Archives par mot-clé : périurbain

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires.

La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires. Christophe Guilluy. Paris, Flammarion, 184 p. 18€

2835700-la-france-peripherique-jpg_2470357

Livre phare de cet automne, l’ouvrage de Christophe Guilluy a beaucoup été médiatisé. Le bandeau de l’ouvrage met l’accent sur les titres de la presse ayant relayé sa parution :

« Mille éléments décoiffants qui méritent d’être débattus. » Le JDD ; « Le seul livre que devraient lire Hollande, Valls, Mélenchon, Bayrou, Juppé, Sarkozy. » Marianne ; « Une démonstration lumineuse. » Le Figaro. Se plonger dans cet ouvrage, c’est disposer des éléments nécessaires pour mener sa propre réflexion en géographie.

Christophe Guilluy est géographe. Son ouvrage « Fractures françaises », paru en 2010, a fait couler beaucoup d’encre dans le contexte de la campagne présidentielle de 2012. Il développe ici, dans un essai très enlevé, une thématique rapidement évoquée dans le précédent livre : celle de la France périphérique. Ce terme désigne la France qui s’oppose à celle des métropoles, ces territoires grands gagnants de la mondialisation. Il veut alerter sur les dangers de cette partition du territoire national : « Des Bonnets rouges à Hénin-Beaumont, des zones rurales aux espaces « périurbains subis », la France des oubliés, celle des plans sociaux, est en train, par le bas, de remettre en cause l’édifice. » (p. 11). Cette « France périphérique » mettrait en danger notre société car s’y manifestent des tensions qui devraient à terme modifier le paysage politique : vote en faveur du FN et tentation du repli sur soi.

 Pour définir la France périphérique, il fait le choix de ne pas partir des territoires mais des catégories sociales en s’appuyant sur l’indice de fragilité sociale mis au point par Christophe Noyé comprenant huit indicateurs combinant taux d’ouvriers et d’employés dans la population, taux de temps partiel, taux de chômage, taux d’emploi précaire, propriétaires occupants précaires, revenus mais aussi un indicateur dynamique, l’évolution de la part des ouvriers-employés entre 1999 et 2010. Ainsi, se dessine la carte « La France des fragilités sociales » mettant en évidence les espaces ruraux et globalement les espaces à l’écart des métropoles. Si on pourrait y lire rapidement un négatif de la carte des aires urbaines de l’INSEE, l’auteur s’en défend et démonte le zonage en aires urbaines, proposant une vision trop urbaine et économique des territoires. Il la dénomme d’ailleurs : « La cartes des aires urbaines ou la « carte d’état-major » des classes dirigeantes » car « elle rend de fait invisible l’essentiel des classes populaires et occulte les effets sociaux et spatiaux de la mondialisation. » (p. 21).  L’indice de fragilité sociale partage les espaces périurbains entre cette France périphérique (périurbain subi) et la France métropolitaine (périurbain choisi). Toutefois, et c’est là qu’on peine à suivre Guilluy, « Il a paru excessif de considérer ces communes comme véritablement intégrées à l’espace métropolitain, le parti pris d’en réintégrer une partie dans la « France périphérique » a donc été adopté. Ainsi, les communes du périurbain des métropoles ont été associées aux espaces périphériques dès lors que leur indicateur de fragilité est d’au moins 3. » (p. 30). Autant, l’exposé de l’élaboration de l’indice de fragilité sociale a été convaincant, autant, à partir de ce moment de la lecture, ce bricolage des catégories ne semble pas légitime, d’autant plus que l’indice en question court de 0 à 8 et dans ce cas pourquoi retenir 3 et non pas 4. Christophe Guilly donne l’impression de vouloir à tout prix intégrer dans la « France périphérique » le propriétaire de pavillon afin d’étayer sa thèse s’appuyant sur l’idée que les habitants du périurbain ont été chassés du cœur des métropoles à la suite de la gentrification des quartiers centraux et d’une spécialisation du parc social dans l’accueil des populations précaires et/ou immigrées.

Cet artifice constitue le point faible de la démonstration par ailleurs convaincante. Ainsi, la mise en avant des difficultés rencontrées par les petites villes en cas de plans sociaux est légitime et permet de comprendre les fragilités sociales connues par les populations locales peu mobiles : « Le piège se referme sur les populations locales dont les biens immobiliers se déprécient au rythme de l’érosion de la population. » (p. 57). Ces « sédentaires » (en opposition aux « mobiles » vivant dans les cœurs des métropoles) sont particulièrement sensibles à l’évolution migratoire de leur commune. C’est sur le terreau de la précarisation et des tensions identitaires que se consolide le vote FN. L’Etat est bien conscient du danger et c’est d’ailleurs pour cela que la politique de la ville, depuis 2014, inclut des petites et moyennes villes (telles Joigny, par exemple). La vision qui ressort de la lecture de l’ouvrage est terrifiante. « Car ce sont ces catégories, pourtant invisibles culturellement et politiquement, qui participent à l’effacement du monde politique d’avant. » (p. 71). Le paysage politique actuel ne serait que le résultat du vieillissement du corps électoral favorable aux partis de gouvernement. « Le vieillissement est le meilleur rempart contre le populisme, mais il ne suffira pas car le changement n’est pas porté par une idéologie mais par une réalité sociale et culturelle incontournable : on n’intègre pas politiquement des catégories exclues du projet économique et sociétal. » (p. 72). Pour Christophe Guilluy, le clivage gauche-droite n’a plus court, cela revient « à analyser la géopolitique mondiale avec la grille de lecture d’avant la chute du mur : celle des deux blocs de l’Ouest et de l’Est » (p. 94). Avec près 28% des moins de 24 ans ayant voté pour une liste frontiste aux dernières élections, l’auteur nous prédit une « France de demain » apocalyptique.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Avoir 17 ans dans l’Yonne…

avoir-17-ans-dans-l-yonne-sans-les-parents-c-est-la-galere,M177721

 

Marc Belpois, Publié le 18/11/2014. Mis à jour le 18/11/2014 à 12h37.

Armel, Manon, Léa… Ils vivent dans des villages ou des hameaux isolés près de Sens. Comment se débrouillent-ils pour organiser leur vie d’ado ? Ils nous racontent.

C’est miraculeux, un bus. Il faut vivre en ville pour ne pas s’en apercevoir. Dans la campagne bourguignonne, on connaît des jeunes gens qui vendraient leur âme au diable pour un réseau de transports en commun.

Manon, Armel, Léa, Oriane, Alexia et Christian habitent à 10 ou 20 kilomètres les uns des autres, chacun dans son bourg, son village, son hameau. D’ordinaire, ils se retrouvent au lycée de Sens, sous-préfecture de l’Yonne, où tous passent leur année de terminale, mais ce sont les vacances de la Toussaint. Et le car scolaire se repose lui aussi.

Que ressent-on, dès lors, lorsqu’on a 17 ans et le désir pressant de s’arracher du cocon familial pour voler de ses propres ailes jusqu’à ses amis, cet autre horizon terriblement excitant ? Comment se construit-on, dans le monde d’Internet : le village global l’emporte-t-il sur leur village ? Manon, Armel, Léa, Oriane et leurs copains s’étonnent un peu qu’un journaliste vienne leur poser toutes ces questions. Nous insistons : « Ça doit vous agacer que la télé parle sans cesse des problèmes des jeunes de banlieue, et pas des vôtres ? Vous êtes un peu la jeunesse invisible, non ? »

lire la suite sur http://www.telerama.fr/monde/avoir-17-ans-dans-l-yonne,119036.php

 

« Il faut bien que jeunesse se fasse ! » Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde.

Passionnant ouvrage que celui d’Alexandre Dafflon !

396x635xcapture_d_ecran_2014-10-31_a_11.17.40.png.pagespeed.ic.QSqmGNWj-R

Ce jeune sociologue suisse, lauréat du prix de la faculté des sciences sociales et politiques 2011, livre ici une étude ethnographique réalisée en immersion dans la société de jeunesse de Bullon, commune périurbaine de Lausanne. Cette association, vieille de près de 200 ans, fédère les jeunes célibataires de 15 à 30 ans (voir plus) du village en leur proposant de participer à des tournois sportifs, à des défilés de chars ou à des voyages à l’étranger. « A une étape charnière de la construction individuelle, celle qui clôt l’adolescence et ouvre l’âge adulte » (p. 17), c’est une structure centrale de socialisation, à comprendre comme « l’ensemble des processus par lesquels l’individu est construit – on dira aussi « formé », « modelé », « façonné », « fabriqué », « conditionné » – par la société globale et locale dans laquelle il vit, processus au cours desquels l’individu acquiert – « apprend », « intériorise », « incorpore », « intègre » – des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement » (Darmon, 2006, p.6).

