Archives par mot-clé : Nicolas Oppenchaim

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014.

Parcours de jeunes et territoires. Rapport de l’Observatoire de la jeunesse 2014. Francine Labadie (dir.). Paris, INJEP et Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, La Documentation française, 275 p. 21€.

couv_rapport3

Simultanément à la tenue du colloque éponyme paraît le rapport de l’Observatoire de la jeunesse. Un lot de consolation pour qui n’a pas pu assister à cet événement !

Contrairement au premier rapport paru en 2012, la question territoriale est au cœur de la réflexion : accès des jeunes aux ressources réparties sur le territoire, véritable espace de construction de leur identité individuelle et collective. La territorialisation de l’action publique en direction des jeunes, « entre recherches d’adaptation et de proximité, de délégation ou d’autonomie, de déclinaison ou d’innovation » (p. 14), interroge sur les différentes échelles de l’action publique. Le rapport est constitué de deux parties : la première faisant un état des lieux est une production propre à l’INJEP alors que la seconde partie fait appel à des universitaires présentant quelques études de cas issues de leur terrain de recherche, la partie politiques publiques ayant été essentiellement prise en charge par les chargés d’études de l’INJEP.

La première partie dresse un tableau d’ensemble en exploitant l’entrée territoriale. Elle invite à se demander : « Comment les inégalités intragénérationnelles s’inscrivent-elles spatialement ? Comment les territoires, et les disparités territoriales, impactent-ils les trajectoires juvéniles, les transitions vers l’âge adulte ? Les jeunes sont-ils égaux face à la mobilité, dans la construction de leurs spatialités ? » (p. 19). À partir de traitements statistiques et de l’exploitation d’une bibliographie abondante, les éléments constitutifs de la jeunesse apparaissent : une jeunesse surtout urbaine, de fortes inégalités d’accès et d’offre éducative dans le second degré, des concurrences territoriales conditionnant les parcours de formation dans l’enseignement supérieur, des discriminations d’accès à l’emploi en fonction des territoires, les mobilités permettant de s’affranchir en partie des contraintes.

La mobilité permet de s’affranchir des contraintes locales, elle influence la sociabilité des jeunes, leur rapport au territoire et leur parcours de vie en matière d’insertion sociale et professionnelle, comme le montrent Olivier David et Nicolas Oppenchaim. Le territoire peut à la fois être une épreuve ou une expérience dans le parcours de vie. « Qu’il s’agisse de jeunes vivant en milieu rural, de ceux qui sont originaires des Antilles françaises et qui vivent en métropole, ou encore des mineurs isolés étrangers, la multiplicité de leurs trajectoires migratoires (choisies, subies, espérées ou appréhendées) traduit bien la diversité des expériences territoriales. » (p. 170). Les politiques publiques œuvrant en direction de la jeunesse sont nombreuses et le millefeuille territorial entrave leur repérage par les premiers intéressés. « Autrement dit, si les effets de lieu existent bel et bien, la lutte contre les inégalités territoriales ne saurait être « que » territoriale, sauf à valider les inégalités, beaucoup plus profondes, qui ne doivent rien au territoire mais qui, pourtant, lui donnent forme. » (p. 116)

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter.

Capture d’écran 2013-07-18 à 12.23.17

Mobilités et modes de vie. Vers une recomposition de l’habiter. Philippe Gerber et Samuel Carpentier (dir.). Géographie sociale, PUR, 2013. 217 p.

La mobilité ? Encore les mobilités ?? Et oui ! La mobilité est un « analyseur de la vie en société » (Vincent Kaufman). Elle rend compte des interactions entre les acteurs de la société, de leur appropriation du temps et de l’espace. Elle mobilise un imaginaire riche et ambivalent. Elle est depuis plusieurs années érigée en valeur sociale, à la fois comme un droit et une nécessité. Elle participe à l’émancipation de l’individu. « Ces mobilités sont en effet au cœur de nombreux enjeux sociétaux contemporains : individuation, ségrégation socio-spatiale, consommation énergétique et émission de gaz à effet de serre, pour n’en citer que quelques-uns des plus emblématiques. » (p. 18). Elles concernent de nombreux disciplines car croisées avec celle de la durabilité, elles sont « une forme de transaction entre position sociale et spatiale » (p. 18). Elles sont donc incontournables pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

Les contributions présentées dans ce volume sont issues du 9ème colloque au Luxembourg du centre de recherche en sciences sociales (CEPS/INSTEAD) de mars 2009. Ce colloque avait été réuni dans la lignée du programme de recherche MOBILLUX (comprendre les interactions entre mobilités quotidiennes et résidentielles au Luxembourg et dans son aire métropolitaine transfrontalière). Huit études de cas (essentiellement qualitatives à défaut de l’existence de vastes enquêtes quantitatives) sont présentées ici. Elles permettent de comprendre comment les mobilités sont essentielles « pour construire des spatialités à géométrie variable, des modes d’habiter porteurs de résilience. » (p. 24). Il faut entendre par mode de vie « l’ensemble des activités et expériences qui donnent sens à la vie d’une personne ». Cela comprend l’expérience sensible, le développement de relations sociales et la pratique d’activités.

