 9€.

6a00d8343bf27053ef01901d914f6f970b-250wi

« (…) Captées dans un entre-deux, par exemple, entre une France d’en haut et une France d’en bas, les classes moyennes présentent une grande dispersion de profils. » (p. 7) surtout si on considère l’affaire à l’échelle mondiale ! Entre déclassement dans les pays développés et apparition dans les pays émergents, la (les) classe(s) moyenne(s) est partout un « épicentre des questions sociales et des préoccupations électorales. » (p. 5)

Cet objet occupe depuis peu Julien Damon. Ce sociologue est venu à la (aux) classe(s) moyenne(s) après avoir beaucoup travaillé la question de l’exclusion par le biais de la condition des SDF dans la ville. Il élargit aujourd’hui ses terrains de recherche aux politiques familiales et à la mobilité (dans le cadre de son investissement au sein de Gares connexions).

Une, puis, des classes moyennes

Aristote, Tocqueville, Marx, Gambetta, Jaurès, Durkheim, Simiand, Halbwachs, Mendras se sont intéressés à la classe moyenne (au singulier) avant que le pluriel s’impose pour celles qui se sont étendues et banalisées. Les définir est un exercice difficile. Trois approches sont possibles : par les appartenances socio-professionnelles, par les revenus et par l’identification individuelle à la catégorie. Selon la définition retenue, les classes moyennes peuvent représenter jusqu’à 80% de la population ! Les définir amène à se demander si les classes moyennes s’établissent « à partir d’un milieu mathématique (des revenus ou des consommations) ou bien si les classes moyennes sont, en elles-mêmes, un milieu social (comme on dit « je ne suis pas de ce milieu ») » (p. 16). Aussi, avec des approches si différentes, il n’est pas étonnant que les analystes ne soient pas d’accord et à plus forte raison, si on veut faire une comparaison européenne voire mondiale !

Les classes moyennes françaises : un enjeu électoral

Le cas français est analysé très précisément. Cette partie est très documentée et argumentée. Julien Damon conclut que l’idée du déclassement qui hante les classes moyennes françaises n’est justifiée que si on considère la base des classes moyennes. Leur situation se rapproche, sur vingt ans, de la situation des classes populaires (fourchette haute). Il rejette l’idée selon laquelle l’espace périurbain serait celui des classes moyennes. « La France des pavillons et des lotissements, de la bagnole et du barbecue, a longtemps renvoyé l’image de l’ascension et du standing moderne des classes moyennes. » (p. 60) Il insiste sur le fait que « (…) les classes moyennes – en tant que catégorie unitaire apprécié nationalement – ne présentent pas de singularité territoriale déterminante » (p. 64). La diversité sociale comme géographique l’emporte. Quelques tendances émergent qui affectent de manière différenciée les classes moyennes : effritement (les classes moyennes ne constituent pas une unité sociologique), écrasement (le cœur des classes moyennes ne profite pas du système français de transferts qui bénéficient aux plus démunis et aux plus riches – niches fiscales), étalement (les classes moyennes nourrissent  l’étalement urbain par leurs trajectoires résidentielles), émiettement (politiquement, elles sont courtisées par tous les partis, sauf l’extrême-gauche).

La middle class américaine

Aux Etats-Unis, Charles Wright Mills, sociologue, note dès 1951 l’apparition d’une middle class, constituée de cols blancs (en croissance numérique) : « un démenti aux théoriciens du XIXème siècle qui prévoyaient une société divisée en patrons et ouvriers » (p. 70). La transition d’une société industrielle vers une société post-industrielle (débutée dans les années 1970) se traduit par une baisse des catégories de personnes de niveau intermédiaire. La crise de 2007 a accentué ce sentiment de déclassement, confirmé par les statistiques (-0,6%/an pour le revenu moyen américain sur les dix dernières années contre 3% de croissance/an entre 1960 et 1970). Obama et son Obamacare ont mis au cœur du débat politique les classes moyennes (qui travaillent mais ne peuvent se payer une assurance maladie, malgré la bi-activité des ménages) jusque-là oubliées.

La montée des classes moyennes dans les pays émergents

Quant aux pays émergents, ils sont emblématiques de l’entrée du monde en « phase de moyennisation » (p. 98). Estimer le nombre de personnes concernées est compliqué. En Inde, les estimations varient de 50 à 300 millions de personnes ! L’essentiel des classes moyennes se trouve dans la fourchette basse retenue. Quoi qu’il en soit, la montée en  puissance des classes moyennes est gage de démocratie si on en croît Aristote : « lorsque la classe moyenne est importante, il y a moins de risques de discordes et de division » (p. 115) même si les aspirations des classes moyennes en termes de droits civils et sociaux se heurtent au pouvoir central (manifestations).

Classes moyennes de tous pays, unissez-vous !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes