Archives par mot-clé : périurbain

Le périurbain, France du repli ?

arton2318-8a8a7

Selon certains géographes, si le vote Front National est plus prononcé dans les territoires périurbains qu’ailleurs, c’est parce que ces espaces favorisent le repli sur soi, contrairement à la ville où domineraient mixité sociale et ouverture d’esprit. Cet article remet ce partage en question, à partir d’une enquête menée en grande banlieue.

Article à télécharger sur

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130528_periurbain.pdf 

La réponse de Jacques Lévy :

Liens faibles, choix forts : les urbains et l’urbanité

http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20130539_levy.pdf

Aux franges de l’Europe en quête d’inspiration

photo

LX Factory, Lisbonne, avril 2013

© Catherine Didier-Fèvre

Il y a un mois, Anne Piponnier nous offrait un  billet-cadeau sur la poétique du déplacement. Elle analysait le rôle que jouent les mobilités dans l’élaboration de la recherche. “Participer à des colloques, des séminaires, se rendre à des journées d’étude, rejoindre des rencontres plus ou moins formelles, relativement distants ou éloignés de nos bureaux et domiciles, sont, en effet, l’occasion de faire le déplacement, un mouvement à la fois familier et dérangeant, mais qui, chaque fois, nous engage à plus d’un titre, professionnel et personnel.” 

Me voici en route pour Mor en Hongrie où se tient le premier EURUFU  (European Rural Futures) dont la thématique porte sur “Transport and mobility in rural areas in the context of demographic change”. J’y exposerai les problématiques propres aux navettes réalisées par les jeunes habitant un espace périurbain aux franges de l’Ile-de-France. A la lisière de l’âge adulte, ces élèves périurbains qui fréquentent le lycée de Sens doivent faire avec l’espace. Non autonomes, ils dépendent des transports scolaires à la fois pour suivre leurs études mais aussi pour voir leurs amis, pour sortir, pour exister en dehors du cadre familial. Si, pour les adultes que nous sommes, leurs mobilités contraintes nous semblent bien difficiles à supporter, l’analyse de leurs déplacements et ce qu’ils en disent nous apprend beaucoup sur la capacité d’adaptation de nos élèves. Contraints par des transports longs et rares, ils sont mobiles dans le cadre de leur journée de lycée. Le moindre temps libre est exploité pour explorer la petite ville, pour se forger une personnalité en se confrontant aux uns et aux autres. La fréquentation du lycée leur offre un champ des possibles qu’ils ne soupçonnaient pas quand ils étaient encore élèves au collège.

Tout cela, je le sais plus ou moins depuis que j’ai soutenu mon mémoire de M2 recherche. A quoi bon me direz-vous aller à l’autre bout de l’Europe pour y raconter cette histoire ? De surcroît, en anglais, devant un public d’institutionnels hongrois ou européens de l’est ? Sans compter tout le travail de rédaction qui m’attend !

Et bien, j’escompte beaucoup de cette rencontre, tant au plan professionnel que personnel.

Une immersion totale en langue étrangère, dans un anglais, davantage outil de communication internationale que langue de Shakespeare, me fera le plus grand bien. Par ailleurs, quoi de mieux que d’être en contact avec celles et ceux qui ont des préoccupations proches de son terrain de recherche ? Car, même si nos espaces d’étude semblent bien éloignés, les franges orientales sont en proie à des mutations qui ressemblent bien à celles qui sont en cours ici.

Faire ce voyage à l’Est, c’est aussi, pour la chercheuse que je suis, aller physiquement aux frontières de son monde. C’est une manière d’explorer ses limites (au sens propre comme figuré) et de les mettre à l’épreuve, de se confronter à l’Ailleurs. Rien de mieux qu’une mise en contexte de ce type quand on a la prétention de travailler sur la perception de l’Ailleurs par les jeunes à l’heure de leurs choix post-bac !

Catherine Didier Fèvre

 

 

 

 

La territorialité mobile

Capturer

Arrêt de car de Champigny/Yonne

photographie de Pablo Boizeau

Compte-rendu du séminaire : La territorialité mobile. Identités et interactions sociales dans les pratiques de déplacement. Tours, 5/04/2013

Marie-Christine Fourny (UMR-Pacte, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1) et Laurent Cailly (UMR-Citeres, Université François-Rabelais, Tours) avaient réuni dans la salle du conseil de l’université de Tours, en ce vendredi 5 avril, une trentaine de chercheurs travaillant sur les mobilités en général et plus particulièrement sur la question de l’identité qui se manifeste lors de celles-ci.

  • La territorialité mobile, de quoi parle-t-on ?

La notion est de « territorialité mobile » est une notion en chantier. Initiée dans le cadre d’un programme ANR, elle vise à articuler mobilités et territoire en questionnant l’habitabilité des espaces périurbains. Il s’agit d’examiner l’articulation entre le mobile et le fixe. Ainsi, les chercheurs investis espèrent déconstruire les clichés sur les habitants du périurbain. La dimension spatiale de la mobilité est à envisager comme un moment, « un événement » (Michel Lussault) où s’élaborent des territorialités individuelles et collectives. La figure du polder est proposée pour appréhender la mobilité périurbaine. Elle est à mettre en lien avec celle de l’archipel (partie solide du polder), la mobilité étant le liant (partie liquide du polder avec les canaux). Cette figure proposée à la réflexion par les chercheurs impliqués dans l’ANR est une piste de réflexion soumise à la discussion. La question de l’échelle retenue semble centrale pour comprendre la figure du polder. Le mobile et l’immobile ne sont qu’une affaire d’échelle. Pour Laurent Cailly, le territoire de l’immobilité, de la sédentarité est la commune périurbaine. Il y a mobilité quand on en sort.

  • Urbanité et mobilité

Sandrine Depeau, à partir du cas des bus pédestres, s’interroge sur le lien entre mobilité encadrée et urbanité. Les dispositifs de bus pédestres, très présents dans l’espace périurbain, ne semblent pas si convaincants que cela au niveau de l’apprentissage de l’autonomie par les enfants. Cette pratique très encadrée d’accompagnement à l’école modifie le rapport à l’espace (itinéraires empruntant des trames vertes). L’enfant n’apprend pas à vivre la ville car il est dans une bulle mobilitaire (Pédibus ou pédibulle ?). On peut toutefois se demander si ces enfants, malgré tout, ne sont pas plus autonomes que ceux accompagnés en voiture par leurs parents à l’école. Les nouvelles recherches que Sandrine Depeau a engagées portent désormais sur les comportements des usagers des transports publics et leur rapport aux incivilités (usage du téléphone portable…). Elle travaille à partir des campagnes de sensibilisation de la RATP. Elle reprend ainsi son questionnement sur l’urbanité.

Les travaux de Nicolas Oppenchaim questionnent eux aussi le rapport à l’urbanité dans le cas des adolescents vivant dans les ZUS. Il essaie de voir comment les mobilités sont constitutives du processus de socialisation des adolescents.  La structure familiale est centrale dans la mobilité (revenus, présence d’une voiture ou pas, grands frères-sœurs initiateurs). Les dispositions à la mobilité s’acquièrent dans la sphère familiale mais aussi dans le quartier de résidence (groupe de pairs, mode de transport donné). Si les jeunes des ZUS ont un usage plus précoce des transports en commun (y compris avec un moindre accompagnement par les parents), les filles se déplacent plus que les garçons. Dans sa thèse de doctorat, il a dégagé sept types de comportements sans pour autant que cette typologie ne soit pas enfermante (un même jeune peut, à différents moments de la semaine, se référer à un type ou à un autre de mobilité). La mobilité est structurée et structurante.[1]

L’aéroport interroge le rapport aux territoires. Jean-Baptiste Frétigny montre que ces lieux de transit ne sont pas des parenthèses dans la vie des individus. Les activités qui s’y déroulent sont des éléments à part entière de la vie des gens. Le temps qu’ils y passent est consacré soit à l’anticipation ou bien s’inscrit dans le prolongement (continuité) ou dans la rupture. Elles permettent de sortir des approches indifférenciées du temps de transport car les pratiques sont multiples comme les personnes qui les utilisent.

  • Parcours de mobilité

Denis Martouzet (Périvia-PUCA) montre que les mobilités des familles de l’espace périurbain de Tours sont le résultat de conciliation. L’individu élabore ses trajets en arbitrant entre des contraintes, ses souhaits et les possibilités. Un processus de compensation est aussi en jeu dans l’organisation des mobilités familiales. Celui-ci permet à chacun de trouver son compte. Guillaume Drevon cherche à montrer que des barrières mentales préexistent et influent sur les déplacements que font les navetteurs entre Thionville et Luxembourg et entre Voiron et Grenoble. Il présente ici son questionnement méthodologique sur la mise en place d’un protocole d’enquête. Il escompte, par l’utilisation de nouvelles technologies (GPS, caméra embarquée), faire émerger chez les enquêtés les barrières mentales qui influent sur leur manière de se déplacer, y compris à leur insu. Cette présentation a suscité de nombreuses réactions portant essentiellement sur la pertinence de la mise en place d’un dispositif aussi complexe.  Des mises en garde méthodologique ont été exprimées et a été soulevée la question : cette débauche de moyens techniques ne masque-t-elle pas une insuffisante réflexion sur la problématique ?

Marie-Françoise Fourny, qui était en charge de la synthèse de la journée, a conclu que la territorialité mobile est au croisement d’approches fonctionnelles et plus sensibles. Cela en fait un concept fédérateur. Les notions d’échelle de temps et d’échelle spatiale sont centrales pour l’aborder. Les mobilités sont structurantes dans les modes d’habiter.

Le colloque du CIST (organisé à Paris en mars 2014, information donnée par France Guérin-Pace) sera l’occasion de poursuivre la réflexion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Voir les travaux de Stéphane Beaud (80% au bac et après) sur Sochaux Montbéliard.

 

Tous périurbains !

Tous périurbains ! Esprit, mars-avril 2013. 239 pages. 20€

2013_3_4A contre courant de la presse nationale (cf Télérama Halte à la France moche   ou bien encore Loin des villes, un rêve qui tourne mal), Olivier Mongin et Jacques Donzelot ont concocté un dossier consacré aux espaces périurbains afin d’offrir à leurs lecteurs des éléments de réflexion objectifs. Ceux-ci doivent permettre de ne pas alimenter les clichés sur les habitants des zones périphériques. Non seulement, ces derniers voteraient pour l’extrême droite mais seraient responsables du changement climatique à cause de leurs navettes automobiles quotidiennes ainsi que de la mise en place d’une société égoïste en raison de leurs habitudes individuelles ! Rien que cela !

Les coordinateurs du dossier ont fait appel à des « pointures » du périurbain et de l’urbain en général : Christophe Guilly, Laurent Davezies, Jean Rivière, Marie-Christine Jaillet, Jean-Michel Roux, Cynthia Ghorra-Gobin, Michel Lussault… Ces contributeurs aident à penser qu’il faut cesser de voir ces espaces avec les grilles de lecture d’hier. « Le village d’hier est fini et nous le réinventerons que comme des « néo-urbains » (p. 22). Il faut donc cesser de lire le monde selon le modèle centre-périphérie. L’urbain est généralisé.

Si l’interview (celle de Christophe Guilly et de Laurent Davezies) qui ouvre le volume va plutôt dans le sens des idées reçues véhiculées par les médias, l’article de Jean Rivière est décapant. Il retrace l’historique de l’amalgame vote d’extrême droite et périurbain. Il décortique les chiffres en bon spécialiste de la géographie électorale et relativise ceux-ci. Il va même jusqu’à en nier l’impact, selon l’échelle d’analyse retenue : « (…) Il faut veiller à ne pas surinterpréter le vote de la plupart des acteurs sociaux, autrement dit, à ne pas déduire un système de valeurs stable d’un choix électoral ponctuel. » (p. 44) Cette première partie est donc très stimulante à lire par les points de vue différents qu’elle présente autour de la question : le périurbain, terreau du populisme ?

Les articles rassemblés sous le chapeau : Comment peut-on être périurbain ? ne sont pas inintéressants mais ils sont moins novateurs. Beaucoup de choses très connues sont reprises par les auteurs à propos de l’émiettement social, de la fermeture de certains lotissements… L’article de deux hauts-fonctionnaires (Aurélien Rousseau et Hugo Bevort) sur la banlieue retient l’attention. Il est très riche. Consacré à la banlieue, il aurait donné de nombreux éléments aux étudiants candidats au CAPES 2013 qui ont eu à plancher sur les banlieues en novembre 2012. Trop tard !

La dernière sous-partie : Tous urbains ! est sans contexte la plus stimulante. Jean-Michel Roux, dans la lignée du Forum Vies mobiles (Les mobilités durables dans le périurbain, est-ce possible ? ), part du constat : « Nous sommes tous urbains » (p. 111) et décrypte le périurbain comme un élément constitutif de l’urbain même si les institutions de gestion de l’aire urbaine demeurent bien inefficaces selon son point de vue. Cynthia Ghorra-Gobin entame son article sur une réflexion sur l’échelle de l’aire urbaine et sur la nécessité qu’elle soit prise en compte par les gestionnaires de l’urbain. Aux Etats-Unis, une nouvelle tendance émerge et laisse espérer que « la traditionnelle opposition entre ville et suburbain (drivable suburbs et walkable places) » (p. 128) est en train de s’effacer : « Des promoteurs perçoivent ainsi une demande de logements et de bureaux situés dans des walkable places, soit des espaces d’urbanité que l’on peut retrouver aussi bien dans la ville centre que dans les banlieues. » (p. 127) Les populations revendiquent un droit d’accès aux espaces publics. Dans un contexte où « (…) la périphérie urbaine s’est imposée comme un paysage majeur du Monde, au même titre que le centre. »  (p.131), où l’automobilité « permet aux humains de rendre habitable un urbain si massivement péridispersé » (p.132), cette tendance est plutôt rassurante. Intégrer les espaces ouverts (bois, champs) à l’aire urbaine est donc essentiel, rappelle Michel Lussault. Ils doivent être inclus aux systèmes urbains qui sont de plus en plus multipolaires.

« Il est donc plus que temps d’accepter de considérer que le périurbain constitue désormais à la fois un modèle de spatialisation des réalités sociales et un genre de vie dont il importe de tenir compte, quoi qu’on pense des pratiques et des valeurs qu’il exprime, et dont il va s’agir d’inventer une politique » (p. 143)

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

 

Bienvenue sur mon carnet de recherches !

Vous êtes ici sur le carnet de recherches de Catherine Didier Fèvre.

b5870b3ef1846bd3e87e267e723f3dfa

Vous trouverez sur la page (onglet à propos) la présentation de la thèse de doctorat que je prépare depuis deux ans.

Bloggueuse dans le “civil“, j’ai eu envie d’ouvrir un blog consacré à ma recherche en cours. Vous trouverez donc ici des billets rendant compte de mes visites de terrain, de mes lectures, de mes interrogations, de mes impasses mais aussi de mon actualité (colloque, séminaire).