Le cas des jeunes est particulièrement intéressant quand il est croisé avec la problématique des mobilités. Plusieurs articles traitent de manière plus ou moins directe de ce thème. Dans ce cadre de l’étude des mobilités résidentielles, il apparaît que « la question de l’autonomie de l’enfant est constamment mise en avant et valorisée » (p. 35). Ainsi, Raymonde Séchet et Frédéric Leray montrent que les Bretonnes qui se retrouvent à la tête d’une famille monoparentale choisissent leur domicile en fonction du bien-être de leur enfant (choix d’un domicile à proximité du précédent afin ne pas changer l’enfant d’école et de pouvoir mettre sur pied une garde alternée). Une étude suisse sur l’organisation quotidienne des familles fait apparaître que la desserte en transports publics joue un rôle central dans le choix de la résidence. Ainsi, 80% des familles interrogées ont souligné l’importance de la desserte en transports publics, surtout lorsque ces familles comptaient des adolescents, « les parents acceptant de moins en moins de jouer les « parents taxis ». (p. 35). Les transports ne sont pas le seul facteur de localisation. L’analyse en composantes principales (les enquêteurs demandent aux gens de noter 19 variables sur une échelle de 1 à 4) menée a fait ressortir aussi : la sécurité routière, la proximité du logement avec la famille, le calme et la tranquillité du lieu. Une étude menée par Joël Meissonnier à Istanbul fait ressortir l’importance de l’image du quartier habité par les jeunes. Quand le quartier a une mauvaise image et que les jeunes y vivent depuis peu de temps, ils cherchent à le quitter au quotidien et dans le futur. Toutefois, ceux qui y ont toujours vécu ont un autre rapport à l’espace, ils se sentent bien dans leur quartier et ne voient pas quel bénéfice ils auraient à tirer à aller ailleurs. On retrouve ces mêmes problématiques dans les travaux de Nicolas Oppenchaim, qui a travaillé sur les jeunes habitant des ZUS (zones urbaines sensibles) en Ile-de-France. Ce dernier montre qu’il existe jusqu’à cinq figures de jeunes dans leur rapport à la mobilité (les adolescents du quartier, les passionnés, les flâneurs, les flâneurs exclusifs et les encadrés à faible mobilité). Leur rapport différencié à la mobilité et à l’espace est à comprendre par le biais de leur apprentissage de la mobilité. L’initiation aux transports en commun passe par la famille, les pairs. Plus les parents ont vécu, eux mêmes, une mobilité au long court, moins ils sont hostiles à ce que leurs enfants bougent.

Les jeunes ne sont pas la seule clé de lecture des mobilités. Le cas des retraités double-résidents ou des hyper-mobiles ayant un logement sur leur lieu de travail éloigné de leur domicile familial est particulièrement intéressant (travail mené par Magali Pierre). Pour les uns (les vieux), c’est un choix. Pour les autres, c’est un compromis. Pas question d’ancrage comme en témoigne Eric : « S’il n’y a personne à la maison quand j’appelle le soir, je leur laisse un message : « Je suis au placard, vous me rappelez ! » (rires) (…). C’est un placard à balais où je peux mettre le balai à l’horizontal. Voilà comment je le définis. »

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

La territorialité mobile

Capturer

Arrêt de car de Champigny/Yonne

photographie de Pablo Boizeau

Compte-rendu du séminaire : La territorialité mobile. Identités et interactions sociales dans les pratiques de déplacement. Tours, 5/04/2013

Marie-Christine Fourny (UMR-Pacte, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1) et Laurent Cailly (UMR-Citeres, Université François-Rabelais, Tours) avaient réuni dans la salle du conseil de l’université de Tours, en ce vendredi 5 avril, une trentaine de chercheurs travaillant sur les mobilités en général et plus particulièrement sur la question de l’identité qui se manifeste lors de celles-ci.

  • La territorialité mobile, de quoi parle-t-on ?

La notion est de « territorialité mobile » est une notion en chantier. Initiée dans le cadre d’un programme ANR, elle vise à articuler mobilités et territoire en questionnant l’habitabilité des espaces périurbains. Il s’agit d’examiner l’articulation entre le mobile et le fixe. Ainsi, les chercheurs investis espèrent déconstruire les clichés sur les habitants du périurbain. La dimension spatiale de la mobilité est à envisager comme un moment, « un événement » (Michel Lussault) où s’élaborent des territorialités individuelles et collectives. La figure du polder est proposée pour appréhender la mobilité périurbaine. Elle est à mettre en lien avec celle de l’archipel (partie solide du polder), la mobilité étant le liant (partie liquide du polder avec les canaux). Cette figure proposée à la réflexion par les chercheurs impliqués dans l’ANR est une piste de réflexion soumise à la discussion. La question de l’échelle retenue semble centrale pour comprendre la figure du polder. Le mobile et l’immobile ne sont qu’une affaire d’échelle. Pour Laurent Cailly, le territoire de l’immobilité, de la sédentarité est la commune périurbaine. Il y a mobilité quand on en sort.

  • Urbanité et mobilité

Sandrine Depeau, à partir du cas des bus pédestres, s’interroge sur le lien entre mobilité encadrée et urbanité. Les dispositifs de bus pédestres, très présents dans l’espace périurbain, ne semblent pas si convaincants que cela au niveau de l’apprentissage de l’autonomie par les enfants. Cette pratique très encadrée d’accompagnement à l’école modifie le rapport à l’espace (itinéraires empruntant des trames vertes). L’enfant n’apprend pas à vivre la ville car il est dans une bulle mobilitaire (Pédibus ou pédibulle ?). On peut toutefois se demander si ces enfants, malgré tout, ne sont pas plus autonomes que ceux accompagnés en voiture par leurs parents à l’école. Les nouvelles recherches que Sandrine Depeau a engagées portent désormais sur les comportements des usagers des transports publics et leur rapport aux incivilités (usage du téléphone portable…). Elle travaille à partir des campagnes de sensibilisation de la RATP. Elle reprend ainsi son questionnement sur l’urbanité.

Les travaux de Nicolas Oppenchaim questionnent eux aussi le rapport à l’urbanité dans le cas des adolescents vivant dans les ZUS. Il essaie de voir comment les mobilités sont constitutives du processus de socialisation des adolescents.  La structure familiale est centrale dans la mobilité (revenus, présence d’une voiture ou pas, grands frères-sœurs initiateurs). Les dispositions à la mobilité s’acquièrent dans la sphère familiale mais aussi dans le quartier de résidence (groupe de pairs, mode de transport donné). Si les jeunes des ZUS ont un usage plus précoce des transports en commun (y compris avec un moindre accompagnement par les parents), les filles se déplacent plus que les garçons. Dans sa thèse de doctorat, il a dégagé sept types de comportements sans pour autant que cette typologie ne soit pas enfermante (un même jeune peut, à différents moments de la semaine, se référer à un type ou à un autre de mobilité). La mobilité est structurée et structurante.[1]

L’aéroport interroge le rapport aux territoires. Jean-Baptiste Frétigny montre que ces lieux de transit ne sont pas des parenthèses dans la vie des individus. Les activités qui s’y déroulent sont des éléments à part entière de la vie des gens. Le temps qu’ils y passent est consacré soit à l’anticipation ou bien s’inscrit dans le prolongement (continuité) ou dans la rupture. Elles permettent de sortir des approches indifférenciées du temps de transport car les pratiques sont multiples comme les personnes qui les utilisent.

  • Parcours de mobilité

Denis Martouzet (Périvia-PUCA) montre que les mobilités des familles de l’espace périurbain de Tours sont le résultat de conciliation. L’individu élabore ses trajets en arbitrant entre des contraintes, ses souhaits et les possibilités. Un processus de compensation est aussi en jeu dans l’organisation des mobilités familiales. Celui-ci permet à chacun de trouver son compte. Guillaume Drevon cherche à montrer que des barrières mentales préexistent et influent sur les déplacements que font les navetteurs entre Thionville et Luxembourg et entre Voiron et Grenoble. Il présente ici son questionnement méthodologique sur la mise en place d’un protocole d’enquête. Il escompte, par l’utilisation de nouvelles technologies (GPS, caméra embarquée), faire émerger chez les enquêtés les barrières mentales qui influent sur leur manière de se déplacer, y compris à leur insu. Cette présentation a suscité de nombreuses réactions portant essentiellement sur la pertinence de la mise en place d’un dispositif aussi complexe.  Des mises en garde méthodologique ont été exprimées et a été soulevée la question : cette débauche de moyens techniques ne masque-t-elle pas une insuffisante réflexion sur la problématique ?

Marie-Françoise Fourny, qui était en charge de la synthèse de la journée, a conclu que la territorialité mobile est au croisement d’approches fonctionnelles et plus sensibles. Cela en fait un concept fédérateur. Les notions d’échelle de temps et d’échelle spatiale sont centrales pour l’aborder. Les mobilités sont structurantes dans les modes d’habiter.

Le colloque du CIST (organisé à Paris en mars 2014, information donnée par France Guérin-Pace) sera l’occasion de poursuivre la réflexion !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Voir les travaux de Stéphane Beaud (80% au bac et après) sur Sochaux Montbéliard.