Archives par mot-clé : méthodologie

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales.

Devenir chercheur. Ecrire une thèse en sciences sociales. Moritz Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.). Paris, EHESS, 2014. 359 p. 16€.

fda83a7bbc

Vous êtes « un être hybride, mi-étudiant, mi-adulte, coincé entre deux âges » (Lhérété, 2011), bref un doctorant, alors ce livre est fait pour vous ! Sa lecture vient à point nommé pour rebooster les étudiants laborieux en cours de rédaction. Car, quand on s’embarque dans une aventure de longue haleine de la sorte, il est bon de se plonger dans des ouvrages de méthodologie qui rassurent et poussent à continuer dans la voie engagée et dans les délais impartis (de plus en plus courts depuis la réforme du doctorat en 2007). Si Les ficelles du métier d’Howard S. Becker et L’art de la thèse de Michel Beaud sont les livres de chevet de tous, il faudra désormais y compter, parmi les indispensables, cet ouvrage lumineux.

Ce livre est le résultat du séminaire doctoral de l’EHESS Les aspects concrets de la thèse mis en œuvre par Moritz Hunsmann (politologue post-doctorant à l’EHESS) et Sébastien Kapp, (sociologue collaborateur à l’Université Libre de Bruxelles). Le blog éponyme, est l’indispensable complément à l’ouvrage puisqu’il permet d’écouter et de voir les vidéos des séances du séminaire. L’ensemble (livre et blog) regorge de conseils aussi simples qu’indispensables. Howard S. Becker a préfacé l’ouvrage et, comme à son habitude, donne des tuyaux tout simples pour arriver au bout de cette rédaction qui met à l’épreuve l’endurance des plus motivés. « (…) Je vais vous livrer un secret qui m’a permis de finir ma thèse rapidement et sans souffrance inutile. J’écrivais deux pages par jour, sans exception. C’était ma tâche quotidienne. (…) Un ami avait fait le calcul à ma place : si l’on écrit deux pages par jour, à la fin de l’année, on disposera de 730 pages, c’est-à-dire assez pour au moins deux thèses. » (p. 15). Car le maître mot de Becker face à l’angoisse de la feuille blanche (ou du clavier) est toujours le même : il vaut mieux écrire quelque chose de mauvais que rien du tout. Il est plus facile de retravailler un texte imbuvable qu’un texte qui n’existe pas. Une évidence, dont il ne reste plus qu’à se convaincre !

Les articles réunis ici sont là pour ça et même si tous les sujets sont différents, les problématiques de recherche sont très semblables. « La thèse se doit de rendre compte, d’expliciter les incertitudes et choix qui ont été faits. Elle conserve ainsi une bonne partie de l’échafaudage qui a rendu possible la construction du travail et qui rend compréhensibles les modalités de production du savoir. » (p. 44) Les textes rassemblés sont criants d’esprit pratique (que faire des conseils (ou de l’absence de conseils) de son directeur de thèse ?, Rédiger sa thèse comme on assemble un puzzle, la communication orale, publier pendant sa thèse, le canon à idées. Les opportunités du numérique pour les jeunes chercheurs…) et de vérités toutes banales qu’on a besoin de lire pour s’en convaincre. La question des méthodes d’enquête et de production de données n’est pas occultée. Les auteurs sont nombreux à battre en brèche la partition qualitatif / quantitatif et le cloisonnement entre les disciplines. Ils militent pour l’innovation en termes de recherche, compétence particulièrement appréciée sur le marché universitaire. Toute méthode est bonne à condition d’être explicitée : « Fondamentalement, l’auteur prend le lecteur par la main pour l’emmener dans un lieu inconnu ; tout en lui ménageant quelques surprises, il lui explique où ils vont et pourquoi ils y vont. » (p. 209) S’il faut écrire pour penser, il faut avoir en tête que « parler n’est pas écrire » (p. 218).  La publication d’articles dans des revues scientifiques est indispensable comme l’est la participation à des colloques et à des séminaires mais les compétences à mettre en œuvre ne sont pas du même ordre et il faut en être conscient, même si dans les deux cas, il faut fournir matière à discussion. Les candidats aux pré-sélections au concours Ma thèse en 180 secondes qui se déroulent cette semaine à Paris Ouest en savent quelque chose ! Un coaching spécial a été mis en place par les services universitaires pour entraîner ces poulains qui représenteront la fac à l’international. Car, les doctorants sont les vitrines des universités et il ne faut pas oublier de les bichonner !

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre.

Ecrire les sciences sociales. Commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre. Howard S. Becker. Economica, 2004. 179 p. 19€

41K17BDSSPL

Ecrire un article ou une thèse n’a que peu à voir avec ce travail de recension ou celui de synthèse que nous faisons régulièrement pour préparer nos cours. C’est autre chose car il s’agit de communiquer les résultats de ces recherches et d’en tirer des enseignements dignes d’intérêt pour un lecteur. Par ailleurs, alors que nous passons notre temps à dire à nos élèves de faire des phrases courtes et simples, force est de constater que ces tuyaux d’écriture ne suffisent pas pour la rédaction d’un article scientifique. Aussi, cet ouvrage sera d’un grand secours aux doctorants-apprentis chercheurs.

Howard S. Becker est un sociologue américain héritier de l’Ecole de Chicago qui a consacré sa carrière à travailler sur les déviants – entendre par là les musiciens de jazz et les fumeurs de marijuana (in Outsiders, 1963) – ainsi que sur le monde de l’art (Les mondes de l’art, 1982). Il est connu aussi des apprentis chercheurs pour son livre Les ficelles du métier (traduit à La Découverte en 2003) où il emploie un style direct – voire familier – et particulièrement convaincant pour vous guider lorsque vous entreprenez une recherche puis lors de la communication des résultats.

L’ouvrage chroniqué ici porte plus spécifiquement sur la méthodologie de l’écriture. Il est issu d’un séminaire organisé pour des étudiants en sociologie de la Northwestern University. Becker utilise pour cela des méthodes radicales pour faire prendre conscience aux étudiants que l’écriture scientifique ne peut se faire que si la peur d’écrire des bêtises disparaît ; faute de quoi, elle inhibe tout acte de rédaction et rend tout production impossible. La grande force de son enseignement est de faire comprendre que si les textes que nous écrivons ne sont pas bons, ils constituent une étape indispensable dans le processus d’écriture. Il est donc tout à fait normal d’être amené à réécrire plusieurs fois le même article et cela n’a rien d’honteux.

Dans le cadre de ce séminaire, H. S. Becker fait travailler ses étudiants sur les textes que chacun a pu produire. Les participants sont amenés à proposer des réécritures de phrase en éliminant les tournures passives, des répétitions (en fusionnant des phrases), des tournures pédantes. Des conseils précieux sur la structure de l’article sont donnés : « mettre simplement au début leur dernier paragraphe triomphal, pour informer les lecteurs de l’orientation du raisonnement et de ce que tout ce matériel doit finir par démontrer. » (p. 57), « au lieu d’essayer de résoudre l’insoluble, vous pouvez en faire état. Vous pouvez expliquer au lecteur pourquoi telle question pose problème, quelles solutions vous avez envisagées, pourquoi vous avez choisi celle, moins que parfaite, pour laquelle vous avez finalement opté, et quelle est la signification de tout cela. » (p. 69) Enfin, l’écriture scientifique est une affaire collective. La relecture par des pairs ainsi que la communication de ses recherches (colloques, séminaires), y compris, à un état transitoire fait avancer notre argumentation. Toutefois, arrive un moment où il faut « sortir le produit de l’atelier » (p. 129), faute de quoi le chercheur ne participera jamais au débat scientifique.

Si l’ouvrage de Howard S. Becker a un peu vieilli (le dernier chapitre – succulent à plus d’un titre – traite de l’introduction de l’informatique dans ses habitudes de rédaction), il a le mérite de rappeler que faire de la recherche est une aventure collective, qui s’appuie sur les travaux déjà réalisés dans ce domaine. Penser que vous allez « opérer tout seul une révolution scientifique et intellectuelle » (p. 148) conduit à l’échec. La recherche est une aventure collective issue d’échanges intellectuels.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

 

 

 

Précis de photographie à l’usage des sociologues.

27000100786660L

Précis de photographie à l’usage des sociologues. Sylvain Maresca et Michaël Meyer. Didac sociologie. PUR, 2013. 109 p. 10€

Voici un petit livre bien utile pour qui s’intéresse à la photographie et pour qui s’interroge sur la manière de l’intégrer à sa recherche et à son enseignement dans le secondaire. S’y trouve une réflexion sur le médium que constitue la photographie et sur toutes les méthodes possibles et imaginables qu’on peut en faire. Ce petit traité est l’œuvre de deux sociologues : un professeur et un jeune docteur, tous deux adeptes de la sociologie visuelle. Ils prônent, avec brio, l’usage de la photographie dans les sciences sociales.

La vieille histoire de la photographie dans les sciences sociales

La première partie de l’ouvrage rappelle que des sociologues, des ethnologues et des anthropologues se sont très vite emparés du médium photographique dont l’apparition a coïncidé avec l’émergence de leur discipline. Toutefois, l’usage de la photographie était surtout illustratif. Au début du XXème siècle sont parues des monographies (voir l’ouvrage de Trasher sur les gangs de Chicago en 1927) ou ont été organisées des expositions de ces photographies qui ne trouvaient pas toujours leur place dans les publications savantes (voir à ce propos l’ouvrage de Benoit De l’Estoile). C’est Douglas Harper (avec son étude sur les vagabonds du NO américain, 1976) qui engage un véritable tournant dans la manière de considérer la photographie en sociologie. En 1981 est mis sur pied le réseau de l’International Visual Sociology Association (IVSA), principale structure qui regroupe tous ceux qui travaillent dans le domaine de la sociologie visuelle. Cette dernière est définie ainsi par Harper comme « l’usage de la photographie, du film et de la vidéo pour étudier la société, et l’étude des artefacts visuels d’une société. » Malgré les efforts de diffusion et de vulgarisation de cette approche, force est de constater que « l’université (…) maintient un certain analphabétisme dans le domaine du langage iconographique. » (Mattioli, 2007).

Faire de la sociologie « sur, avec et en » images

 Il existe trois usages de la photographie en sociologie :

–       La recherche sur les images (la sémiologie et l’iconographie) doit beaucoup en France aux travaux de Laurent Gervereau. Les photographies sont considérées comme « les traces d’une activité sociale, leur étude nous renseigne sur cette activité et sur les procédés de construction du sens dans les champs sociaux où elles sont produites et circulent. » (p. 25).

–       Faire de la sociologie peut aussi consister, par le biais de la photographie, à récolter des données et à analyser des phénomènes sociaux. La photographie devient un outil de recherche. Elle peut être réalisée par le chercheur lui-même, par un photographe professionnel ou bien encore par les enquêtés eux-mêmes. De nombreuses questions se posent sur les usages des photographies récoltées et sur leur interprétation. L’ouvrage se concentre davantage sur les dispositifs à mettre en œuvre que sur les méthodes d’interprétation et laisse le lecteur sur sa faim.

–       Il s’agit dans ce troisième cas de figure de restituer une recherche par l’image. C’est dans ce domaine que les marges de manœuvre sont les plus limitées. L’écrit prime encore sur le visuel et toute recherche ne peut se limiter à la fabrication d’un film ou d’un recueil photographique sans un support textuel. Si une thèse de doctorat (portant sur le cinéma) peut consister en la production d’un documentaire, les instances universitaires actuelles ne sont pas prêtes à accepter qu’elle s’y limite. Un volume écrit est exigé.

La photographie : une solution passe-partout ?

Au-delà de la question du droit à l’image, du consentement éclairé des enquêtés, il est indispensable pour le chercheur de mener une réflexion sur l’utilité de cette démarche. « Les images ne sont pas intéressantes pour tout, ni dans les sciences sociales, ni ailleurs. Vouloir imposer leur usage, sans considération pour les spécificités de l’objet d’étude et de la situation d’enquête, ne peut que conduire le chercheur vers des difficultés dans les analyses et dans ses justifications ultérieures de l’apport des usages. » (p. 82) Si la multiplication des moyens mis à notre disposition et à celle de nos élèves (appareil photographique numérique, téléphones portables) ainsi que la diffusion d’images par le biais de diaporama facilitent l’usage de la photographie comme support pédagogique, il ne faut pas perdre de vue les objectifs que l’on cherche à atteindre avec. Pour alimenter notre réflexion, la visite de deux sites consacrés à la sociologie visuelle s’impose. Le premier est un média scientifique collaboratif, proposé par le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic/EHESS), qui héberge notamment le carnet de recherche visuel de Sylvain Maresca.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes