Archives par mot-clé : OVE

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants.

9782110092106

L’autonomie des jeunes. Questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants. Vincenzo Cicchelli, Observatoire national de la vie étudiante, La documentation française, 2013. 215 p. 19€

A l’heure où l’Observatoire de la Vie étudiante publie les résultats de sa grande enquête triennale, la lecture de l’ouvrage Vincenzo Cicchelli permet de réfléchir à la complexe question de l’autonomie des jeunes. Vincenzo Cicchelli, maître de conférences en sociologie à Paris Descartes, étudie ici le sujet sous l’angle d’une comparaison européenne.

Il part, pour cela, de la définition adoptée par la Prise de position pour l’autonomie des jeunes (Conseil des Membres, avril 2004, Bruxelles) : « L’autonomie est la situation où les jeunes ont le soutien, les ressources et les débouchés nécessaires leur permettant de vivre de manière autonome, de faire leurs choix de vie et d’avoir accès à une participation sociale et politique totale dans tous les secteurs de la vie quotidienne, ainsi que de prendre des décisions de manière autonome. » Pour être autonome, il est donc nécessaire de réunir toutes les facettes de la définition et, force est de constater, que ce n’est pas simple ! La tendance actuelle en France va plutôt dans le sens contraire. L’acquisition de l’autonomie (l’empowerment ou capacitation) est de plus en plus longue et progressive : « Les jeunes (scolarisés ou non) n’ont jamais été aussi autonomes et dépendants en même temps : ils sont de plus en plus placés par les adultes dans une situation d’apesanteur sociale (…) » (p. 184)

L’entrée dans la vie adulte est de plus en plus tardive en raison du report de la sortie du système scolaire, à l’accès au premier emploi de plus en plus tardif, à un départ de la famille d’origine repoussé, une mise en couple et la constitution d’une nouvelle famille (naissance des enfants) ajournées. Cet allongement de la jeunesse fait qu’elle ne doit plus être considérée comme une transition entre l’enfance et l’âge adulte mais comme un temps à part entière de la vie. Les différences entre les pays européens sont très nettes (voir à ce propos l’ouvrage de Cécile Van de Velde). La France se situe dans une position intermédiaire entre les pays du Nord qui offrent des allocations aux jeunes, leur permettant de quitter le foyer familial le plus tôt possible et une Europe du Sud (voir la comparaison France – Italie menée par Vincenzo Cicchelli) où les jeunes restent tardivement chez leurs parents (plus particulièrement en Espagne ou au Portugal où les jeunes ne quittent leurs parents que pour s’installer en couple marié dans un appartement acheté avec l’aide de la famille). La France se singularise de ses voisins par une double dépendance des jeunes à leur famille et à l’Etat.

L’étude des rapports établis par des structures étatiques ou think thank européens sur la question de l’autonomie de la jeunesse fait apparaître des propositions récurrentes en faveur d’aides à destination de la jeunesse. Toutefois, la mise en place de ces mesures se heurte à leur coût. Aussi, il n’est pas étonnant que la précédente enquête de l’OVE (2010) mettait en évidence que les enfants de cadres supérieurs soient trois fois plus représentés dans la population étudiante que parmi les jeunes actifs de 18 à 24 ans. L’aide financière de la famille est centrale dans le budget des étudiants. Des rapports, a émergé l’idée de permettre à tout un chacun de se former tout au long de la vie. Cette mesure viserait à lutter contre le déterminisme scolaire qui entrave la progression professionnelle d’une personne au cours de sa vie active. N’est-il pas fou qu’on demande à une personne de quarante ans quel bac elle a passé, comme si le parcours professionnel ne s’en tenait qu’à la formation initiale ?

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Parlons jeunesse en 30 questions.

Parlons jeunesse en 30 questions. Olivier Galland. Doc’ en poche, Paris, La documentation française, 2013. 92 pages. 5,90€

41zYn-nitEL._SL500_

Vous connaissez le site vie-publique.fr ? Le portail de vulgarisation de l’Etat pour tout ce qui touche aux questions de droit et à l’éducation civique en général ? Et bien, le voici sous forme de livre ! Parlons jeunesse est le 14ème volume de cette série qui traite de sujets aussi divers que le nucléaire, les impôts, la justice, l’école, les classes moyennes…

La jeunesse est affichée comme l’une des priorités de l’actuel gouvernement. Emplois d’avenir, contrats de génération, réforme des rythmes scolaires… font partie des mesures phares mises en œuvre depuis l’automne 2012 pour lutter contre le chômage des jeunes, redonner à ceux-ci une place centrale dans la société. Pour accompagner ces mises en œuvre, la Documentation française a demandé à Olivier Galland, le sociologue de la jeunesse en France (directeur de recherche au CNRS), de fournir les clés de lecture de cet âge de transition qui inquiète souvent la société comme nos gouvernants.

L’ensemble est très didactique et facile de lecture. Il s’organise en trois temps. Une vingtaine de pages est consacrée à la présentation générale de la question puis le cœur de l’ouvrage se compose de questions – réponses posées par Galland ou par les internautes de vie-publique.fr Enfin, une petite bibliographie-sitographie clôt l’ouvrage. On y retrouve des titres incontournables sur le sujet, précédemment chroniqués par nos soins :

–       Atlas des jeunes en France

–       Devenir adulte

79% des 18-30 ans (IPSOS, 2012) sont pessimistes sur l’avenir de la société française mais 70% d’entre eux sont optimistes sur leur avenir personnel. Ils croient en la force des réseaux pour s’en sortir. L’organisation d’un colloque comme celui qui s’est tenu à Nanterre les 14 et 15 mars 2013 Web 2.0 visait d’ailleurs à donner les clés de l’insertion professionnelle aux doctorants et jeunes chercheurs. Une insertion qui passe par le réseautage ou networking : une culture étrangère à l’école de la République !

L’alternance ou la superposition de périodes d’études et d’emplois est très fréquente chez les jeunes (50% d’entre eux exercent une activité rémunérée tout au long de l’année scolaire d’après une enquête de l’OVE). Elle témoigne du fait que « la jeunesse moderne est devenue une phase d’expérimentation durant laquelle on tâtonne pour trouver une bonne définition de soi et lui faire correspondre un statut professionnel existant dans la société. » (p. 17). Il leur semble difficile de trouver sa place dans une société statutaire (CDI versus CDD), où les positions sociales tiennent beaucoup au fait d’avoir des diplômes ou pas. Dans ces conditions, les jeunes ont l’impression que tout se joue à l’école et qu’elle détermine l’ensemble de leur vie. Avec 8000€/an en moyenne dépensés par élève au cours de sa scolarité, il peut paraître évident que la pression exercée sur les jeunes scolarisés (y compris dans le Supérieur) soit importante. Pour autant, il apparaît que les jeunes comptent beaucoup sur leurs parents pour s’en sortir (70,5% des jeunes de 18 à 24 ans contre 34,2% des jeunes de 25 à 30 ans, enquête IPSOS, 2012). Ils entendent par là que leurs parents les accompagnent dans leurs démarches. Ce rôle est facilité par le rapprochement des valeurs entre parents et enfants (droit de chacun à être autonome dans l’orientation de sa vie). L’aide familiale creuse donc les écarts entre les jeunes. Ce ne sont pas les structures d’aide à l’orientation et à l’insertion qui comble cet écart. En revanche, les « Tanguy » ne sont pas plus nombreux qu’avant à vivre chez leurs parents, contrairement à ce que laissait à penser le film éponyme d’Etienne Chatiliez. Le modèle français intermédiaire (par rapport aux pays méditerranéens et à ceux du Nord de l’Europe) amène les jeunes à quitter le domicile familial sans être indépendant financièrement.

Ces éléments ici présentés sont la reprise de l’ouvrage co-dirigé par Olivier Galland chez PUR en 2008 : Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie. Le format compact, la simplicité d’écriture de l’ouvrage font que cet opus comme la collection Doc’ en poche méritent de figurer sur les rayons des CDI de France et de Navarre.

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes