Archives par mot-clé : photographie

Les choses qui brillent

Quel bonheur de découvrir une artiste qui travaille sur des thèmes proches des siens !

Pour qui s’intéresse, comme moi, à l’action culturelle, ce travail réalisé dans le cadre d’une résidence artistique à Bourges entre doublement en écho avec mes préoccupations de chercheuse. Photographe, elle fait parler les jeunes d’un quartier sensible sur leur quotidien et leurs rêves, comment ils voient leur avenir. Des champs de questionnements équivalents aux miens mais rendus par le biais du médium photographique.

Je suis avide de découvrir son travail en vrai à l’occasion de ma visite dans cette bonne ville de Bourges à l’occasion du Printemps !

Les choses qui brillent

Exposition du 29 Mars au 30 Avril – 19 avenue de la Libération à Bourges.
Dans le cadre d’une résidence artistique à l’Agence d’Exploration Urbaine/Emmetrop.

 

Précis de photographie à l’usage des sociologues.

27000100786660L

Précis de photographie à l’usage des sociologues. Sylvain Maresca et Michaël Meyer. Didac sociologie. PUR, 2013. 109 p. 10€

Voici un petit livre bien utile pour qui s’intéresse à la photographie et pour qui s’interroge sur la manière de l’intégrer à sa recherche et à son enseignement dans le secondaire. S’y trouve une réflexion sur le médium que constitue la photographie et sur toutes les méthodes possibles et imaginables qu’on peut en faire. Ce petit traité est l’œuvre de deux sociologues : un professeur et un jeune docteur, tous deux adeptes de la sociologie visuelle. Ils prônent, avec brio, l’usage de la photographie dans les sciences sociales.

La vieille histoire de la photographie dans les sciences sociales

La première partie de l’ouvrage rappelle que des sociologues, des ethnologues et des anthropologues se sont très vite emparés du médium photographique dont l’apparition a coïncidé avec l’émergence de leur discipline. Toutefois, l’usage de la photographie était surtout illustratif. Au début du XXème siècle sont parues des monographies (voir l’ouvrage de Trasher sur les gangs de Chicago en 1927) ou ont été organisées des expositions de ces photographies qui ne trouvaient pas toujours leur place dans les publications savantes (voir à ce propos l’ouvrage de Benoit De l’Estoile). C’est Douglas Harper (avec son étude sur les vagabonds du NO américain, 1976) qui engage un véritable tournant dans la manière de considérer la photographie en sociologie. En 1981 est mis sur pied le réseau de l’International Visual Sociology Association (IVSA), principale structure qui regroupe tous ceux qui travaillent dans le domaine de la sociologie visuelle. Cette dernière est définie ainsi par Harper comme « l’usage de la photographie, du film et de la vidéo pour étudier la société, et l’étude des artefacts visuels d’une société. » Malgré les efforts de diffusion et de vulgarisation de cette approche, force est de constater que « l’université (…) maintient un certain analphabétisme dans le domaine du langage iconographique. » (Mattioli, 2007).

Faire de la sociologie « sur, avec et en » images

 Il existe trois usages de la photographie en sociologie :

–       La recherche sur les images (la sémiologie et l’iconographie) doit beaucoup en France aux travaux de Laurent Gervereau. Les photographies sont considérées comme « les traces d’une activité sociale, leur étude nous renseigne sur cette activité et sur les procédés de construction du sens dans les champs sociaux où elles sont produites et circulent. » (p. 25).

–       Faire de la sociologie peut aussi consister, par le biais de la photographie, à récolter des données et à analyser des phénomènes sociaux. La photographie devient un outil de recherche. Elle peut être réalisée par le chercheur lui-même, par un photographe professionnel ou bien encore par les enquêtés eux-mêmes. De nombreuses questions se posent sur les usages des photographies récoltées et sur leur interprétation. L’ouvrage se concentre davantage sur les dispositifs à mettre en œuvre que sur les méthodes d’interprétation et laisse le lecteur sur sa faim.

–       Il s’agit dans ce troisième cas de figure de restituer une recherche par l’image. C’est dans ce domaine que les marges de manœuvre sont les plus limitées. L’écrit prime encore sur le visuel et toute recherche ne peut se limiter à la fabrication d’un film ou d’un recueil photographique sans un support textuel. Si une thèse de doctorat (portant sur le cinéma) peut consister en la production d’un documentaire, les instances universitaires actuelles ne sont pas prêtes à accepter qu’elle s’y limite. Un volume écrit est exigé.

La photographie : une solution passe-partout ?

Au-delà de la question du droit à l’image, du consentement éclairé des enquêtés, il est indispensable pour le chercheur de mener une réflexion sur l’utilité de cette démarche. « Les images ne sont pas intéressantes pour tout, ni dans les sciences sociales, ni ailleurs. Vouloir imposer leur usage, sans considération pour les spécificités de l’objet d’étude et de la situation d’enquête, ne peut que conduire le chercheur vers des difficultés dans les analyses et dans ses justifications ultérieures de l’apport des usages. » (p. 82) Si la multiplication des moyens mis à notre disposition et à celle de nos élèves (appareil photographique numérique, téléphones portables) ainsi que la diffusion d’images par le biais de diaporama facilitent l’usage de la photographie comme support pédagogique, il ne faut pas perdre de vue les objectifs que l’on cherche à atteindre avec. Pour alimenter notre réflexion, la visite de deux sites consacrés à la sociologie visuelle s’impose. Le premier est un média scientifique collaboratif, proposé par le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS), qui héberge notamment le carnet de recherche visuel de Sylvain Maresca.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités.

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités. Actes du colloque d’Amiens, 30/09-1/10/2010. Lieux Dits, Cahiers du Patrimoine, 2013. 25€. 175 pages.

51d9lnEFAHL._SX342_Voici les actes d’un colloque sur les espaces périurbains dont l’angle d’attaque mérite qu’on s’y attarde. Il s’agit de voir les espaces périurbains sous l’œil du photographe et de faire des espaces périurbains un objet d’étude à part entière. Cette posture de l’inventaire général du patrimoine culturel est d’autant plus nouvelle qu’« il nous a fallu vingt ans pour comprendre que nous étions en présence d’un entre-deux, entre la ville et le rural. » (p. 46). C’est pourquoi ont été réunis des experts de différents domaines (HIDA, géographie, sociologie, histoire, droit) afin de donner des pistes dans l’optique d’une recherche appliquée.

Depuis 2004 (loi du 13/08), les régions sont chargées de l’inventaire général du patrimoine culturel. L’inventaire est né en 1964 et a reçu la mission de « définir, connaître, valoriser, prendre en compte ». L’espace rural a été le principal objet d’étude jusque dans les années 1980, date où l’inventaire s’est rendu en compte que quelque chose était en train de changer du côté des paysages avec le périurbain : « (…), ce trivial entre-deux, de surcroît décrié depuis des siècles, qui séparent les « beaux » paysages urbains des « beaux » paysages ruraux » (p. 18)

Le volume s’ouvre sur une série d’articles généraux qui constituent un état de l’art de la question. Ces articles rappellent les grandes mutations qu’ont connues le périurbain et son étude en particulier. Mais, ce qui fait tout l’intérêt de cette partie est de proposer les textes d’historien de l’art, de géographe, de sociologue, d’historien et de juriste. Si on retient le propos du géographe (Laurent Cailly), on perçoit la complexité du périurbain, présentée ici avec beaucoup de justesse. « Ainsi, le rôle qu’exerce le périurbain dans le partage du travail métropolitain n’est ni simple ni univoque et est pour le moins éloigné du poncif d’une campagne-dortoir. » (p. 24) Il faut bien parler de périurbain au pluriel (comme en atteste d’ailleurs le titre de l’ouvrage) pour donner à voir ces espaces qui sont loin d’être monolithiques. Les sociologues ont eu du mal à passer outre la partition ville/campagne (sociologie urbaine / sociologie rurale) et ont délaissé le périurbain jusqu’au début des années 1990. La problématique des mobilités est centrale dans la prise de conscience de cet espace par eux. « Vivre dans le périurbain, c’est s’installer non seulement à la campagne, mais « dans le mouvement » comme l’écrit Jacques Donzelot (p. 33). Les historiens se sont, eux aussi, emparés tardivement de cet objet et ne l’ont pas nommés ainsi. Au moment où Annie Fourcot entame son étude sur les mal lotis en région parisienne, cet espace est devenu la banlieue alors qu’il était le périurbain pendant l’entre-deux guerres. Elle parle donc de banlieue au lieu du périurbain.

Les autres parties de l’ouvrage sont consacrées à des réflexions sur la mise en œuvre opérationnelle de la prise en compte du périurbain. La parole est donnée à des acteurs très divers (personnes travaillant au service de l’inventaire, à la direction de la prospective régionale, photographes, …). Certains textes sont assez arides car trop techniques ou institutionnels. L’ensemble est ponctué de pages couleurs qui présentent des travaux photographiques témoignant de la réflexion engagée par l’Inventaire.

Au final, l’ensemble offre une approche du périurbain très diversifiée, qui élargit le regard que les géographes peuvent poser sur cet espace. L’approche pluridisciplinaire apporte beaucoup à l’ensemble.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes