Archives par mot-clé : Martin Vanier

Questionner l’étalement urbain.

74-0fd1c

L’étalement urbain est la nouvelle « bête noire » de nos sociétés alors que s’installer dans un espace verdoyant et dans sa maison individuelle demeure le rêve de 80% des Français ! Ce phénomène préoccupe les élus des communes situées en périphérie et ceux de l’espace rural qui ne savent pas comment répondre à la demande de leur population en termes de transports en commun, d’accès aux réseaux ou de raccordement à ces réseaux.

Pour les aider dans cette tâche difficile, les CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) cherchent à faire évoluer les pratiques des élus. Ce volume, édité à la suite de l’Université permanente de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement, rassemble les contributions d’universitaires (tels que les géographes Martin Vanier et Eric Charmes) ainsi que celles des différentes antennes locales qui rendent compte d’initiatives menées sur le terrain pour rendre la ville plus durable.

L’ensemble offre des clés de lecture intéressante pour comprendre l’étalement urbain et un nombre important d’exemples qui peuvent servir de support à la mise en œuvre d’une étude de cas. L’enjeu de ce volume est de comprendre plutôt que d’accuser l’étalement urbain de tous les maux. Dominique Jacomet (architecte urbaniste, directeur de la CAUE de l’Aveyron) propose de lire ce phénomène à l’aune de la « countryfication » : « un processus d’adaptation territoriale de l’urbanisme aux contraintes : du site, du relief, de la géologie, avec une recherche d’équilibre entre usages. » (p. 19) plutôt que de voir dans l’étalement urbain un « junk space ». La ville périphérique serait à présenter sous la forme d’une galaxie « où s’articulent forces de gravité et forces centrifuges. » (p. 20) sans qu’il soit nécessaire pour qu’il y ait une forme urbaine prédéfinie : un paysage minéral. Dans la ville périphérique, les hommes circulent dans un paysage végétal et cela ne doit pas poser problème. Il est possible de déconcentrer des services « urbains » dans des espaces plus ruraux. Il dénonce le discours schizophrène de l’Etat qui concentre dans les villes les grands équipements (hôpitaux, tribunaux, Poste) et contribue ainsi à accroître la distance à ces déplacements pour les populations les plus rurales.

L’enjeu est donc d’aménager le périurbain à l’échelle intercommunale pour réduire les dépendances avec la ville-centre. « Les communes périurbaines ne sont pas des banlieues » (Charmes, p. 21). En Italie (avec le concept de la « citta diffusa ») ou en Allemagne (avec la Zwischenstadt ou entre-ville de Thomas Sieverts), ce phénomène n’est pas vu comme quelque chose d’effrayant car il s’appuie sur des polarités secondaires qui font sens et centre.

Tous les contributeurs s’étendent pour dire qu’il est plus facile d’étaler que d’aménager. Toutefois, au lieu de condamner, il faut essayer d’accompagner le phénomène et permettre la densification (BIMBY : Build in my garden, lotissements denses). Car comme le disait Julien Gracq dans La forme d’une ville (1985) : « La forme d’une ville change plus, on le sait, que le cœur d’un mortel ».

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes

Campagnes urbaines. 34ème rencontre des agences d’urbanisme, Amiens.

Campagnes urbaines. 34ème rencontre des agences d’urbanisme, Amiens. La revue Urbanisme, Hors-série N°47, décembre 2013. 20€

20140207154414_00005

En septembre 2013 s’est tenue à Amiens la 34ème rencontre des agences d’urbanisme sur le thème des campagnes urbaines, oxymore né sous la plume de Pierre Donadieu (Les campagnes urbaines, Actes Sud, 1998). C’est parce que « le périurbain reste pauvre d’urbanistes, d’aménageurs, d’économistes, sans doute de vision politique et d’aménagement du territoire, mais aussi d’une recherche sur le « génie du lieu » » (p. 3) qu’il est nécessaire que les professionnels de l’aménagement s’y intéressent lors de leur congrès  annuel. La revue Urbanisme rend compte de ces trois jours foisonnants dans un hors-série.

Dans ce numéro, une large part est faite aux projets d’aménagement de la ville hôte : ZAC, écoquartier, quartier Citadelle visant à faire revenir l’université dans le centre-ville, réseau de tramways, hortillonnages. Gilles Demailly, actuel maire et président d’Amiens Métropole, replace ces chantiers dans le contexte de la mise en place du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) : « Celui-ci est sur un territoire très vaste, l’un des plus grands de France. Ce choix politique judicieux a été fait avant mon élection. Ce SCOT démontre que les territoires urbains et ruraux ou semi-ruraux peuvent travailler ensemble pour penser le développement économique et concevoir un aménagement et un développement équilibrés. » (p. 7) Cette réflexion territoriale à l’échelle d’un bassin de vie légitime le choix d’Amiens pour ce colloque consacré aux campagnes urbaines.

Le reste du volume est composé de courts articles reprenant l’essentiel des interventions (Rodolphe Dodier, Cynthia Ghorra-Gobin, Ioanis Deroire pour n’en citer que quelques-uns) ainsi que le contenu des ateliers qui se sont tenus pendant cette rencontre. Le jeu des 7 familles, mis au point par Jérôme Baratier, directeur de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération de Tours, retient particulièrement l’attention car il rend compte des stéréotypes qui ont cours sur le périurbain mais va au-delà avec, non seulement, la famille « qui accuse », la famille « qui défend », la famille « qui en rêve », la famille « que ça inquiète », mais aussi la famille « qui trouve cela beau », la famille « qui s’en moque », la famille « qui cherche à comprendre » (regroupant chercheurs et praticiens des espaces périurbains). La tonalité de l’ensemble des articles réunis ici comme la relecture de l’ouvrage de François Jullien (L’écart et l’entre. Leçon inaugurale de la Chaire de l’altérité, Galilée, 2012) par Martin Vanier achève de rassurer le lecteur sur l’avenir de la ville en train de se faire : « On aura compris que, à l’encontre du grand mythe contemporain de la proximité, du toujours « plus près de chez vous » que répète à longueur d’annonces la publicité, je crois, au contraire, au bénéfice de l’écart et de la distance, que l’on peut faire surgir de l’autre (…). Il faut de l’autre, donc à la fois de l’écart et de l’entre, pour promouvoir du commun. Car le commun n’est pas le semblable : il n’est pas le répétitif et l’uniforme, mais bien le contraire (…). Je ne dirai même pas que le commun s’obtient par dépassement des différences ; mais plutôt qu’il ne se promeut qu’à partir et qu’à travers des écarts, ces écarts générant de l’entre, ou s’effective le commun. Le commun politique, celui de la Cité, ne s’obtient également que par ce travail et à ce prix. » Une pensée à rebours de la densification.

Catherine Didier-Fèvre © Les Clionautes