Pour ce faire, Dafflon a du donner de sa personne ! Car, il a compris très vite que s’il voulait être accepté par les membres de la société de jeunesse, il allait devoir trinquer avec eux et s’investir au quotidien dans la réalisation du char, objet local de fierté. L’analyse qu’il mène de sa situation d’observateur participant est très aboutie : comment être dedans et dehors le processus social que l’on observe ?

Deux occupations majeures de la société de jeunesse ont retenu son attention : celle liée à la boisson et celle liée au travail. Il débute d’ailleurs son ouvrage par le récit de la tournée de Pâques visant à récupérer chez les habitants (dont des anciens de la société de jeunesse) des lots pour un jeu organisé par les jeunes. Cette déambulation villageoise est ponctuée par des pauses plus ou moins prolongées chez les habitants offrant aux jeunes de la goutte dès 8h30 du matin jusqu’à la fin de la journée : l’enjeu étant pour les membres du groupe de ne pas finir ivres dès midi ! « A l’opposé des visions stigmatisantes, certain-e-s verront dans cette tournée villageoise, une des nombreuses manières de maintenir du lien social entre générations et entre habitant-e-s d’un même lieu. » (p. 13). Si la fête et sa pratique ont déjà été étudiées (Rossel, 1994 ; Antoine et Mischi, 2008 ; Renahy, 2010), c’est au processus de socialisation qui transparaît à travers elle que Dafflon s’intéresse. « La fête rassemble, elle permet aux individus de se percevoir comme appartenant à un groupe et de renouveler ce sentiment. Sa puissance réside dans cette capacité de réunion. (…) au-delà des intérêts personnels, au-delà des tensions et des différences sociales. » (Ségalen et Chamarat, 2007, p. 36). De même, le travail tient une place centrale dans le processus de sociabilisation : les girons (sorte de congrès des sociétés de jeunesse) exigent des adhérents la mise sur pied de stands (de boissons !) mais aussi la fabrication d’un char, qui occupe une grande partie des week-ends. L’organisation hiérarchique de ces tâches (basée sur l’ancienneté dans l’association) est bien décryptée. Elle valorise les travaux manuels (soudure, couture…) et ceux qui les maîtrisent alors que les étudiants ont plus de mal à trouver leur place dans cette organisation. Car, transparaît à travers le récit qu’en fait Dafflon le caractère « impressionnable » (Sears et Lévy, 2003, p. 92) des années passées en société de jeunesse, sa fréquentation oriente très souvent les jeunes membres vers des métiers manuels leur permettant d’entrer plus vite sur le marché du travail. « On constate ainsi qu’ils et elles s’orientent dans des filières scolaires ou professionnelles, s’émancipent des injonctions familiales, s’engagent dans des associations, réarrangent leurs relations sociales, découvrent la vie nocturne et les relations amoureuses, acquièrent un statut économique et social, etc. » (p. 144).

Si la prise en compte du territoire spécifique de Bullon est trop vite traitée (l’auteur effleurant seulement la question des transformations de cette commune passée de rurale à périurbaine), le rejet de ce type de sociabilité par « les jeunes venus de la ville », n’est abordé que par le cas d’Arnaud (l’étude se concentrant sur les jeunes adhérents de la société de jeunesse). Le principe d’une enquête ethnographique laisse toujours perplexe les géographes : ici, à l’exception des pôles urbains, le nom de la commune ou les prénoms des membres de la société de jeunesse ont été inventés afin de préserver l’anonymat, ces précautions tendant à gommer les particularités du territoire.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain.

FIG 2014 : Table ronde. Penser les lisières du monde urbain. Aurélien Bellanger, Jacques Lévy et Alexis Lacroix.

Cathédrale, 4/10/2014, 11h-12h30

IMG_1706

Un journaliste entouré du romancier qui monte (Aurélien Bellanger, auteur de L’aménagement du territoire, 2014) et d’un géographe qui fait beaucoup parler de lui avec ses cartogrammes électoraux (Jacques Lévy) : voilà le plateau qui s’offrait à nous en ce samedi matin dans la cathédrale de Saint-Dié des Vosges.

Au cœur des échanges : le périurbain, « ce paysage peu différent de la campagne » comme aime à le présenter Jacques Lévy et pour lequel, « il faut aller dans l’invisible pour en comprendre l’essence. » Si la définition basée sur les mobilités retenue par l’INSEE lui semble intéressante, il a de quoi « croiser le fer » avec l’INSEE, surtout depuis le nouveau découpage de 2010. « L’INSEE a inventé un système bizarre avec ses grandes aires urbaines, ses moyennes et petites aires – tout court – . Car l’INSEE ne veut pas reconnaître que 95% de la population est urbaine. » La France et la Suisse sont des pays où l’idéologie agrarienne empêche de penser que le périurbain soit de l’urbain.

La question du vote FN lui a été posée. Il a rappelé, en projetant le cartogramme bleu et brun paru dans Le Monde, que dès 1996, il a détecté ce phénomène, au moment où l’électorat du FN cessait d’être un électorat de la droite radicalisée. Malgré tout, il met en garde contre les caricatures qui ont cours sur le périurbain et est gêné par le fait que Christophe Guilluy assimile espace périphérique et catégories sociales. La récupération des idées de Guilluy par le FN n’a donc rien d’étonnant pour lui.

Autour de la table, Aurélien Bellanger est présenté par le journaliste comme le jeune représentant de la génération néo-balzacienne, de la « vague de fond » de reconquête du territoire par les écrivains (tels que Bailly ou Kauffmann, Rollin, Houellebecq), vague de fond qualifiée de « vaguelette » par Jacques Lévy, estimant que ces auteurs ne sont rien par rapport à Georges Pérec. Toutefois, il reconnaît à Aurélien Bellanger d’avoir fourni avec son ouvrage un manuel aux apprentis géographes même s’il préfère conseiller à ses étudiants de lire Les villes invisibles d’Italo Calvino. Après ces « amabilités », la parole est donnée au romancier qui explique pourquoi le périurbain lui parle. Né en région parisienne, aux lisières de la ville nouvelle d’Evry, dans un complexe pavillonnaire situé à proximité du premier IKEA de France, il a ressenti « le sublime de ce paysage » de lisières entre ville et champs. Il apprécie « l’honnêteté de ce paysage » et met en avant le paradoxe que la France soit gouvernée par le VIIème arrondissement, par une élite vivant dans des bâtiments ayant plus de deux siècles alors que les élites des années 1960 ne convoitaient que des appartements modernes. « Le sublime du paysage » parle aussi à Jacques Lévy qui a grandi à Fontenay-aux-Roses et allait enfant en vélo à l’aéroport d’Orly dont il appréciait la « beauté artificielle ». « Les choix d’habiter ont toujours une composante esthétique. Il ne faut surtout pas dire aux gens : vous ne savez pas ce qui est beau. »

L’échange s’achève sur l’organisation générale du territoire. Bellanger comme Lévy ne rejoignent pas Emmanuel Todd qui voit dans le mouvement des bonnets rouges le réveil des identités régionales, « le premier domino ». Pour Todd, la partie de la France qui n’a pas connu la révolution industrielle serait celle qui se porte bien aujourd’hui. Mais, il ne faut pas oublier que Todd a une vision culturaliste de la France, il croit, en bon structuraliste, que tout est immuable alors que pour eux deux, les régions au sein des territoires sont de moins en moins importantes. Lévy croit que ce qui compte le plus, c’est la taille de la ville où l’on habite. La majorité du territoire français a une productivité inférieure à l’UE. Cela favorise l’assistanat géographique et cela enfonce les zones en difficulté. Beaucoup de personnes sont persuadées qu’il faut qu’il y ait une administration (un robinet) pour qu’il y ait de l’argent. Cette vision est dépassée au grand dam d’un membre vosgien de l’assistance qui fait entendre sa voix du fond de la cathédrale ! On l’aura compris, Jacques Lévy n’était pas là pour dire ce que chacun avait envie d’entendre mais présenter sa vision des lisières du monde urbain.

 Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

Mon poster au concours de posters scientifiques du FIG

Voilà ! C’est parti !

vitrine_geo

Le FIG est commencé. J’y présente un poster intitulé : « C’est chez moi ! Le rapport des jeunes à leur maison périurbaine »

Capture d’écran 2014-09-12 à 13.31.23Je participe au concours Mappemonde – FIG au nom du LAVUE

Que le meilleur gagne !

J’y ai décroché une Mention spéciale  !

 

 

Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ?

Parution du numéro Géo-regard consacré à « Modes de vie et proximité dans les villes contemporaines »

georegards6_web-2-8d631.jpg

au sommaire mon article :

« Etre jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ? »Géoregards, N°6, 2014. pp. 35-51. http://www.s-n-g.ch/spip.php?article259

« Avoir 18 ans demain »

  •  Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014
  • 70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75-2

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Séance 9d – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Salle Carlo De Trizio – Palazzo ex-Poste

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne.

Urbanisation et espaces périurbains en Afrique subsaharienne. Pratiques à l’Ouest-Cameroun. Yemmafouo Aristide. L’Harmattan, 2013. 264 p. 28€

41YaD0PdoLL

La croissance urbaine que connaît l’Afrique s’accompagne du passage de la ville compacte à la ville étalée. Aux marges des agglomérations, apparaissent des espaces périurbains. Peu étudiés, ils sont pourtant au cœur de l’urbanisation en cours. C’est là que se joue l’avenir de la ville africaine. C’est du moins l’hypothèse que fait Aristide Yemmafouo, enseignant-chercheur en géographe à l’Université de Dschang (une ville de l’ouest du Cameroun), qui publie ici le premier ouvrage sur les espaces périurbains africains. Ce texte est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenu en 2009.

Lire les espaces périurbains africains n’est pas aisé car l’armature conceptuelle a disposition est occidentale et plus particulièrement française. Les espaces périurbains camerounais ne peuvent se comprendre qu’en les replaçant dans le contexte urbain africain (ville coloniale / ville nouvelle / ville spontanée et anarchique). L’urbanisation des villes africaines est le résultat de l’exode rural massif qui a eu lieu au lendemain des indépendances. La périurbanisation (apparue dans les années 1980) s’explique par un double processus :

–  la gentrification des centres urbains petit à petit réservés à la nouvelle bourgeoisie.

–  le désir d’avoir un chez-soi partagé par les classes moyennes, qui trouvent en périphérie un accès au terrain plus aisé.

L’installation dans le périurbain ne se fait pas directement : le rural s’installe d’abord en ville puis quitte celle-ci au profit des espaces périurbains. Ces ménages pratiquent une double activité (commerce et agriculture – le « vivrier marchand »). Ils se rendent à la ville grâce à des petites motos chinoises.

La question foncière est centrale pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. Elle fait la spécificité du périurbain africain. Dans les pays occidentaux, la périurbanisation s’explique surtout par le développement des transports et plus généralement l’accessibilité des espaces périphériques même si la question foncière n’est pas négligeable. En Afrique, prendre en compte le statut de la terre est essentiel pour comprendre ce qui se joue dans ces espaces. La propriété foncière, comme on la connaît dans notre pays, n’existe pas. La terre appartient à un groupe qui la reçoit du représentant de l’ancêtre fondateur de la chefferie (droit coutumier). La terre ne se vend pas. Elle est un outil de production et de reproduction sociale. Cette conception foncière traditionnelle se heurte au droit moderne (droit écrit) et c’est pourquoi de nombreux propriétaires périurbains ont fait immatriculer leurs terres afin de faire valoir leurs droits sur celle-ci (obligation de prouver que le terrain est occupé avant 1974 et qu’il est mis en valeur). Ces propriétaires périurbains sont accusés d’alimenter la spéculation en refusant de céder leurs terres actuellement. Ces mesures entrent en opposition avec la loi foncière camerounaise qui autorise tout Camerounais à s’installer où il veut !

Cet imbroglio juridique est particulièrement exploité dans cet espace d’entre-deux qu’est le périurbain. « (…) Les acteurs exploitent plutôt les faiblesses de la législation foncière et urbanistique en vigueur pour établir leurs propres lois. » (p. 99) La mise en place progressive de l’immatriculation des terrains permet leur cession. Ce sont les jeunes autochtones qui vendent des parcelles à des jeunes allochtones afin de récupérer des fonds (financement d’études, achat d’un fonds de commerce…). Cela doit tout de même se faire avec l’accord du chef de la chefferie (qui à l’occasion reçoit des cadeaux). Des promoteurs privés peuvent aussi acquérir des parcelles afin de répondre à la demande en logements des urbains. Ils se substituent à des structures parapubliques chargées de ces prérogatives au nom de l’Etat mais dont l’action est inefficace. Le rôle de ces promoteurs est à relativiser en raison de l’importance de l’auto-construction. En dehors de ces transferts de propriétés, il existe un grand nombre de situations intermédiaires : location et prêt de terrain à des fins agricoles (en attendant que le propriétaire ait réuni assez d’argent pour construire sa maison), location et logement gratuit (dans le cadre de solidarités familiales) en échange de son entretien.

Ces mutations foncières ont des répercussions paysagères. Les maisons sont de plus en plus réalisées en dur et celles en brique de terre disparaissent. Elles témoignent de la richesse de leurs habitants et sont identifiées comme telles par le voisinage. Les espaces périurbains présentent un urbanisme très divers (lotissement planifié, habitat informel) où l’agriculture tient une grande place  (jardin de case, maraîchage, élevage, agroforesterie : avocatier, safoutier, goyavier…). Une façon de garder « un pied dedans, un pied dehors » (Chaléard et Dubresson, 1989).

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Demandez le programme du colloque de l’AIDELF !

70914fd89920ebcdb3de2c07c76315e9a3d6eaf2_221x321_Q75

Colloque de l’AIDELF, Bari, Mai 2014

« Avoir 18 ans demain » Un cap ou un non événement dans le parcours de vie des jeunes habitant les espaces périurbains ?

Par Catherine Didier-Fèvre

Séance 9a – Transition à l’âge adulte (3)
jeudi 29 mai 2014 14:30 – 16:00, Aula Aldo Moro

https://www.aidelf.org/colloque/programme2.php?colloqueID=1&submissionID=1321

Quand géographie, recherche et sciences de gestion se rencontrent

Diapositive04

Etre hybride (prof d’HG et doctorante), les entre-deux (jeunesse et périurbain) me hantent ! et je les hante en tant qu’acteur et chercheur ! Cette posture m’amène à mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour faire avancer mon sujet de recherche tout en remplissant ma mission d’enseignante d’histoire-géographie en lycée.

C’est pourquoi je me suis emparée de l’opportunité offerte par les programmes de géographie de classe de première STMG pour mettre sur pied un atelier mobilité à destination des élèves. Un tiers du programme de géographie est consacré à la thématique La France, populations, mobilités et territoires. Dans ce cadre, l’un des sujets d’étude au choix incite à travailler sur les mobilités à l’échelle d’une agglomération urbaine ou d’une région. C’est cette thématique que j’ai retenue pour faire travailler les jeunes sur leurs propres mobilités. Un travail similaire avait été mené en 2008 (voir les documents mis en ligne sur le site des Cahiers pédagogiques : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Ressources-et-documents-en-complement-de-l-article-de-Catherine-Didier-Fevre à la suite de la parution d’un article dans le volume consacré à l’enseignement de la géographie). Il a été à l’origine de la thèse que j’ai commencée en 2011 à Paris Ouest Nanterre La Défense (http://www.theses.fr/s75353 ). Il ne s’agit pas ici de reproduire ce qui a été fait mais d’aller plus loin, de faire des élèves des producteurs d’information et de leur faire analyser celles-ci. Dans la première expérience, les élèves étaient les rats de laboratoire. Ici, ils sont à la fois les rats et les chercheurs du laboratoire ! Faire d’eux des êtres hybrides, comme moi !

Il se trouve que le traitement de l’information a toute sa place dans le programme de Sciences de gestion de la classe. Les élèves sont amener à travailler sur la problématique suivante : En quoi les technologies transforment-elles les informations en ressources ? Ce questionnement se base sur l’apprentissage d’un SI (système d’information) de type Ethnos (http://www.soft-concept.com/fr/logiciel_d_enquete/ethnos.htm ), un logiciel de fabrication de questionnaires et de traitement de l’information recueillie. Aussi, plutôt que de travailler sur un sujet fictif (exemple : achat de jeans), ce travail transversal vise à allier géographie et sciences de gestion, dans une optique de recherche scientifique. Le sujet d’étude retenu est celui des mobilités des élèves du lycée de Sens.

Le travail s’organise en plusieurs étapes et nous en sommes ici qu’au début du processus. Aussi, c’est un feuilleton que nous vous proposons. Actuellement, seul le premier épisode est disponible ! Nous ne connaissons pas à l’avance la fin et nous espérons qu’elle sera heureuse, si la collaboration élèves-professeurs s’avère fructueuse.

Séance 1 : atelier mobilité

Elle a constitué à présenter le projet de l’atelier mobilité aux élèves de première. Le diaporama suivant a servi de support. L’accueil de l’initiative a été bon même si des élèves ont émis des réserves sur la confidentialité des réponses que leurs copains leur feront. « C’est leur vie privée. Ca nous regarde pas ». Il semble indispensable de revenir sur la posture de l’enquêteur qui doit prendre du recul sur les informations qu’il va collecter et ne pas les utiliser pour intriguer ou les diffuser. Cette réflexion fera l’objet de la deuxième séance. Au cours de cette séance introductive, les adolescents, par groupe de quatre, ont élaboré les questions qu’ils aimeraient poser dans le cadre de cette étude. Huit thèmes avaient été choisis par moi-même afin de couvrir les tenants et les aboutissants des mobilités lycéennes. La difficulté qui est apparue au cours de cette séance a consisté dans le fait que les jeunes ont surtout posé des questions fermées et que peu de place a été laissé à des questions ouvertes. Il a été nécessaire de les orienter vers ce type de questions, qui constitue un élément essentiel des systèmes d’informations. L’ensemble des questions posées a été synthétisé par mes soins en une trame de questionnaire qui va servir de support à la séance 3.

Séance 2 :

Cette séance doit permettre de présenter la synthèse de questionnaire élaborée, de répondre aux questions éventuelles des jeunes et de réfléchir à la posture de l’enquêteur. Ce temps doit permettre de préparer la séance technique de Sciences de gestion en légitimant la démarche engagée et les résultats attendus par les informations recueillies (capacité à croiser des informations, capacité à produire des graphiques et des textes de synthèse… mais aussi les questions à poser au moment du traitement de l’information).

Séance 3 :

Réalisation lors des TP de Sciences de la gestion du questionnaire. Prise en main d’Ethnos et compréhension des enjeux des enquêtes de ce type. A l’issue de la séance, les jeunes imprimeront 5 exemplaires chacuns qu’ils devront remplir pour la semaine suivante en interrogeant 4 de leurs amis. Ces questionnaires ramassés seront ensuite vérifiés par mes soins et des demandes de complément seront engagées si nécessaire.

Séance 4 :

Lors de cette séance, les questionnaires seront dépouillés avec Ethnos et les résultats seront traités sous forme de graphiques et de textes d’analyse. Ce traitement se fera par groupe de 4 élèves avant que l’ensemble des travaux de groupe soit synthétisé par la classe.

A l’issue de la procédure, les élèves devraient avoir produit des documents graphiques qui apportent des éléments de compréhension sur les mobilités lycéennes. Ces résultats seront confrontés avec ceux que j’ai obtenus lors d’une étude similaire menée en 2010 dans le cadre d’un Master 2 recherche Etre jeune dans le périurbain de Sens : quelles mobilités pour les élèves du lycée Janot ?

Ainsi, il semble possible de mener de front travail de recherche et enseignement transversal. Tous les thèmes ne s’y prêtent pas et d’ailleurs la répétition de ce genre d’initiatives n’aurait pas de sens. Toutefois, organiser un atelier mobilité peut être un bon moyen de faire comprendre aux jeunes comment se construisent les données en Sciences Humaines. Et pourquoi pas ? De susciter des vocations !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ?

410nY-KUp5L

Réhabiliter le périurbain. Comment vivre et bouger durablement dans ces territoires ? Lionel Rougé (dir.). Loco Editions, 2013. 22€.

Voilà une injonction qui va nous plaire ! Le périurbain a bien besoin qu’on lui redore son image car les médias (Télérama, Le Monde ou Libération) ne l’ont pas épargné ces derniers temps. A les lire, ce périurbain « cauchemardesque » est rendu responsable de tous les maux de la société (réchauffement climatique, déficit démocratique, déliquescence sociale, individualisme, …) alors qu’il n’en est rien ou du moins les choses ne sont pas si graves que cela.

Sort donc cet automne le second volume du Forum Vies Mobiles qui fait suite au colloque organisé à Paris en janvier 2013 autour de la thématique : Des mobilités durables dans le périurbain est-ce possible ? Placé sous la direction scientifique de Lionel Rougé, maître de conférences en géographie à Caen, ce colloque avait réuni à la Maison Rouge pendant deux jours les VIP du périurbain. Les débats menés par Sylvain Kahn se déroulaient dans un espace digne d’un plateau de télévision (ils ont d’ailleurs été intégralement filmés et sont disponibles sur le site du Forum). Aussi, ce volume est l’album souvenir du colloque. C’est un bel objet, richement illustré par les travaux des artistes qui tenaient une place majeure dans l’événement. Le plan du livre reprend le déroulé du colloque. Les différentes parties sont enrichies de nombreux documents iconographiques : documents projetés lors du colloque mais aussi des gros plans sur des travaux de chercheurs, des interviews d’acteurs.

Toutefois, les textes des intervenants ne sont pas reproduits, comme cela est l’usage pour des actes de colloques. Ce sont les comptes rendus des interventions qui sont publiés. Les textes sont à la troisième personne (cela donne « Machin dit que »). On a l’impression de lire les notes de quelqu’un qui aurait assisté au colloque. D’ailleurs, pour qui y a assisté, une étrangeté est à soulever ! A aucun moment de ce grand colloque, il n’a été question de changer l’appellation périurbain. Et pourtant ! La seconde moitié du livre adopte l’appellation de rurbain. C’est la revanche de Jean-Michel Roux et de Gérard Bauer (La rurbanisation, la ville éparpillée. 1976) ! C’est la réponse du Forum à la multiplicité des espaces périurbains et des appellations : « de l’entre-deux-villes (ou « zwischenstadt »), ville diffuse (ou cita diffusa), en passant par l’hypo-urbain, l’infra-urbain, le suburbain, la ville émergente, les franges urbaines ou métropolitaines, les fronts pionniers, le périurbain, le périrural, voire les villages périurbains… » (p. 40), au nom de l’inversion de regards. Etonnant ! J’y étais et je n’ai pas perçu cette inversion !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités.

Périurbains. Territoires, réseaux et temporalités. Actes du colloque d’Amiens, 30/09-1/10/2010. Lieux Dits, Cahiers du Patrimoine, 2013. 25€. 175 pages.

51d9lnEFAHL._SX342_Voici les actes d’un colloque sur les espaces périurbains dont l’angle d’attaque mérite qu’on s’y attarde. Il s’agit de voir les espaces périurbains sous l’œil du photographe et de faire des espaces périurbains un objet d’étude à part entière. Cette posture de l’inventaire général du patrimoine culturel est d’autant plus nouvelle qu’« il nous a fallu vingt ans pour comprendre que nous étions en présence d’un entre-deux, entre la ville et le rural. » (p. 46). C’est pourquoi ont été réunis des experts de différents domaines (HIDA, géographie, sociologie, histoire, droit) afin de donner des pistes dans l’optique d’une recherche appliquée.

Depuis 2004 (loi du 13/08), les régions sont chargées de l’inventaire général du patrimoine culturel. L’inventaire est né en 1964 et a reçu la mission de « définir, connaître, valoriser, prendre en compte ». L’espace rural a été le principal objet d’étude jusque dans les années 1980, date où l’inventaire s’est rendu en compte que quelque chose était en train de changer du côté des paysages avec le périurbain : « (…), ce trivial entre-deux, de surcroît décrié depuis des siècles, qui séparent les « beaux » paysages urbains des « beaux » paysages ruraux » (p. 18)

Le volume s’ouvre sur une série d’articles généraux qui constituent un état de l’art de la question. Ces articles rappellent les grandes mutations qu’ont connues le périurbain et son étude en particulier. Mais, ce qui fait tout l’intérêt de cette partie est de proposer les textes d’historien de l’art, de géographe, de sociologue, d’historien et de juriste. Si on retient le propos du géographe (Laurent Cailly), on perçoit la complexité du périurbain, présentée ici avec beaucoup de justesse. « Ainsi, le rôle qu’exerce le périurbain dans le partage du travail métropolitain n’est ni simple ni univoque et est pour le moins éloigné du poncif d’une campagne-dortoir. » (p. 24) Il faut bien parler de périurbain au pluriel (comme en atteste d’ailleurs le titre de l’ouvrage) pour donner à voir ces espaces qui sont loin d’être monolithiques. Les sociologues ont eu du mal à passer outre la partition ville/campagne (sociologie urbaine / sociologie rurale) et ont délaissé le périurbain jusqu’au début des années 1990. La problématique des mobilités est centrale dans la prise de conscience de cet espace par eux. « Vivre dans le périurbain, c’est s’installer non seulement à la campagne, mais « dans le mouvement » comme l’écrit Jacques Donzelot (p. 33). Les historiens se sont, eux aussi, emparés tardivement de cet objet et ne l’ont pas nommés ainsi. Au moment où Annie Fourcot entame son étude sur les mal lotis en région parisienne, cet espace est devenu la banlieue alors qu’il était le périurbain pendant l’entre-deux guerres. Elle parle donc de banlieue au lieu du périurbain.

Les autres parties de l’ouvrage sont consacrées à des réflexions sur la mise en œuvre opérationnelle de la prise en compte du périurbain. La parole est donnée à des acteurs très divers (personnes travaillant au service de l’inventaire, à la direction de la prospective régionale, photographes, …). Certains textes sont assez arides car trop techniques ou institutionnels. L’ensemble est ponctué de pages couleurs qui présentent des travaux photographiques témoignant de la réflexion engagée par l’Inventaire.

Au final, l’ensemble offre une approche du périurbain très diversifiée, qui élargit le regard que les géographes peuvent poser sur cet espace. L’approche pluridisciplinaire apporte beaucoup à l’ensemble.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes