Archives par mot-clé : navettes

Elysium, le périurbain de demain ?

Si travailler sa thèse consiste à occuper son été à lire, écrire (ou essayer d’écrire), élaborer son plan de thèse (promis, faut que je m’y mette !), il est aussi indispensable de penser à se distraire ! Je le dis assez à mes élèves et à mes étudiants à l’approche des concours pour ne pas, moi aussi, sacrifier à cette activité !  😉


ELYSIUM Trailer par teasertrailer

Je me suis rendue au Cinéma L’Ermitage de Fontainebleau pour y voir Elysium, un film de science-fiction réalisé par Neil Blomkamp (sud-africain, réalisateur de District 9), sorti sur les écrans le 14/08/2013. En 2154, la terre est surpeuplée, polluée et en proie à la criminalité. Aussi, les plus riches ont fait construire une station spatiale qui leur permet de vivre à l’abri de tous les méfaits qui ont lieu sur terre. C’est cet habitat spatial qui intéresse la géographe que je suis, car, figurez-vous qu’Elysium ressemble à un lotissement périurbain ! Les très riches y habitent des maisons d’architecte, des bâtisses inspirées de l’architecture du sud esclavagiste des Etats-Unis, un habitat résidentiel individuel, le tout dans un cadre verdoyant (Urbain, 2002). Piscine, pelouse dotent chacune des propriétés où des droïdes (en livrée rouge et noire) servent Champagne et cocktails aux habitants et à leurs invités. L’accès à cette enclave (Blakely et Synder, 1997, Charmes, 2011) est solidement réglementé et soumis aux autorisations de contrôleurs spatiaux.

Ce paradis spatial attire évidemment les convoitises des pauvres restés sur terre. Mais, ce n’est pas tant la richesse des citoyens d’Elysium qui explique que des vaisseaux clandestins essayent d’accoster sur la base spatiale que le fait que, dans chaque pavillon d’Elysium, se trouve une Medbox. Cet équipement permet, en quelques secondes, d’être guéri de la pire des affections dont vous souffrez : leucémie aigüe, visage arraché par une grenade, radiations… Les Terriens cherchent à y venir pour se faire soigner (on pourrait presque parler de tourisme médical) et paient au prix fort leur passage auprès de bidouilleurs informatiques mafieux qui ont réussi à craquer le code d’accès à la base. La question des migrations est centrale dans ce film mais ce n’est pas tant ce qui nous intéresse, si on veut rester un tant soi peu, dans le sujet de sa thèse !

En revanche, les mobilités justifient ce billet. Rejoindre la base spatiale à partir de la Terre ne prend que 19 minutes (à vitesse supersonique, évidemment) et il y a donc des navetteurs qui font les aller-retours dans la journée. On vient travailler sur Terre et on rentre dormir sur Elysium ! C’est le cas de John Carlyle, le patron d’une entreprise qui fabrique des droïdes de combat pour la ministre de la Défense d’Elysium (une Alliot-Marie en tailleur). Résident d’Elysium, il doit, sur Terre, « faire tourner la boutique » qui ne marche pas si bien que cela, d’ailleurs ! Les actionnaires lui mènent la vie dure. Aussi, il est là pour que les chaînes de production ne s’arrêtent pas et aient une productivité maximale.

Le super-héros du film est Max, incarné par Matt Damon. Orphelin, élevé chez les soeurs, il pointe chez Carlyle car il a décidé de se racheter une conduite (il porte un bracelet électronique pour vols de voiture et autres broutilles…). La « rencontre » du navetteur et du gars du bidonville de Los Angeles se fait à l’occasion de l’exposition de Max à des radiations : Carlyle exigeant qu’on débarrasse l’infirmerie de cet ouvrier qui va salir la literie ! Les deux vont avoir l’occasion de se revoir (je ne vous dis pas pourquoi, au cas où vous iriez voir le film) lors d’un transfert Terre – Elysium. La mobilité pendulaire est la faille du système puisque les citoyens d’Elysium sont vulnérables à une attaque de leur vaisseau avant que celui-ci atteigne la vitesse supersonique.

Finalement, en 2154, on en est toujours au « métro-boulot-dodo » !

Catherine Didier-Fèvre

Aux franges de l’Europe en quête d’inspiration

photo

LX Factory, Lisbonne, avril 2013

© Catherine Didier-Fèvre

Il y a un mois, Anne Piponnier nous offrait un  billet-cadeau sur la poétique du déplacement. Elle analysait le rôle que jouent les mobilités dans l’élaboration de la recherche. « Participer à des colloques, des séminaires, se rendre à des journées d’étude, rejoindre des rencontres plus ou moins formelles, relativement distants ou éloignés de nos bureaux et domiciles, sont, en effet, l’occasion de faire le déplacement, un mouvement à la fois familier et dérangeant, mais qui, chaque fois, nous engage à plus d’un titre, professionnel et personnel. » 

Me voici en route pour Mor en Hongrie où se tient le premier EURUFU  (European Rural Futures) dont la thématique porte sur “Transport and mobility in rural areas in the context of demographic change ». J’y exposerai les problématiques propres aux navettes réalisées par les jeunes habitant un espace périurbain aux franges de l’Ile-de-France. A la lisière de l’âge adulte, ces élèves périurbains qui fréquentent le lycée de Sens doivent faire avec l’espace. Non autonomes, ils dépendent des transports scolaires à la fois pour suivre leurs études mais aussi pour voir leurs amis, pour sortir, pour exister en dehors du cadre familial. Si, pour les adultes que nous sommes, leurs mobilités contraintes nous semblent bien difficiles à supporter, l’analyse de leurs déplacements et ce qu’ils en disent nous apprend beaucoup sur la capacité d’adaptation de nos élèves. Contraints par des transports longs et rares, ils sont mobiles dans le cadre de leur journée de lycée. Le moindre temps libre est exploité pour explorer la petite ville, pour se forger une personnalité en se confrontant aux uns et aux autres. La fréquentation du lycée leur offre un champ des possibles qu’ils ne soupçonnaient pas quand ils étaient encore élèves au collège.

Tout cela, je le sais plus ou moins depuis que j’ai soutenu mon mémoire de M2 recherche. A quoi bon me direz-vous aller à l’autre bout de l’Europe pour y raconter cette histoire ? De surcroît, en anglais, devant un public d’institutionnels hongrois ou européens de l’est ? Sans compter tout le travail de rédaction qui m’attend !

Et bien, j’escompte beaucoup de cette rencontre, tant au plan professionnel que personnel.

Une immersion totale en langue étrangère, dans un anglais, davantage outil de communication internationale que langue de Shakespeare, me fera le plus grand bien. Par ailleurs, quoi de mieux que d’être en contact avec celles et ceux qui ont des préoccupations proches de son terrain de recherche ? Car, même si nos espaces d’étude semblent bien éloignés, les franges orientales sont en proie à des mutations qui ressemblent bien à celles qui sont en cours ici.

Faire ce voyage à l’Est, c’est aussi, pour la chercheuse que je suis, aller physiquement aux frontières de son monde. C’est une manière d’explorer ses limites (au sens propre comme figuré) et de les mettre à l’épreuve, de se confronter à l’Ailleurs. Rien de mieux qu’une mise en contexte de ce type quand on a la prétention de travailler sur la perception de l’Ailleurs par les jeunes à l’heure de leurs choix post-bac !

Catherine Didier Fèvre